Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Thuir

Roussillon

Texte intégral

1Tecorium, Tuir, Tugurium, Tuvorium, xe siècle. Eglise Saint-Pierre, 957. Castrum, puis forcia, en 1417.

  • 1 Voir le plan du début du xixe siècle, ADPO, 2J127/212. La rue de la cellera est celle qui, bordée (...)

2Le village de Thuir est aujourd'hui le seul a avoir conservé un quartier appelé « La Cellera », autour de son église (actuellement « Notre-Dame de la Victoire »). La permanence de ce nom est due certainement à la nette délimitation de ce quartier dans le village et au fait que l'unique rue qui le dessert ait gardé le nom de « rue de la cellera »1.

  • 2 LFM, t II, n° 502, a. 1090, convenientia entre Guillelm Ugo et Bernard, comte de Besalu, au sujet (...)
  • 3 ADPO, série B, n° 16, a. 1124, Raimon Béranger accorde au vicomte de Castelnou la seigneurie de to (...)
  • 4 Cf. Livre vert majeur de Thuir, ADPO, Archives de Thuir, 167 AC 1 et 2.

3Les habitants de Thuir au Moyen Age avaient acquis un statut juridique privilégié, qui a pu conforter la survivance de la cellera. A la fin du xie siècle, la ville était en effet au pouvoir des comtes de Besalu2, puis elle passa aux mains des comtes de Barcelone qui en conservaient jalousement le contrôle3. A la suite de quoi, devenue ville royale, Thuir bénéficie de nombreuses franchises accordées par Alphonse Ier, Nunyo Sancho et Jacques Ier4.

Celliers et cellera :

  • 5 D'Abadal i de Vinyals, Com neix i com creix..., doc. 88, p. 187-188.
  • 6 Cette dénomination fait penser à un autre lieu qui aurait existé en même temps (ou peu avant) et a (...)

4L'ancienneté du regroupement des maisons autour de l'église est attestée à Thuir par un document de 9605. A cette date, un prêtre, Garsias, donne plusieurs biens à Saint-Michel de Cuxa, parmi lesquels des maisons, in villa de Tugurio subteriore6. Sur ce territoire, il donne ipso pugo cum casas qui est ad ipsa ecclesia Sancti Petri. L'église Saint-Pierre se trouve au sommet d'une éminence naturelle, un puig ; c'est soit cette colline qui est donnée, soit un mamelon voisin, portant des maisons. Par contre, l'église n'est pas entièrement intégrée dans un ensemble de maisons serrées ainsi que le montre la suite du document. En effet un champ touche à l'église et à la route qui va du Confient à Elne.

  • 7 ADPO, archives communales de Thuir, 167 AC 3.
  • 8 Il s'agit sans doute d'un remaniement d'une fortification de la ville, déjà existante en 1258, cf. (...)
  • 9 ...« volumus et mandamus quod villa de Tohirio claudatur et opetur (pour operetur ?) de mura biste (...)
  • 10 « Et volumus quod primo et principaliter repetur cellaria dicte ville intus et extra repercutendo (...)
  • 11 B. Alart, C. M., t. A, p. 163. Cf. L. Verdon, La terre et les hommes...

5La première mention de la cellera est contenue dans les lettres patentes du roi Jacques Ier de Majorque, par lesquelles il ordonne d'entourer la ville de Thuir d'une muraille flanquée de tours, en 12867. Après avoir décrit la nouvelle fortification8 qu'il désire voir construite9, le roi précise qu'il tient particulièrement à ce que la cellaria, c'est à dire le mur de celle-ci, soit consolidée et crénelée10. La distinction est nettement établie entre la « ville » au sens le plus étendu et l'espace central restreint, la cellera. Il est donc sûr qu'existait déjà un mur de cette cellera, bien antérieur aux remparts de la ville, puisque nécessitant une réfection à la date de construction de cette seconde enceinte. Celle-ci reflète la croissance de ce gros bourg durant le Moyen Age central. Un indice, de môme nature que ceux relevés par ailleurs à propos de Perpignan11, en est fourni par la cession à bail, en 1281, par le granger de Fontfroide à un habitant de Thuir de quoddam patuum quod est intus villam seu castrum de Toyrio ad hedificandum et construendum ibi domum vel domos. Ce terrain, qui se trouve à l'intérieur du castrum, touche au mur de la ville.

  • 12 ADPO, 167, A 1, fol. 3, « ...ad cellarium sive locum ubi ponetur vel ponenda erit decima et primic (...)

6En 1294, l'ordonnance épiscopale réglant la manière de verser la dîme et les prémices stipule que les possesseurs et cultivateurs de vignes devront porter dîme et prémices au cellier où l'on a coutume de le faire, dans la ville de Thuir12.

  • 13 B. Alart, C.M., t. S, p. 550-551, Livre vert de Thuir, fol. 37v°-38r°.

7En 1304, une vente concerne quandam domum meam hospicii mei... in Castro sive cellaria de Toyrio13. Cette maison semble faire partie d'un ensemble plus vaste appelé hospicium, elle touche d'ailleurs d'un côté in dicto hospicio meo.

  • 14 ADPO, 1 B 22, fol. 82 v°, « Cum dominus emisset quedam hospicia intus cellariam de Thoyrio pro adh (...)

8Le roi possède une maison forte à l'intérieur de la cellera, comme le montre un acte de 1308, dans lequel la chancellerie royale remet en vente des maisons acquises par le roi pour agrandir sa maison de la cellera, projet qu'il semble abandonner14.

  • 15 B. Alart, C.M., t. G, p. 40, d'après la rubrique de Puignau, reg. VII, fol. 25v°.

9Un document notarial de 1338, dont nous ne possédons malheureusement qu'une analyse en catalan du xviie siècle15, concerne la donation d'una casa en la vila de Thoyr dins la sellaria del castell que affronta ab la murallay ab la capellaniu d'en Saverich. Nul doute qu'il s'agisse là de la cellera, et l'on peut penser que del castell traduit ici castri, il s'agit donc de la « cellera du village fortifié ». On voit donc qu'existe encore la muraille propre à celle-ci, différente de celle du castrum. L'autre bâtiment voisin est peut-être une aumônerie, en tout cas un bâtiment à destination religieuse, fréquent dans l'environnement immédiat de l'église.

  • 16 ADPO, 1B 123, notule d'André Romeu, fol. 35 r°-v° et 36 r°.

10En 1372, deux frères, Jacques et Girard Passa de Thuir, habitants de Perpignan, vendent à un boucher de Thuir, l'un une maison intus villam de Thoyrio qui touche in quoddam patuo quod olim solebat esse cellarium dicte domus, lequel patuus est vendu par l'autre frère. On constate ici que l'ancien cellier de la maison et celle-ci étaient voisins. Les deux biens dépendent du Mas Deu16. La mention d'un patuus qui était auparavant un cellier se trouve aussi à la fin du xiiie siècle dans une déclaration du capbreu de Millas.

Fortifications :

  • 17 « vendo... quandam viam publicam cujusdam orti mei qui est in adjacencia Sci Petri de Toyrio prope (...)
  • 18 « in cortallis fact is et que fient de cetero in circuitu ejusdem ville infra unum tractum ballist (...)

11En 1258, on mentionne une porte et les fossés de la ville à plusieurs reprises, lorsque l'université de Thuir achète à plusieurs propriétaires des fragments d'un chemin qui longe des jardins et les sépare des fossés, non loin de la porte de Prato (du pré)17. En 1274, les hommes de Thuir obtiennent le droit d'avoir du bétail et de le faire paître librement, entrer et sortir de la ville et de le garder dans les enclos qu'ils ont à l'extérieur de celle-ci18. On interdit la construction de ces enclos et étables à moins d'un trait d'arbalète des murs de la ville.

  • 19 « in operandis et faciendis et reparandis muris et vallis », B. Alart, C.M., t. S, p. 511-513, Liv (...)

12En 1275, Jacques d'Aragon ordonne la contribution des hommes de Thuir aux travaux de construction et d'entretien des murs et fossés19.

13En 1286, une nouvelle ordonnance royale fixe précisément les travaux à faire aux murs de la ville et de la cellera (voir ci-dessus).

  • 20 « pro quandam parte hospicii mei et patui ejusdem hospicii quam dirruerunt et acceperunt racione e (...)

14En 1298, un habitant de Thuir reconnaît avoir reçu les cinq cent soixante sous que les consuls avaient ordonné de lui verser à titre d'indemnité pour la destruction d'une partie de sa maison et de la courette de cette maison, rendue nécessaire par la construction des nouveaux murs de la ville20.

  • 21 B. Alart, C. M., t. XV, p. 508, Puignau, rubrique 6, fol. 51, en 1374 et 1387.

15Dans le dernier quart du xive siècle, les rois Pierre puis Jean avaient ordonné qu'en cas de guerre les habitants d'Orle et ceux de Terrats se réfugient dans la ville de Thuir21. Celle-ci apparaît comme une bourgade royale qui joue le rôle d'un petit centre local. Cette éventualité de refuge dans un autre village est souvent liée à l'obligation pour les habitants extérieurs de participer aux travaux de réfection des murailles, au même titre que les gens du lieu.

  • 22 B. Alart, C.M., t. H, p. 495, manuel de Pierre Descamps, n° 821, fol. 1.
  • 23 Cf. Le Boulou.

16En 1387, Jean, roi d'Aragon, autorise les hommes à se réfugier dans la ville de Thuir en cas de guerre22. Cette mesure est nettement inspirée, comme d'autres dispositions du même genre pour d'autres bourgs du Roussillon, par la volonté de lutter contre la dépopulation des lieux et d'attirer ou de fixer dans les villes royales des habitants nouveaux23.

  • 24 B. Alart, C.M., t. A, p. 143, archives de Ste-Marie de l'Eula.

17Sibilia, veuve d'Arnaud de Llupia, chevalier, donne à sa fille, qui porte son nom et est abbesse de Sainte-Marie de l'Eula, une maison intus villam de Thoyrio qui touche in thovo castri de Thoyrio, en 131624.

Structure du village et activités :

  • 25 ADPO, 1B-21, fol. 6r°, « tabulas macellorum in platea villae de Toyrio ».
  • 26 C'est ce que déclarent un macellarius et un groupe de bouchers qui reconnaissent tenir de Raymond (...)

18La rue menant à l'église débouchait sur l'extérieur de la cellera par une porte, le « portal de san Pere », sur une place aménagée à la fin du Moyen Age en « place royale », bordée d'arcades autour d'une fontaine. Cette place est citée en 1300, dans un acte concernant les tables des bouchers25. D'après un document de 1301, ces tables sont situées, depuis longtemps (fuerat antiquitatus) in platea ville26.

Fours et moulins :

  • 27 B. Alart, C.M., t. H, p. 142, procuration royale, registre 32, ADPO, 1B-357, fol. 35r° « in et sup (...)
  • 28 « ..quandam partem domus dicti monasterii vocatam lo Reffetor et eciam coquinam et domum in qua es (...)
  • 29 « quandam domum vocatam lo forn, satis prope ecclesiam Sci Petri loci de Thoyrio, intus forciam di (...)

19Près du portail de san Pere se trouvait le four royal. En 1319, le roi Sanche assigne une rente léguée par sa mère au profit du monastère Sancti moniatium del Eula sur son four de Thuir27. Les moniales du couvent de l'Eula, un siècle plus tard, donnent à ferme pour cinq ans toutes les terres et possessions que le monastère a sur le territoire de Thuir28. Elles décrivent en particulier la partie d'une maison appelée « le réfectoire », et aussi la cuisine, la maison dans laquelle se trouve le four, et la maison des cloîtres (« qui est maintenant vide », a ajouté le rédacteur, avant de barrer ce membre de phrase). Au début du xve siècle une maison dite « lo font », située près de l'église saint Pierre, est concédée en emphytéose par le roi29.

  • 30 Petrus Mansi de Thuir reconnaît qu'il doit cent douze livres de Barcelone au roi Jacques de Majorq (...)
  • 31 Voir Sylvie Caucanas, Les moulins....
  • 32 B. Alart, C.M., t. B, p. 468, source : Procuration royale, registre V, fol. 17v°.

20Les moulins se trouvent près de la porte de la Font, ainsi que l'indique un document de 132730. Le ruisseau royal, dit « de Thuir », venant de la Têt31, alimentait en eau une bonne partie du Roussillon et surtout Perpignan. Les rois de Majorque, soucieux de son entretien et de son débit, ont multiplié les actes de chancellerie le concernant. L'attribution d'un droit de prélever de l'eau de ce canal était aussi une manière de récompenser des fidèles, hommes ou collectivités. Ainsi en 1337, Jacques, roi de Majorque, accorde à son majordome et fidèle Pierre-Raimond de Codalet, chevalier et seigneur de Ponteilla, la possibilité de prélever en continu de l'eau du rechi seu alvei nostri nominati de Thoyrio, autant qu'il pourra en passer par un trou dont le diamètre est reproduit sur le document32. Ce trou devra être percé subtus casale seu edificium molendinorum nostrorum sitorum in vallo de la Celera de Toyrio. Il faut certainement comprendre « en aval du bâtiment de nos moulins » qui se trouvent donc dans le fossé de ladite Celera. Il semble qu'existe encore au xive siècle un fossé autour de l'étroite cellera, au coeur donc du village plus largement fortifié.

  • 33 B. Alart, C.M., t. P, p. 289, notule de B. Jaufred (n° 39).

21Autour de la ville fortifiée est né un faubourg, une maison vendue en 1333 est en effet située in barrio de Toyrio33.

Plan et vestiges architecturaux :

22Sur le plan du village on distingue nettement le regroupement autour de l'église, bordée au sud et au nord par le cimetière. La rue qui mène aux marches devant la porte de l'église permet d'accéder à la rue de la cellera. Celle-ci est large d'à peine deux mètres et bordée de toutes petites maisons à un étage au-dessus de remises.

Communauté villageoise :

  • 34 ADPO, 1 B 66, parchemin original.

23En 1174, lors d'une controverse au sujet de deux condamines, on rappelle qu'elles avaient été données en fief lors d'une cérémonie d'hommage, les mains jointes, sur le marché de Thuir (in foro de Tuir)34.

  • 35 B. Alart, C.M., t. S, p. 570, Livre vert de Thuir, fol. 32r°.

24La communauté villageoise possède des terres au début du xive siècle. Ainsi en 1311, les consuls de la ville donnent en emphytéose à un habitant de la ville quendam ortum universitatis hominum et mulierum Toyrii35.

  • 36 B. Alart, C.M., t. D, p. 606, notule de G. Fabre, not. 135.

25Comme plusieurs bourgs importants du Roussillon, Thuir abrite au Moyen Age une communauté juive. En 1360, un document mentionne ainsi un nommé Salamo de Saverdun, judeus de Toyrio, ainsi que Durand et Jacob de Malguio, frères, et Alis Frances, judei dicti loci36.

  • 37 B. Alart, C.M., t. S, p. 567, Livre vert de Thuir, fol. 38v°.

26Un hôpital des pauvres de Thuir est mentionné dans un legs en 131337.

Finage et occupation du territoire :

Lieux-dits :

  • 38 ADPO, 1 B 66.

27Une villa de Cerubi d'Aval est mentionnée en 1179 sur le territoire de Thuir38.

Synthèse :

  • 39 Ils ont été retrouvés lors de prospections et collectes de surface menées par une équipe de jeunes (...)

28L'exceptionnelle conservation de la cellera de Thuir, tant dans son tracé et sa morphologie intérieure, que dans la toponymie, s'explique probablement en partie par la protection exercée par le roi sur ce village et son rapide développement au cours des xiiie-xive siècles. C'est d'ailleurs à cette époque que plusieurs habitats ruraux agglomérés39 ont disparu, probablement sous l'attraction du centre rural en formation à Thuir.

Plan cadastral de Thuir

Plan cadastral de Thuir

Notes

1 Voir le plan du début du xixe siècle, ADPO, 2J127/212. La rue de la cellera est celle qui, bordée de petites maisons, contourne l'église et le cimetière au nord.

2 LFM, t II, n° 502, a. 1090, convenientia entre Guillelm Ugo et Bernard, comte de Besalu, au sujet de Thuir, entre autres lieux.

3 ADPO, série B, n° 16, a. 1124, Raimon Béranger accorde au vicomte de Castelnou la seigneurie de tous ses biens en Vallespir, à l'exception du territoire de Thuir. Ce document contient aussi la première allusion à une fortification existant à Thuir, soit une maison forte soit le mur de la cellera.

4 Cf. Livre vert majeur de Thuir, ADPO, Archives de Thuir, 167 AC 1 et 2.

5 D'Abadal i de Vinyals, Com neix i com creix..., doc. 88, p. 187-188.

6 Cette dénomination fait penser à un autre lieu qui aurait existé en même temps (ou peu avant) et appelé « Tugurio superiore ». Cela fait croire que Thuir a dû être une grande villa où deux lieux de peuplement ont pu se développer, à peu de distance l'un de l'autre, comme à Saint-Feliu, Le Soler ou Taxo, entre autres. Ici le « Thuir d'amont » aurait disparu, il doit être possible d'en trouver la trace dans la prospection d'Olivier Passarrius.

7 ADPO, archives communales de Thuir, 167 AC 3.

8 Il s'agit sans doute d'un remaniement d'une fortification de la ville, déjà existante en 1258, cf. infra.

9 ...« volumus et mandamus quod villa de Tohirio claudatur et opetur (pour operetur ?) de mura bisteribus de pera et calce ... », ibid.

10 « Et volumus quod primo et principaliter repetur cellaria dicte ville intus et extra repercutendo de calce et faciendo dentellos... », ibid.

11 B. Alart, C. M., t. A, p. 163. Cf. L. Verdon, La terre et les hommes...

12 ADPO, 167, A 1, fol. 3, « ...ad cellarium sive locum ubi ponetur vel ponenda erit decima et primicia infra villam de Toyrio ».

13 B. Alart, C.M., t. S, p. 550-551, Livre vert de Thuir, fol. 37v°-38r°.

14 ADPO, 1 B 22, fol. 82 v°, « Cum dominus emisset quedam hospicia intus cellariam de Thoyrio pro adhiciendo eidem Castro seu domui quod idem dominus rex habet in Castro de Thoyrio ».

15 B. Alart, C.M., t. G, p. 40, d'après la rubrique de Puignau, reg. VII, fol. 25v°.

16 ADPO, 1B 123, notule d'André Romeu, fol. 35 r°-v° et 36 r°.

17 « vendo... quandam viam publicam cujusdam orti mei qui est in adjacencia Sci Petri de Toyrio prope portale de Prato... que via est inter ortum meum predictum et inter vallatum extra villa de Toyrii », B. Alart, C.M., t. S, p. 505, Livre vert de Thuir, fol. 36v°.

18 « in cortallis fact is et que fient de cetero in circuitu ejusdem ville infra unum tractum balliste computandum seu faciendum a muris ejusdem ville », B. Alart, C.M., t. S, p. 509-511, Livre vert de Thuir, fol. 10v°.

19 « in operandis et faciendis et reparandis muris et vallis », B. Alart, C.M., t. S, p. 511-513, Livre vert de Thuir, fol. llv°.

20 « pro quandam parte hospicii mei et patui ejusdem hospicii quam dirruerunt et acceperunt racione et causa operis murorum novorum ejusdem ville de Toyrii », B. Alart, C.M., t. S, p. 513, Livre vert de Thuir, fol. 38v°.

21 B. Alart, C. M., t. XV, p. 508, Puignau, rubrique 6, fol. 51, en 1374 et 1387.

22 B. Alart, C.M., t. H, p. 495, manuel de Pierre Descamps, n° 821, fol. 1.

23 Cf. Le Boulou.

24 B. Alart, C.M., t. A, p. 143, archives de Ste-Marie de l'Eula.

25 ADPO, 1B-21, fol. 6r°, « tabulas macellorum in platea villae de Toyrio ».

26 C'est ce que déclarent un macellarius et un groupe de bouchers qui reconnaissent tenir de Raymond d'Urg, qui a pris la succession du roi Jacques de Majorque, des tabulas macelli ubi vendebantur carnes in macello. Ils donnent des précisions sur ces étals : l'un n'est pas couvert, sur d'autres on vend soit de la viande de mouton, soit des carnes yrquines (de cheval ?), entre ces tabule passe la via ; B. Alart, C.M., T. C, p.96, manuel du notaire Guillaume Querubi, n° 4988.

27 B. Alart, C.M., t. H, p. 142, procuration royale, registre 32, ADPO, 1B-357, fol. 35r° « in et super furno nostro castri de Thuyrio ».

28 « ..quandam partem domus dicti monasterii vocatam lo Reffetor et eciam coquinam et domum in qua est furnus et la casa de les claustres qui ara es buyda (sic, barré), B. Alart, C.M., t. A, p. 154, 1422, archives du monastère de l'Eula.

29 « quandam domum vocatam lo forn, satis prope ecclesiam Sci Petri loci de Thoyrio, intus forciam dicti loci scitam », ADPO, 1B-208, a. 1417, fol. 12.

30 Petrus Mansi de Thuir reconnaît qu'il doit cent douze livres de Barcelone au roi Jacques de Majorque, au titre du reddituum (revenu) casalis molendinorum quod est juxta portale de Fonte ville Toyrii, B. Alart, C.M., T. B, p. 127-128, source : ADPO, 1B-66.

31 Voir Sylvie Caucanas, Les moulins....

32 B. Alart, C.M., t. B, p. 468, source : Procuration royale, registre V, fol. 17v°.

33 B. Alart, C.M., t. P, p. 289, notule de B. Jaufred (n° 39).

34 ADPO, 1 B 66, parchemin original.

35 B. Alart, C.M., t. S, p. 570, Livre vert de Thuir, fol. 32r°.

36 B. Alart, C.M., t. D, p. 606, notule de G. Fabre, not. 135.

37 B. Alart, C.M., t. S, p. 567, Livre vert de Thuir, fol. 38v°.

38 ADPO, 1 B 66.

39 Ils ont été retrouvés lors de prospections et collectes de surface menées par une équipe de jeunes archéologues, sous la conduite d'Olivier Passarrius, cf Rapport d'inventaire, 1994.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Thuir
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540