Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Taxo-d'Avall

(C. d'Argelès-sur-Mer), Roussillon

Texte intégral

  • 1 Catalunya romànica, p. 106-107.

1Villa Tacidone subteriore, 967. Eglise Saint-Martin et Sainte-Croix, citée en 1145, église romane imposante datée du xiie siècle1.

  • 2 B. Alart, C.M., t. 1/59, classement chronologique, source non identifiée.

2En 1030, un document mentionnerait « l'édification du palacium du comte »2.

3Un vicomte de Taxone est connu dès 1051, on trouve l'appellation de « vicecomitatu Tacidone » en 1085.

Seigneurs, cellera et fortification :

  • 3 LFM, t. II, n° 741, « Iuro ego Raimundus, vicecomes de Tacidone... tibi Guilaberto comiti, castrum (...)

4Entre 1074 et 1102, Raimond, vicomte de Taxo, prête serment au comte Guilabert pour le château (castrum) de Taxo et sa cellera3.

5La cellera est placée ici sous la dépendance du castrum, ce qui dans un serment féodal exprime peut-être le contrôle exercé par le seigneur sur cet espace de protection et de rassemblement des récoltes. Il est dit en outre que cette cellera ne doit pas être fortifiée. Ceci fait penser que la fortification visible aujourd'hui autour de Taxo-d'Avall n'était pas construite à l'époque, elle ne peut donc être le « château vicomtal », contrairement à ce que l'on écrit couramment. Celui-ci devait se trouver dans l'environnement de la cellera, et consister soit en une motte, soit en une tour, dont les vestiges ont disparu, ou ont été intégrés à cette fortification plus tardive, celle de toute la cellera.

  • 4 LFM, t. II, respectivement : n° 742, a.1074-1102 ; n° 743, a. 1102-1115 ; n° 744, a.1145 ; n° 745, (...)

6Le même serment est renouvelé en termes identiques par le vicomte Ugo, fils d'Adalmur, à deux comtes successifs, Guilabert et Girard, puis par un autre Ugo, fils de Jordane, au comte Gaufred, enfin par le vicomte Raimon, fils de Béatrice, à Gaufred et à Girard4.

  • 5 Le second concerne celle dite de Laucata, que nous n'avons pas encore pu localiser avec précision, (...)

7C'est un des rares exemples que nous connaissions de reconnaissances féodales répétées concernant une cellera5, mais on remarque que, pendant au moins trois quarts de siècle, les comtes ont tenu à les faire renouveler. La puissance des seigneurs de Taxo, concurrents à la fois du comte et de l'évêque tout proche, peut expliquer leur prise de contrôle très précoce sur la cellera qui s'était constituée autour de l'église de leur lieu d'origine.

  • 6 ADPO, FdF, 12J 25, n°166.

8En 1106, Ugo, vicomte de Taxo, laisse la bajulia de son castrum et de son alleu à l'évêque, et à son fils Jourdain son castrum et tout son honneur6.

  • 7 B. Alart, C.M., t. V, p. 482, notice d'après le Liber Feudorum B disparu.

9En 1299, le roi Jacques donne au damoiseau Pierre de Puig la juridicdon et toutes les justices civiles du castell de Taxo d'Avall7.

  • 8 B. Alart, C.M., t. J, p. 596-599, ADPO, 1B, procès de Taxo-d'Avall, 1566, fol. 162-167, et dans le (...)

10En 1347, Pierre, roi d'Aragon, concède à perpétuité à Raymond de Taxo toute la juridiction haute et basse, le merum et mixtum imperium, et l'exercice de celui-ci8. Il l'autorise aussi à élever dans le castrum ou sur son territoire des furcas lapideas vel fusteas, en un lieu ou en plusieurs, qui seront placées sous l'autorité de ce seigneur.

  • 9 B. Alart, C.M., t. C, p. 570, manuel de Martin Prats, 1559, (A.1007).

11Au xvie siècle, cette muraille semble être assez détériorée pour nécessiter des travaux de réfection, à caractère non militaire certainement. En 1559 en effet, Onoffrius d'Oms, seigneur du lieu de Villelongue-de-la-Salanque et de Taxo-d'Avall, donne en concession à une nommée Margarete Sungera quandam turrim in castro de Tacione inferiori9. Il s'agit de la tour qui se trouve au sud, face à Argelès, derrière l'église ; on précise : sitam versum locum de Argileriis et retro et satis prope ecclesiam dicti loci. Il donne la liberté de la rehedifficare, reparare et operari. Le même acte accorde un jardin dans le fossé du château, ortum in valle dicti castri, au pied de la tour et touchant au cimetière, qui est donc, c'est alors tout à fait clair, extérieur à l'enceinte fortifiée, subtus dictam turrim confrontat cum cimiterio dicti loci.

Structure du village et activités :

  • 10 ADPO, 3E1/19, fol. 35r.

12En 1312, Abraham Astruch, juif d'Elne, vend à un habitant de Taxo d'Avall un hospicium qu'il possède en ce lieu, pour cinquante sous10.

  • 11 B. Alart, C.M., t. O, p. 443, notule de Guillaume Ampeyre (n° 1128), fol. 21v°.
  • 12 B. Alart, C.M., t. O, ibid.

13En 1370, un patuum donné à acapte est situé in villa castri de Tacione11. Cette précision (dans la villa du castrum, du château) est peut-être une simple redondance, elle sert peut-être aussi à désigner un espace plus vaste que le simple réduit fortifié, la villa serait, autour du castrum, le territoire (en partie bâti) environnant. Le cimetière est donné comme un des confronts de ce patuum, et serait ainsi à l'extérieur des murs. A la même date, un incendie a atteint l'église de Taxo, le jour de l'Epiphanie12.

  • 13 B. Alart, C.M., t. J, p. 407-412, famille des Puig, ibid., t. A, p. 358-359, et voir Taxo d'Amont.
  • 14 Ancien village, et cellera au nord de la commune actuelle d'Elne, voir supra.
  • 15 B. Alart, C.M., t. J, p. 417.

14En 1424, l'inventaire des biens ayant appartenu à feu Mathias de Puig13 comprend, outre sa maison de Perpignan, lo castell de Taxo e termes de aquell, item lo lloch e termes de Mossellos14, item la cassa hon... habitava scituada dins la forsa del dit lloch de Taxo. Suit la description, pièce après pièce des biens (livres, armes, étoffes, meubles) contenus dans cette demeure seigneuriale d'une richesse certaine. Au cellier de celle-ci, on trouve les ustensiles et récipients propres à la viticulture : une cuve, deux grands cuviers et un petit, quatre comportes, un tonnelet, treize barriques, un entonnoir à filtrer, mais aussi des objets de peu de valeur, encombrants ou usagés : des besaces de cuir, un pétrin, un canis de roseaux. S'y conservent en outre des réserves de denrées : seize jarres pleines d'huile. Non loin est gardé le bétail : environ quatre-vingt-dix porcs et truies, plus ou moins gros, quatre veaux, deux juments, deux mules. Lors de cet inventaire, on dresse la liste des documents (plus de trente, parfois fort anciens) trouvés dans un coffre de noyer (in quadam techa de noger)15. Parmi elles, une charte portant encore le sceau pendant du roi Jacques (le Conquérant, entre 1241 et 1276) autorisait la construction de la forsa de Taxo, et une lettre royale de l'infant Jean (le futur Jean 1er, pendant le règne de son père Pierre IV le Cérémonieux) ordonnait aux hommes d'Argelès possédant des terres à Taxo d'aider et de contribuer à faire lo mur de Taxo e valls d'aquell. L'inventaire ne précise pas la date de ces documents, et ne donne qu'une succincte analyse en catalan, qui interprète souvent le vocabulaire latin selon une réalité plus tardive.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 16 Cf. plan cadastral.

15Sur place, le site est toujours entouré d'une muraille médiévale, mêlant des éléments anciens (xie-xiie siècles) et plus tardifs (xive-xve siècles) dont l'entrée se trouve à trente pas environ des murs de l'église16. Le « château » semble avoir été une maison forte au sein d'un ensemble plus vaste, la cellera, entourée d'une simple muraille.

Communauté villageoise :

16Aujourd'hui simple hameau, le lieu de Taxo était au Moyen Age un véritable village.

  • 17 B. Alart, C.M., t. O, p. 440, notule de Pierre del Pou (n°788). Le document mérite d'être cité, po (...)

17En 1369, l'université des hommes du lieu est réunie : on nomme alors soixante présents17. Ils se réunissent sous un préau, une avancée de toit, appelée logia sive portico.

  • 18 B. Alart, C.M., t. R2, p. 418, ADPO, 1B-143, fol. 55.

18Lors de la levée de fonds pour la guerre en 1385, selon le fameux Princeps namque, le procureur royal accepte de ne recevoir que quatre-vingts florins des hommes de Taxo-d'Avall, correspondant à quarante feux, au lieu des soixante comptés peu auparavant18. En effet, en raison de divers et innombrables dommages causés tant par l'entrée des Français que par la destruction et l'incendie de ce lieu par les ennemis de son seigneur, le chevalier Jean Pierre (de Puig), la plupart des habitants ont fui.

  • 19 B. Alart, C.M., t. J, p. 394-395, famille des Puig, parchemin. En 1409, une convocation en des ter (...)
  • 20 B. Alart, C.M., t. R2, p. 147-150, parchemin de couverture du registre de notule de Jean Omos de 1 (...)

19En 1389, l'universitas hominum loci de Thacione inferiori convoquée sur la place par la voix de son crieur public, sur mandat et permission du seigneur de ce lieu, Jean Pierre de Puig, damoiseau, ne regroupe que trente-cinq hommes19. Ceux-ci, qui signent la décision de faire un emprunt, ne représentent, aux dires du rédacteur de l'acte, que la major pars et sanior de ladite université. L'inventaire des biens de Raymond de Taxo comprend (dans la partie qui nous en est conservée) essentiellement des biens situés à Taxo-d'Avall20. Ce sont : une condamine proche de la vila de Taxon d'avayl qui touche ab lo val del dit loch, une maison (casa) qui est dans la vila et qui voisine avec la place et une rue, un pad sur lequel s'élevait le château (castel) détruit, un terrain où s'élèvent quelques maisons de construction récente, un verger qui est contigu à ce terrain et un cellier qui touche à lareter (peut-être le terrain où l'on laisse le résidu du battage du blé) du sacristain et à la motte du seigneur, une maison dite « des Prédicateurs » (frères prêcheurs) qui touche au cimetière de Taxo-d'Avall et le four à pain qui touche à un autre areter.

Finage et occupation du territoire :

Castrum de Pompeia

  • 21 B. Allart, C.M., t. H, p. 337.

20En 1418, une concession à acapte concerne une terre nommée oliveda castri de Pompeia, sur le territoire de Taxo-d'Avall21. Souvenir de vestiges romains ?

Synthèse :

21A Taxo-d'Avall, une cellera a existé, probablement dès le début du xie siècle, et le seigneur de Taxo, vicomte du Roussillon, en a pris le contrôle très tôt. La trace en est restée dans la fortification du lieu de Taxo, qui épouse la forme d'un polygone entourant assez régulièrement l'église.

Plan cadastral de Taxo-d'Avall

Plan cadastral de Taxo-d'Avall

Notes

1 Catalunya romànica, p. 106-107.

2 B. Alart, C.M., t. 1/59, classement chronologique, source non identifiée.

3 LFM, t. II, n° 741, « Iuro ego Raimundus, vicecomes de Tacidone... tibi Guilaberto comiti, castrum de Tacidone cum ipsa celera... Et de ipsa celera mal non escha a tu ni als teus... et in ipsa celera non habeat tors ni vals sine tuo mandamento ».

4 LFM, t. II, respectivement : n° 742, a.1074-1102 ; n° 743, a. 1102-1115 ; n° 744, a.1145 ; n° 745, a. 1156 ; n° 746, a. 1165. Manque à cette succession de vicomtes de Taxo, celui nommé Bernard Béranger qui donne une partie de la cellera de Llupia au Temple, en 1136, v. supra.

5 Le second concerne celle dite de Laucata, que nous n'avons pas encore pu localiser avec précision, v. infra à Torreilles.

6 ADPO, FdF, 12J 25, n°166.

7 B. Alart, C.M., t. V, p. 482, notice d'après le Liber Feudorum B disparu.

8 B. Alart, C.M., t. J, p. 596-599, ADPO, 1B, procès de Taxo-d'Avall, 1566, fol. 162-167, et dans le t. V, p. 482, notice d'après le Liber Feudorum B disparu.

9 B. Alart, C.M., t. C, p. 570, manuel de Martin Prats, 1559, (A.1007).

10 ADPO, 3E1/19, fol. 35r.

11 B. Alart, C.M., t. O, p. 443, notule de Guillaume Ampeyre (n° 1128), fol. 21v°.

12 B. Alart, C.M., t. O, ibid.

13 B. Alart, C.M., t. J, p. 407-412, famille des Puig, ibid., t. A, p. 358-359, et voir Taxo d'Amont.

14 Ancien village, et cellera au nord de la commune actuelle d'Elne, voir supra.

15 B. Alart, C.M., t. J, p. 417.

16 Cf. plan cadastral.

17 B. Alart, C.M., t. O, p. 440, notule de Pierre del Pou (n°788). Le document mérite d'être cité, pour la précision des termes et la conscience qui y transparaît de faire partie d'une communauté : « Noverintuniversiquod convocata universitati loci de Tacione Inferiori ad sonum tube per Ilarium Vallespirii preconem publicum, congregata in logia sive portico dicti loci ubi sub modo predicto ipsa universitas pro comunibus negociis ejusdem loci peragendis consuevit convocari et congregari, convenerunt ad ipsum locum pro generali consilio... ».

18 B. Alart, C.M., t. R2, p. 418, ADPO, 1B-143, fol. 55.

19 B. Alart, C.M., t. J, p. 394-395, famille des Puig, parchemin. En 1409, une convocation en des termes similaires réunit les hommes sur la place de Taxo d'Avail. Onze seulement sont nommés. Faut-il y voir une diminution massive du nombre des chefs de famille en une génération, ou cette liste n'est-elle que partielle ?

20 B. Alart, C.M., t. R2, p. 147-150, parchemin de couverture du registre de notule de Jean Omos de 1393, n° 543, date probable de l'inventaire (en partie effacée) : 1389. Voir Taxo-d'Amont.

21 B. Allart, C.M., t. H, p. 337.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Taxo-d'Avall
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540