Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Tura

(C. de Rivesaltes), Roussillon

Texte intégral

  • 1 P. Ponsich, Limits..., p. 54. Des fouilles ont été menées à l'église de Tura par P. Alessandri, Bu (...)

1Lieu-dit disparu, église Saint-Martin. Tura est cité en 1210, son église en 12111.

  • 2 B. Alart, C.M., t. C, p. 413, manuel G. Raynard, A-22.

2Un recteur y est encore cité en 1413. C'est un fief de Fontfroide2.

Cellier et regroupement villageois :

  • 3 ADPO, 1B 127, manuel d'André Romeu, fol. 39 r°.

3En 1372, les exécuteurs testamentaires d'un habitant de Turan, parmi lesquels se trouve un prêtre de ce lieu, vendent à un autre prêtre du même village une partie d'une maison ainsi désignée et localisée : « quendam partem cuisdam domus que fuit dicti Guillemi (le défunt) vocatam celer, et affrontat in ciminterio et in patuo retro ecclesiam », pour une somme de quinze livres3. Une maison appelée cellier qui touche au cimetière et à une courette derrière l'église, cela ressemble fort au souvenir d'une cellera.

Fortification :

  • 4 B. Alart, C.M., t. C, p. 407, manuel de Raymond Manuel, A-19.

4En 1408, Raymond Joli de Rivesaltes vend la moitié d'une maison qu'il possède au lieu de Turan, et qui confronte au portail dudit lieu et à son fossé, cum portali dicti loci... et cum vallo4. La vente est faite avec l'accord du moine procureur de Fontfroide.

Structure du village et activités :

  • 5 ADPO, 1B 127, manuel d'André Romeu, fol. 19 v°.

5En 1371, lors de la vente d'une maison (domus) infra villam de Turano, on mentionne le droit qu'y possède le monastère de Fontfroide5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. E, p. 170, notule d'André Romeu, ADPO, 1B 137.
  • 7 B. Alart, C.M., t. M, p. 21-22, manuel de Ferréol Bosqueros, 1406, not. 735.
  • 8 ADPO, H 283, parchemins apparemment découpés du capbreu d'origine.

6Un document cite, en 1380, le nom des consuls de l'université des hommes de ce lieu6. En 1406, en plus de ces consuls, ce sont quarante et un hommes qui signent un document au nom de l'universitas7. Le monastère de Fontfroide a fait dresser en 1384 un capbreu de ses biens de Tura8. On y relève plusieurs maisons (domus, hospitium) situées intus locum de Turano, ainsi que des courettes (patuus) dont deux sont voisines du four de ce village. Une terre se trouve au lieu-dit era vetera.

Communauté villageoise :

  • 9 B. Alart, C.M., t. A, p. 600, ADPO, 1B-37.

7En 1265, vingt-six personnes signent un document concernant le village9. Ce sont vingt et un hommes et cinq femmes, parmi lesquels vingt-trois sont dits de Turano, alors que pour trois autres cette mention est omise. Il ne peut s'agir de tous les adultes (il y a trop peu de femmes), mais la présence de quelques unes (veuves peut-être) semble montrer qu'on a voulu obtenir la signature du chef de chaque famille. Cependant, tous les habitants n'y sont pas représentés, le curé par exemple, dont le nom est connu par un autre document de la même année, n'a pas signé.

  • 10 Voir Canomals, c. de Bompas.
  • 11 B. Alart, C.M., t. J, p. 243, manuel de Guillem Raynard, not. 1823.

8En 1312, l'abbé reçoit l'autorisation d'y élever des fourches ou piloris10. Cette autorisation ne semble pas rester du domaine de la seule éventualité, car en 1422, l'inventaire des biens de Juliette Joli de Rivesaltes signale une pièce de terre situé sur le territoire de Tura, au lieu-dit les forques de Tura, touchant au chemin qui va de Tura à Salses11.

  • 12 ADPO, 1 B 16, fol. 154 v°-155 r°-v°, Procuration royale. Cf. aussi Montanyes regalades, 1922, p. 4 (...)

9En 1332, le roi accorde l'autorisation de déplacer le village de Tura vers un lieu plus sûr (sur le territoire de Salses), à cause de la menace des crues de l'Agly12.

  • 13 « ahon antigament estavan edifficades las cassas de dit lloch », ADPO, H 283.

10Au dix-septième siècle, le lieu semble totalement abandonné : un paysan de Rivesaltes est accusé par les moines de Fontfroide pour avoir, sans autorisation, élevé et couvert un cortal, là où étaient bâties autrefois les maisons de Tura13.

Finage et occupation du territoire :

  • 14 B. Alart, C.M., t. H, p. 546, manuel de Jean Roure (not. 2180).
  • 15 B. Alart, C.M., t. M, p. 275, manuel de Guillaume Raynard (not. 1802).

11Un homme de Tura exerce en 1419 la fonction de ponterius pontis de Turano et de Rippisaltis. Il atteste que le procureur du cardinal de Saint-Laurent de Damas a versé soixante sous pour les travaux au pont pour l'année 141814. Le pont relie les deux habitats de part et d'autre de l'Agly. En 1410, deux hommes, l'un de Rivesaltes, l'autre de Tura, tous deux ponterii pontus dictorum locorum, vendent pour deux ans la barre du pont (redevance due par les marchandises, le bétail, les attelages franchissant le pont et dont les tarifs sont donnés dans l'acte) à Guillaume de Codalet15.

Synthèse :

12A Tura une cellera pourrait avoir existé et avoir été fortifiée. Un assez gros village s'y était développé jusqu'à ce que des inondations obligent ses habitants à le déplacer. Le village semble avoir survécu cependant un certain temps, puisqu'il est encore assez peuplé au xve siècle.

Notes

1 P. Ponsich, Limits..., p. 54. Des fouilles ont été menées à l'église de Tura par P. Alessandri, Bulletin de l'AAPO, 1992.

2 B. Alart, C.M., t. C, p. 413, manuel G. Raynard, A-22.

3 ADPO, 1B 127, manuel d'André Romeu, fol. 39 r°.

4 B. Alart, C.M., t. C, p. 407, manuel de Raymond Manuel, A-19.

5 ADPO, 1B 127, manuel d'André Romeu, fol. 19 v°.

6 B. Alart, C.M., t. E, p. 170, notule d'André Romeu, ADPO, 1B 137.

7 B. Alart, C.M., t. M, p. 21-22, manuel de Ferréol Bosqueros, 1406, not. 735.

8 ADPO, H 283, parchemins apparemment découpés du capbreu d'origine.

9 B. Alart, C.M., t. A, p. 600, ADPO, 1B-37.

10 Voir Canomals, c. de Bompas.

11 B. Alart, C.M., t. J, p. 243, manuel de Guillem Raynard, not. 1823.

12 ADPO, 1 B 16, fol. 154 v°-155 r°-v°, Procuration royale. Cf. aussi Montanyes regalades, 1922, p. 47 (qui date par erreur ce document de 1340).

13 « ahon antigament estavan edifficades las cassas de dit lloch », ADPO, H 283.

14 B. Alart, C.M., t. H, p. 546, manuel de Jean Roure (not. 2180).

15 B. Alart, C.M., t. M, p. 275, manuel de Guillaume Raynard (not. 1802).

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540