Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Villeneuve-de-la-Raho

Roussillon

Volltext

1Vilanova (de Radoni), 832, église Saint-Julien, 1149.

  • 1 A. Catafau, « Sicut ceteri Spani faciunt... Hispani et aprisionnaires en Roussillon et Vallespir d (...)

2La villa apparaît pour la première fois dans les sources en 832, quand les frères Wimar et Rado obtiennent sa confirmation en pleine possession de la villa de Villeneuve, que leur père avait défrichée. Il s'agissait probablement d'Hispani, en tout cas de bénéficiaires du droit d'aprisio1.

Regroupement villageois et église :

  • 2 B. Alart, C.M., t. A, p. 104.
  • 3 « ante fronteriam domus ». Frontera désigne le mur antérieur ou postérieur d'une maison, cf. Alcov (...)

3En 13202, on vend deux silos (cigias) situés tous deux devant des maisons, à Villeneuve-de-la-Raho3.

  • 4 ADPO, 1 B 150, fol. 77 v°.

4En 1393, est accordé à Jacques Jaubert, curé de l'église de Villeneuve-de-la-Raho, l'amortissement d'un patuus qu'il a reçu de l'abbé de Fontfroide contre un cens de douze deniers et une intrata de deux poules4. Il touche d'un côté à l'église, de l'autre à une maison et à une rue.

Château et fortification villageoise :

  • 5 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, p. 468, parchemins du Temple, n° 2089.
  • 6 Dès 1149, le comte de Roussillon citait son « honneur » de Villeneuve-de-la-Raho, terme qui peut i (...)

5En 1196, une charte d'évacuation est conclue en ces termes : quibus presentibus fuit jurata ante portam munitionis Villenove de Racione5. Une fortification existe donc dès cette date, peut-être un château6, ou plus probablement une fortification collective autour du château situé sur la colline, à l'emplacement actuel du vieux cimetière.

  • 7 B. Alart, C.M., t. IV, p. 549.

6En 1225, Guillem de Canet accorde, sur leur demande, des privilèges aux hommes du castrum de Villeneuve-de-la-Raho7. Le village fortifié a donc pris le nom de castrum.

  • 8 3E3/928, fol. 7 v°.
  • 9 3E3/928, fol. 10v-11r.

7En 1369, un habitant de Villeneuve-de-la-Raho vend une maison (hospitium) à l'intérieur de ce lieu, touchant au mur8. Une autre maison louée à la même date, touche au mur de deux côtés. Une aire en revanche se trouve « in terminis »9.

  • 10 B. Alart, C.M., t. A, p. 32, François de Llupia, son fils, est dit dominus castri de Corbaria et d (...)

8En 1570 on cite un castell enderrocat à Vilanova (probablement de Racione) dans l'inventaire des biens après le décès de François de Llupia10. Il s'agit sans doute du château seigneurial, à l'abandon.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 11 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 447-448.
  • 12 Information communiquée par Michel Martzluff, archéologue, enseignant à l'Université de Perpignan, (...)

9A environ cinq cents mètres au sud-est de la butte qui porte le centre du village actuel, s'élève une chapelle romane dédiée à Saint-Julien, dont l'ornementation et la construction soignée en pierres de taille sont caractéristiques du xiie siècle11. Les sondages effectués à l'intérieur de l'église ont permis de retrouver les états antérieurs de l'église, remontant probablement aux xe-xie siècles12 ;

10L'observation du cadastre napoléonien pour la partie du terroir entourant l'ancienne église permet de faire quelques constatations qui s'accordent avec le résultat des fouilles. On y remarque une nette convergence de chemins vers le secteur de l'église. L'un d'entre eux, portant encore le nom d'« ancien chemin de Villeneuve à Théza », révèle qu'il partait bien de l'ancien village.

11Ce secteur du cadastre forme un ovale irrégulier, une poire renversée, dont l'église occupe la pointe sud. Il est traversé par d'étroites bandes de terre en friche, qui semblent continuer les anciens chemins et les faire se rejoindre à peu près au centre de cet espace. C'est sur ce secteur, précisément reconnu par les archéologues, que quelques sondages ont pu apporter des renseignements intéressants.

  • 13 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 449, voir aussi : J. Kotarba et alii, « Deux silos d'époque médié (...)

12Les fouilles entreprises autour de l'église ont permis de mettre en évidence une zone d'ensilage et de stockage au nord-ouest de celle-ci, caractérisée par de nombreuses fosses et silos, réutilisés en dépôts de déchets culinaires, ainsi qu'un autre ensemble à destination d'habitat, situé plus près de l'église13. D'après le mobilier trouvé sur place, les archéologues datent cette occupation des xe-xie siècles. Ceci pourrait correspondre à une première phase de regroupement villageois, autour de l'église, pouvant provenir d'une cellera, bien que ce terme n'apparaisse pas dans les sources.

Communauté villageoise :

13Les fogatges catalans de la fin du xive et du début du xve siècle révèlent une énorme diminution de la population du village entre 1365 et 1378. Villeneuve-de-la-Raho, mentionné comme fief de Fontfroide, ne compte qu'un seul feu, au lieu de 29 dans la période précédente, alors que la plupart des villages ne perdent « que » trente à soixante-dix pour cent de leurs feux. Ici la diminution semble rejoindre celle des cas les plus extrêmes (Canohès passe de 37 à deux feux dans la même période), où ont dû se conjuguer mortalité et départs pour Perpignan.

Finage et occupation du territoire :

  • 14 ADPO, 3E1/9.

14En 1277, Bernard de Flora, habitant de Perpignan loue à un autre habitant de Perpignan un furnum teularium sur le territoire de Saint-Julien de Villanova, à charge pour le preneur devra y cuire les condicols (conduits, gouttières) et tegulis crudis14.

Villa vella :

15En 1271, un pigeonnier et un patuum se trouvent in villa veteri de Villanova de Racione. C'est probablement le signe que l'autre lieu de peuplement qui s'est développé au pied du château a donné naissance à un nouveau village, et que celui existant autour de l'église s'est anémié depuis.

Lieux-dits :

  • 15 LFM, n° 784.

16Mansum de Scarbot : peut-être situé au serrat de l'Escarrot, à l'ouest du village. Ce manse avait été donné par Guirald d'Ortaffa au comte Guirard, en 117115.

Réart :

  • 16 ADPO, 3E3/928, fol. 2.

17Une maison située in dicto loco de Riardo et une aire au même endroit sont données en acapte en 136916. Autour du château de Réart, dont les vestiges sont visibles sur une colline, au sud-ouest de la commune, existait un lieu de peuplement, probablement un modeste hameau, que quelques prospections de surface ont localisé sur le versant est de la butte, face au terroir de plaine de Villeneuve.

Synthèse :

18L'exemple de Villeneuve-de-la-Raho est particulièrement riche pour nous, même si les sources écrites sont parfois peu explicites. Les fouilles permettent en effet de confirmer l'existence d'un ancien village autour de l'église, qui commence à régresser au xiie siècle, à la suite de la formation d'un village fortifié (castrum) autour du château. Mais certaines maisons de ce « vieux village » ont dû rester debout et occupées jusqu'à la fin du xive s.

19Regroupement ecclésial et incastellamento peuvent ici se suivre très concrètement sur le terrain, sur le plan et par les textes. Ces deux processus de peuplement viennent l'un à la suite de l'autre, mais coexistent un certain temps, malgré l'avantage rapide pris par le pôle castral.

Plan cadastral de Villeneuve-de-la-Raho : L'emplacement du nouveau village au pied du château et l'ancienne église Saint-Julien

Plan cadastral de Villeneuve-de-la-Raho : L'emplacement du nouveau village au pied du château et l'ancienne église Saint-Julien

Plan cadastral de Villeneuve-de-la-Raho (parcelles xixe s.) : L'emplacement de la villa vella autour de l'ancienne église Saint-Julien

Plan cadastral de Villeneuve-de-la-Raho (parcelles xixe s.) : L'emplacement de la villa vella autour de l'ancienne église Saint-Julien

Anmerkungen

1 A. Catafau, « Sicut ceteri Spani faciunt... Hispani et aprisionnaires en Roussillon et Vallespir de la fin du viiie à la fin du xe s. », mémoire de maîtrise, Toulouse, 1991, p. 38-40.

2 B. Alart, C.M., t. A, p. 104.

3 « ante fronteriam domus ». Frontera désigne le mur antérieur ou postérieur d'une maison, cf. Alcover Moll, DCVB, s.v. frontera.

4 ADPO, 1 B 150, fol. 77 v°.

5 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, p. 468, parchemins du Temple, n° 2089.

6 Dès 1149, le comte de Roussillon citait son « honneur » de Villeneuve-de-la-Raho, terme qui peut indiquer la présence d'un château. B. Alart, C.M., t. VII, p. 273.

7 B. Alart, C.M., t. IV, p. 549.

8 3E3/928, fol. 7 v°.

9 3E3/928, fol. 10v-11r.

10 B. Alart, C.M., t. A, p. 32, François de Llupia, son fils, est dit dominus castri de Corbaria et de Vilanova de Racione, en 1591, ibid., p. 34.

11 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 447-448.

12 Information communiquée par Michel Martzluff, archéologue, enseignant à l'Université de Perpignan, auteur d'un ouvrage sur l'histoire de Villeneuve-de-la-Raho.

13 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 449, voir aussi : J. Kotarba et alii, « Deux silos d'époque médiévale... », Mélanges P. Ponsich.

14 ADPO, 3E1/9.

15 LFM, n° 784.

16 ADPO, 3E3/928, fol. 2.

Abbildungsverzeichnis

Titel Plan cadastral de Villeneuve-de-la-Raho : L'emplacement du nouveau village au pied du château et l'ancienne église Saint-Julien
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1932/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 170k
Titel Plan cadastral de Villeneuve-de-la-Raho (parcelles xixe s.) : L'emplacement de la villa vella autour de l'ancienne église Saint-Julien
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1932/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 244k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540