Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Le Soler

Roussillon

Texte intégral

  • 1 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, cartulaire de Cuxa ; archives de la famille d'Oms. Ce serait la pr (...)

1Pallaganum (Pallagianum), 876-877, au xe siècle : Solarium de Orzone, 976, Soler de Oruc, (Orus, Orucio) vicecomite, 9881, Soler Ferriolo, 1007.

2Les premières mentions du village, et peut-être son origine, sont nettement liées à la présence d'une résidence aristocratique datant probablement de l'époque carolingienne, comme à Palalda ou Palau-del-Vidre (vestiges antiques de la villa « d'un sénateur » ?), à Arles-sur-Tech (idem) ou à Corneilla-de-Conflent. Cette résidence d'un puissant du ixe siècle est appelée ensuite du nom de Solerio, dont Monique Bourin-Derruau a montré qu'il désigne souvent une demeure noble.

  • 2 B. Alart, C.M., t. M, p. 136, manuel de P. Baseli, n° 1432.

3La dualité de lieux de peuplement, attestée tardivement, semble disparaître assez vite : Solerio superiori, (ou Soler d'Amont) 1243, Solerio inferiori, (Soler d'Avall) 1385. En 1407, les deux universitates... de Solerio Superiori et de Solerio inferiori sont regroupées pour une décision (agendo ex una)2. Elles sont donc à la fois encore distinctes, mais conscientes d'intérêts communs.

  • 3 B. Alart, C.M., t. M, 1414.

4Eglise Saint-Julien, 959, plus tard double invocation de l'église, à Sainte-Basilisse et à Saint-Julien3.

Le Soler d'Amont

  • 4 « in capella illa quam edificavi », ADPO, G 48, parchemin original.

5L'évêque d'Elne Bernard, par son testament de 1258, institue un prêtre pour la chapelle qu'il a élevée dans le castrum du Soler4. Il fait un legs à l'hôpital de Saint-Julien du Soler.

Celliers et cellera :

  • 5 « unum sellarium intus sellariam dicti loci scitum... et affrontat, cum muro », ADPO, 3 E 1/291, f (...)

6En 1406, Jacques Crous, prêtre et chanoine de la collégiale Saint-Jean de Perpignan vend à un habitant du Soler d'Amont un cellier dans la cellera dudit lieu, qui touche au mur, et sur lequel l'évêque perçoit un cens d'une poule à Noël5.

  • 6 « donum vocatam seller intus sellariam dicti loci », ADPO, 3 E I / 291, fol. 13.

7En 1422, Bernard Garner du Soler d'Amont reconnaît avoir bien été payé pour une maison appelée cellier située dans la cellera dudit lieu6.

  • 7 « a la dita Jauma lo meu celler qui es scituat dintre la forsa del loc del Soler damont », ADPO, 3 (...)
  • 8 « unum sellarium meum quem habeo intus sellariam seu fortalicium de Solerio superiori », ADPO, 3E (...)

8En 1427, Guillem Baron dicte son testament à Pierre Pastor, notaire. De ce testament deux versions nous ont été conservées : l'une en catalan sur un cahier de papier non relié, inséré entre deux pages du registre du notaire, où le testament est rédigé sous sa forme définitive en latin. Sur le cahier volant qui a probablement servi au notaire pour prendre note des volontés orales de Guillem, les legs sont rédigés en catalan, ainsi que le légataire les a formulés, et très succinctement. Il lègue ainsi à Jauma (son épouse) son cellier situé dans la forsa du Soler d'Amont7. Mais sur l'acte en latin, inscrit sur le registre du notaire, entre les pages duquel a été conservé le cahier volant, le même legs est formulé de façon plus détaillée : le cellier se trouve dans la cellera appelée aussi fortalicium8. Il souhaite en outre que le cellier revienne après la mort de sa femme à ses héritiers universels. Sa femme reçoit aussi un tonneau de bois d'une contenance de trois barrals et deux autres tonneaux. Ceux-ci étant cités immédiatement après le cellier, on peut supposer qu'ils se trouvent à l'intérieur. Il lègue aussi deux ayminates de froment pour qu'on fasse des distributions de pain aux lieux du Soler d'Amont et d'Avall.

  • 9 B. Alart, C.M., t. A, p. 235, P. Bolet ou P. Armany ? ou archives du Mas de la Garrigue ou de la C (...)

9En 1431, « Bartholomette », la veuve d'un apothicaire de Perpignan, vend à Jean Bubon quoddam cellarium intus cellariam fortalicii loci de Solerio superiori9. Une cellera existe encore au xve siècle et a conservé le caractère essentiel des celleres des origines : le regroupement des celliers. Il faut remarquer qu'elle est placée au sein de l'enceinte fortifiée du village, le fortalicium, comme autour de beaucoup d'autres celleres.

  • 10 « unum sellarium meum intus sellariam de Solerio superiori scituatum, confrontatum ...cum ten domi (...)

10En 1437, un autre cellier légué par Raymond Gausi touche à celui qui avait appartenu à Guillem Baron, cité ci-dessus. Il est lui aussi situé dans la cellera, et touche à la propriété du curé du Soler10.

  • 11 « item mes lexi a la dita Guillemona (muller mia) la casa qui afronta ab lo celer den Johan Polles (...)

11En 1440, le testament de Guillem Ferriol montre que la cellera a conservé en grande partie sa destination originelle : en effet la maison qu'il y lègue touche à deux celliers et au mur de la ville11.

  • 12 « unum patuum qui solebant esse tres patui contigui et fuerunt remoti (?) propter nimium censum... (...)
  • 13 « intus fortalicium de Solerio superiori scitum », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 61 r°.
  • 14 « teneamini operare seu operarifacere dictum patuum quem vobis ad accapitum concedo infra duos ann (...)

12En 1430, une concession en acapte révèle que la cellera est en partie délaissée ou en tout cas à reconstruire. En effet Arnaud du Boulou, procureur de l'évêque d'Elne, donne à un habitant du Soler d'Avall, un patuum regroupant trois anciens patua contigus, autrefois divisés en raison cens excessifs. Ils se trouvent à l'intérieur de la cellera du Soler12. Cet acte renouvelé en 1432 précise que ce patuum, (composé des trois mêmes anciens patua) est situé à l'intérieur du fortalicium du Soler d'Amont13. Ce patuum touche à un autre pati et au mur. Le preneur s'engage à le bâtir dans un délai de deux ans14. Le cens est de cinq sous et l'intrata de trente-six sous.

Structure du village et activités :

  • 15 ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 40 v°.
  • 16 « confrontatam.. cum quadam platea vocata lo mas », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 46 r°.

13En 1406, un chanoine de la collégiale Saint-Jean vend un patuum situé dans le barri du Soler d'Amont15. Une maison vendue en 1432 est située dans le barri du Soler d'Amont, qui touche à la rue du ruisseau de la fontaine et à « une place appelée le mas »16.

  • 17 B. Alart, C.M., t. T, p. 425, manuel de Gabriel Resplant (n° 170).

14En 1435, on échange une domus nuncupata la Cabana del Soler, qui est située in barrio loci predicti de Solerio17. A cette date, il s'agit sans doute du Soler d'Amont, le seul qui ait subsisté.

  • 18 ADPO, inv. série G, G 42.

15En 1663, les consuls et la population du Soler sont réunis intus fortaliciam18.

Plan et vestiges architecturaux :

16Le quartier entourant l'église présente encore quelques traces d'une fortification, de forme quadrangulaire, en partie effondrée, mais paraissant tardive (xiv-xve siècles). Elle longeait au nord la falaise qui borde le lit de la Têt. L'érosion active du fleuve lors des crues a entraîné la chute d'une partie des murs.

Finage et occupation de l'espace :

  • 19 ADPO, H 288, parchemin n° 10.
  • 20 ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 152.

17Une terre sur le territoire de Saint-Julien du Soler se trouve au lieu-dit ad Pontarros19. Une terre au lieu-dit Pontarios touche au ruisseau, à l'aculea payral del Eula, à une autre aculea et au chemin de Ponteilla20.

  • 21 ADPO, H 288, parch, original, n° 9 (cf. aculea payral de Toulouges).

18Un pré sur le territoire de Saint-Julien du Soler (au lieu-dit ad goconuaca ?) touche à l'aculea comunis21.

Le Soler d'Avall :

  • 22 ADPO, FdF, 12J24, n° 106 et 107.
  • 23 B. Alart, C.M., t. B, p. 107.

19On trouve une chasa sancti Petri comme confront d'un bien situé à Villanova de Roter (Villeneuve-de-la-Rivière), en 102622. En 1027, on précise que les casas sancti Petri sont attenantes au vilar de Sainte-Eugénie. Entre Sainte-Eugénie (hameau sur le chemin de Ponteilla à la Têt, en bordure de celle-ci) et le Soler d'Amont se trouvait le Soler d'Avall23. Il aurait été emporté par les crues de la Têt.

  • 24 B. Alart, C.M., t. IV, p. 332.

20Le « castell et villa del Soler d'Avall » sont cités en 130224.

  • 25 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 198-199, AHI, parch. E, n° 45.
  • 26 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 513-514, note de Gaucelme Ferréol, notaire d'Ille, a. 1357.

21En 1348, Ermengaud de Matemale, fils de François de Matemale (de Saint-Feliu d'Amont), lègue tout ce qui lui revient sur les cens perçus par Pierre de Fenouillet, vicomte d'Ille in castro et terminis de Solerio inferioris25. Les revenus du castrum de Solerio inferiori sont mentionnés dans la succession de Pierre de Fenollet26.

  • 27 B. Alart, C.M., t. M, p. 513.

22En 1417, un habitant du Soler d'Avall vend à un autre homme du même lieu un pati situat dintre los murs del Soler davall qui confronte ab lo mur del dit loch27. Le type de bien vendu et sa situation pourraient correspondre à une cellera.

  • 28 B. Alart, C.M., t. IV, p. 584, manuel de J. Antoine Vilella.

23L'évêché, dans la mense épiscopale, détient au xvie siècle quoddam castrum sive fortalicium pro majori parte dirrutum et demolitum28.

L'Eula :

  • 29 « monasterium vestrum... propter huiusmodi solitudinem et hostiles incursus opportuit urgenter nec (...)

24En 1362, les soeurs du couvent de Sainte-Marie de l'Eula reçoivent l'autorisation de transférer leur monastère à Perpignan, car elles se trouvent en un lieu désert, in solitudinem29. Ce lieu était situé entre Le Soler et Thuir, où se trouve encore le mas de l'Eule sur la D 37.

25En 1367, les soeurs de Sainte-Marie del Eula, échangent contre deux maisons situées à Perpignan, le lieu appelé de Leula ou del Eula, situé in terminis de Thoyrio et de Solerio, en particulier pro domibus atque patuis circum circa constitutis, edifficatis atque constructis... et pro tota viyxela et fusta que sunt intus dictum locum del Eula. La description de la disposition de ces maisons et courettes, ainsi que leur contenu, à destination évidente de stockage de denrées ou de vin, font penser à des celliers. Les soeurs précisent qu'elles donnent tous leurs biens exceptis tamen ecclesia dicti loci del Eula et cimiterio ejusdem et quadam domo contigua ecclesie supradicte. L'ensemble de ces maisons et bâtisses sont donc groupées autour de l'église et du cimetière du lieu. On ne peut être certain qu'il s'agisse là d'une cellera, mais c'est sans nul doute un pôle de regroupement ecclésial, probablement d'initiative monastique.

  • 30 B. Alart, C.M., t. A, p. 155, archives du couvent des moniales de L'Eula de Perpignan.

26En 1434, le manse appelé del Eula, infra terminos de Solerio, est vendu aux enchères30. Peu de jours après cette vente, l'abbesse obtient la reconnaissance de son droit d'entrer par la porte principale de ce manse, puis de passer par une autre porte et enfin d'entrer in quandam domum sive sellarium a qua exiens intravit claustra dicti mansi. Comme à Saint-Estève, nous avons là l'exemple de constructions très imbriquées, entraînant des servitudes pour l'accès des divers usagers. Il semble bien que le cellier en question soit ici à l'intérieur d'un mas, mais contre le mur du cloître de la maison des sœurs de l'Eula, qui avaient déjà déménagé à Perpignan. D pourrait s'agir d'un cellier (peut-être pas unique) primitivement accolé au cimetière ou à un bâtiment religieux, sur l'espace sacré qui l'entourait.

  • 31 B. Alart, C.M., t. A, p. 156-157.
  • 32 Catalunya Romànica, t. XIV, p. 400-401.

27En 1553, on fait des travaux dans lo monestir antich sit en lo terme del Soler dit Leula31. L'abbesse et le maître maçon s'entendent au sujet des réparations à effectuer au boall (l'étable), au claustra, à l'église et à la caseta qui es al costat de dita boall. On reconnaît les biens conservés par les soeurs deux siècles plus tôt. L'église a gardé des fonctions paroissiales jusqu'à la fin de l'Ancien Régime32.

Sainte-Eugénie :

  • 33 ADPO, inventaire série G, G 48.

28En 1258, l'église Sainte-Eugénie est déclarée abandonnée (heremam) par Bernard, évêque d'Elne. Celui-ci attribue sa part de dîme à l'église qu'il a construite dans le castrum du Soler, qui reçoit aussi un tiers des dîmes du castrum33.

Synthèse :

29Le Soler est né probablement d'une résidence aristocratique de l'époque carolingienne. Mais au Soler d'Amont s'est développée une cellera constituée de celliers, dont des seigneurs ecclésiastiques sont largement propriétaires encore au xve siècle. On ne trouve pas de documents anciens sur cette cellera, mais sa situation et sa composition peuvent laisser supposer une origine « classique », autour de l'église.

30Les lieux de peuplement voisins, sans doute nés de regroupements à caractère ecclésial, Le Soler d'Avall, L'Eula et Sainte-Eugénie ont progressivement disparu, sous la concurrence de ce pôle et probablement aussi de Perpignan.

Plan cadastral du Soler (L'ancien « Soler d'Amont »)

Plan cadastral du Soler (L'ancien « Soler d'Amont »)

Notes

1 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, cartulaire de Cuxa ; archives de la famille d'Oms. Ce serait la première résidence d'un vicomte de Bas-Conflent.

2 B. Alart, C.M., t. M, p. 136, manuel de P. Baseli, n° 1432.

3 B. Alart, C.M., t. M, 1414.

4 « in capella illa quam edificavi », ADPO, G 48, parchemin original.

5 « unum sellarium intus sellariam dicti loci scitum... et affrontat, cum muro », ADPO, 3 E 1/291, fol. 40r°-v°.

6 « donum vocatam seller intus sellariam dicti loci », ADPO, 3 E I / 291, fol. 13.

7 « a la dita Jauma lo meu celler qui es scituat dintre la forsa del loc del Soler damont », ADPO, 3 E 1 / 291, cahier volant.

8 « unum sellarium meum quem habeo intus sellariam seu fortalicium de Solerio superiori », ADPO, 3E 1 / 291, fol. 31 r°.

9 B. Alart, C.M., t. A, p. 235, P. Bolet ou P. Armany ? ou archives du Mas de la Garrigue ou de la Commanderie de Bajoles.

10 « unum sellarium meum intus sellariam de Solerio superiori scituatum, confrontatum ...cum ten domini Raymundi Compau presbiteri et rector ecclesie de Solerio... et cum quodam sellario qui fuit Guillemi Barroni condam de Solerio », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 74 r°.

11 « item mes lexi a la dita Guillemona (muller mia) la casa qui afronta ab lo celer den Johan Pollestres e ab lo mur de la vila e ab lo celler de na cimona, muller den Frances Delclar », ADPO, 3 E 1 / 291, cahier volant (testament dicté en catalan).

12 « unum patuum qui solebant esse tres patui contigui et fuerunt remoti (?) propter nimium censum... intus sellariam de Solerio situm confrontatum... cum quodam patuo... et cum muro », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 44 v°.

13 « intus fortalicium de Solerio superiori scitum », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 61 r°.

14 « teneamini operare seu operarifacere dictum patuum quem vobis ad accapitum concedo infra duos annos a die presenti », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 44 v°.

15 ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 40 v°.

16 « confrontatam.. cum quadam platea vocata lo mas », ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 46 r°.

17 B. Alart, C.M., t. T, p. 425, manuel de Gabriel Resplant (n° 170).

18 ADPO, inv. série G, G 42.

19 ADPO, H 288, parchemin n° 10.

20 ADPO, 3 E 1 / 291, fol. 152.

21 ADPO, H 288, parch, original, n° 9 (cf. aculea payral de Toulouges).

22 ADPO, FdF, 12J24, n° 106 et 107.

23 B. Alart, C.M., t. B, p. 107.

24 B. Alart, C.M., t. IV, p. 332.

25 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 198-199, AHI, parch. E, n° 45.

26 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 513-514, note de Gaucelme Ferréol, notaire d'Ille, a. 1357.

27 B. Alart, C.M., t. M, p. 513.

28 B. Alart, C.M., t. IV, p. 584, manuel de J. Antoine Vilella.

29 « monasterium vestrum... propter huiusmodi solitudinem et hostiles incursus opportuit urgenter necessitate deferere et vos ad villam Perpiniani », ADPO, H 288, parch. n° 28, copie de 1375.

30 B. Alart, C.M., t. A, p. 155, archives du couvent des moniales de L'Eula de Perpignan.

31 B. Alart, C.M., t. A, p. 156-157.

32 Catalunya Romànica, t. XIV, p. 400-401.

33 ADPO, inventaire série G, G 48.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral du Soler (L'ancien « Soler d'Amont »)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter