Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Serralongue

Vallespir

Full text

1Serralonga, 866. Eglise Sainte-Marie, 1018.

Cellera ? :

  • 1 L. Bassède, Toponymie historique..., § 380, et B. Alart, Notices historiques..., 2e série, p. 158. (...)
  • 2 « ...ego Bernardus Hugonis deberem redire de novo turrim in loco de Serralonga... et deberem facer (...)
  • 3 Ratheau, BSASL, 1865, p. 163.

2D'après L. Bassède on trouverait mention d'une cellera à Serralongue en 1277. Il semble que cette information provienne de quelques lignes peu claires de B. Alart à propos d'une sentence royale du 17 des calendes de mars de 12771. Le texte original n'est pas cité par Alart. En fait, le document en question ne porte pas le terme de cellera qui n'est qu'une extrapolation de B. Alart2. En accord avec Ratheau on peut convenir qu'il n'existe pas trace de fortification au village de Serralongue3.

Seigneurs et fortifications :

  • 4 B. Alart, C.M., t. VII, p. 219-220, parchemins du domaine.
  • 5 B. Alart, Notices historiques..., 2e série, p. 140.

3Raymond, fils de Bellisind, (nommé plus tard Raimond Bracads) prête serment à Guillaume, fils de Vidiane, pour tous les châteaux de celui-ci (Castelnou, Pena, Montdon et Molet), et pour celui que Raymond tient lui-même : ipsum castellum de Serralonga4. Ce serment n'est pas daté, mais Guillaume II de Castelnou a été vicomte de Castelnou et archidiacre d'Elne (ainsi que le précise le serment : vicecomite et archidiacono) entre 1075 et 1098. Ce castellum est sans doute le château de Cabrens5.

  • 6 ADPO, 1B-79 ; B. Alart, C.M., t. B, p. 230.
  • 7 ADPO, B 72, parchemin original, v. 1088.

4Un intéressant document de 1267 relate la prise de possession par le vicomte de Castelnou du castrum de Serralongue6. Il faut remarquer que la forme même de la prise de possession, la proclamation à haute voix du cri de guerre du seigneur suzerain, est clairement évoquée déjà dans un serment du dernier quart du xie siècle, quand Raymond promettait à Guillaume de Castelnou, archidiacre d'Elne : « et vociferem tua signa »7.

  • 8 B. Alart, C.M., t. G, p. 488, notule de Bérenger Sereta, 1417, n° 1379.

5En 1418, les procureurs (prévôts) de l'universitas loci sive castri, hominum de Cabrenchs évoquent un document rédigé in cimenterio ecclesie... Sce Marie de Serralonga, l'année précédente8.

Synthèse :

6Le cas de Serralongue révèle que même un archiviste-paléographe de renom comme Bernard Alart, qui a remarqué le terme cellera dans les documents médiévaux, a pu être abusé par son emploi à la fin du Moyen Age, presque équivalent à celui de « fortification collective », fortalicium, et passer abusivement, comme ici, de fortalicium à cellera.

Notes

1 L. Bassède, Toponymie historique..., § 380, et B. Alart, Notices historiques..., 2e série, p. 158. Alart écrit : « Bernard Hugues [seigneur de Serralongue et de Cabrens] devra « rétablir de nouveau » (redire de novo) une tour au lieu de Serralongue » (...) « et il devra y faire une forteresse (fortitudem, cellera, ou enceinte fortifiée) ». Cette formulation ambiguë est répétée par Alart à propos de Fontanils (com. de Prats de Mollo, dépendant autrefois de la seigneurie de Corsavy), à tort aussi, puisque le document ne parle là encore que de la fortitudinem dicti loci.

2 « ...ego Bernardus Hugonis deberem redire de novo turrim in loco de Serralonga... et deberem facere ibidem fortitudinem prout in dicta pronunciationem dicti domini Regis continetur », ADPO, 1B 79, parchemin de 1303 qui cite in extenso l'acte de 1277.

3 Ratheau, BSASL, 1865, p. 163.

4 B. Alart, C.M., t. VII, p. 219-220, parchemins du domaine.

5 B. Alart, Notices historiques..., 2e série, p. 140.

6 ADPO, 1B-79 ; B. Alart, C.M., t. B, p. 230.

7 ADPO, B 72, parchemin original, v. 1088.

8 B. Alart, C.M., t. G, p. 488, notule de Bérenger Sereta, 1417, n° 1379.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Terms of use: http://www.openedition.org/6540