Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Tautavel

Roussillon1

Texte intégral

  • 1 Bien que ne dépendant pas du diocèse d'Elne, puisque Tautavel, ainsi que Vingrau étaient soumis à (...)

1Castellum Taltevul, 1011. Eglise Saint-Génis, 1183.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 ADPO, 1B-16, fol. 13 v°.
  • 3 ...« et hospitium meum quod est intus cellariam dicti castri de Tautavolio... », ibid. La dénomina (...)

2La première mention de la cellera de Tautavel est contenue dans une reconnaissance établie par Amald Bertrand en 1273 auprès du procureur royal2 pour ce qu'il tient dans le castrum et la dominationis de Tautavel. Il déclare le cinquième des dîmes qu'il perçoit dans les limites ducastrum, les agriers, les prémices et une demeure dans la cellera du castrum3. Il s'agirait, d'après le mot employé, d'une bâtisse plus importante qu'une simple maison.

  • 4 ADPO, 1B-32, étudié et transcrit par Michèle Comalada, Tautavel au xiiie s. d'après le capbreu de (...)
  • 5 « quandam domum intus castrum de Taltaulio », ibid. p. 35.

3Le capbreu royal de 1292-1293, concernant essentiellement Estagel, contient des reconnaissances de biens situés à Tautavel4. Les 83 déclarations concernant Tautavel sont faites par 62 habitants de ce village, plus 19 habitants des villages voisins de Vingrau et Paziols. Certaines maisons sont explicitement situées à l'intérieur du village fortifié5.

  • 6 « quandam vineam in loco vocato ad cellariam », p. 8, « quandam faixiam terre ad cellariam », p. 9 (...)

4Trois tenanciers déclarent tenir des celliers, mentionnés à part dans les déclarations, comme des bâtiments séparés, mais aucun n'est explicitement situé dans la cellaria. Au contraire, quand la cellaria est mentionnée, c'est toujours pour y localiser des terres, vignes ou champs6.

5Certains biens, toujours des terres, sont situés « adcostam de celera » ou « in loco vocato celera », ou « ad celera ».

  • 7 B. Alart, C.M., t. A, p. 616, ADPO, 1B-32, fol. 3 r°.

6Le capbreu mentionne aussi plusieurs maisons intus barrium7.

  • 8 « cellarium cum suo sotulo et vaxella », ADPO, 1B 21, fol. 24r.
  • 9 On possède une description très proche d'un cellier royal de même type à Salses en 1309.

7En 1306, le procureur royal vend pour une durée de trois ans tous les revenus qu'il perçoit in villa et terminis et adjacencia Sci Genesii de Taltavolio, pour la somme annuelle de 355 livres de Barcelone, ainsi qu'un cellier avec son sous-sol et sa vaisselle8. Il s'agit sans doute du cellier de perception des redevances et de sa vaisselle vinaire9.

Seigneurs et fortifications :

  • 10 B. Alart, C.M., t. IV, p.317-318, ADPO, 1B-32 : « Hec sunt consuetudines castri de Taltavolio que (...)
  • 11 Voir la thèse de L. Verdon pour cette expression, qui revient souvent avec le sens de « redevance  (...)

8A la fin du capbreu sont copiées les coutumes de Tautavel10. Il y est dit que les hommes qui demeurent dans le castrum et n'appartiennent pas au roi lui doivent deux jovas chaque année. A savoir unam jovam in ciminterio et une autre in stivo. Le deuxième article stipule que les hommes du roi qui labourent avec des animaux (le) fassent pour le roi in ciminterio et in estate, et aident aux semailles du château (castrum). Tous les hommes du roi doivent battre le blé sur l'aire et le porter cum pane et vino11 au château. Que signifie l'expression faire une jova, journée de labour, au cimetière ? Peut-être faut-il entendre des travaux agricoles près du cimetière ?

9Le document continue en précisant qu'ils doivent « faire » (bâtir à neuf, réparer ?) les murs extérieurs du château de Tautavel (muris foris castri) à titre de redevance (ad panem et vinum) ainsi que tout l'ouvrage de défense du château. Ils doivent aussi faire les travaux au faubourg (opera in barrio). C'est le roi qui doit fournir les maîtres maçons, la chaux, le sable et l'eau. Les hommes du castrum doivent aussi le service de guet au faubourg, et l'entretien du canal des moulins.

Structure du village et activités :

  • 12 ADPO, 1B 21, fol. 39 r°-v°.

10En 1304, le procureur royal donne en acapte à un habitant de Tautavel, un patuus situé dans la villa de Tautavolio, afin qu'il y construise une ou plusieurs maisons12.

  • 13 B. Alart, C.M., t. R2, p. 401, notule de Jacques Salvet, 1386, n° 83.

11En 1386, un habitant de Perpignan vend à Domenge de Savoyha de Tautavel un patuum sis intus locum de Tautavolio qui touche au muro colli usque ad turrim quadratam13. Le seigneur de Tautavel y perçoit les droits usuels. Ce pati semble se trouver sous le château. Nous avons probablement affaire à un habitat de type castrai, se développant sur le versant sud de la colline qui porte le château, à l'opposé du village actuel de fond de vallée, au nord, plus récent.

Communauté villageoise :

  • 14 B. Alart, C.M., t. T, p. 350, notule de Jacques Molines, n° 490.

12En 1401, l'université des hommes du castrum de Tautavel est convoquée in ipsius platea ante portale fortalicii14. Seize hommes sont nommés dans ce document.

Synthèse :

13Dans l'état actuel des recherches, qui auraient beaucoup à profiter d'une étude archéologique du château et de ses environs immédiats, il semble que la mention d'une maison dans la cellera à Tautavel, tardive et peu explicite, se rapporte à une cellera sans doute située au pied du château. On ne peut que noter cependant les signes d'un possible abandon de cette cellera, ce dont pourrait témoigner le fait qu'on n'y trouve plus que des parcelles de terre dans le capbreu de la fin du xiiie siècle, à moins que les constructions de la cellera castrale n'échappent totalement à la seigneurie royale. Le village actuel, en contrebas, et son église sont trop récents pour pouvoir correspondre à cette cellera.

Notes

1 Bien que ne dépendant pas du diocèse d'Elne, puisque Tautavel, ainsi que Vingrau étaient soumis à l'évêque de Narbonne, comme le Perapertusès dont ils font partie, j'ai pris la liberté d'ajouter cette seule exception à mon domaine d'étude. En effet ce village fait partie du domaine catalan et on y rencontre le mot de cellera, même si c'est peut-être avec un sens déformé, comme à Planèzes.

2 ADPO, 1B-16, fol. 13 v°.

3 ...« et hospitium meum quod est intus cellariam dicti castri de Tautavolio... », ibid. La dénomination de cellaria castri peut se rapporter ici à une cellera sous dépendance du château, à son pied, sur le versant sud de la barre rocheuse qui porte le château.

4 ADPO, 1B-32, étudié et transcrit par Michèle Comalada, Tautavel au xiiie s. d'après le capbreu de 1292, D.E.S., Aix-en-Provence, 1969, (G. Dubydir.).

5 « quandam domum intus castrum de Taltaulio », ibid. p. 35.

6 « quandam vineam in loco vocato ad cellariam », p. 8, « quandam faixiam terre ad cellariam », p. 9, « quoddam campum in loco vocato ad cellariam », p. 12 et p. 46, « unum tor de terra ad cellariam », p. 20 et p. 30.

7 B. Alart, C.M., t. A, p. 616, ADPO, 1B-32, fol. 3 r°.

8 « cellarium cum suo sotulo et vaxella », ADPO, 1B 21, fol. 24r.

9 On possède une description très proche d'un cellier royal de même type à Salses en 1309.

10 B. Alart, C.M., t. IV, p.317-318, ADPO, 1B-32 : « Hec sunt consuetudines castri de Taltavolio que sunt inter homines predicti castri et domini regis Maioricarum ».

11 Voir la thèse de L. Verdon pour cette expression, qui revient souvent avec le sens de « redevance ».

12 ADPO, 1B 21, fol. 39 r°-v°.

13 B. Alart, C.M., t. R2, p. 401, notule de Jacques Salvet, 1386, n° 83.

14 B. Alart, C.M., t. T, p. 350, notule de Jacques Molines, n° 490.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter