Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Vinça

Conflent

Texte intégral

1Castrum Vinsanum, 939, villa Vincanum, 950. Eglise Saint-Julien, 1043.

  • 1 K. Legrix, mémoire de maîtrise, 1991.
  • 2 B. Alart, C.M., t. P, p. 581, capbreu de 1386 ; et t. L, p. 14, registre de fief du château de Rig (...)

2Le castrum mentionné en 939 ne semble pas être le village fortifié du xiie siècle, il peut correspondre à un château féodal primitif, situé sur le territoire de l'actuel village. On n'a pas pu en retrouver trace1. Un lieu-dit a Castello, aux xive-xve siècles2, pourrait bien avoir conservé son souvenir.

Celliers, regroupement autour de l'église :

  • 3 B. Alart, C.M., t. F, p. 372, extrait du registre des visites du diocèse d'Elne, 1775.
  • 4 B. Alart, C.M., t. P, p. 603, notule de Philippe Sobiran (n° 437).

3Un indice de l'existence des celliers, encore utilisés comme dépôts de récoltes à l'époque moderne, dans l'environnement immédiat de l'église, est fourni par le procès-verbal de la visite de l'église de Vinça par l'évêque d'Elne3. Celui-ci, Alexandre de Cardevac, y constate « que la petite porte qui est dans la dite église donne occasion à presque tous les habitans de faire un passage et comme une rue de ladite église, <ils> y passent journellement, chargés de blé, farine, cruches d'eau et autres choses peu convenables à la sainteté du lieu ». Il ordonne en conséquence que cette porte reste toujours fermée à clef. Au vu du plan, il est manifeste que l'église barre le noyau central du village (probablement à la suite d'un agrandissement), et qu'on devait, venant de la porte sud ou de la porte nord, la contourner pour atteindre le côté opposé. Lourdement chargés, soit qu'ils aillent à leur cellier, soit qu'ils en viennent, les habitants ont pris l'habitude de couper au plus court. Cette église, de taille imposante, est le résultat de plusieurs reconstructions et réaménagements dès le Moyen Age. Ainsi, en 1375, une maison intus muros de Vinciano affronte in ecclesia nova4.

4Le cellier de l'abbé de Saint-Michel de Cuxa est mentionné dans le capbreu de 1386, cf. infra. Il est semble-t-il situé dans le coeur du village.

  • 5 ADPO, 3E1/5455.

5En 1568, un tailleur de Vinça possède une maison et un seller dans la ville. Le cellier touche à l'église paroissiale, à une étable et un pailler5.

Seigneurs et fortification :

  • 6 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 177.
  • 7 B. Alart, C.M., t. A, p. 354, ADPO, procuration royale, reg. 20, fol. 32.

6Le roi Jacques Ier Aragon accorde en 1245 une exemption des droits d'exorquia, de cugucia et d'intestia aux habitants de la villa de Vinça, à condition qu'ils construisent de leurs deniers un mur autour de la dite ville, qui l'entoure entièrement6. Pourtant, en 1362, l'infante Jeanne, fille du roi, déclare qu'il a été ordonné par son père aux consuls et prudhommes del nostre loch de Vinsa, que degessen obra los murs e vayls del dit loch, que no era clos ni be valejat7. Faut-il comprendre qu'à la suite de destructions (guerres entre Aragon et Majorque) ou à cause de l'extension de ce bourg, les remparts sont devenus insuffisants ou peu efficaces ?

7En tout état de cause, les prudhommes de Vinça entreprennent les travaux nécessaires et, pour subvenir à la dépense, demandent l'autorisation de lever une arrière-dîme sur les récoltes, moissons, laines, viandes, raisins, huile, et autres produits, et de mettre aux enchères cette reredelme. Les fortifications actuellement visibles doivent en grande partie remonter à ces travaux de la deuxième moitié du xive siècle.

  • 8 « Volumus quod ante omnia reparentur menia dicti loci », déclare Pierre d'Aragon. B. Alart, C.M., (...)
  • 9 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 556-557, parch, orig., archives de la mairie de Vinça.
  • 10 « hobrem lo causol del mur, fesem lo pont de l'aygual et trasquem arena, comensem a paredar al mur (...)

8En 1361, Pierre d'Aragon autorise les hommes de Vinça à établir des péages (barras) aux portes de la ville et à faire payer ceux qui y passent, tant à pied qu'à cheval ou avec des ânes chargés, afin de financer la réparation des murs de la ville. Ils pourront aussi affermer ces péages8. Le roi contraint d'ailleurs l'année suivante un habitant de Vinça à payer pour les travaux des murs et des fossés, à la demande du batlle de ce lieu9. En 1370, les maçons dressent la liste des travaux faits aux murs de Vinça, jour après jour10.

  • 11 B. Alart, C.M., t. Z, p. 591-606.
  • 12 B. Alart, C.M., t. O, p. 515, notule d'Eiximen Martin (n° 284).

9Dans le capbreu de 138611, la vila est entourée de murs et s'ouvre sur ses faubourgs par des portes, lo portal del Pug et lo portal de la Vilanova. Ces murs, près desquels se trouvent des maisons, la casa que ha dins lo mur, la casa costa lo mur, sont doublés de fossés, la casa de la Vilanova ques te ab lo val, l'ort del Pug quis te ab lo val. Une autre porte est dite portai de Marcevol. La construction de ces remparts a nécessité l'achat et la démolition de maisons, c'est ce qui ressort d'un acte de 1353 où les consuls de l'université de Vinça reconnaissent devoir aux héritiers de Jacques Avanyoneti quinze livres de Barcelone, en raison des quatorze sous de cens perçus par le défunt in quatuor hospiciis situatis olim in villa de Vinciano durum dirutis pro constructione vallium et fortalicio dicte ville12.

Structure du village et activités :

  • 13 « quodam hospicio et orto seu viridario cum suo columbario eidem contiguis ... infra villam de Vin (...)

10En 1330, le procureur du roi autorise la vente d'une maison avec un jardin ou verger et un pigeonnier contigus13.

  • 14 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 524, fiefs de Conflent, 1B 103, fol. 12.

11En 1354, le lieu appelé lo Pug a commencé à être construit, peut-être par de nouveaux arrivants des campagnes environnantes, ainsi que le montrerait une reconnaissance de droits perçus par un homme de Vinça sur quodam patuo in quo nunc sunt constructa hospicia... intus villam de Vinciano, loco vocato lo Pug et qui touche à la tenure de Pierre Sahorle de Sahorle14.

  • 15 B. Alart, C.M., t. C, p. 405, manuel de Jacques Ferrando, 1356-1357, A-11.
  • 16 B. Alart, C.M., t. O, p. 515, notule d'Eiximen Martin (n° 284).
  • 17 B. Alart, C.M., t. D, p. 604, notule de G. Fabre (n° 131).

12Ce bourg est un des plus importants du bas Confient. Dès le quatorzième siècle on y trouve une communauté villageoise active et variée. Ainsi, un consul est attesté en 135715. En 1353 un habitant de Vinça reconnaît avoir une dette envers le bono judeo Mosse Cohen judeo habitatori loci de Vinciano16. En revanche en 1359, Guillem Ermengaud, tisserand de Vinça reconnaît que Mosse de Bessalu, judeum de Vinciano ne lui doit plus rien17. Une communauté juive vit donc là, comme à Elne, Ille, Céret ou Pia.

  • 18 B. Alart, C.M., t. D, p. 616, notule d'André Romeu (n° 95), en 1356.

13Le roi y possède une domus regie, dans laquelle le batlle de Vinça rend un jugement18. Il s'agit d'une demeure assez luxueuse puisque l'on siège in solerio superiori, c'est-à-dire à l'étage. L'étage inférieur, in domo inferiori dicte domus regie, est appelée Carregua (ou Cauegua ?).

  • 19 B. Alart, C.M., t. Z, p. 591-606, sans indication de source (d'origine privée ?), le document port (...)

14Un capbreu de 1386 nous donne une description précise de la localité, et de nombreux détails sur sa structure urbaine19.

15On distingue nettement deux ensembles : la Vila et la Vilanova ; on peut d'ailleurs retrouver celle-ci sur le plan du xixe siècle. Un autre faubourg s'est développé au lieu appelé lo Pug (ou Puig), c'est-à-dire sur une éminence.

  • 20 Un cellier est encore cité au xvie siècle dans le même carrer vell. Un paysan reconnaît tenir pour (...)
  • 21 Voir par exemple et entre autres Pézilla-de-la-Rivière, supra.
  • 22 Les redevances dues à l'église paroissiale au titre des prémices sont aussi apportées près de l'ég (...)

16Dans le coeur de la cité, la vila, on trouve l'église, environnée de maisons, la casa davant la Glesa, la casa de Glesa, la casa tras la Glesa, la casa quis te ab la Glesa, la vielle rue, lo carer vel, avec ses patis, ses maisons, la casa ou l'alberc del carer vel (dix-huit mentions), l'une d'entre elles est tout à fait remarquable, et prouve que, si l'on ne parle pas à Vinça de cellera, la réalité du regroupement ne devait pas être différente. Il s'agit en effet de la casa del carrer vel ab celer de l'Abat per la bailla de l'Abat de San Miquel. On a là un exemple de cellier dans l'environnement immédiat de l'église20, et, ainsi qu'on l'a souvent vu ailleurs21, un cellier dont le propriétaire est le seigneur ecclésiastique du lieu, ici l'abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa, et qui semble bien être le point de perception des redevances par son batlle22.

  • 23 B. Alart, C.M., ms 111, Marcevol, p. 93-94, 1385.

17Une des maisons située dans ce quartier tras la Glesa, intus muros, touche à l'église Saint-Julien23.

  • 24 C'est d'ailleurs encore le cas en 1775, comme l'indique l'évêque lors de son compte-rendu de visit (...)
  • 25 En 1380, un pareur de draps de Perpignan possède des droits sur deux maisons, hospitium intus vill (...)
  • 26 B. Alart, C.M., t. F, p. 398, a. 1639.
  • 27 En effet, au xvie siècle, une maison touche à la via... qui va del forn al carrer vell et à un cor (...)

18On trouve aussi une place, non loin de l'église, près du cimetière, où se trouve la maison du Prieur, l'alberc de la plasa quis te ab lo Prior. On trouve ailleurs la casa de la plasa quis te ab lo cimenteri là se trouve aussi la boucherie, la casa de la plasa quis te ab lo masel. Dans la vila s'élève aussi une fontaine. Il n'y a à cette époque qu'un cimetière24, il faut donc placer dans la vila ce cami de Joc quis te ab lo cementeri, une maison dite la casa que fo d'en Cos al cementeri doit se trouver tout près, peut-être même sur celui-ci25. Le carer daval, le carer nou est près du cimetière. D'autres rues sont citées : le carer cornu, le carer del Proffit, (plus tard : lo carrer mayor o carrer de la plaça26). Près du mur, à l'intérieur certainement27, se trouve le four, puisqu'on parle de la casa e pati al carer qui afronta ab lo mur e ab lo forn, mais il ya d'autres fours puisqu'on cite ailleurs lo forn de Nentila.

19Plusieurs moulins sont aussi mentionnés : al moli d'aval, lo moli draper, lo moli de la Baudosa, lo moli de la Comela (de les Comeles), el moli de Sa, lo moli de les aulives. On note une tour, lo pati de la tor d'en Pertegas, un cortal, un colomer au Pug et deux aires (de battage ?) : la aera, la era.

  • 28 ADPO, 3E1/5455.

20Au Pug, on trouve encore des espaces cultivés, par exemple l'ort del Pug quis te ab l'espital. On peut remarquer que c'est dans ce faubourg que s'est installé un hôpital, hospice pour les pauvres certainement, ainsi que des maisons, l'alberc del Pug28.

  • 29 B. Alart, C.M., t. Q, p. 266.

21En 1436, une maison in barrio de Vinciano est située sur le vico del vall vell29.

22En 1565, une autre maison se trouve au barri del prat.

Plan et vestiges architecturaux :

23Sur le plan de la ville on distingue nettement l'enceinte la plus tardive, mais on peut reconnaître en son centre les signes d'un regroupement des maisons autour de l'église.

Communauté villageoise :

  • 30 « solerium cujusdam domus... situate intus muros de Vinciano, loco vocato al carrer veyl, confront (...)
  • 31 « sotulum dicte domus pro colligendo in eodem sotulo pauperes », ibid.

24Bernard de Corbiach lègue à l'église Saint-Julien de Vinça l'étage d'une maison située à l'intérieur des murs de Vinça, au lieu-dit le carrer vell, touchant au four à pain commun, et dont l'accès peut se faire par le patuum voisin30. Il lègue le rez-de-chaussée pour y recueillir des pauvres et y ajoute quatre lits avec des draps31.

  • 32 B. Alart, C.M., ms 111, Marcevol, p. 105, 1392.

25Au quartier appelé al prat le capbreu du curé de Vinça mentionne un comestorium sive porticum ubi est quidam puteus cujusdam domus mee32.

Démographie :

  • 33 B. Alart, C.M., ms 110, archives de Vinça, t. 1, p. 69.
  • 34 B. Alart, C.M., ms 110, archives de Vinça, t. 1, p. 63, siège, massacre et pillage de Vinça en jui (...)

26En 1349, le viguier du Confient enquête sur l'état des fortifications en Confient, après la guerre qui a opposé le roi d'Aragon et les troupes d'invasion de Jacques de Montpellier33. Il fait venir le batlle et les consuls de l'université de Vinça et leur demande où ils ont l'intention de rassembler leurs femmes et leurs enfants ainsi que leurs biens s'il advenait que Jacques envahisse la terre du roi. Après en avoir débattu entre eux ils répondirent : « in castro de Aspirano ». Et le viguier leur ordonna de rassembler femmes et enfants dans ce castrum sans délai. Double indication : sur la destruction des remparts de Vinça, confirmation des descriptions des ravages de 134634, et le bon état de ceux d'Espira, sur le petit nombre des habitants subsistant à Vinça (la fortification d'Espira-de-Conflent est très étroite).

  • 35 B. Alart, C.M., ms 110, archives de Vinça.

27Plusieurs documents des xive et xve siècles35 permettent d'aborder la question du nombre des habitants à Vinça, mais avec une assez grande imprécision cependant :

28en 1358 : 118 feux, d'après les décomptes royaux

29en 1366 : 159 habitants contribuent aux travaux des fortifications

30en 1367 : 124 feux

31en 1368 : 118 feux

32en 1377 : 63 habitants nommés

33en 1378 : 66 feux (per 66 fochs que son de present en el dit loch)

34en 1380 : prise de possession par l'Infante, 90 habitants sont réunis,

35en 1381 : 106 habitants nommés ont versé la questa

36en 1385 : laquesta touche 111 personnes

37en 1407 : la liste des hommes comprend 110 noms

38en 1410 : une questa per pagar lo capitanage est versée par 171 habitants (hommes pour l'essentiel, chefs de famille ?)

39Ce dernier chiffre est surprenant, mais il est apparemment le plus exact, puisque chaque nom est suivi de la somme versée.

40en 1432 : une réunion de l'université regroupe 75 personnes.

Finage et occupation du territoire :

La Sglesieta :

41Une petite église (chapelle) est certainement située aux environs, puisqu'on trouve près d'elle une vigne : lo cadre e vinya de la Sglesieta.

Vilella, église Sainte-Eulalie :

  • 36 B. Alart, C.M., t. P, p. 573-574, notule de Philippe Sobirani (n° 437), fol. 71

42Lors d'un échange, en 1375, on donne une domus... in adjacencia ecclesie Sce Eulalie de Vilella, loco vocato a la Meso, qui touche au chemin qui va ad locum de Vilellia et au cimetière de l'église Sainte-Eulalie, ainsi qu'à la propriété de cette église36.

Synthèse :

43Vinça, comme Ille-sur-Têt, présente l'aspect d'un gros bourg rural, puissamment fortifié dans la deuxième moitié du Moyen Age, autour d'un noyau dont l'origine semble bien être une cellera, même si le nom n'en a pas été conservé.

Plan cadastral de Vinça

Plan cadastral de Vinça

Notes

1 K. Legrix, mémoire de maîtrise, 1991.

2 B. Alart, C.M., t. P, p. 581, capbreu de 1386 ; et t. L, p. 14, registre de fief du château de Rigarda, 1417, fol. 8.

3 B. Alart, C.M., t. F, p. 372, extrait du registre des visites du diocèse d'Elne, 1775.

4 B. Alart, C.M., t. P, p. 603, notule de Philippe Sobiran (n° 437).

5 ADPO, 3E1/5455.

6 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 177.

7 B. Alart, C.M., t. A, p. 354, ADPO, procuration royale, reg. 20, fol. 32.

8 « Volumus quod ante omnia reparentur menia dicti loci », déclare Pierre d'Aragon. B. Alart, C.M., ms 110, archives de Vinça, p. 210.

9 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 556-557, parch, orig., archives de la mairie de Vinça.

10 « hobrem lo causol del mur, fesem lo pont de l'aygual et trasquem arena, comensem a paredar al mur, paredem a la tir e inputonem la casa de Mossen Vinça, hobrem lo causol del Portal, hobrem a fer les esindries del Portai », B. Alart, C.M., t. XIV, p. 571.

11 B. Alart, C.M., t. Z, p. 591-606.

12 B. Alart, C.M., t. O, p. 515, notule d'Eiximen Martin (n° 284).

13 « quodam hospicio et orto seu viridario cum suo columbario eidem contiguis ... infra villam de Vinciano », ADPO, 1B 26, fol. 30 r°.

14 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 524, fiefs de Conflent, 1B 103, fol. 12.

15 B. Alart, C.M., t. C, p. 405, manuel de Jacques Ferrando, 1356-1357, A-11.

16 B. Alart, C.M., t. O, p. 515, notule d'Eiximen Martin (n° 284).

17 B. Alart, C.M., t. D, p. 604, notule de G. Fabre (n° 131).

18 B. Alart, C.M., t. D, p. 616, notule d'André Romeu (n° 95), en 1356.

19 B. Alart, C.M., t. Z, p. 591-606, sans indication de source (d'origine privée ?), le document porte en titre : Aquest es lo libre de les estimes dels ornes e de les femes del loc de Vinça qui fo feyt layn de My CCC L XXX VI, lo mes de juliol.

20 Un cellier est encore cité au xvie siècle dans le même carrer vell. Un paysan reconnaît tenir pour le chanoine prévôt de Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent unam partem domum... in qua nunc sit cellarium, B. Alart, C.M., t. F, p. 395, 1599, source notariale non précisée.

21 Voir par exemple et entre autres Pézilla-de-la-Rivière, supra.

22 Les redevances dues à l'église paroissiale au titre des prémices sont aussi apportées près de l'église, dans un cellier voisin, on peut le supposer. encore à l'époque moderne. Le syndic de la communauté et le prêtre de l'église de Vinça donnent à ferme la primicia de la rectoria de la iglesia parrochial, précisant ço es de tot genero de grans, rahims, olives, canems (chanvre), cebas, ortalissa,y finalment tot lo ques acustuma pagar primicia dins la adjacencia de dita iglesia de Sant-Julia, Alart, C.M., t. F, p. 330-331, 1637.

23 B. Alart, C.M., ms 111, Marcevol, p. 93-94, 1385.

24 C'est d'ailleurs encore le cas en 1775, comme l'indique l'évêque lors de son compte-rendu de visite diocésaine, situation alarmante qui motive alors la création d'un deuxième lieu d'inhumation et l'abandon du « vieux cimetière », devenu la place du même nom : « Le cimetière se trouvant dans un endroit peu convenable, au milieu de la ville, entouré de maisons et de fenêtres où on jette journellement des ordures et des immondices, et pouvant même occasionner des maladies aux habitants, nous ordonnons qu'il sera fait ailleurs et hors la ville un autre cimetière à l'endroit qu'on jugera le plus convenable, ce qui sera fait dans un an pour tout délai, et voulons que ledit délai passé, si ledit cimetière n'est pas fait, celui où l'on enterre actuellement demeure interdit, avec défense d'y enterrer aucun mort ».

25 En 1380, un pareur de draps de Perpignan possède des droits sur deux maisons, hospitium intus villam, qui touchent toutes deux in cimiterio dicti loci, Alart, C.M., t. E, p. 175, notula d'André Romeu, ADPO, 1B-137, fol. 7.

26 B. Alart, C.M., t. F, p. 398, a. 1639.

27 En effet, au xvie siècle, une maison touche à la via... qui va del forn al carrer vell et à un corredorio vocato lo carrero del forn, 1599, cf supra.

28 ADPO, 3E1/5455.

29 B. Alart, C.M., t. Q, p. 266.

30 « solerium cujusdam domus... situate intus muros de Vinciano, loco vocato al carrer veyl, confrontate cum furno comuni panis ville de Vinciano, ... aff. cum residuo patuo meo... ita quod dicto solerio habeat ingressus et egressus per dictum meum patuum », B. Alart, C.M., ms 111, Marcevol, p. 78, a. 1376.

31 « sotulum dicte domus pro colligendo in eodem sotulo pauperes », ibid.

32 B. Alart, C.M., ms 111, Marcevol, p. 105, 1392.

33 B. Alart, C.M., ms 110, archives de Vinça, t. 1, p. 69.

34 B. Alart, C.M., ms 110, archives de Vinça, t. 1, p. 63, siège, massacre et pillage de Vinça en juin 1346, estimation : environ 150 décès.

35 B. Alart, C.M., ms 110, archives de Vinça.

36 B. Alart, C.M., t. P, p. 573-574, notule de Philippe Sobirani (n° 437), fol. 71

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Vinça
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540