Version classiqueVersion mobile

Figures du passeur

 | 
Paul Carmignani

Recherches étymologiques sur le passeur aire latine

Joël Thomas

Texte intégral

1Idée générale : l’étymologie vient conforter la logique d’imaginaire : elle n’a pas seulement un intérêt sur le plan de la rigueur ou de l’érudition.

2On peut évoquer cinq racines et quelques constellations sémantiques connexes :

3La racine commune indo-européenne per = « traverser », « faire passer » (grec peirô) donne :

4portare, « faire passer » (mouvement), qui s’est limité à être synonyme de fero, gero, porter, et s’est substituée à eux en latin tardif (sa flexion, plus régulière, était plus facile).

5porta =

6Passage. Dans la répartition sémantique entre porta et portus, porta s’est spécialisé dans le sens de : porte de ville, comme passage (différent de fores : porte de la maison).

7Porte de sortie (cf. le second sens de portus) : issue, ouverture. C’est la différence avec janua.

8portus, plus intéressant, a deux sens bien distincts :

9passage = passe (f.), dans une montagne, une baie (cf. St Jean Pied de Port). A rapprocher de mots dérivés de l’Indo-européen qui signifient « gué » : haut-allemand furt = gué ; breton rit ; gaulois ritu.

10terme du voyage : cf. opportunus = qui pousse vers le port. Portunus est le dieu des ports. Dérivés : porticus = portique (stoa), et portitor, à rapprocher de porthmeus grec = passeur. Mais le terme a une valeur catégorique, sans ouvrir à une possibilité de communication comme c’est le cas dans le dialogue maître-disciple. C’est la différence entre le passeur Charon et les « passeurs » -guides Anchise, la Sibylle, Virgile chez Dante...

11C’est pourquoi ce portitor a un sens proche d’une valeur défensive de gardien du seuil (Cerbère). Il contrôle la traversée, et ne charge que ceux qui sont « en règle » (l’obole, la sépulture, les rituels accomplis).

12À noter dans la même logique sémantique un sens technique de portitor en accord avec cette notion, et à rapprocher de l’évocation du passeur d’armes : portitor = le douanier, celui qui contrôle le passage

13Janua et Janus.

14Janua – la porte d’entrée, le passage d’accès (Enéide, VI 106, 127).

15janus = le passage voûté, la galerie.

16Janus = le dieu passeur qui fait entrer (Janvier fait entrer dans l’année ; Janus est le dieu qui préside aux initiations cf. le sens de inire, « entrer dans ». Il préside aux deux solstices d’été et d’hiver = portes solsticiales des âmes : porte des hommes, Cancer / porte des dieux, Capricorne. Cf. les deux saint Jean.

17On retrouve la différence entre :

18– Charon, qui fait sortir de ce monde et de la vie. Il est désigné comme portitor ; cf. le sens vu de portus. Le Charun étrusque tue lui-même le mourant avec un maillet.

19– Janus, qui fait entrer dans l’autre monde, dieu des accès et des commencements. C’est lui qui est évoqué à Énée le voyageur, associé à un autre passeur, Saturne, comme un de ses modèles, et un fondateur qui l’a précédé (Janus est, avec Saturne, le premier roi de l’Âge d’Or ; sur le site de Rome).

20Ostium et os, oris (différ, de os, ossis = os) : bouche, au sens de passage. Cf. Ostie, et ora : les bouches d’un fleuve, puis l’endroit où l’on aborde, le rivage.

21Ostium se spécialise au sens de : bouche d’un fleuve, passage (Ostie) ; os après avoir donné le sens comparable de ora, « les bouches d’un fleuve », puis l’endroit où on aborde, « le rivage », se spécialise comme « bouche », qui laisse passer la parole. Remplacé dans les langues romanes par bucca.

22Pour la petite histoire, os donne osculum, baiser, et aussi orificium = anus.

23Ostium se spécialise ensuite dans le sens de : porte de maison, avec encore la spécialisation ostium rectum, porte de devant / ostium porticum, porte de derrière, dans laquelle il serait vain, et un fait de mauvais esprit, de chercher un sens érotique. Pas de rapport non plus avec les mots « hôpital », « hôte », dont la racine est hospes.

24Il serait tentant de rapprocher portus de pontus, « pont » = le lieu qui fait passer (les noms varient d’une langue à l’autre ; cf. briva gaulois). Mais la racine est différente : plutôt, « chemin » (sanscrit. Pantah). C’est dommage, car il eût été tentant d’annexer le pontifex, le « faiseur de ponts » à la sphère du passeur.

25Enfin, sont apparentés à notre constellation les verbes du groupe transire (aller vers) = transition ; transmittere (faire passer) = transmission. Cela rejoint certains axes sémantiques, plus sociologiques, envisagés autour de la notion de passeur. La racine îrans – « par delà », « au-delà », « de part en part ». Cf. transformatio (notion présente dans le sigle du VECT), traduco = traduction. Elle a des équivalents sanscrits et hittites.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search