Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Le Vernet

(C. de Perpignan), Roussillon

Texte intégral

1Villa Vernetum, eccl. Sci Christophori, 899, castrum de Vernet, 1159.

2Lieu-dit sur la commune de Perpignan, au nord de la Têt, siège d'une seigneurie importante.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 ADPO, 1B-54.
  • 2 ADPO, 3E1/5, fol. 60r°.

3En 1254, une vente concerne un patuum sive quoddam solum... intus villam de Verneto... quod est juxta ecclesiam de Verneto1. Ce terrain touche d'un côté à une propriété du prêtre, de l'autre à une possession de l'église du Vernet. Il y a donc quelques espaces non bâtis au coeur même du noyau villageois, comme cela a pu être constaté à de nombreuses reprises. Une domum cum patuo contigu, située à l'intérieur de la villa de Vernet, est louée en 1278 pour une somme annuelle de douze sous et six deniers2.

  • 3 « lo cimenteri, en loqual ab antiquo fou esglesia e ciminteri, loqual tenencia nos pot vendre », B (...)

4L'église, entourée d'un cimetière a été détruite ou déplacée, ainsi que le montre un document de 1339 par lequel le couvent des frères du monastère de Saint-Augustin vend à Jean de Aldiarde des droits et des biens sis en lo terme de Vernet, qui affrontent à une propriété de ce couvent appelée « le cimetière », dans laquelle se trouvaient anciennement église et cimetière, et qui ne peut être vendue3.

  • 4 ADPO, 1B 131, fol. 76r, prix de vente quatre livres, cens de deux poules et douze deniers au seign (...)
  • 5 Ibidem, fol. 92r.

5En 1375, Pierre Arnaud vend à Arnaud Vesi, tous deux du Vernet, une terre avec ses arbres fruitiers ou non, située à Saint-Christophe du Vernet, qui touche in muro cellarie de Verneto et à la tenure du donzell François Fasena, appelée ort del castell4. A la même date, l'épouse de Pierre Arnaud fait son testament et élit sépulture au cimetière de St-Christophe du Vernet5.

  • 6 Bestorr, bisturris, voir Château-Roussillon, Pézilla-de-la-Rivière.
  • 7 B. Alart, C.M., t. S, p. 331, notule de Pierre Pastor (n° 1891).

6En 1389, la veuve de Bertand de Verniola donne à bail à un homme originaire du Vernet, habitant de Perpignan, tota la cellera dudit lieu, exceptée une tour, qui appartient à un changeur de Perpignan et la bestorr6 qui est au fils orphelin7. D'après ce document, la cellera est donc entièrement aux mains d'une famille aristocratique et de riches bourgeois. On remarque la tour et avant-tour, comme à Château-Roussillon et à Pézilla.

Seigneurs et fortification :

  • 8 ADPO, FdF, 12J25, n°264. Plus loin il ajoute : extra muros de Verneto, infra terminos et adjacenci (...)
  • 9 ADPO, 3 E1/2, fol. 6v°.
  • 10 Ibid., fol. 14 v°, en 1274.

7En 1260, Pons de Vernet dans une donation qu'il fait à l'église Saint-Jean de Perpignan, conserve des droits sur des biens qui se trouvent extra muros, infra terminos et adjacencia Sancti Christophiri de Verneto8. Il retient aussi les moulins du castrum, et un jardin qui vocatur de Castro. Il est probable qu'il s'agit là d'une fortification aristocratique privée. En 1265, un manse infra villam et terminos de Verneto est voisin d'un columbario et touche au muro ville9. Un manse donné à bail par le vicomte de Castelnou, touche lui aussi in muro dicte ville de Verneto et se trouve à l'intérieur du village, intus villam de Verneto10.

  • 11 B. Alart, C.M., t. V, p. 508-509, notule d'Amaud Miro, ADPO, 3E1/10, p. 43.
  • 12 On trouve beaucoup de mentions de moulins drapiers ou à blé appartenant aux seigneurs du Vemet ou (...)

8Le village apparaît comme fortifié et entouré d'un fossé dans un document de 127911. Un habitant de Perpignan donne à la prieure de Saint-Sauveur l'autorisation de faire passer l'eau des moulins de Vernet12 par une agouille qui vient du ruisseau jusqu'au portale cimiterii de Verneto, et de dicto portale discurrendo per tovam que est extra villam de Verneto. La porte dite « du cimetière » peut indiquer qu'il se trouve non loin de là, probablement à l'extérieur de la fortification (en général on nomme les portes par la direction où elles mènent en quittant la ville).

  • 13 « per quem tovum possitis mitere aquam et ducere ipsam aquam ad quendam puteum tuum quod habes in (...)

9Le procureur royal donne l'autorisation, en 1331, à un homme du Vernet, de faire quoddam foramen in muro dicti loci de Verneto, juxta tovum dicti loci par lequel il pourra faire passer l'eau et l'amener au puits qui se trouve dans son verger, et arroser celui-ci avec cette eau13.

Communauté villageoise :

  • 14 « mitendo manus nostras inter vestras et osculando eas in signum fidelitatis et homacii », ADPO, 1 (...)

10En 1305, le baiulus et vingt-huit hommes « tous du castrum de Vernet » jurent fidélité à Jaubert de Castelnou et lui prêtent hommage, plaçant leurs mains dans les siennes et les embrassant en signe de fidélité et d'hommage14.

Finage et occupation du territoire :

  • 15 ADPO, 1B 54, parchemins originaux.

11En 1244, puis en 1342, un jardin est traversé par une recatura15.

  • 16 B. Alart, C.M., t. J, p. 243, manuel de Guillaume Raynard, 1422, n° 1823.

12Le prieur de Sainte-Marie de la Garrigue donne à acapte, en 1422, à un notaire de la ville de Perpignan un canal d'arrosage (regaturam sive regadord) près des carcans (furxis de Verneto)16.

  • 17 B. Alart, C.M., t. P, p. 182.

13En 1350 une tenure comprenait une torre colomer, appelée plus loin la torre lo colomer17.

Motte :

  • 18 Cette mention est connue de G. Castellvi, Catalunya Romànica, vol. XIV.
  • 19 B. Alart, C.M., t. M, p. 320, manuel de Gabriel Resplant, n° 1013.
  • 20 Cf. les cas d'Alénya, Toulouges et Saint-Nazaire, mottes mentionnées dans des documents datant des (...)

14Une tour élevée au-dessus d'une motte est attestée en 141118. A cette date, Jean Belleron donne « quandam turrim ...quam habeo et possideo in loco et terminis de Verneto una cum mota et pertinenciis et juribus dicte turris... »19. Il s'agit de la seule mention connue pour l'instant, fort tardive, mais c'est souvent le cas pour ces fortifications privées20. On peut penser à une construction du premier âge féodal, le terme de motte ne semblant pas présenter d'ambiguïté.

Villanova :

  • 21 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 442-444, ADPO, 1B-53.

15Guillaume Oliba de Vernet donne à sa soeur deux moulins situés à Vernet en 1210 et diverses propriétés, dont un jardin qui affrontez in Villanova, sans doute la villanova de Perpignan, entre les remparts et la Têt21.

Synthèse :

16Le déplacement de l'église et du cimetière avant le milieu du xive siècle, et la mention de la cellera postérieure à cette date semblent indiquer que ce qui est ainsi désigné serait l'espace compris dans une fortification collective, probablement située au pied du château seigneurial.

Notes

1 ADPO, 1B-54.

2 ADPO, 3E1/5, fol. 60r°.

3 « lo cimenteri, en loqual ab antiquo fou esglesia e ciminteri, loqual tenencia nos pot vendre », B. Alart, C.M., t. P, p. 179-180, famille de Peyrestortes.

4 ADPO, 1B 131, fol. 76r, prix de vente quatre livres, cens de deux poules et douze deniers au seigneur du Vernet.

5 Ibidem, fol. 92r.

6 Bestorr, bisturris, voir Château-Roussillon, Pézilla-de-la-Rivière.

7 B. Alart, C.M., t. S, p. 331, notule de Pierre Pastor (n° 1891).

8 ADPO, FdF, 12J25, n°264. Plus loin il ajoute : extra muros de Verneto, infra terminos et adjacencia Sancti Christophori ejusdem castri seu villa de Verneto, puis : extra muros dictae villae de Verneto. On perçoit que les termes de villa et de castrum sont employés ici comme équivalents. Seule la dépendance envers l'église définit la circonscription territoriale plus large, qui cependant n'est pas appelée paroisse (terminos et adjacencia Sci Christophori).

9 ADPO, 3 E1/2, fol. 6v°.

10 Ibid., fol. 14 v°, en 1274.

11 B. Alart, C.M., t. V, p. 508-509, notule d'Amaud Miro, ADPO, 3E1/10, p. 43.

12 On trouve beaucoup de mentions de moulins drapiers ou à blé appartenant aux seigneurs du Vemet ou à d'autres personnages au treizième siècle, ADPO, 1B 54, parchemins originaux, 1210, 1229, 1236.

13 « per quem tovum possitis mitere aquam et ducere ipsam aquam ad quendam puteum tuum quod habes in quodam viridario tuo inferius confrontato et ex ipsa aqua rigare quoscumque et quantasvecescumque volueritis dictum viridarium », manuel de G. Fabre, ADPO, 1B-26, fol. 48v° et 49r°. Le verger en question est bordé par le fossé (affrontat... in dicto tovo).

14 « mitendo manus nostras inter vestras et osculando eas in signum fidelitatis et homacii », ADPO, 1B 74.

15 ADPO, 1B 54, parchemins originaux.

16 B. Alart, C.M., t. J, p. 243, manuel de Guillaume Raynard, 1422, n° 1823.

17 B. Alart, C.M., t. P, p. 182.

18 Cette mention est connue de G. Castellvi, Catalunya Romànica, vol. XIV.

19 B. Alart, C.M., t. M, p. 320, manuel de Gabriel Resplant, n° 1013.

20 Cf. les cas d'Alénya, Toulouges et Saint-Nazaire, mottes mentionnées dans des documents datant des xive ou xve siècles.

21 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 442-444, ADPO, 1B-53.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540