Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Toulouges

Roussillon

Texte intégral

1Tulogias, 908, église Sainte-Marie, même date.

2Le nom de ce village reste attaché aux deux (ou trois) synodes de Paix et Trêve de Dieu qui s'y sont tenus au xie siècle, les premiers de ce type en Catalogne.

Celliers, cellera et regroupement villageois :

  • 1 ADPO, 1B18, fol. 8r°.

3En 1282, Arnaud de Trivilach possède pour le roi trois olivettes, un champ, une vigne, un jardin, sept faixas de terre, une domus intus villam de Tulugiis et quoddam cellarium quod est intus dictam villam1. Il n'est donc pas précisé si ce cellier se trouve dans la cellera. On constate que ce cellier, nommé à part de la maison, semble faire partie d'une exploitation agricole de taille importante.

  • 2 ADPO, Liber feudorum C, 1B-16, fol. 10v°-11ro-v°.
  • 3 Le cens dans la cellera s'élève à deux poules, comme souvent, y compris dans le comté de Barcelone (...)
  • 4 Le mot de « talliata », s'il vient du catalan tallar, couper, pourrait se traduire par « la tranch (...)

4Un document très intéressant mentionne la cellera en 12912. Simone, veuve de Bernard de Sainte-Marie, et Amald, bailli de Boule, reconnaissent tenir pour le roi deux olivettes, une faixa de terre, une autre pièce de terre, deux champs, une vigne et un jardin. Ils perçoivent aussi, au nom du roi, des cens sur un cellier, qui se trouve dans la villa de Toulouges, sur un manse qui est dans la cellaria3 et sur un autre qui touche au fossé (talliata sive vallo)4. Ils perçoivent le cens sur un autre cellier dont on précise qu'il est extra cellariam. Au roi doivent aussi revenir le cens que les déclarants reçoivent sur un mur (pariete), près d'une via, devant un manse, ainsi que celui du manse qu'ils possèdent dans la ville, près du fossé (tovum).

5Une cellera existait donc à Toulouges, ainsi que des fossés. Le roi était seigneur de nombreux biens dans la villa et la cellera. Sur les deux celliers déclarés, aucun n'est dit se trouver dans la cellera, le premier peut cependant s'y trouver, ce qui semble naturel, puisque l'on prend la peine de préciser que le second, lui, est en dehors. Cela semble confirmer le rapport très étroit, à la fin du xiiie siècle encore, entre celliers et cellera, et l'intérêt tout particulier porté à ces bâtiments.

  • 5 ADPO, Liber feudorum C, 1B-16, fol. 61r°-v°, reconnaissance renouvelée en 1308.

6En 1306, Bérenger Germani, héritier universel de Guillem Germani, expert en droit, devant frère Jacques d'Oleriis, de l'ordre de la milice du Temple et le procureur du roi de Majorque, reconnaît tenir pour le roi diverses possessions sur le territoire de Sainte-Marie de Toulouges, et des parts de dîmes à Toulouges, Thuir, Canohès, Le Soler, et sur le territoire de Sainte-Eugénie et Saint-Etienne d'Orle5. Ces territoires faisaient, dit-il, partie de cavalayria Guillemei de Montesquivo. Il doit en outre, conjointement avec un marchand de Perpignan, un cens d'une poule pour un patuus situé intus cellariam de Tulugiis, qui a pour limite d'un côté in muro et de l'autre la tenure d'un nommé Raymond Ruberi de Perpignan

  • 6 ADPO, Liber feudorum C, 1B-16, fol. 125v°-126r°.

7Ce dernier, qui se dit de familia Domini Regis Maioricarum, reconnaît, en 1321, tenir en fief diverses terres et parcelles à Toulouges, ainsi qu'un mansum, un cellarium et une olivette contiguë au manse6. Le manse est situé infra villam de Tolugiis, touchant d'un côté à une tenure qu'il a achetée, d'un autre à la route de Thuir, et enfin au fossé (in tovo). Le cellier quand à lui se trouve infra cellariam, affronte d'une part in muro de ville, et d'autre part à une voie et au cellier de Raimond Caneti. Il dit avoir acheté tous ces biens d'Hugues de Tellet, cinquante ans auparavant, en 1271.

  • 7 B. Alart, C.M., t. VII, p. 336, d'après les archives d'Elne.

8Le capbreu d'un bénéfice fondé à la cathédrale d'Elne par B. Oliba, dressé en 1345, mentionne à Toulouges un patuum situatum intus celeriam castri de Tolugiis et qui touche in muro ipsius ville, ainsi qu'une domum situatam intus castrum de Tolugiis7.

Seigneurs et fortifications :

  • 8 ADPO, 12J 24, n° 125.
  • 9 La copie de Fossa porte une surcharge au mot manso corrigé en mansos (correction d'une erreur de c (...)

9En 10488, Bliger Oliba et son épouse Guadanguars vendent au monastère de Cuixa leur alleu comprenant un ou plusieurs manses9 avec jardin, arbres fruitiers et non fruitiers, avec les fossés (vallos ; plus loin vallos est barré et remplacé par tovos) qui sont autour de lui (qui in circuitu eius sunt) et avec les limites de la Villa Teologias. Cet alleu touche d'un côté à Sainte-Eugénie, de l'autre à la villa Palaiano que alium nomen vocant Solario Ferriolo (Le Soler), à Orle et à Canohès. Il semble bien qu'il s'agisse de tout le territoire de la villa de Toulouges. Il pourrait s'agir de la donation du village et de son territoire, le village serait donc déjà entouré de fossés à cette date. On peut se demander quelle est la distinction entre vallos et tovos, peut-être vallum désigne-t-il ici plutôt le talus de terre, et tovum la tranchée ? Ce sont les mansos qui sont entourés de fossés. C'est donc une mention très précoce d'une première forme de défense collective.

  • 10 ADPO, 1 B 357, fol. 55v°.

10En 1287, Guillem du Boulou vend à Guillem de Podio Orphile de Collioure la part qu'il possédait de la dîme du castrum et de la villa de Toulouges et du territoire, paroisse (adjacencia) ou décimaire de Sainte-Marie de ce castrum, pour la somme de cinq mille cinq cents sous10.

Plan et vestiges architecturaux :

11Le plan de Toulouges montre les traces très nettes d'un regroupement villageois de forme régulière autour de l'église. On peut retrouver aussi dans le tracé des rues qui l'entourent les vestiges des anciens fossés.

Communauté villageoise :

  • 11 B. Alart, C.M., t. E, p. 86, source : 1B-123, notule d'André Romeu, fol. 15.

12Comme tant d'autres villages du Roussillon, Toulouges est, dans la deuxième moitié du xive siècle, touché par la chute démographique. C'est ce que révèle la concession de la maison abritant autrefois le four royal, en 137011. Le procureur du roi déclare en effet « qu'en raison du dépeuplement du lieu de Toulouges, le four commun est presque détruit et la maison dans laquelle il se trouvait menace ruine ». Le roi donne en emphytéose cette bâtisse, mais conserve le four et se réserve la possibilité de le changer de lieu et de le reconstruire à l'endroit qui semblera le plus adéquat dans le village.

  • 12 ADPO, 1B-227, a. 1424-1425.
  • 13 B. Alart, C.M., t. M ; p. 359, année 1408, couverture du manuel de P. Pastor, n° 1844.

13Au début du xve siècle, une portion de l'ancienne place près de l'église de Toulouges est concédée en emphytéose12. Un document de la même époque signale qu'une parcelle touche à la tenure de l'hôpital des pauvres de Toulouges13.

Finage et occupation du territoire :

  • 14 ADPO, 1B 26, fol. 13 v°, a. 1330.

14En 1330, une vigne jeune située sur le territoire de Sainte-Marie de Toulouges, touche à l'aculea payral, probablement le ruisseau commun, public14.

  • 15 ADPO, 1 B 225, fol. 158-159.

15En 1423 le procureur royal concède à un bourgeois de Perpignan omnes marginatas et lectus regium (des bordures ou « lit », le bas-côté ?) qui sont aujourd'hui inutiles et vacantes et d'un rapport négligeable15. Elles se trouvent au bord de la route qui va de ce lieu à Perpignan. Le bénéficiaire obtient l'autorisation de les agréger à une condamine et d'y planter des arbres. Plus loin ces « marginatas » semblent être désignées comme patua.

16Ancienne motte castrale ( ?) :

  • 16 B. Alart, C.M., t. H, p. 128, « livre d'établissements », ADPO, 1B-351, fol. 53r°.

17En 1419, un donzell est « établi » à la mota de dit lloch de Toluges afin d'y faire une aire pour battre les blés16.

Synthèse :

18La cellera de Toulouges est nettement constituée et bien structurée autour de l'église, avec ses fossés, et regroupant toujours l'essentiel des celliers encore au xive siècle. Le village fortifié, le castrum, s'est, de manière tout à fait classique, développé autour d'elle, et non auprès d'une ancienne motte dont la toponymie seule semble avoir gardé la trace.

Plan cadastral de Toulouges

Plan cadastral de Toulouges

Notes

1 ADPO, 1B18, fol. 8r°.

2 ADPO, Liber feudorum C, 1B-16, fol. 10v°-11ro-v°.

3 Le cens dans la cellera s'élève à deux poules, comme souvent, y compris dans le comté de Barcelone, cf. J. Busqueta i Riu St-Andreu de Palomar, et à Molet, maîtrise de P. Benito, Tinença i renda...

4 Le mot de « talliata », s'il vient du catalan tallar, couper, pourrait se traduire par « la tranchée ». Vallum peut avoir le sens de mur, il désigne dans la langue classique la palissade entourant le camp romain. Cette palissade s'élève sur l'agger, le talus, et est précédée du fossé, fossa. Chez César, vallum désigne aussi bien la levée de terre que le mur, et peut même s'appliquer à un rempart. Ici, avec l'ambiguïté de sive, on hésite pour traduire « touchant au fossé ou au mur » ou « touchant à la talliata (terme local) appelée aussi fossé ». La seconde explication est préférable, car les intéressés savent bien si le manse touche à un mur ou à un fossé, ils n'hésitent pas, ce qui fait penser que le sive introduit un équivalent, en latin classique, du terme populaire.

5 ADPO, Liber feudorum C, 1B-16, fol. 61r°-v°, reconnaissance renouvelée en 1308.

6 ADPO, Liber feudorum C, 1B-16, fol. 125v°-126r°.

7 B. Alart, C.M., t. VII, p. 336, d'après les archives d'Elne.

8 ADPO, 12J 24, n° 125.

9 La copie de Fossa porte une surcharge au mot manso corrigé en mansos (correction d'une erreur de copie ou interprétation de Fossa ?) : « ...et est in isto alodio mansos cum ipso orto et cum ipsos arbores fructuosos vel infructuosos et cum ipsos vallos... », ibidem.

10 ADPO, 1 B 357, fol. 55v°.

11 B. Alart, C.M., t. E, p. 86, source : 1B-123, notule d'André Romeu, fol. 15.

12 ADPO, 1B-227, a. 1424-1425.

13 B. Alart, C.M., t. M ; p. 359, année 1408, couverture du manuel de P. Pastor, n° 1844.

14 ADPO, 1B 26, fol. 13 v°, a. 1330.

15 ADPO, 1 B 225, fol. 158-159.

16 B. Alart, C.M., t. H, p. 128, « livre d'établissements », ADPO, 1B-351, fol. 53r°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Toulouges
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540