Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Seners

(C. d'Estoher), Conflent

Texte intégral

1La villa Senaria est mentionnée en 958, l'église Saint-Jean n'apparaît qu'en 1204 dans la documentation. Le cimetière de Saint-Jean est indiqué en 1389.

Regroupement villageois et celliers :

  • 1 Ce terrier est transcrit partiellement par Bernard Alart, C.M., t. III, p. 254-283, pour les recon (...)

2Plusieurs reconnaissances de biens tenus pour le chapitre de Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent, enregistrées dans le capbreu de 13891, permettent de supposer un regroupement villageois de type ecclésial.

  • 2 Pour ce cellier, il doit donner le joli cens purement récognitif d'unum ciffum aque (un vase, un v (...)

3Ainsi G. Fabri, de Seners, reconnaît tenir quoddam cellarium meum... <ala > Plassa2, de même que de nombreux autres biens, pour lesquels ils se fait homo proprius et solidus ac abordatus. Le même homme, déclare en outre, en complément à sa reconnaissance, qu'il possède le tiers d'un four à tuiles, situé au lieu-dit al Forn, pour lequel il verse la tasque sur toutes les tuiles cuites. Le cellier, sur la place, est au coeur du village, non loin du cimetière, ainsi que l'indique la déclaration de Pierre Martin qui tient une maison avec un colombier et un jardin contigus, touchant à la place et au cimetière (cum cimiterio Sancti Johannis). Il possède aussi un enclos (unum clausale), contre cette maison, subtus dictam domum situatum.

  • 3 Voir Catllar, il s'agit d'un prieuré fortifié.

4Une veuve de Seners, nommée Cecilia, déclare tenir quandam domum cum suo cellario sibi contiguo, qui touche à un bien qu'elle tient pour le prieur de Riquer3. Le cellier fait partie de la maison, mais il est nommé à part, comme une construction différente, mais solidaire. Un clos est attenant à cette tenure. On remarque le rapprochement des constructions, le fait que les paysans tiennent des biens qui semblent être regroupés, mais pour des seigneurs différents, ainsi que la présence de plusieurs seigneurs ecclésiastiques au coeur de ce hameau.

5Sur la place, Leyi Pagès déclare tenir un jardin qui antiquitus domum fuerunt (sic), signe peut-être d'un déclin démographique, ou d'un commencement d'abandon du lieu ; il est aussi tenancier d'une barda (borda ?), et d'une aream cum suis domibus, situées sur la place.

6Parmi les autres reconnaissances, on peut noter la description du moulin, par le meunier tenancier pour le chapitre, le lieu-dit La Redona (la ronde, parcelle ronde ?) et le pont près duquel Pierre Martin tient unum riberale.

  • 4 P. Ponsich, Limits..., p. 104.
  • 5 B. Alart, C.M., t. K, p. 390.

7Une turris de Ceneriis est signalée à la même date4, on la retrouve évoquée en 1643 dans le lieu-dit du serrat de la Torre5.

  • 6 GGCC, vol. Conflent, p. 100.
  • 7 Catalunya romànica, vol. VII, p. 423.

8Seners ne comptait que huit feux en 1365 et était tombé à cinq feux en 13786. En 1408, Saint-Jean de Seners est encore cité comme paroisse, mais l'habitat voisin a dû déjà disparaître en grande partie7.

Synthèse :

9Seners a été un petit village groupé autour de l'église paroissiale et de son cimetière. La présence de celliers au coeur du noyau villageois fait penser à une cellera, peut-être de petite taille, comme à Estoher. Il serait à souhaiter qu'une fouille puisse un jour être menée en ce lieu.

Notes

1 Ce terrier est transcrit partiellement par Bernard Alart, C.M., t. III, p. 254-283, pour les reconnaissances citées ici. Alart donne comme provenance les archives communales de Vinça.

2 Pour ce cellier, il doit donner le joli cens purement récognitif d'unum ciffum aque (un vase, un verre d'eau ? ciffus ou cifus, de scyphus, d'après MLLM et GMLC), à la Saint-Michel de septembre et le foriscapium, droit de mutation.

3 Voir Catllar, il s'agit d'un prieuré fortifié.

4 P. Ponsich, Limits..., p. 104.

5 B. Alart, C.M., t. K, p. 390.

6 GGCC, vol. Conflent, p. 100.

7 Catalunya romànica, vol. VII, p. 423.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540