Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Vallventosa

Village disparu sur la commune de Corbère, Roussillon

Texte intégral

  • 1 Cf. Catalunya Romànica, t. XIV, p. 193-194.
  • 2 Valle Ventuosa fait partie des possessions du diacre Seniofred, fils d'Esegutus et d'Arcedonia, en (...)
  • 3 Catalunya Romànica, t. XIV, p. 194.

1A un kilomètre environ au sud-ouest du château, l'église Saint-Julien de Vall Ventosa est une construction dont les ruines semblent pouvoir être datées de la deuxième moitié du xe siècle1. Il ne reste rien du village qui existait là (villa Ventuoasa citée en 944, son église en 945)2. Autour de l'église, les propriétaires des vignes signalaient la découverte d'ossements et de nombreux restes de tombes anciennes3.

Cellier, sacrarium :

  • 4 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 61, l'analyse précise qu'il s'agit du n° 310, fol. 103 du cartulaire, au (...)

2Un document connu par une analyse, d'après le cartulaire de Cuxa, copiée par F. de Fossa, contient la mention très précoce d'un sacrarium4.

  • 5 Louis IV d'Outremer, fils de Charles le Simple.
  • 6 La copie porte après ces mots : « avec sa redevance », note de F. de Fossa ; je ne pense pas que c (...)

3En 945, la neuvième année du règne de Louis5, fils de Charles, un nommé Ansefred et son épouse Adanasia vendent à l'abbé Baldrila de sacrario cum ipso super posito6 quod nos advenit per manufactionem, que est in comitatu Rossilionense, in Valle Ventuosa, ad domum Sancti Juliani, pour seize deniers.

4Malgré sa date très précoce et son mode de transmission très indirect, ce document mérite d'être examiné avec attention. Il semblerait attester l'existence d'un cellier (sacrarium) dans l'environnement direct de l'église dès la fin de la première moitié du xe siècle. Nous serions donc aux tous premiers temps de la naissance de la sacraria-cellaria, avec une antériorité de presque un demi-siècle par rapport aux exemples les plus précoces de la Catalogne du sud. Ceci pourrait s'expliquer par le fait que les vendeurs eux-mêmes ont construit cet édifice.

L'ancien village :

  • 7 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 61, analyse du cartulaire de Cuxa.
  • 8 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 62.

5En 1029, la donation d'un alleu comprend des maisons, bâtiments, jardins et des terres7. Plusieurs donations concernent des alleux infra fines de villa Valle Ventuosa, in villa que dicunt Vall Ventosa8.

  • 9 B. Alart, C.M., ms 10759.

6En 1023 un document mentionne un manso superiore cum columbario9 à Vallventosa.

Synthèse :

7Village réel ou forme élémentaire de regroupement autour de l'église Saint-Julien, Vallventosa a sans doute été un des premiers noyaux de peuplement sur le territoire de l'actuel Corbère. Il est probable que sur le cimetière de l'église existaient très tôt des celliers de dépôt des récoltes. Les châtelains de Corbère ont par la suite réussi à attirer la population au pied du château, et Vallventosa s'est rapidement dépeuplé. Le lieu n'apparaît pas dans les recensements de feux du xive siècle, seule l'église étant mentionnée par la suite.

Notes

1 Cf. Catalunya Romànica, t. XIV, p. 193-194.

2 Valle Ventuosa fait partie des possessions du diacre Seniofred, fils d'Esegutus et d'Arcedonia, en 967, A. Catafau, « Une famille roussillonnaise... », E. R., t. XII, 1993.

3 Catalunya Romànica, t. XIV, p. 194.

4 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 61, l'analyse précise qu'il s'agit du n° 310, fol. 103 du cartulaire, aujourd'hui disparu.

5 Louis IV d'Outremer, fils de Charles le Simple.

6 La copie porte après ces mots : « avec sa redevance », note de F. de Fossa ; je ne pense pas que cette expression ait ce sens, et, si la copie est fidèle, l'expression serait ici assez mal placée. Je pense plutôt à une description matérielle du sacrarium, comportant une partie construite en élévation, au dessus du sol.

7 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 61, analyse du cartulaire de Cuxa.

8 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 62.

9 B. Alart, C.M., ms 10759.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540