Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Serrabone

(C. de Boule-d'Amont), Roussillon

Texte intégral

1L'église Sainte-Marie est citée pour la première fois en 1069.

Regroupement autour de l'église :

  • 1 B. Alart, C.R., n° 63, p.92.
  • 2 Parmi ceux-ci, on remarque Raymond Matfred, puissant seigneur du Vallespir, établi au château de C (...)
  • 3 « et triginta dextros terrae ex omni parte », ibid.
  • 4 A. Parodi, L'église et le terroir, p. 127, en relève un exemple à Sainte-Cécile-de-la-Mélouse, dan (...)
  • 5 Cf. Coustouges. Sur la valeur symbolique de cette mesure en dextres, v. V. Farias, La sacraria.... (...)

2En 10821 les fondateurs de cette église2, ou leurs descendants, ayant favorisé l'installation d'un groupe de clercs vivant sous la règle canoniale, transforment l'église en prieuré augustinien et lui donnent tout ce qu'ils possèdent en ce lieu, les « usaticos », dîmes, offrandes et prémices, et trente dextres de terre dans toutes les directions3. Plus rare que la mention des trente pas, celle de trente dextres n'est pas unique cependant4, mais il ne faut peut-être pas y voir une mesure précise5.

  • 6 ADPO, 1B-357, fol. 226 r°-227 r°.

3Lors de la consécration de la nouvelle église, en 1151, par l'évêque Artald, on dit que l'église a été édifiée par le prieur Pierre Bernard et son chapitre, avec les incolis ipsius ville et cum aliis probis hominibus ipsius terre6. Clercs, habitants, paroissiens, de la villa quae vocatur Serrabona et puissants de toute la contrée forment les trois échelons superposés des bienfaiteurs de l'église. Un petit nombre d'églises subalternes sont placées dans la mouvance de Sainte-Marie : Saint-Jean d'Arsons, et celles de Barbadell, de Vilella, de Joch et de Marinyans.

  • 7 ADPO, 3E3/113, manuel de G. Ferriol.

4Une maison est localisée intus loco de Serrabona7, en 1364.

  • 8 B. Alart, C.M., t. H, p. 70, notule de Gaucelm Ferriol, n° 68, ce document semble avoir été étudié (...)
  • 9 Il faut rapprocher cette évolution de celle des celleres d'Elne, de Perpignan ou d'Espira-de-l'Agl (...)

5En 1365, deux clercs, un frère chanoine et un prêtre, du prieuré de Serrabone, reçoivent chacun, à titre de don du prieur, un patuum sur lequel ils pourront faire construire leur « chambre » ou cellule, et même sur deux niveaux (cameras unam supra aliam), afin d'y habiter, comme ils le faisaient avant que des guerres ne les détruisent8. Ils pourront y aménager des portes et des fenêtres ouvrant au midi (fenestras versus meridiem). Ces deux documents, rédigés le même jour, sont en tous points identiques, sauf quant à la localisation des terrains. Ils sont en effet mitoyens, mais alors que l'un, touche à l'église du monastère et au mur, l'autre confronte le cellier du monastère ainsi que le mur de ce lieu. Ce prieuré apparaît donc comme un ensemble de bâtiments enclos de murs, abritant les résidences, assez modestes, des clercs, et au moins un cellier, celui des chanoines. L'aire consacrée a donc pu être assimilée à un espace à usage ecclésiastique, mais il est possible que cette « spécialisation » ne soit que partielle, d'autres habitats, laïcs, pouvant s'y trouver, ou tardive, les clercs ayant progressivement étendu leur contrôle sur les biens de ce qui était peut-être au départ une cellera9.

  • 10 B. Alart, C.M., t. F, p. 183-184, notule de Bernard Borgua.
  • 11 Voir Y. Esquieu, Autour de nos cathédrales...

6Il semble que Serrabone ait été un lieu de peuplement, habité jusqu'au xve siècle au moins. En effet, en 1411, Bernard Davall de Corbère vend à Raymond Benoît de Perpignan, habitant pour lors in loco de Serrabona, une maison et un cortal cum suo quintano ( ?) et des jardins contigus, à Serrabone10. Le même vend aussi unam domum seu patuum, in dicto loco de Serrabona, loco vocato la Casa del Sartre, qui affronte au chemin qui entre dans la villam de Serrabona. Cette maison est aussi voisine des rochers qui touchent au four du monastère, et du mur de la maison du camérier. Un autre patuus de la villa est proche. La description détaillée de l'environnement de cet édifice permet de reconnaître un noyau ecclésial peut-être concentré, révélant l'importance de ce prieuré, avec les dépendances habituelles, le four, et les diverses demeures du quartier canonial11. Mais on trouve aussi autour de cet ensemble, une réelle agglomération de maisons de paysans, avec cortal et patuus. Paysans dépendants des clercs, ou regroupés là autour du lieu d'asile, les deux explications doivent être complémentaires et en évolution.

Plan et vestiges architecturaux :

7Au sud du prieuré, plusieurs bâtiments en ruine, de petite taille, restes de maisons étroites élevées sur deux niveaux, peuvent correspondre aux maisons citées en 1365.

Synthèse :

8Il y a eu un habitat autour du prieuré : fut-il réellement serré, autour du bâtiment religieux et de son cimetière, sur le « cimetière » de trente dextres, selon la forme d'une cellera, ou était-il formé d'une nébuleuse plus lâche de mas environnant le lieu central qu'était cette riche église ? C'est ce que ni le plan ni les textes ne permettent d'affirmer. Seule l'étude précise du terrain, fouille ou prospection de surface tout au moins, permettrait d'en savoir davantage.

Notes

1 B. Alart, C.R., n° 63, p.92.

2 Parmi ceux-ci, on remarque Raymond Matfred, puissant seigneur du Vallespir, établi au château de Corsavy à partir duquel il pille les sacrarii que les paysans y possèdent.

3 « et triginta dextros terrae ex omni parte », ibid.

4 A. Parodi, L'église et le terroir, p. 127, en relève un exemple à Sainte-Cécile-de-la-Mélouse, dans le Gard, où l'on vend en 1080 un quart de l'église et du presbiteratum, « et quantum ibi est circa ecclesiam infra triginta dextros, sive sint mansiones sive arbores, sive arboceta, sive terra culta et inculta ». Il s'agit à son avis d'une fondation volontaire et nouvelle dans une zone de colonisation et dans le contexte du mouvement de paix, une sauveté dont le tissu est encore assez lâche.

5 Cf. Coustouges. Sur la valeur symbolique de cette mesure en dextres, v. V. Farias, La sacraria...., p. 96, n° 1.

6 ADPO, 1B-357, fol. 226 r°-227 r°.

7 ADPO, 3E3/113, manuel de G. Ferriol.

8 B. Alart, C.M., t. H, p. 70, notule de Gaucelm Ferriol, n° 68, ce document semble avoir été étudié par R. de Saint-Malo, Cartulaire roussillonnais, d'après B. Alart, C.M., t. XV, p. 159-160.

9 Il faut rapprocher cette évolution de celle des celleres d'Elne, de Perpignan ou d'Espira-de-l'Agly.

10 B. Alart, C.M., t. F, p. 183-184, notule de Bernard Borgua.

11 Voir Y. Esquieu, Autour de nos cathédrales...

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540