Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Taxo-d'Amont

(C. de Saint-André-de-Sorède), Roussillon

Texto completo

1Cellula Sci Vicentii, 823, villa Tacione superiore, 897.

  • 1 B. Alart, CM, t. VII, p. 581, ADPO, CT, fol. 100. L'erreur pourrait s'expliquer par le vocable de (...)

2Un testament de 1174 lègue au Temple un champ de fourrage, avec la moitié des oliviers qui sont là, l'autre moitié étant léguée à Sce Marie de Tacione superiore1. S'agit-il d'une erreur du scribe (Sainte-Marie est le nom de l'église de la commanderie du Mas Deu), ou de la mention unique d'une chapelle secondaire, peut-être castrale ?

Seigneurs, cellera, château et castrum :

  • 2 Chanoine Albe, « Géraud de Toumon, commandeur de l'hôpital de Taxo d'Amont », RHLDP, 1927, p. 37 e (...)

3Le château et le territoire de Taxo-d'Amont furent vendus à l'hôpital de Perpignan le 12 avril 1309 par le seigneur Hugues de Taxo, pour le prix de trente-huit mille sous2.

  • 3 B. Alart, C.M., t. XII, p. 479-502, AHP, pli 26, n° 54.

4Hugues dans ce document (fort endommagé) précise qu'il vend le castrum meum quem habeo in villa de Tacione superiori cum cellaria ac domibus et patuis3. Il dresse ensuite la liste des biens disséminés sur le territoire de Taxo-d'Amont. Une borda affronte d'un côté à la rivière et de l'autre à la cellaria dicti castri. Plus loin, une domus avec son patuus contigu touche d'un côté (là le texte est en partie manquant) : ex una <.....>o celarie, probablement au mur (si l'on rétablit la lecture : « ex una <parte in mur>o celarie ») ou au fossé (<« ...in tov>o celarie »), et de l'autre au pailler du château vendu. Une limite de terrain était donnée par un orto castri une autre par un prato hospitalis pauperum de Tacione superiori.

  • 4 B. Alart, C.M., t. XII, p. 506-510, AHP, pli 2, n° 29.

5Tous les biens, revenus et droits in castro et cellaria sont compris dans la vente, approuvée par Sibilia, l'épouse de Hugues. En novembre suivant, le roi de Majorque Jacques approuve la vente par Hugo de Castro suo quod habebat in villa de Tacione superiori cum cellaria et domibus et patuis omnibus4.

  • 5 B. Alart, C.M., t. XII, p. 611, notule de Pierre Raynald, « Ampeyre notaire et Bolet », fol. 480. (...)

6Il faut distinguer certainement entre le château seigneurial proprement dit, qui semble faire l'objet de la vente ci-dessus, et le village fortifié lui même, ou au moins entouré d'un fossé comme le texte ci-après peut l'indiquer. En effet, une cession de bail de 1312 par un sacristain d'Elne concerne une terrulam heremam sive patuum heremum... juxta castrum de Tacione superiori5. Ce terrain inculte, qui relève du droit de l'église d'Elne, touche d'un côté in valle quod erat olim circa castrum predictum et ax alia in vallo quod olim erat in Castro Petri de Podio, et des autres côtés à une tenure et à une via privata. Un fossé est « autour » du castrum de Taxo-d'Amont, l'autre est dans (fait partie du système défensif) du château de Pierre de Podio (un Johannes Petri de Podio est seigneur de Taxo-d'Avail en 1370). Ce terrain étant de petite taille (un patuum), il doit donc se trouver à l'intérieur du village fortifié, entre le fossé de celui-ci et le fossé du château seigneurial.

  • 6 B. Alart, C.M., t. R2, p. 147-150, parchemin de couverture du registre de notule de Jean Ornos de (...)
  • 7 Probablement l'antuxa, un passage étroit qui borde une maison, déjà vu à Laroque-des-Albères.

7Dans l'inventaire des biens de Raymond de Taxo, la plupart des biens se trouvent à Taxo-d'Avall (voir ce lieu), mais on compte aussi plusieurs possessions à Taxo-d'Amont6. On y remarque une pièce de terre qui voisine avec l'espital de Sent Bertolmeu, et une torra ab tot lencuxan qui touche7 à la vila de Totzon d'amont.

  • 8 B. Alart, C.M., t. G, p. 73, Puignau ?, registre X, fol. 549v°.

8En 1386, le château de Taxo-d'Amont et les terres et maisons qui en dépendent sont vendues à Bernard Sicart, apothicaire d'Elne, par frère Jean Rahulfi, commandeur de l'hôpital des pauvres de Perpignan, avec l'accord des consuls de ce lieu8.

Structure du village :

Cimetière :

  • 9 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 169-177, AHP, plech 35, n° 25.

9En 1347, le prêtre de l'église Saint-Vincent de Taxo-d'Amont choisit d'être enterré dans le cimetière de cette église et lègue quatre livres et sept sous à l'oeuvre de ce cimetière afin qu'il soit clos (clauderetur), et à cette condition que s'il ne l'était pas dans les deux ans, l'argent soit remis aux prêtres d'Elne qui diront des messes pour son âme9. Il laisse sa maison de Taxo-d'Amont (hospicium meum) à cette église, sauf le droit de l'hôpital des pauvres de Perpignan dont il est tenancier, ainsi que de nombreux dons en faveur de ses parents et à tous les habitants de Taxo-d'Amont. Il veut en outre fournir un tourteau de cire pour l'église Saint-Martin de Taxo-d'Avall.

Communauté villageoise :

  • 10 Ibid., ADPO G 48.

10L'évêque d'Elne Bernard de Berga (1230-1259) avait créé à Taxo-d'Amont une maladrerie ; dans son testament, il fonde dans l'hôpital de Taxo-d'Amont une commanderie de six frères et de dix lits10.

11En 1365, Taxo-d'Amont compte huit feux, ce qui laisse imaginer un tout petit noyau villageois.

Synthèse :

12A Taxo-d'Amont, la cellera, qui semble constituée autour de l'église, a été fortifiée et est placée sous le contrôle du château seigneurial, installé au sein de l'espace villageois fortifié.

Notas

1 B. Alart, CM, t. VII, p. 581, ADPO, CT, fol. 100. L'erreur pourrait s'expliquer par le vocable de l'église des Templiers : Sainte Marie du Mas Deu. Notons que l'église de Taxo-d'Avall est dédiée à saint Martin.

2 Chanoine Albe, « Géraud de Toumon, commandeur de l'hôpital de Taxo d'Amont », RHLDP, 1927, p. 37 et suiv., qui donne comme source ADPO, G 104.

3 B. Alart, C.M., t. XII, p. 479-502, AHP, pli 26, n° 54.

4 B. Alart, C.M., t. XII, p. 506-510, AHP, pli 2, n° 29.

5 B. Alart, C.M., t. XII, p. 611, notule de Pierre Raynald, « Ampeyre notaire et Bolet », fol. 480. Vu original 3 E1/19.

6 B. Alart, C.M., t. R2, p. 147-150, parchemin de couverture du registre de notule de Jean Ornos de 1393, n° 543, date probable de l'inventaire (en partie effacée) : 1389.

7 Probablement l'antuxa, un passage étroit qui borde une maison, déjà vu à Laroque-des-Albères.

8 B. Alart, C.M., t. G, p. 73, Puignau ?, registre X, fol. 549v°.

9 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 169-177, AHP, plech 35, n° 25.

10 Ibid., ADPO G 48.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540