Version classiqueVersion mobile

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Tresserre

Roussillon

Texte intégral

1 Trasserra, 959, église Saint-Saturnin, même date.

Cellera-sacraria :

  • 1 P. Negre, « Dos documentos... », AIEG, n° XIV, 1960, p. 255. Le même document mentio (...)

2 Dans ses querimoniae, datées de 1040-1070, Pons d'Ampurias se plaint des hommes de Gaufred et de Guilabert, le comte du Roussillon et son fils 1 . Il dénonce un nommé Pons Miro qui a tué Amal Guillem par traîtrise et un certain Deusdei Albuvin qui a bâti un château ( kastello ) sur sa « franchise » et son honneur, qui s'est emparé de son alleu, de son droit de justice ( expleto ) et de sa résidence ( mansione ) qu'il a détruite, qui a coupé des arbres, qui a emmené des hommes. Il a aussi volé les biens ( avere ) de Gaufred Dalmas et de ses hommes, intresserra ( sic ) ad ipsa sacraria.

  • 2 Cf. V. Farias, La sacraria catalana...

3 C'est une des plus anciennes mentions de sagrera en Roussillon, et une des rares où cet espace consacré est appelé de son nom « classique » de sacraria. Cela s'explique par l'origine de ce document, rédigé au sud des Pyrénées, dans le comté d'Ampurias, où les deux termes, cellera et sagrera, synonymes à cette époque, sont employés à tour de rôle, sans distinction ni nuance 2 . Cet intéressant document montre dans quel climat de violence sont nés ces espaces consacrés. La protection qu'y cherchaient les paysans pour leurs biens n'était pas toujours efficace, les interdits religieux n'étant pas respectés par les seigneurs ou leurs hommes.

Seigneurs et fortification :

  • 3 B. Alart, C.M., t. G, p. 50, Puignau, registre VII, fol. 134v°, registre VI, (...)
  • 4 A mettre en relation avec ce que dit des amansats y abordats L. Tó, dans son (...)

4 En 1353, les hommes du lieu de Tresserre signent une sentence arbitrale avec le prieur du Monastir del Camp 3 . Celui-ci prétendait que tous les hommes de Tresserre lui étaient amansats y abordais, c'est-à-dire qu'ils étaient ses dépendants directs 4 .

  • 5 B. Alart, C.M., t. S, p. 456, capbreu du Boulou, 1365, fol. 45.

5 Un signe du groupement autour du cimetière et de l'existence d'une fortification villageoise est contenu dans le capbreu du Boulou de 1365, où un homme de Laroque déclare tenir une maison in loco de Tressera, qui affronte cum muro dicte ville et cum cimiterio dicti loci 5 . Cette maison, comme le cimetière, se trouvent-ils à l'intérieur ou à l'extérieur de l'enceinte ?

Plan et vestiges architecturaux :

  • 6 D'après J. Gibrat, « Notes historiques sur... Tresserre », Revue Catalane, 1 (...)

6 C'est assez difficilement que l'on peut retrouver sur le plan de Tresserre les vestiges de la cellera sagrera primitive, bien que le regroupement autour de l'église ne semble pas faire de doute. L'église actuelle conserve au fond de la nef des vestiges du lieu de culte primitif 6 . Plus curieusement de nombreux vignerons du village ont conservé leurs caves à vin au coeur du village, dans ce qui devait être l'ancienne cellera.

Communauté villageoise :

  • 7 «  et dicta appelatio fuit publicada in loco de Tressera in platea sive port (...)

7 Lors d'une sentence rendue par le juge du Vallespir contre une femme de Tresserre en 1369, on précise que cette décision fut annoncée sur la place, sous le porche (préau) où la justice était habituellement rendue 7 .

Synthèse :

8 Le document concernant la sacraria de Tresserre nous est particulièrement précieux, par son caractère unique et par son ancienneté et les circonstances de sa rédaction. Il nous permet de situer le premier âge des celleres dans le contexte troublé de la féodalisation de la société roussillonnaise et des violences qu'elle génère.

Notes

1 P. Negre, « Dos documentos... », AIEG, n° XIV, 1960, p. 255. Le même document mentionne la cellera de Pollestres, et un sacrilège commis à Alamans (com. de Palau-del-Vidre).

2 Cf. V. Farias, La sacraria catalana...

3 B. Alart, C.M., t. G, p. 50, Puignau, registre VII, fol. 134v°, registre VI, fol. 454v°.

4 A mettre en relation avec ce que dit des amansats y abordats L. Tó, dans son article, « Le mas catalan... », en particulier au sujet des hommes de Terrats.

5 B. Alart, C.M., t. S, p. 456, capbreu du Boulou, 1365, fol. 45.

6 D'après J. Gibrat, « Notes historiques sur... Tresserre », Revue Catalane, 1907, p. 26.

7 «  et dicta appelatio fuit publicada in loco de Tressera in platea sive portico eiusdem ubi communiter jus consuevit in dicto loco reddi  », ADPO, 3E1 / 124, fol. 16.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search