Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Torreilles

Roussillon

Texte intégral

  • 1 E. Cortade, Mgr Carsalade du Pont, BSASL des P.O.
  • 2 En 1055 une donation à St-Michel de Cuixa concerne huit parcelles de terre dont une affronte à la (...)

1L'église Saint-Julien est l'église paroissiale du village. L'ancien bâtiment roman aurait été détruit au début du xxe siècle1. Sur la même commune existaient plusieurs lieux de culte, ayant donné naissance à d'autres habitats regroupés : Saint-Pierre, N-D de Juhègues. On signale aussi un Saint-Michel de Torreilles2 (serait-ce seulement à propos d'une possession du monastère de St-Michel de Cuixa, seigneur de nombreuses terres et salines sur le territoire de Torreilles ?).

Celliers et cellera :

  • 3 B. Alart, C.R., n° 51, v. aussi ADPO, 12 J 24, n° 74.

2En 1070, l'abbaye de Cuxa reçoit en donation un alleu situé à Torreilles3. Cet alleu est composé de la moitié d'un manse auquel correspondent plusieurs pièces de terre et la moitié d'un cellier qui se trouve tout près de l'église Saint-Julien. La description de ce cellier est assez particulière pour qu'on la cite in extenso : « Juxta etiam ecclesiam sancti Juliani, medietas ipsius cellarii in cujus fronte rotat cardo portae sacrarii quod est circa eadem ecclesiam ».

  • 4 Cf. V. Farias, « cimiterium atque sacrarium », voir Saint-Laurent-de-Cerdans.

3Sur la façade de ce cellier tourne le gond d'une porte. Mais quel est le bâtiment désigné par le mot « sacrarii » ? Certainement pas un autre cellier, on aurait employé le mot « cellarium » comme pour celui qui est donné. Il ne semble pas que ce mot puisse désigner un bâtiment annexe à l'église, une sacristie, c'est peu probable dans le contexte d'une petite église de village au xie siècle. Ce terme, ici au singulier, a certainement le sens de sagrera ou cellera, comme dans d'autres cas4. La sagrera, ou cellera, était apparemment fermée par une porte.

4Ce texte montre aussi le rapport entre un demi-manse et un demi-cellier, le manse confrontant d'autres manses, le cellier étant lui contre l'église, au sein d'une cellaria certainement, et les terres se trouvant aux alentours.

  • 5 B. Alart, CM, t. V, p. 336-337, parchemins du domaine, n° CLX. En 1194, concession d'une rupta à p (...)

5En 1144, à l'occasion de la concession de deux pièces de terre par Jourdain de Rochafort, celui-ci prévoit que le bénéficiaire donnera un tiers de la récolte, et s'il y plante des vignes il devra porter le tiers de la vendange in tina mea in villa de Turrelis cum tuo asino, et si l'exploitant n'a pas d'âne il en sera loué un aux frais communs5.

  • 6 B. Alart, CM, t. A, p. 638-639, a. 1204.

6En 1204, un nommé Pierre Bertrand vend à Pons de Vernet un cellarium quem habeo in celera Petri de Castello6. Il est remarquable qu'à Torreilles la cellera (ou certaines parties de celle-ci) ait pris le nom de seigneurs qui la « possèdent » ou en ont le contrôle, dès le début du xiiie siècle. Ce cellier touche au fossé de la cellera (in vallum de celera) et à l'honneur de Pierre de Castello. Il vend aussi un manse et un jardin qui touchent aussi à la propriété de Pierre de Castello et au vallum celere.

  • 7 « domum... cum sotulo et solerio », ADPO, 1B 52, parchemin original.

7En 1287, une maison à étage est cédée, avec son patuus contigu, le tout dans la cellariam castri de Turrillis, touchant l'entrée et la tour du castrum7. Le procureur royal donne par le même acte la moitié du mur de cette tour, contre la maison donnée en acapte, avec la possibilité de placer sur le mur de la tour le carrigum et honus, c'est-à-dire d'y appuyer une construction. Le preneur reconnaît devoir un cens de vingt sous et six deniers pour cette maison, le pati et la servitude du mur de la tour.

  • 8 « patuus in villam exceptis foveis que sunt extra dictum patuum », ibidem, même source, même année
  • 9 « que dicitur portai veyl », ibid.
  • 10 « in tovo sive vallo dicte ville de Turrillis », ibid.
  • 11 On a un exemple de patuus couvert, mais de manière générale il s'agit d'un espace non bâti. Les si (...)

8Une autre cession concerne une courette, à l'exception des fosses qui se trouvent à l'extérieur de cette courette8, ainsi qu'une maison, appelée le vieux portail9, qui touchent tous deux au fossé de la ville10. Ces « fosses », conservées par le vendeur, sont probablement des silos, que l'on désigne parfois du terme catalan de sitges, ou des fosses ayant une destination artisanale (teinture, tannage). Elles sont semble-t-il à ciel ouvert (à l'extérieur d'une cour, le patuus11). La maison appelée « vieux portail » et touchant le fossé se trouve probablement à limite des murs du village, de même que le patuus.

Seigneurs et fortification, castrum, castellum, forcia :

  • 12 B. Alart, C.M., t. V, p. 587, parch, du dom. n° 220 ; ADPO, 1B 46.

9En 1181, Guillema, fille de Raymond-Gérard et de Claire, donne en alleu à Ermengaud de Vernet son castellum de Torreilles, et le reçoit en retour de celui-ci à titre de fief, selon le procédé bien connu du « fief de reprise »12. Son mari Raymond Sarrier prête serment de fidélité à Ermengaud en même temps qu'elle.

  • 13 ADPO, 1B 46, parch original.

10En 1189, Raymond de Corneilla (del Vercol ?) et son frère Bernard vendent à Ermengaud de Vernet et à sa femme Ava tout leur honneur de Torreilles, dans le territoire de Saint-Julien, à savoir hommes, femmes, (présents et futurs), maisons, terres, vignes, jardins, salines, arbres, pour mille sous et deux cents morabatins13.

  • 14 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 81, et ADPO, 1B-8.

11En 1198, Pons de Vernet, Raimond de Château-Roussillon, Raimon de Torreilles et le prieur d'Espira, co-seigneurs de Torreilles, obtiennent de Pierre Ier d'Aragon l'autorisation pour la « forcia communis » qu'ils ont construite et veulent construire à Torreilles14. Cette expression concerne une fortification collective puisque le roi autorise sa construction « in circuitu ville ». Ces seigneurs, ainsi que certains habitants de Torreilles, dont un Torrelanus Guiraldi, promettent au roi que de cette forcia comuni... non exeat malum, dampnum, jactura seu raubaria.

  • 15 B. Alart, C.M., t. A, p. 640-642.

12Raimond de Château-Roussillon donne à acapte à un nommé Turrilliano Joli et à son épouse Aladayci un manse et plusieurs terres, sous la condition que, s'ils y plantent des vignes, ils devront porter le quart ad meam tinam infra castrum meum de Turrilliis sans aucune participation (missione) de sa part15.

  • 16 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 528. Ce testament nous montre un seigneur préoccupé de réparer les nom (...)

13En 1204, comme on l'a vu, la cellera est entourée d'un fossé, mais il y a probablement une autre fortification, un autre rempart, entourant un espace plus large (peut-être la forcia communis dont la construction avait été autorisée en 1198). En tout cas, ce fossé ou cet autre rempart est fermé de portes, c'est ce que semble indiquer la mention d'une terre située à l'endroit appelé « devant la porte ». Une terre en prairie, donnée par Pons de Vernet dans son testament, en 1211, est située elle juxta tovam16.

  • 17 ADPO, 1B-9.
  • 18 On peut supposer que la possession de la moitié de ce « castrum-maison forte » s'accompagne d'une (...)
  • 19 « et eam detuleritis cum vestra bestia in meo Castro de Turrilias », B. Alart, C.M., t. B, p. 17, (...)

14En 1228, Guillaume de Castelnou reconnait tenir en fief pour Nunyo Sanche la moitié du castrum de Torreilles17. Il semble que ce terme désigne ici une construction isolée et non le village fortifié lui-même, puisque on ajoute « quod predictum castrum est intus cellariam et villam de Turrillis ». Le « château » en question doit être une maison forte située dans la cellera, elle-même noyau de la villa18 Ce type de castrum est ainsi tout à fait adapté à la perception des redevances, comme quand Raimond de Château-Roussillon, autre co-seigneur du lieu, demande à un homme à qui il concède une terre sur le territoire de Torreilles de lui verser une émine d'orge ad rectam mensuram curribilem ville de Turriliarum, en précisant qu'il devra la porter avec ses propres bêtes dans son château de Torreilles19.

  • 20 « quod patuum est intus castrum de Turrillis [au-dessus : in loco vocato castrum domini regis] et (...)

15En 1305, dans le village fortifié, appelé castrum, il semble que l'on distingue un espace de taille plus restreinte, le castrum du roi, à l'intérieur duquel le procureur royal donne en acapte un terrain (patuum) où le preneur devra construire une maison dans les deux années suivantes20.

Structure du village et activités :

16Au cours des xiiie et xive siècles, plusieurs documents concernent Torreilles et la cellera de Saint-Julien.

  • 21 B. Alart, C.M., t. B, p.1-4, ADPO, 1B-47.

17En 1207, Pons de Vernet, Raimond de Château-Roussillon et Raimond de Torreilles partagent les revenus de la justice, des leudes, du marché (forum vel mercatum), du four (furnum sive fornax) dans la villa de Torreilles. Les trois seigneurs ont des baillis (baiuli) les représentant sur place, ils échangent les serments et se remettent réciproquement en fief leur tiers des droits susdits21.

  • 22 ADPO, 1B 48, parchemin.
  • 23 ADPO, 1B 48, 1241, parchemin.

18En 1240, Béranger de Gardia vend à Pons de Vernet (qui est, dit-il, son seigneur) tout le tiers qui lui revient du four ou des fours qu'il a en indivis avec lui à Torreilles22. Cette vente est confirmée l'année suivante par les petits-fils de Bérenger de Gardia, Gozbert d'Ille et Guillaume de Palau, leur père Gozbert de Palau étant décédé23. Ils y joignent un « champ rond » (cf. infra).

  • 24 B. Alart, C.M., t. B, p. 34-35, ADPO, 1B-49.

19En 1243 cependant, Pons de Vernet cède aux habitants de Torreilles son droit de cuire le pain dans le four banal et les autorise à posséder leurs propres fours, en échange d'un jornal de travail (annuel certainement) au ruisseau de ses moulins24.

  • 25 B. Alart, C.M., t. B, p. 7, ADPO, 1 B 47.
  • 26 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol. 15r°, déclaration renouvelée en 1311, ibid., fol. 75r°-v°.

20En 1211, Pons de Vernet concède en fief un manse et un pati (une cour) situés intus villam25. Le manse voisine avec deux manses, la cour est à côté d'un « honneur » de Sainte-Marie-d'Espira (de-l'Agly). L'organisation zonale de l'habitat, avec ses espaces spécifiques imbriqués (cellera-villa-territoire) se retrouve ici aussi. Cependant, la spécialisation de la cellera tend à s'atténuer, avec la multiplication à l'intérieur de maisons, cours, etc. De même on mentionne en 1291 uncellarium... in villa26, qui peut se trouver donc hors de la cellera originelle.

  • 27 ADPO, 1B 48, parchemin.

21Ces cours, dans ou hors de la cellera, peuvent devenir des espaces convoités pour bâtir de nouvelles maisons. Ainsi, en 1226, Pons de Vernet donne en acapte unum pati... in villa Turriliarum... ad faciendum casas et omnia que ibi volueris facere27. On demande un cens de douze deniers, mais un droit d'entrée de cinq sous.

  • 28 Le document ajoute en outre, preuve que l'on tente de ne rien laisser au hasard : et si nebulam, v (...)
  • 29 Voir Perpignan, nombreuses constructions nouvelles, développement des quartiers et des activités, (...)
  • 30 B. Alart, CM., t. B, p. 16, source ADPO, 1B-48.

22Raimond de Château-Roussillon, concédant en acapte en 1218 deux manses dans la villa de Torreilles, prévoit que le bénéficiaire devra un versement annuel en argent, des journées de moisson, de battage, mais aussi des travaux au « château », opera ad castrum, certainement pour l'entretien des fortifications ou des fossés28. Dans ces premières décennies du xiiie siècle, une certaine expansion économique et démographique se fait sentir ici comme ailleurs29. La concession d'une cour dans la villa en 1226, accompagnée de la précision qu'elle est destinée ad faciendum casas, en est aussi un signe30.

23Cependant, même au coeur du village existent encore des espaces non bâtis.

  • 31 La domina Blanche de Corbère y perçoit un cens de six deniers ou d'une ancerem, ADPO, 1B 49, parch (...)

24En 1253 est vendu un pati situé intus cellariam castri domini Poncii de Verneto, qui touche à l'est et au nord in vallato ipsius cellarie et au sud à des maisons31. La cellera semble à vrai dire constellée de courettes intérieures (patis), peut-être destinées à l'origine à abriter le petit bétail. Ce pati est vendu cum parietibus.

  • 32 Vendu pour la somme de dix sous de Barcelone (soit huit de Maguelonne) et payant six deniers de dr (...)
  • 33 Un document postérieur, lorsque la seigneurie de Pons de Vernet est passée aux mains du roi pourra (...)
  • 34 ADPO, 1B 49, parchemin, 1254.

25Un acte de la même année concerne la vente d'une moitié de pati, ...infra cellariam castri domini Poncii de Verneto, qui touche à l'est au fossé (in tova ville) et au sud et à l'ouest à deux autres patis, dont apparemment aucun n'est celui de l'acte précédent, de l'autre côté cette courette voisine avec la maison des acheteurs, ce qui justifie l'idée de « cours intérieures »32. La cellera est systématiquement appelée cellaria castri domini Poncii de Verneto. Le castrum, maison forte du seigneur, donne son nom à la cellera. Doit-on y voir une appropriation de toute la cellera, ou d'une partie33 ? Quoi qu'il en soit, cette dénomination marque bien une soumission de cet espace à un contrôle strict par le seigneur, exercée au moyen direct de la présence de son château. On rappelle d'ailleurs son droit lors de la donation d'un pati situé intus cellariam domini Poncii de Verneto, ...salvo jure domini Poncii de Verneto34.

  • 35 ADPO, 1B 49, la vente est signée (approuvée) par Pons de Vemet, qui perçoit six deniers de cens, c (...)
  • 36 ADPO, 1B 49, parchemin, le cens est de six deniers melgoriens ou une poule.
  • 37 « ab oriente in muro isius ville, a meridie in pati vestro, a circio in via, ab aquilone in tenenc (...)

26Cette même année, Guillema Mercera, qui avait acheté quatre ans plus tôt (avec son mari) un demi-pati dans la cellera, vend (avec son fils et sa fille) un pati entier, touchant lui aussi au fossé (in tova ville)35. Comme la moitié qu'elle avait acheté en 1253 touchait au nord à sa maison, et que celui-ci touche à une rue, il est possible qu'il s'agisse de deux courettes différentes. On peut remarquer que la moitié était vendue pour huit sous, alors que le pati entier atteint trente sous. La même femme et son fils vendent, toujours en 1257, à la même acheteuse (Béatrice d'Alp) une maison dans cette même cellaria domini Poncii de Verneto. On reconnaît à cette occasion qu'une domine Adalsendis y perçoit un cens de six deniers, et celle-ci déclare, avec son fils Hugues, avoir perçu son droit de mutation36. Pons de Vernet n'est donc pas le seul à posséder des droits sur les biens de la cellera dont il est le seigneur. Cette domum... condirectam touche au mur du village, à une cour appartenant aux acheteurs, à une rue et à la propriété de Pons de Vernet37. Elle est vendue pour la somme de quarante sous.

  • 38 ADPO, 1B 49, parchemin.

27En 1254, un couple de Torreilles et leurs deux fils reçoivent de Pons de Vernet une terre sur le territoire de Saint-Félix de Pi, au lieu appelé Fontanes en échange de celle qu'ils tenaient pour lui, et qu'il a vendue, au village de Torreilles, au lieu appelé Davant Porta. D s'agit d'une porte du village fortifié sans doute38.

  • 39 Ibidem, p.39-41, ADPO, 1B-50.

28Pons de Vernet échange avec Pons-Hugues d'Ampurias, contre Cadaquès, totum castrum meum de Turrillis et villam eiusdem, ainsi que les castra et villae du Vernet, de Millas, et de Tautavel, en 126139. Il déclare : « retineo michi de predictis in tota vita mea tantum usufructum domorum castri de Turrillis in quibus modo maneo et usufructum stabulorum quibus bestias meas et paleam teneo et usum fructum molendinarum ville de Turrillis ». Pons vit donc à Torreilles, et non plus au château du lignage, au Vernet, et se soucie de pouvoir continuer à y demeurer, il tient beaucoup aussi à ses « bêtes », probablement ses chevaux, (et à leur paille !). Remarquons que dans ce document castrum semble avoir le sens de « village fortifié », au moins dans la clause de réserve : « les maisons du castrum dans lesquelles je demeure ». Parmi les droits qu'il se réserve, on peut remarquer aussi l'usufruit des parserarium mearum (droits de chasse aux passereaux, à la passée) du castrum et de la vila de Torreilles, l'usufruit de la dîme des poissons et du tractus boligiorum de Stagno (pêche aux anguilles ?). Il conserve aussi la maison de Torreilles où est construit le four.

  • 40 ADPO, 1B-51, parchemin original.

29A la suite de cet échange, c'est le comte d'Ampurias Pons-Hugues qui concède un espace au sol, quoddam solum terre, à un habitant de Torreilles, en 1263, afin d'y installer un étal, sur la place, contre sa maison, in platea juxta domum tuam ad faciendum ibi una tabulam40.

  • 41 ADPO, 1B-52, a.1272-1321.

30A la fin du xiiie siècle sur le territoire de Torreilles, diverses propriétés dépendant de l'ancien « château » de Pons de Vernet sont concédées en emphytéose par les procureurs royaux41.

  • 42 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol. 13v°.
  • 43 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol. 9v°-10r°, 1272.

31En 1273, un nommé Amald Bertrand, fils de miles, reconnaît tenir de l'infant Jacques, fils du roi Jacques, une demeure, hospicium... intus villam... juxta plateam et juxta domum42. L'hospicium est-elle une maison de caractère plus luxueux que la domum ? Les deux termes sont quasiment synonymes ; l'un, plus, rare pouvant sembler plus prestigieux. Dans un document contemporain, on déclare tenir mansum sive hospicium... intus dictam villam de Turrillis43.

  • 44 ADPO, 1B 52, parchemin original, a. 1287.

32En 1287, une domum cum saffaregs eidem contiguis, est située intus castrum de Turrillis quod est domini regis et touche in intrata dicti castri44. Les saffaregs (en catalan safareig) sont les lavoirs contigus aux maisons.

  • 45 ADPO, 1B-52, parchemin original.

33En 1287, Pierre de Camprodon, procureur du roi de Majorque, cède en acapte des maisons contiguës intus castrum de Turrillis, qui affrontent d'un côté in intrata dicti castri et in turre, in pariete eius turris. Il permet aussi quod in dicto pariete dicte turris possis carrigum et honus (ou honois) quocienscumque tibi placuerit45. Il semble donc que les maisons soient adossées au mur d'une tour du castrum, tour qui peut garder l'entrée. Ces maisons se trouvent-elles à l'intérieur comme le terme intus semble l'indiquer ? Carrigum, honus représentent peut-être la « charge », c'est-à-dire la possibilité d'appuyer une construction sur la tour. Il accorde aussi un patuus, cum omni tecto sive hedificio quo in eo est, patuus qui se trouve dans la cellariam domini regis, in villa de Turrillis. La cellera nommée « cellera du roi » est celle dite naguère « de Pons de Vernet », qui a été renommée après l'échange, ce qui semble bien indiquer que cette appellation inclut l'idée d'un droit seigneurial sur la cellera. Dans la cellera, on retrouve un de ces patis mais qui supporte sûrement une construction, peut-être précaire.

  • 46 B. Alart, C.M., t. C, p. 463, manuel de Jacques Molines, not. 464.

34Ce fossé est appelé en 1388 thoa veteri, une maison y touche d'un côté, alors que de l'autre elle voisine avec la tenencia sive castrum Arnaldi de Vivariis domicelli46.

  • 47 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol.14r°, 1291, reconnaissance renouvelée en 1311 et 1316 par Arnau (...)

35Le damoiseau Bernard de Saint-Mamet reconnaît tenir en fief pour le roi Jacques de Majorque castrum meum de Turrillis cum fortaliciis suis, avec les hommes, les femmes, les vignes et les jardins, dans toute la villa de Turrillis et in terminis et adjacentia Sci Juliani dicte ville de Turrillis47, exceptée la dîme qui est inféodée à Pons de Guardia.

  • 48 B. Alart, ibid., p. 62, même source.

36En 1299, un nommé Pierre Vives vend au procureur du roi, au nom de ses pupilles, la partie d'un patuus que le roi s'était approprié quand il avait bâti une demeure (sale sue) qui empiète sur ce patuus, in dicta villa de Turrillis in cellaria sua48.

  • 49 ADPO, 1B 21.fol.48v.

37Au début du xive siècle, plusieurs terrains situés dans le castrum sont donnés en acapte pour qu'on y construise des maisons. En 1304 un patuus qui se trouve intus castrum de Turrillis in loco vocato castrum domini regis, et qui touche à la propriété du roi et à des rues, mesure quatre cannes de Montpellier de large et en longueur la distance comprise entre deux rues. Il est attribué afin qu'on y bâtisse une ou plusieurs maisons dans les deux années à venir, faute de quoi, passé ce délai, le roi pourrait reprendre ce terrain et le donner en acapte à quelqu'un d'autre49.

  • 50 B. Alart, C.M., t. B, p. 64, ADPO, 1B-52 et 1B-21.

38En 1305, un habitant de Torreilles reçoit du roi une concession pour un patuus situé dans la villa de Torreilles, touchant in muro de Turrillis50. Il obtient le droit de construire là une ou plusieurs maisons aux mêmes conditions et l'autorisation d'ouvrir dans ce mur une porte (quandam portellam), par laquelle il pourra entrer et sortir, sauf en temps de guerre où il devra tenir celle-ci fermée. Il pourra rouvrir cette porte dès la guerre finie.

  • 51 ADPO, 2 HDTp 28, plech 27, n° 10.

39Jean de Torreilles donne en 1479 une maison et un pati contigus, qui touche ab la toha51.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 52 ADPO, plan 23127/214, matrice 16W474-476.

40Le plan cadastral montre le regroupement de maisons de petite taille autour de l'église et du cimetière52. Une ruelle traverse cet espace qui est de dimensions très réduites, 50 mètres du nord au sud sur 65 mètres d'est en ouest, les limites extérieures se trouvant entre 10 et 25 mètres des murs de l'église. Un double trait au sud de cet ensemble bâti, très étroit chemin entre les maisons agglomérées et des champs voisins, est peut-être la trace d'un ancien fossé ou d'un chemin longeant le mur de la cellera.

Communauté villageoise :

  • 53 B. Alart, C.M., t. G, p. 24, rubrique de Puignau ( ?), registre X, fol. 185v°-187v°.

41Au début du xive siècle un document mentionne l'hôpital de Torreilles53.

  • 54 B. Alart, C.M., t. M, p. 522, notule de B. Masdamont (n° 1614).

42En 1415, les consuls vendent huit ayminas de froment pour payer ceux à qui l'on doit les travaux du clocher54.

Finage et occupation du territoire :

Eglise Saint-Pierre (peut-être située au nord-est du village actuel, près du lieu-dit La Tourre) :

  • 55 MH, n °280.
  • 56 « Est autem ipse alodius ecclesia sancti Petri cum suis hortalibus et cum suis arboribus, sive cum (...)
  • 57 Comme dans les cas de Marcevol (c. Arboussols) et de Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech.

43En 1070, Gotard Gauzbert donne à Saint-Michel-de-Cuxa son alleu situé à Torreilles55. Celui-ci consiste en une église, Saint-Pierre, avec ses jardins, ses arbres, ses prairies et les maisons qui sont autour d'elle56. Parmi les confronts, au sud on cite des croix (« infra ipsas cruces »), peut-être des signes marquant la limite du territoire d'immunité entourant l'église57. Il existe probablement aussi un cimetière autour de cette église, ainsi que le laisse deviner la fin du texte où Gotard précise qu'il fait cette donation pour le salut de l'âme de son épouse défunte reposant dans le cimetière de cette même église Saint-Pierre.

  • 58 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 50, analyse du cartulaire de Cuxa, on ne possède malheureusement que l'a (...)

44En 1155, une vente concerne un cellier tenu pour Saint-Pierre de Torreilles ; le prévôt ( ?) de cette chapelle donne son accord, contre l'engagement par l'acquéreur de faire dix journées de boeuf pour Saint-Pierre58. On peut penser que ce cellier est situé dans l'environnement immédiat de l'église, sous sa dépendance directe.

  • 59 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, p. 1, FdF, manuscrits d'Oms, d'après le cartulaire majeur de Cuixa

45En 1158, Bérenger de Guardia et son épouse Douce font don au prévôt de Saint-Pierre de Torreilles (qui dépendait de Cuixa) du tiers des salines qu'ils avaient dans le terroir de Saint-Julien de Torreilles59.

  • 60 B. Alart, C.M., t. V, p. 339-342, parchemins du domaine, n° 194, et t. B, p. 5, ADPO, 1B 47, parch (...)

46En 1159 puis en 121160, une parcelle située in adjacencia Sci Juliani de Turrillis, au lieu-dit ad Thorum, touche d'un côté in honore Sci Juliani, et de l'autre in honore Sci Petri. Il n'y a donc pas confusion entre les deux églises, il ne s'agit pas d'un changement de vocable. C'est ce document qui nous permet d'envisager la localisation de l'église Saint-Pierre au nord-est de la commune actuelle. En 1211, un document concerne un campum de Toro. En 1150, 1159 et 1170, des terres sont situées ad Tor. L'une affronte in vassam de Tor. Dans la partie basse de la plaine le terme tor désigne une terre un peu plus élevée que la basse plaine environnante.

  • 61 ADPO, 1B 47, parchemin original. Les confronts sont identiques mais on les nomme ainsi : « ab orie (...)
  • 62 « Si vos...plantaveris ibi vineam, portate vestram tinam ad portam nostram ».

47En 121261, de cette même pièce de terre, concédée en acapte par l'acheteur de 1211, Raimond de Château-Roussillon, on dit qu'elle se trouve ad Tor. Le bénéficiaire doit, s'il plante là une vigne, porter son vin à la porte du seigneur62. On peut supposer que Raimond de Château-Roussillon possède à Torreilles un lieu de perception des redevances qui lui sont dues.

  • 63 ADPO, 1B 48, parchemin original.

48En 1242, Jausbert d'Ille, fils de Jausbert de Palau, concède à Arnaud d'Ille et à Brunissende un champ appelé campus de vassaliu, ainsi que les cens et droits qu'il possède infra villam et terminos Sancti Petri de Turrillis63. Il lui vend aussi le tiers des justices de Torreilles, que son frère Guillem et lui tiennent pour Pons de Vernet, pour cent sous.

  • 64 On vend au roi une peciolam terre infra terminos Sci Juliani loci de Turrillis juxta ecclesiam Sci (...)

49A la fin du xiiie siècle, cette église semble être placée dans les limites de la paroisse de Saint-Julien de Torreilles, ainsi que l'indique un document de 129764.

Juhègues (au nord-ouest du village actuel) :

50Iudegas, 1011, église Sancta Maria de Villa Judaicas, 1089. Lieu-dit à un kilomètre environ du vieux village de Torreilles vers le nord, près de l'Agly.

  • 65 B. Alart, C.M., t. G, p. 395, manuel de B. Fabre, n° 2144.

51Ce toponyme n'a apparemment pas pour origine la présence d'une communauté juive, mais s'expliquerait par l'étymologie « iuxta aquas ». Pourtant, en 1379, une dame Sobradona, épouse et représentante de Vital Salamon Nathan, juif de Perpignan, vend à Pierre Magister, boulanger de Perpignan, tout le bois et les arbres qu'elle possédait in terminis Beate Marie de Judaycis, prope locum de Turrillis65.

  • 66 Famille Pauc, voir Baixas et Avalri.

52En 1246, Bernard de Château-Roussillon donne en fief à son aïeul Pons Pauc66 le castrum de Judaycis, et tout ce qui se trouve in adjacencia de Sainte-Marie de ce lieu et que Guillem de Judaicis, miles, tenait pour lui.

  • 67 ADPO, 2 HDT p 28, plech 27, n° 4. La motte de Juhègues a été fouillée par G. Castellvi, « Les mott (...)

53En 1594, une condamine se trouve en partie sur le territoire de Claira, en partie sur celui de Torreilles, au lieu-dit « al mont de la terra ». Il touche à la rivière de l'Agly, et aux limites de Pia, ainsi qu'à un chemin appelé del pas de na Mallola67. Cette localisation peut correspondre à Juhègues.

Petralada (d'après certains auteurs, une motte située autrefois près du moulin)

  • 68 ADPO, 1 B 45, parch original.

54En 1101, Raimond de Peralata et ses fils Josbert et Heimeric donnent à un homme la moitié d'une parcelle de terre qu'ils partagent avec Raimond Gérard68.

  • 69 B. Alart, C.M., t. V, p. 342 ; parchemin original : ADPO, 1B 45.

55En 1159, un jardin intus villam de Turrillis touche au castellum Raimundi de Petralada, qui semble bien être un château privé portant le nom d'un lignage69. Non loin passe une regeram de qua totus ortus rigatur. Dans ce jardin sont données deux souches d'oliviers (calces olivarum).

56A la fin du xiie et au début du xiiie siècle, plusieurs documente émanant de la « famille de Petralata » mentionnent ce « château ».

  • 70 B. Alart, C.M., t. V, p. 366, parchemins du domaine n° 192, voir Salses, Barres.

57En 1193, Marie de Petralata et son mari Arnaud donnent à leur futur gendre Ermengaud de Vernet, en même temps que leur fille Saurimunda tout leur honneur de Torreilles, le castrum et la dîme70.

  • 71 ADPO, 1 B 46, parchemin original, très altéré.

58En 1194, Hugues de Torreilles engage à Guillem Raymond et à Bernard son frère tous les droite qu'il possède et que ceux-ci tiennent in adiacencia Sci Juliani de Turreliis iuxta castrum de Peralada, et qui touche d'un côté à l'« honneur de Peralada » et de l'autre à celui de Raymond de Torreilles71.

  • 72 B. Alart, C.M., t. A, p. 632, ADPO, 1B-46.

59En 1199, Marie, domina de Petralata, et son fils Arnaud, donnent à leur fille et soeur, en dot, trois mille sous barcelonais, comptés sous forme de trois cents aurei et illum kastrum de Turriliis72.

  • 73 B. Alart, C.M., t. A, p. 633-634, 638, ADPO, 1B-46, copie fin xiiie sur parchemin.

60La même Marie, domina de Petralata, et sa fille Gausberte vendent en 1201 « totum castrum nostrum de Turrillis quod dicitur de Petralada » avec tous ses droite (forciis, juribus) et tout leur honneur dans la villa de Torreilles, dans son territoire, dans celui de Saint-Julien et dans ceux de Villelongue (église Saint-Marcel) et de Sainte-Marie-de-la-Mer73.

  • 74 ADPO, 1B 46.

61La même année, Raimon de Château-Roussillon confie à Pierre Baiulo la baillie de tout l'honneur qui appartient à son castellum de Torreilles sur le territoire de Saint-Julien74. Le nommé Pierre se donne, lui et sa postérité, à Raimon, qui le reçoit comme son homme. D verse un droit d'entrée de quatre-vingt-dix sous, dont quarante vont à Raimon, « dominus meus », et cinquante à Marie de Peralada, « domina mea » : on peut en déduire que ce castellum est celui de Peralada. Mais le castellum n'appartient pas à Raimon de Château-Roussillon. Le castrum de Petralada est encore cité en 1210.

  • 75 ADPO, 1B 52.

62En 1299, Raymond d'Urg, fils d'Ermengaud d'Urg vend au roi Jacques de Majorque toute sa part de la dîme qu'il possède dans la villa seu castro de Torreilles et tout le castrum vocatum de Petralata, avec toutes les terres, possessions et droits qui en dépendent75.

  • 76 ADPO, 1B 52.

63Les procureurs royaux donnent à acapte en 1318 le champ appelé Castelas de Peralada, in quo est quoddam castellaceum terreum citum in terminis Sci Juliani de Turrillis76. Le preneur versera vingt sous barcelonais de cens et une intrata de cent livres. Il aura la possibilité d'arroser ce champ avec l'eau du ruisseau des moulins royaux de Torreilles et de construire des bâtiments in dicto castellaceo. Ce champ est bordé de deux chemins et touche à la propriété de la veuve de Vilar du Vilar, un chevalier.

Mudagons (au sud-ouest du village, lieu-dit Moudegoun) :

  • 77 ADPO, 12 J 25, n° 173.

64En 1138, Bernard de Torreilles, chanoine d'Elne, gisant en son lit, fait son testament. Il donne un manse avec les hommes qui y habitent, dans la villa de Torreilles, des vignes dans le territoire de Saint-André de Bigeranes, un champ au lieu-dit Saliner, et un autre ad viam de Mudadons77

  • 78 ADPO, 1 B 50 ; Saint-Estève (appelé souvent Saint-Estève de Pi) est un lieu cité plusieurs fois da (...)

65En 1173, Arnal de Solans et ses fils vendent à Ermengaud de Vernet tout l'honneur qu'ils possèdent sur les territoires de Saint-Sébastien de Mudagons, de Sainte-Eugénie de Lebeiano, et de Saint-Félix de Saint-Etienne de Pi, pour sept cents sous melgoriens78.

  • 79 ADPO, 1 B 50 ; ce document évoque les habitants d'un lieu appelé Frumigariis ou Formigariis, qui a (...)

66En 1182, un nommé Raimon Sebastian se fait homme de corps d'Ermengaud de Vernet, avec son manse et tout l'honneur qu'il tenait de feu Bérenger Castla, son seigneur79. Il donnera deux fougasses, dont une est suffisante pour deux chevaliers ainsi que tout le cens que lui versent les hommes de Frumigariis, pour les manses qu'ils ont en acapte de lui dans la villa de Mutationibus, près du manse où il habite. Raimon reçoit d'Ermengaud de Vernet cent cinquante sous.

  • 80 ADPO, 1 B 50.

67En 1188, Ermengaud de Vernet donne en acapte à un nommé Bernard Ministral un manse dans la villa de Mutationibus, avec le jardin qui est à côté et trois parcelles de terre sur le territoire de Saint-Sébastien de Mutationibus et de Saint-Félix de Saint-Estève80.

  • 81 B. Alart, C.M., t. A, p. 245, ADPO, 1B16.
  • 82 ADPO, 1B17, fol. 7r°.

68En 1281, Adhémar de Mosset vend à l'abbé de Sainte-Marie de Villelongue, de l'ordre cistercien, tout le castrum et la villa de Mutacionibus avec les droits appartenant à ce castrum81. A cette date, Mudagons est appelé locum sive grangiam de Mutaçonibus82.

Sainte-Eugénie de Lebeiano (peut-être au lieu-dit Bougarius, à l'ouest du village, entre Torreilles et Claira) : citée en 1173, voir ci-dessus à Mudagons.

69Maison forte isolée ( ?) :

  • 83 B. Alart, C.M., t. A, p. 311, notule de Pierre Masdamont.

70En 1460 Galcerand de Pi et de Fenollet donne en acapte à un bourgeois de la ville de Perpignan plusieurs pièces de terre dont l'une in terminis de Turrillis touche à deux routes et à un ruisseau (exaugadorio) et sur laquelle est édifié quoddam castrum Bartholomei Vaquer mercatoris Perpiniani quod fuit Rogerii Susau quondam83. Ce pourrait être une maison forte tardive, sorte de mas fortifié par un petit noble ou par un gros tenancier.

Laucata :

  • 84 ADPO, 12 J 24, n° 157.

71En 1136, un miles de Torreilles donne son fils à Saint-Michel-de-Cuxa pour qu'il devienne moine, il y ajoute un manse qui touche d'un côté à la route qui va au château (castrum) de Gauzbert de Locata84.

Cellera de Laucata :

  • 85 ADPO, 1B-16, fol. 12 r° et v°.
  • 86 B. Alart, C.M., t. B, p.64, ADPO, 1B-52.
  • 87 « medietatem cellarie que vocatur cellaria de Laucata », 1B-16, fol. 12v°, située « in dicto castr (...)
  • 88 Voir Torreilles, Saint-Julien.
  • 89 P. Ponsich, Limits..., ne donne rien sous ce nom, ni à Torreilles, ni au Barcarès (auj. Leucate-Le (...)

72En 1272, puis en 129185 et 130886, une reconnaissance féodale renouvelée concerne la moitié de la cellera de Laucata située à Torreilles87. Ces serments sont prêtés par Raimond de Castell, puis par ses fils Pierre Arnald et Gaubert de Castell, peut-être parents du Guillaume de Castell du document de 122888. Cette cellera pose problème : on ne cite pas de lieu habité89 ou d'église portant ce nom ; le plus ressemblant est celui de Leucate, au nord de l'étang de Salses, qui semble trop loin de Torreilles.

Autres lieux-dits :

  • 90 Alcover, Diccionari..., Quinta : camp de conreu immediat a les cases d'une masia (Pirineu oriental (...)
  • 91 B. Alart, CM., t. 2, ms 10760, ADPO, 1B-46.

73En 1178, Guillaume de Castelnou vend à Ermengaud du Vernet ipsum meum quintanum90 quod est in villa de Turriliis, ad locum ubi appellamus Gerardiam91. Ce lieu-dit se situe au nord de Torreilles entre le village et l'Agly.

  • 92 ADPO, 1B 49.

74En 1255, une terre, in loco vocato ad viam maris, touche in recho molendinarum92.

  • 93 ADPO, 1B 52.

75Un document de 1321 mentionne une terre qui est voisine de l'endroit appelé Tet vela (ancien lit du fleuve)93.

  • 94 ADPO, 1B 52.

76Une terre se trouve au lieu-dit Celers en 129494.

Synthèse :

77L'histoire du peuplement de Torreilles est complexe.

78La villa Turrilias apparaît dans les sources en 956, et deux églises, qui sont sans aucun doute distinctes, s'y trouvent très tôt : Saint-Pierre, citée en 974, aujourd'hui disparue, mais autour de laquelle étaient groupées des maisons dès 1070, et Saint-Julien, l'actuelle église paroissiale, qu'une cellera entourait à la même date.

79Fait très intéressant, cette villa était voisine de plusieurs autres villae, citées souvent dès le xe siècle, éventuellement avec leur église et comportant apparemment un habitat. Ces villae étaient parfois les sièges de seigneuries châtelaines (mottes), qui disparurent au cours des siècles suivants, probablement par l'affirmation du lieu et des seigneurs de Torreilles. Ces lieux : Juhègues, Mudagons, Labeja, Saint-Estève de Pi, Saint-André de Bigeranes (sur la commune de Sainte-Marie-de-la-Mer, aux confins du territoire de Torreilles), sont tous situés en périphérie de la commune actuelle, et ont été absorbés par elle. A l'est, au bord de la mer, les cabanes de pêcheurs du Bourdigou sont elles aussi citées dès le Moyen Age.

80Plusieurs châteaux, les mottes de Juhègues, de Mudagons, de Peralata, ont existé en plus de celui, ou plutôt de ceux existant à l'intérieur du village de Torreilles lui-même. La cellera est donc passée, probablement assez vite, sous le contrôle de ces seigneurs. Mais sa morphologie s'est conservée jusqu'à nos jours.

Plan cadastral de Torreilles : la cellera

Plan cadastral de Torreilles : la cellera

Notes

1 E. Cortade, Mgr Carsalade du Pont, BSASL des P.O.

2 En 1055 une donation à St-Michel de Cuixa concerne huit parcelles de terre dont une affronte à la fois « in terra Sancti Petri de Torreles,... in terra Sancti Michaelis de Torreles,... in terra Sancti Juliani... », ADPO, 12 J 24, n° 131.

3 B. Alart, C.R., n° 51, v. aussi ADPO, 12 J 24, n° 74.

4 Cf. V. Farias, « cimiterium atque sacrarium », voir Saint-Laurent-de-Cerdans.

5 B. Alart, CM, t. V, p. 336-337, parchemins du domaine, n° CLX. En 1194, concession d'une rupta à peu près dans les mêmes termes : « et si plantaveristis ibi vineam dabitis quartum de vindemia et portabitis illud cum vestra bestia si habueritis ad nostram tinam in villa de Turriliis. Si non habueritis, locate de comuni vindemia nobis et vobis, et habeas paleas et vites (la paille et les sarments) », B. Alart, C.M., t. V, p. 590, parch, du dom. n° 195.

6 B. Alart, CM, t. A, p. 638-639, a. 1204.

7 « domum... cum sotulo et solerio », ADPO, 1B 52, parchemin original.

8 « patuus in villam exceptis foveis que sunt extra dictum patuum », ibidem, même source, même année.

9 « que dicitur portai veyl », ibid.

10 « in tovo sive vallo dicte ville de Turrillis », ibid.

11 On a un exemple de patuus couvert, mais de manière générale il s'agit d'un espace non bâti. Les silos à blé sont souvent situés à l'extérieur des maisons, contre leur mur, dans la rue, cf. Perpignan, Villeneuve-de-la-Raho.

12 B. Alart, C.M., t. V, p. 587, parch, du dom. n° 220 ; ADPO, 1B 46.

13 ADPO, 1B 46, parch original.

14 B. Alart, Privilèges et titres..., p. 81, et ADPO, 1B-8.

15 B. Alart, C.M., t. A, p. 640-642.

16 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 528. Ce testament nous montre un seigneur préoccupé de réparer les nombreuses mauvaises actions (malefacta) commises durant sa vie, envers un grand nombre d'individus comme de communautés (en particulier villageoises). A Torreilles, il laisse à G. Davini ruptam quam ei emparavi, et plus loin, ibid. p. 531, il lègue au même homme « pro malefactis quas illi feci MD solidos et dum vixerit sit franchum de quista ».

17 ADPO, 1B-9.

18 On peut supposer que la possession de la moitié de ce « castrum-maison forte » s'accompagne d'une série de droits sur le « village-castrum ».

19 « et eam detuleritis cum vestra bestia in meo Castro de Turrilias », B. Alart, C.M., t. B, p. 17, ADPO, 1B-48, 1230.

20 « quod patuum est intus castrum de Turrillis [au-dessus : in loco vocato castrum domini regis] et affrontat ex una parte in tenencia domini regis », ADPO, 1 B 21, fol. 48 v°.

21 B. Alart, C.M., t. B, p.1-4, ADPO, 1B-47.

22 ADPO, 1B 48, parchemin.

23 ADPO, 1B 48, 1241, parchemin.

24 B. Alart, C.M., t. B, p. 34-35, ADPO, 1B-49.

25 B. Alart, C.M., t. B, p. 7, ADPO, 1 B 47.

26 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol. 15r°, déclaration renouvelée en 1311, ibid., fol. 75r°-v°.

27 ADPO, 1B 48, parchemin.

28 Le document ajoute en outre, preuve que l'on tente de ne rien laisser au hasard : et si nebulam, vel aquam, vel petram, vel ost, vel cavalchatas, sive ignem supervenerit ad predictum expletum, illud defectum minuatur de predictis, B. Alart, C.M., t. B, p. 13-14, ADPO, 1B-48, parchemin. Une concession faite par le même seigneur en 1213 stipulait seulement : cum usaticis ad consuetudinem ville de Turrillis, ibidem, p. 8-9, ADPO, 1B-47.

29 Voir Perpignan, nombreuses constructions nouvelles, développement des quartiers et des activités, cf thèse de Laure Verdon.

30 B. Alart, CM., t. B, p. 16, source ADPO, 1B-48.

31 La domina Blanche de Corbère y perçoit un cens de six deniers ou d'une ancerem, ADPO, 1B 49, parchemin.

32 Vendu pour la somme de dix sous de Barcelone (soit huit de Maguelonne) et payant six deniers de droits de mutation à Pons de Vernet, ADPO, 1B 49, parchemin.

33 Un document postérieur, lorsque la seigneurie de Pons de Vernet est passée aux mains du roi pourrait l'indiquer, on y lit en effet : « patuum quod est intus castrum de Turrillis in loco vocato castrum domini regis », B. Alart, C.M., t. C, p. 128, ADPO, Procuration royale de Majorque A, 1B-21, 1304.

34 ADPO, 1B 49, parchemin, 1254.

35 ADPO, 1B 49, la vente est signée (approuvée) par Pons de Vemet, qui perçoit six deniers de cens, comme pour la moitié de pati.

36 ADPO, 1B 49, parchemin, le cens est de six deniers melgoriens ou une poule.

37 « ab oriente in muro isius ville, a meridie in pati vestro, a circio in via, ab aquilone in tenencia domini Poncii de Verneto », ibid.

38 ADPO, 1B 49, parchemin.

39 Ibidem, p.39-41, ADPO, 1B-50.

40 ADPO, 1B-51, parchemin original.

41 ADPO, 1B-52, a.1272-1321.

42 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol. 13v°.

43 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol. 9v°-10r°, 1272.

44 ADPO, 1B 52, parchemin original, a. 1287.

45 ADPO, 1B-52, parchemin original.

46 B. Alart, C.M., t. C, p. 463, manuel de Jacques Molines, not. 464.

47 ADPO, 1B-16, Liber feudorum C, fol.14r°, 1291, reconnaissance renouvelée en 1311 et 1316 par Arnaud de Saint-Mamet, ibid., fol. 74 v° et 107 r°.

48 B. Alart, ibid., p. 62, même source.

49 ADPO, 1B 21.fol.48v.

50 B. Alart, C.M., t. B, p. 64, ADPO, 1B-52 et 1B-21.

51 ADPO, 2 HDTp 28, plech 27, n° 10.

52 ADPO, plan 23127/214, matrice 16W474-476.

53 B. Alart, C.M., t. G, p. 24, rubrique de Puignau ( ?), registre X, fol. 185v°-187v°.

54 B. Alart, C.M., t. M, p. 522, notule de B. Masdamont (n° 1614).

55 MH, n °280.

56 « Est autem ipse alodius ecclesia sancti Petri cum suis hortalibus et cum suis arboribus, sive cum suis ferraginibus et cum domibus quae circa eam sunt... », ibid. Plus loin le donateur ajoute un champ, deux vignes, sises à Bignedal « cum madalexo maris qui est ejusdem ecclesiae sancti Petri ». Le sens des mots « madalexo maris » n'est pas clair (madescere : se détremper, madidus : détrempé, peut-être un étang maritime ?).

57 Comme dans les cas de Marcevol (c. Arboussols) et de Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech.

58 ADPO, 12 J 24, n° 239, p. 50, analyse du cartulaire de Cuxa, on ne possède malheureusement que l'analyse en français de ce document disparu. Le document porte d'ailleurs au-dessus du mot « cellier » la précision « ou grenier », ajout de F. de Fossa.

59 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, p. 1, FdF, manuscrits d'Oms, d'après le cartulaire majeur de Cuixa.

60 B. Alart, C.M., t. V, p. 339-342, parchemins du domaine, n° 194, et t. B, p. 5, ADPO, 1B 47, parchemin original.

61 ADPO, 1B 47, parchemin original. Les confronts sont identiques mais on les nomme ainsi : « ab oriente in carrera, a meridie in alodio Sancti Juliani, a circio et aquilone in alodio Sancti Petri ».

62 « Si vos...plantaveris ibi vineam, portate vestram tinam ad portam nostram ».

63 ADPO, 1B 48, parchemin original.

64 On vend au roi une peciolam terre infra terminos Sci Juliani loci de Turrillis juxta ecclesiam Sci Petri loci predicti, Alart, C.M., T. B, p. 61, source : ADPO, 1B-52. La terre vendue touche de trois côtés à des ruisseaux : ex una parte in recho molendinorum dicti domini regis (ce qui peut expliquer que les procureurs du roi aient été intéressés par l'achat de cette toute petite parcelle), ex altera in aculla exeugadorii dictorum molendinorum, ex alia in agulla veteri. L'exeugador est le canal de fuite des eaux du moulin. La présence d'une « agouille » plus vieille révèle l'aménagement déjà ancien de ce territoire, situé à à-peine deux à quatre mètres au-dessus du niveau de la mer, facilement marécageux (cf. supra) et constamment drainé.

65 B. Alart, C.M., t. G, p. 395, manuel de B. Fabre, n° 2144.

66 Famille Pauc, voir Baixas et Avalri.

67 ADPO, 2 HDT p 28, plech 27, n° 4. La motte de Juhègues a été fouillée par G. Castellvi, « Les mottes du Roussillon.. », Archéologie du Midi Médiéval.

68 ADPO, 1 B 45, parch original.

69 B. Alart, C.M., t. V, p. 342 ; parchemin original : ADPO, 1B 45.

70 B. Alart, C.M., t. V, p. 366, parchemins du domaine n° 192, voir Salses, Barres.

71 ADPO, 1 B 46, parchemin original, très altéré.

72 B. Alart, C.M., t. A, p. 632, ADPO, 1B-46.

73 B. Alart, C.M., t. A, p. 633-634, 638, ADPO, 1B-46, copie fin xiiie sur parchemin.

74 ADPO, 1B 46.

75 ADPO, 1B 52.

76 ADPO, 1B 52.

77 ADPO, 12 J 25, n° 173.

78 ADPO, 1 B 50 ; Saint-Estève (appelé souvent Saint-Estève de Pi) est un lieu cité plusieurs fois dans la documentation de l'époque, et auquel est associé une église dédiée à Saint-Félix. Il se serait trouvé aux confins des territoires actuels de Villelongue-de-la-Salanque et de Torreilles (lieu-dit Saint-Estève), P. Ponsich, Limits..., p. 65.

79 ADPO, 1 B 50 ; ce document évoque les habitants d'un lieu appelé Frumigariis ou Formigariis, qui apparaît plusieurs fois dans les sources roussillonnaises de l'époque, et doit se situer aux environs de Torreilles, sans que l'on ait pu le localiser avec précision. P. Ponsich ne le mentionne pas dans ses Limits...

80 ADPO, 1 B 50.

81 B. Alart, C.M., t. A, p. 245, ADPO, 1B16.

82 ADPO, 1B17, fol. 7r°.

83 B. Alart, C.M., t. A, p. 311, notule de Pierre Masdamont.

84 ADPO, 12 J 24, n° 157.

85 ADPO, 1B-16, fol. 12 r° et v°.

86 B. Alart, C.M., t. B, p.64, ADPO, 1B-52.

87 « medietatem cellarie que vocatur cellaria de Laucata », 1B-16, fol. 12v°, située « in dicto castro et villa de Turrillis ».

88 Voir Torreilles, Saint-Julien.

89 P. Ponsich, Limits..., ne donne rien sous ce nom, ni à Torreilles, ni au Barcarès (auj. Leucate-Le Barcarès), ni ailleurs.

90 Alcover, Diccionari..., Quinta : camp de conreu immediat a les cases d'une masia (Pirineu oriental), Quintana : tros de terra.

91 B. Alart, CM., t. 2, ms 10760, ADPO, 1B-46.

92 ADPO, 1B 49.

93 ADPO, 1B 52.

94 ADPO, 1B 52.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Torreilles : la cellera
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1922/img-1.jpg
Fichier image/, 236k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540