Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Salses

Roussillon

Texte intégral

1Salsulae, Salsulis, ie-iiier siècles, Salsinas, Salsas, xe siècle. Eglise Saint-Etienne, 1114.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 MH, n°352, « …nos homines supradicti donamus praedictae ecclesiae ad sepeliendum corpora mortuorum (...)

2La consécration de l'église, en 1114, est l'occasion pour les laïcs qui l'ont édifiée de lui donner un espace de trente pas alentour pour y ensevelir les morts1. La concession de cet espace n'est probablement pas à l'origine de la cellera de Salses. Etant donné sa date, on doit plutôt y voir la confirmation d'une aire de protection dans laquelle un premier noyau s'est certainement déjà constitué.

  • 2 ADPO, 1B-16, fol. 32, 33, 36v°, 1281 et 1282. Sur Salses et son territoire au Moyen Age, on se rep (...)
  • 3 B. Alart, C.M., t. V, p. 261, procuration royale de Majorque, fol. 94v°, 1309.

3Le roi possède à l'intérieur du castrum, probablement dans la cellera, un lieu de perception des redevances dues par ceux auxquels il concède en acapte des vignes ou des terres. Il est en effet stipulé dans les actes que le quint ou le septième de la récolte sera apporté intus castrum de Saisis in tinam domini regis2, à la fin du treizième siècle. On peut penser qu'il s'agit d'un cellier à usage seigneurial. Au tout début du quatorzième siècle, le roi vend pour trois ans les revenus, cens, droits de mutation et moulins (ou droits sur les moulins) ainsi que le cellarium cum suo sotulo et vaxellam. Il semble bien qu'il s'agisse là du lieu de perception des redevances, dont l'énumération continue ensuite : servitutes, terremerita cum cossura... et omnia que dictus dominus rex habet et percipit in villa3. Le tout pour cinq cent dix livres de Barcelone.

4La cellera est citée dans le capbreu royal de 1357 (voir infra), puis en 1380.

Seigneurs et fortifications :

  • 4 ADPO, 1B 4, parch, original, xie siècle, non daté.

5Le castell vell de Salses est cité pour la première fois dans un serment au comte de Roussillon Gilabert prêté par Pierre Oliver qui tient pour lui ipso castello qui est in villa Salses4.

  • 5 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 337-338.

6Le château actuel a été construit à partir de 1497, sur l'emplacement de l'ancien village, entièrement arasé et dont l'église Saint-Etienne a été détruite5.

Structure du village et activités :

  • 6 ADPO, 1 B 37, parchemin original, a. 1264.
  • 7 ADPO, 1 B 37, parch orig., a. 1266.

7Plusieurs documents du treizième siècle montrent le développement et l'aménagement du village et de ses environs : une terre se trouve au lieu-dit Fontaio et touche au ruisseau qui exit de Fonte6, un pati est tenu pour le roi super villam de Saisis et touche in via de cortibus7.

  • 8 ADPO, 1B 357, fol. 64 r°.

8En 1318, le procureur du roi de Majorque s'est rendu personnellement à Salses à la requête des consuls et prohomes de ce lieu pour délimiter les endroits adéquats pour le marché que le roi a accordé à Salses8. Il fixe l'emplacement des différents marchés spécialisés, qui se partagent ainsi le pourtour des murs du village, entre les tours et les portes, probablement du côté extérieur (ainsi que l'indique une reconnaissance du capbreu de 1357) :

  • sur l'espace qui se trouve entre le mur de Salses et la maison de Pierre Pagès, c'est-à-dire depuis la porte de l'entrée de la boucherie jusqu'à la tour dite de l'Esparagera, se tiendra le marché au bétail vif,
  • sur l'espace compris entre le mur de cette tour jusqu'à l'autre tour qui se trouve devant la maison de Bertrand sera le marché du blé et de la laine,
  • sur l'espace entre le mur de la tour de Bonet jusqu'à la tour de la porte de l'hôpital9 sera l'emplacement des merciers et cordonniers, ainsi que des marmites (oles), des fromages et des poules, et de toutes autres choses susceptibles d'être vendues sur ce marché,
  • contre le mur entre la maison de Vidal Fabre et la tour de Bonet, sera dressé un étal de boucherie (una taula a mahel) où l'on vendra de la viande de bêtes mortes ou blessées (carn de moria e carn escabrancada o cama trencada),
  • sur la place qui se trouve entre les tours, on fera un étal de boucherie où l'on vendra la viande au poids comme dans l'autre marché de boucherie de Salses,
  • contre la maison de Vidal Fabre, on construira une maison où sera pesé le blé destiné au moulin.

Le capbreu royal de 1357 :

  • 10 ADPO, 1 B 104, 33 fol., apparemment incomplet d'une première page au moins, puisque le nom des pro (...)

9En 1357, est établi le capbreu des biens tenus pour le roi sur le territoire de Salses10. 253 personnes y font une déclaration, dont 77 sont des habitants des villages environnants, ce qui laisse 176 habitants de Salses. En tout le capbreu mentionnetrente et une maisons (toutes appelées domus), dont quatre comme confronts, qui ne sont pas tenues pour le roi.

10Quatre de ces maisons sont situées dans le village « intus villam », sans plus de précision ; vingt sont dans le barri, le faubourg, « intus barrium » ; six sont dites à l'intérieur des murs, « intus muros eiusdem loci de Salcis », dont deux, voisinant avec celle tenue par un habitant, lui appartiennent à titre d'alleux ; et une est « extra muros ». Ces maisons « dans » et « hors » des murs sont toutes contenues dans des déclarations de la deuxième partie, dont le rédacteur n'est pas le même. Je crois qu'il faut comprendre « dans les murs » comme « dans la villa » et « dans le barri » serait traduit par « hors des murs ».

  • 11 Cf. la même remarque à propos de Bouleternère.

11Une maison, une seule, est située dans la cellera : une nommée Aladaydis, épouse de Bernard Tristoylli, tient en effet une domum scituatam intus ceyllariam de Saisis. L'orthographe du mot ceyllaria est révélatrice d'une prononciation mouillée des deux « 1 », qui montre que le terme latin est dit à la manière du mot catalan cellera, usité couramment par les gens du pays11.

  • 12 ADPO, 1B 104, fol. 3 et fol. 9v°.

12L'une des maisons situées dans le barri est la maison presbytérale, tenue par le prêtre de Salses12. Elle est contiguë au verger qui appartient lui aussi au presbytère. Cette maison ne doit que les droits habituels en cas d'aliénation.

13Une autre des maisons du barri ainsi que celle située extra muros et celle de la cellera ne doivent elles non plus aucun autre cens que le droit de mutation.

14Toutes les autres maisons sont imposées d'un cens variable, s'élevant à un, deux, trois, quatre, six, huit, dix, douze deniers, voire pour trois d'entre elles des cens beaucoup plus élevés de deux sous et trois ou six deniers, et même cinq sous. L'une doit trois puyesias (de céréales ?).

15Parmi les autres biens déclarés dans ce terrier, on trouve un patuus, un petit terrain, une courette, dans la villa, deux cortals dans le barri ; une maison du barri a une courette contiguë.

16Une seule maison dans la cellera : cela paraît très surprenant. On doit pouvoir en déduire que la plus grande partie de la cellera n'est pas en possession du roi, qu'il n'y perçoit aucun autre cens (sauf peut-être pour les deux maisons in tus muros). Les autres maisons (et celliers ? et patis ?) de la cellera sont soit possédées par un autre seigneur (ecclésiastique ? la commanderie de Bajoles possède une maison dans le barri), soit détenues à titre d'alleux par les habitants de Salses.

17La mention de deux maisons allodiales dans une même déclaration, où leur provenance est précisée par le propriétaire afin qu'il ne subsiste pas de doute quant à sa pleine propriété, peut confirmer cette impression. Les confronts, toujours introduits par l'expression « in tenenciis », ne sont précisés que pour les cas où la maison qui doit le cens au roi jouxte une autre maison aux mains du même habitant et lui appartenant en plein alleu, ou relevant d'un autre seigneur (Bajoles).

  • 13 ADPO, 1B 104, fol. 7 r°.
  • 14 ADPO, 1B 40.

18L'une des maisons du faubourg touche à la boucherie (in macello)13. En 1321, une maison touche au macello domini regis14. En 1310, un document mentionne la vente d'une maison avec tous ses édifices, ce qui signifie peut-être une maison assez grande, par l'épouse d'un macellarius, pour vingt-six livres de Barcelone. Une autre maison a dans une vente de 1323 un prix de neuf livres et demie.

Evolution du village et de la cellera :

  • 15 B. Alart, C.M., t. R2, p. 315, notule de Jacques Salvet, a. 1380, n° 82.
  • 16 « Et dicta domus est in loco de Saisis intus la selera et confrontatur ex una parte cum muro ipsiu (...)

19En 1380, la structure intérieure de la cellera est visible dans un document de la fin du xive siècle15. Guillaume dez Bach tient un manse et une demeure (hospicium) qui appartiennent à Raymond de Castellet. Le manse, avec ses terres, possessions et maisons se trouve au lieu-dit lo camp de Pereylo. La maison (domus) est située dans la selera et touche au mur de la ville, à la rue qui sépare le castrum et cette maison, à la place et à une rue qui passe entre l'église (ou la chapelle) et la maison16. A l'intérieur de la cellera, entourée d'un mur, se trouve donc une place autour de laquelle s'élèvent un château, une demeure assez imposante, et une chapelle ou église.

  • 17 Lieu-dit de Salses, voir infra.
  • 18 B. Alart, C.M., t. G, p. 258, notule de R. Ferrer, 1B-218.

20En 1421, un homme nommé Garrius Joffre, jadis de Garricis17, maintenant habitant Perpignan, s'engage dans l'armée réunie par le roi d'Aragon contre les Génois. Il y servira comme ballester, arbalétrier18. Il obtient à ce titre la protection du procureur royal pour tous ses biens, ceux de son épouse et de sa famille. A cette même date, avec sa femme Manda, fille d'un habitant de Salses il vend à un homme de Salses, Jean Callastres, maiori dierum (majeur), une maison intus sellariam dicti loci de Saisis sitam. Cette maison est possédée en toute franchise et allodialité. Elle touche au mur (de la ville). D'ailleurs, le village s'est notablement développé autour de ce noyau initial.

  • 19 ADPO, 1B-104, 33 fol.
  • 20 B. Alart, C.M., t. Z, p.190, source : 1B 215, fol. 20v°.
  • 21 B. Alart, C.M., t. A, p. 30, domaine du roi, et t. C, p. 414, manuel de G. Raynard, 1452, A-53, pa (...)

21Au xive siècle, le village fortifié se double d'un faubourg, un barri, dans lequel plusieurs habitants déclarent tenir des biens pour le roi, dans le capbreu de 135719. En 1420, le procureur royal confirme l'acquisition faite par un homme, hostalerius dicti loci, d'un patuus sis in barrio20. En 1359, un document évoque le maceyll, appelé en 1445 la platea carnisserie, place de la boucherie21.

  • 22 B. Alart, C.M., t. A, p. 607-608, ADPO, 1B-40.
  • 23 B. Alart, C.M., t. E, p. 136, notule d'André Romeu, ADPO, 1B-131, fol. 11.

22Les procureurs royaux, en 1318, donnent à Raymond Gros l'autorisation de construire unum fornellum in domo vestra quod habetis apud Salses, et d'y cuire tous les jours l'équivalent d'un carton de farine et tous les ortos creatas, caseatas, carnes, pisces qu'il voudra22. En 1375, le procureur du roi concède en acapte l'angle de la maison du four de Salses, dans lequel se trouve le four neuf, qui est intus fortalicium de Saisis et touche in domo rectorie de Saisis23.

  • 24 B. Alart, C.M., t. M, p. 593, notule de Féréol Bosqueros (n° 753).

23Ce four est voisin aussi d'une maison, donnée en emphytéose, en 1415, à Raymond Cabrère, prêtre, et à son frère Pierre, touchant à ce four (furno dicti loci), à la tenure de la apellania et à la scribania regia de Salses24. Ce document révèle une concentration des demeures ecclésiastiques, ou de personnages exerçant des fonctions officielles dans le périmètre intérieur de la fortification villageoise. Pour cette maison le preneur s'engage à verser aux prêtres de Salses cinquante-huit sous barcelonais de cens que le propriétaire devait pour des messes d'anniversaire, et devra verser en sus au donneur quarante-huit sous, le droit d'intrata s'élevant à vingt-cinq livres.

  • 25 B. Alart, C.M., t. L, p. 359, notule de Jacques Molines, 1378, not. 456, fol. 115.
  • 26 En 1406 une maison est vendue intus fortalicium, B. Alart, C.M., t. XVII, p. 416.

24En 1378, l'épouse de Raymond de Montelauro, Philippa, fille de Guillaume d'Alénya, vend à celle de Guillaume Des Bach, donzell, nommée Seselia, une maison située pareillement intus fortalicium de Saisis et touchant au mur de ce lieu25. Comme ailleurs, si le terme de cellera se fait rare, c'est que la fortification devient l'élément remarquable qui donne son nom à l'ensemble26.

  • 27 B. Alart, C.M., t. T, p. 350, notule de Jacques Molines, n° 490.

25En 1401, l'assemblée des habitants de Salses est convoquée in platea communi, ante faciam portalis fortalicii dicti loci27. La place publique, si importante dans la vie sociale du village, se trouve face à la porte de la fortification collective, au lieu de contact entre le vieux noyau et les nouveaux quartiers, lieu privilégié pour la tenue du marché et des assemblées publiques.

  • 28 B. Alart, C.M., t. A, p. 30, domaine du roi.

26Une maison, au milieu du xive siècle, touche au portali... vocato del Spital28. Comme dans la plupart des villages roussillonnais de l'époque, un hôpital des pauvres a été créé, probablement hors des murs, et une porte fortifiée a pris son nom.

  • 29 Salses, ville royale, a obtenu en 1212 une charte de privilèges du roi Pierre. B. Alart, ibid, t. (...)
  • 30 B. Alart, C.M., t. C, p. 261, ADPO, 1B-232, fol. 128v°.
  • 31 B. Alart, C.M., t. D, procuration royale, registre 25, fol. 157v°.

27Le roi d'Aragon Alphonse, en 1419, constate que, dans sa ville de Salses29, in confinibus regni Francie, les remparts et les fossés, menia et valla, sont en mauvais état ; il ordonne de les faire réparer30. Déjà, en 1410, le bayle de Salses, prévenu que la maison dite de la Cort était en partie effondrée et que le reste menaçait de tomber, risquant de causer grand dommage aux personnes, avait autorisé les consuls à la faire démolir et d'en réserver les matériaux31. Il faut tirer de ce document la double information qu'il existait (dès le xive siècle sans nul doute) une maison consulaire, municipale, à Salses, preuve de la vitalité des institutions municipales et qu'elle était tombée en ruine, peut-être au cours de la deuxième moitié du xive siècle.

  • 32 B. Alart, C.M., t. J, p. 84, notule de Guillem Raynard, not. 1820.
  • 33 « intus plateam ulmorum dicti loci de Saisis », ibid.

28En 1420, les consuls de l'université, considérant que la dite université possède une tour avec une cour contiguë, tour appelée Torr d'en Johan Seguer, que cette tour est en ruine et menace de s'écrouler, la donnent en tenure à dame Eodrane, veuve de François Ribes32. Elle devra s'engager à maintenir cette tour en bon état à ses propres frais, et à laisser l'université et les particuliers de Salses rester ou passer dans la tour, de nuit comme de jour, selon le besoin. Elle s'engage aussi à ne pas en faire une porcherie ni une étable, ni d'autres leguras ( ?) qui pourraient entraîner une dépréciation de cette tour. Cet acte est dressé sur la place des Ormes de Salses33.

  • 34 B. Alart, CM, t. IV, p. 589.

29En 1319 le roi Sanche de Majorque autorise les hommes de Salses à couper les plantes appelées lantiscles et coscolles, à condition qu'ils n'arrachent pas les racines pour qu'elles puissent repousser34. Il s'agit de lentisques et de chênes kermès utilisés peut-être en teintures.

Plan et observation sur place :

  • 35 Information communiquée par Lucien Bayrou.

30Tout vestige du vieux village a disparu avec la construction de la forteresse de Salses. L'église actuelle a été reconstruite au xviie siècle35.

Communauté villageoise :

  • 36 B. Alart, C.M., t. M, p. 379, notule de Guillem Raynard (not. 1806).

31En 1412, l'université des hommes du lieu de Salses est convoquée sur la place par criée publique, selon la coutume, sur mandat du chevalier Bérenger Bayle, capitaneus et bayle du lieu36. Sont réunis, les trois consuls de l'année, et l'université consistant en neuf conseillers des consuls, vingt-sept hommes, tous de Salses, et cinq hommes de Salses habitant Perpignan, soit au total trente-neuf hommes habitant Salses, tous nommés. S'agit-il seulement de la « sanior pars » ou des imposables, ou bien le terme d'université doit-il être pris strictement, ce qui signifierait que la totalité des chefs de famille est représentée ?

Le finage et l'occupation du territoire :

  • 37 ADPO, I B 131, fol. 17 v°, 1375.

32La paroisse semble d'une grande étendue, au moins au xive siècle, puisqu'une vigne est située in terminis de Clayrano, in decimali Sci Stephani de Saisis37.

Le Castell vell :

  • 38 B. Alart, C.M., t. Z, p. 425.
  • 39 B. Alart, C.M., t. E, p. 59-62.
  • 40 ADPO, 1B 104, fol. 5 r°.

33En 1235, Nunyo Sancho concède à un nommé Johan Malvasio de Salses le castrum vetus cum vallo sibi38. Il précise in quod... possideatis predictum castrum et vallum et totum eorum pati... Le « château » en question ne semble plus présenter d'intérêt défensif, en effet, il autorise l'acquéreur à construire des maisons et à faire des labours sur ladite cour et les fossés. En 1294, Jacques d'Aragon concède à Arnaud Bajul, un juge tenant pour le roi le castrum vetus, qui ne présente pas grand intérêt, la disposition d'une devèse supplémentaire et l'autorisation de la défricher et d'y planter des vignes39. Le terrier de 1357 mentionne un sentier (cenderium) qui va au castrum veterem40.

Castellars :

  • 41 B. Alart, C.M., t. P, p. 466,, ADPO, 1B-202, fol. 143v°.
  • 42 ADPO, 1B 104, fol. 8 v°.

34Un jardin tenu pour le roi est situé, sur le territoire de Salses, au lieu appelé Castellars41. Le capbreu de 1357 mentionne lui aussi une terre au lieu-dit Casteylas42.

Sainte-Colombe :

  • 43 D'après A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 51, ses ruines se trouveraient « au dessus du lavoir, su (...)
  • 44 Cl. Pailhès, Les actes de Lagrasse..., p. 241, n° 70.
  • 45 B. Alart, C.M., t. A, p. 596, ADPO, 1B-37.
  • 46 B. Alart, C.M., ibid.

35Sur le territoire de Salses, existait au douzième siècle un lieu de peuplement autour d'une église Sainte-Colombe43, ainsi que l'atteste l'acte par lequel l'abbé de Lagrasse cède à Alphone II roi d'Aragon, en 1192, tout ce que la communauté possédait à Salses, excepté l'ecclesiam de Sancta Columba que sita est in territorio de Salssis, cum manso illo qui continguitur ipsi ecclesie44. Le manse, ou la maison, est attenant à l'église, du moins très proche ; un regroupement ecclésial est sensible. Ce lieu est encore cité en 125145. Dans un testament de 1268, on trouve des legs en faveur de l'église de Sainte-Colombe, ainsi que du pont sur l'Agly, et de Saint-Jean de Barres46.

  • 47 ADPO, 1B 104, fol. 27 v°.

36Dans le capbreu de 1357 une vigne est située in loco vocato Sca Coloma, une autre au lieu-dit camp redon est en bordure du chemin de Sainte Colombe47.

Garrius :

  • 48 P. Ponsich, Limits..., p. 55.

37Entre Salses et Saint-Hippolyte, le lieu-dit de Garrius est un ancien village, cité en 1101. L'église Sainte-Cécile est citée en 1260, quand un monastère de Carcassonne s'en porte acquéreur. On peut supposer qu'à cette date le village est déjà en déclin. La villa de Garricis ou la forcia de Garricis et son église Sainte-Cécile sont encore citées au xiiie siècle48.

  • 49 B. Alart, C.M., t. V, p. 72-73, daté : VIIII kal novimber regnante Filipo rex quadraginta I annos, (...)
  • 50 « Et tibi (sic) Petrus ports ipso quarto vel quinto in villa Garicis ad mea tina de me Arnald et d (...)

38En 1101, un nommé Amal Ramun, son épouse Eibilina et leurs enfants donnent une parcelle de terre in aiacentia Sci Stephani de Salses, à condition qu'il donne le quart de ipso fructum de pane ad (sic pour ac) de vino49. Le document précise que le bénéficiaire portera le quart et le quint dans la cuve des donateurs, à Garrius50.

  • 51 ADPO, 3E1/8, fol. 9 r°.

39En 1277, le monastère Saint-Hilaire de Carcassonne possède des biens in adjancencia Sci Petri de Saisis et castri et ville de Garricis, ainsi que sur le territoire de Saint-Hippolyte51.

  • 52 « quandam vineam scituatam intus terminos dicti loci de Saisis et decimali ecclesie Beate Cicilie (...)

40Dans le capbreu de 1357, une vigne est située dans les limites de Salses, dans le décimaire de Sainte Cécile de Garricis52. En 1385 le lieu de Garrius comptait encore vingt-quatre feux.

  • 53 B. Alart, C.M., t. C, p. 551, manuel de Jean Carles, 1527-1546, A-836, fol. 90.
  • 54 B. Alart, C.M., t. C, p. 412, manuel de G. Raynard, A-45.

41En 1443, bien que le lieu soit totalement inhabité, un acte y décrit des maisons et une place53 ; en 1444, l'église y est encore signalée54.

Saint-Jean de Barres :

  • 55 Sur ce lieu voir Torreilles.
  • 56 B. Alart, C.M., t. V, p. 366, parchemins du domaine n° 192, ADPO, 1B-46.
  • 57 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, Fontfroide (Canomals).

42En 1193, Marie de Petralata55 et son mari Arnaud d'Avignon donnent pour épouse à Ermengaud de Vernet leur fille Saurimunda, et certains de leurs biens. Le futur époux donne pour sa part à Saurimunda son castrum de Barres, ainsi que tout ce qu'il possède à Salses et à Garrius56. Le castrum de Barres est à nouveau mentionné en 120357.

  • 58 ADPO, 1B17, fol. 33.
  • 59 ADPO, 1B 40.

43En 1281 (probablement), une terre est située in terminis de Saisis, in loco vocato planum de Barresio58. En 1282 un jardin à Salses touche in via publica de Barresio59.

  • 60 B. Alart, C.M., t. V, p. 222, procuration royale de Majorque, fol. 57.

44Dalmau de Castelnou, en 1305, vend au roi de Majorque sa part des leudes, péages et autres revenus provenant du castrum, de la villa et du territoire de Salses, et in loco que dicitur de Barresio, qui est infra dictos terminos, in quo consueverunt esse castrum et villa60. Il ajoute que ce lieu est près de la villa de Salses. On doit remarquer que l'abandon du village est accompli dès avant les crises démographiques du xive siècle. Il s'agit bien alors d'une sélection des lieux de peuplement dans un contexte de croissance de la population.

  • 61 B. Alart, C.M., t. A, p. 596 et s., ADPO, 1B-37.
  • 62 A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 65.

45L'église Saint-Jean est mentionnée indirectement (un chapelain du castrum de Barres) en 1203, puis en 1268 par un legs à Sco Johanni de Baresio61, et sous le nom de Saint-Jean de la Sanya au xvie siècle62.

46Un lieu-dit Saint-Jean subsiste à peu de distance du village actuel, en direction de la mer. Le plan cadastral comme l'observation sur place y révèlent les vestiges d'un ancien village, sous forme d'une parcelle ovale autour d'une petite éminence que surmontait probablement l'église, au milieu d'un terroir qui a conservé les traces d'un dense réseau de canaux d'assèchement.

Les Fonts de Salses :

  • 63 B. Alart, C.M., t. P, p. 297, et CR, n° 73, p. 105.
  • 64 P. Ponsich, loc. cit.

47Cinq hommes donnent conjointement à Lagrasse leur part (porcione nostra) de la fonte Salsinis, en 1095, et tout l'autre alleu qu'ils possèdent circa fonte predicta63. En contrepartie ils recevront propter precium cavallo uno et medietatem de alio cavallo ( !) et quinque sol. de denariis rusellis et gonella uno de ysimbruno. Curieux paiement qui mêle la monnaie roussillonnaise, un cheval et la moitié d'un autre (faut-il supposer une contrepartie en argent ?) et une tunique fourrée (de loup ?). Le lieu-dit des Fonts est cité dès l'Antiquité et un villare y est mentionné au xiie siècle64.

Four à chaux :

  • 65 ADPO, 1B 40, parchemin.

48En 1282, le procureur royal donne l'autorisation à deux frères de Salses de construire un four à chaux dans la garrigue de Salses et de ramasser la pierre et le bois à brûler dans ce four, sous condition qu'ils donneront pour chaque fournée vingt-cinq sous65.

Synthèse :

  • 66 Dans le manuel du notaire Guillem Raynard, en 1412, figure un inventaire des chartes de privilèges (...)

49Salses est une ville royale à laquelle de nombreux privilèges ont été accordés66. Comme pour Argelès, on peut supposer que dès lors elle est devenue un bourg attractif ayant capté la population de plusieurs paroisses environnantes qui avaient donné naissance à des villages, comme Tura (face à Rivesaltes), Garrius (église Sainte-Cécile), Barres (église Saint-Jean), et Sainte-Colombe, dont certains avaient sans doute une origine ecclésiale.

50L'ancienne cellera, sans doute autour de l'église primitive, avait donné naissance à un village concentré, fortifié, appelé forcia au treizième siècle. Elle a malheureusement disparu, ayant été rasée lors de la construction du fort, à l'époque moderne.

Plan cadastral de Salses : l'emplacement de l'ancien village de Saint-Jean de Barres

Plan cadastral de Salses : l'emplacement de l'ancien village de Saint-Jean de Barres

Notes

1 MH, n°352, « …nos homines supradicti donamus praedictae ecclesiae ad sepeliendum corpora mortuorum triginta passus in circuitu eclesiae ».

2 ADPO, 1B-16, fol. 32, 33, 36v°, 1281 et 1282. Sur Salses et son territoire au Moyen Age, on se reportera à la maîtrise en cours de Carine Coupeau, sous la direction de M.-C. Marandet

3 B. Alart, C.M., t. V, p. 261, procuration royale de Majorque, fol. 94v°, 1309.

4 ADPO, 1B 4, parch, original, xie siècle, non daté.

5 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 337-338.

6 ADPO, 1 B 37, parchemin original, a. 1264.

7 ADPO, 1 B 37, parch orig., a. 1266.

8 ADPO, 1B 357, fol. 64 r°.

9 Voir infra : la porte de l'hôpital.

10 ADPO, 1 B 104, 33 fol., apparemment incomplet d'une première page au moins, puisque le nom des procureurs royaux est partout omis comme « déjà cité ». Les folios 16 à 19 concernent les reconnaissances des habitants des villages voisins.

11 Cf. la même remarque à propos de Bouleternère.

12 ADPO, 1B 104, fol. 3 et fol. 9v°.

13 ADPO, 1B 104, fol. 7 r°.

14 ADPO, 1B 40.

15 B. Alart, C.M., t. R2, p. 315, notule de Jacques Salvet, a. 1380, n° 82.

16 « Et dicta domus est in loco de Saisis intus la selera et confrontatur ex una parte cum muro ipsius ville et ex alia in via inter castrum et hospicium et ex alia in platea inter castrum et la dona Na Valsera et ex alia cum via que est inter capelaniam et dictum hospitium », ibid.

17 Lieu-dit de Salses, voir infra.

18 B. Alart, C.M., t. G, p. 258, notule de R. Ferrer, 1B-218.

19 ADPO, 1B-104, 33 fol.

20 B. Alart, C.M., t. Z, p.190, source : 1B 215, fol. 20v°.

21 B. Alart, C.M., t. A, p. 30, domaine du roi, et t. C, p. 414, manuel de G. Raynard, 1452, A-53, parchemin de couverture.

22 B. Alart, C.M., t. A, p. 607-608, ADPO, 1B-40.

23 B. Alart, C.M., t. E, p. 136, notule d'André Romeu, ADPO, 1B-131, fol. 11.

24 B. Alart, C.M., t. M, p. 593, notule de Féréol Bosqueros (n° 753).

25 B. Alart, C.M., t. L, p. 359, notule de Jacques Molines, 1378, not. 456, fol. 115.

26 En 1406 une maison est vendue intus fortalicium, B. Alart, C.M., t. XVII, p. 416.

27 B. Alart, C.M., t. T, p. 350, notule de Jacques Molines, n° 490.

28 B. Alart, C.M., t. A, p. 30, domaine du roi.

29 Salses, ville royale, a obtenu en 1212 une charte de privilèges du roi Pierre. B. Alart, ibid, t. C, p. 394, ADPO, 1B-254, fol. 6v°.

30 B. Alart, C.M., t. C, p. 261, ADPO, 1B-232, fol. 128v°.

31 B. Alart, C.M., t. D, procuration royale, registre 25, fol. 157v°.

32 B. Alart, C.M., t. J, p. 84, notule de Guillem Raynard, not. 1820.

33 « intus plateam ulmorum dicti loci de Saisis », ibid.

34 B. Alart, CM, t. IV, p. 589.

35 Information communiquée par Lucien Bayrou.

36 B. Alart, C.M., t. M, p. 379, notule de Guillem Raynard (not. 1806).

37 ADPO, I B 131, fol. 17 v°, 1375.

38 B. Alart, C.M., t. Z, p. 425.

39 B. Alart, C.M., t. E, p. 59-62.

40 ADPO, 1B 104, fol. 5 r°.

41 B. Alart, C.M., t. P, p. 466,, ADPO, 1B-202, fol. 143v°.

42 ADPO, 1B 104, fol. 8 v°.

43 D'après A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 51, ses ruines se trouveraient « au dessus du lavoir, sur la butte » ; un lieu-dit conserve ce vocable, au sud du village actuel.

44 Cl. Pailhès, Les actes de Lagrasse..., p. 241, n° 70.

45 B. Alart, C.M., t. A, p. 596, ADPO, 1B-37.

46 B. Alart, C.M., ibid.

47 ADPO, 1B 104, fol. 27 v°.

48 P. Ponsich, Limits..., p. 55.

49 B. Alart, C.M., t. V, p. 72-73, daté : VIIII kal novimber regnante Filipo rex quadraginta I annos, ADPO, 1 B 35.

50 « Et tibi (sic) Petrus ports ipso quarto vel quinto in villa Garicis ad mea tina de me Arnald et de filiis Eibilina », ibid.

51 ADPO, 3E1/8, fol. 9 r°.

52 « quandam vineam scituatam intus terminos dicti loci de Saisis et decimali ecclesie Beate Cicilie de Guarricis », ADPO, 1B 104, fol. 24r°.

53 B. Alart, C.M., t. C, p. 551, manuel de Jean Carles, 1527-1546, A-836, fol. 90.

54 B. Alart, C.M., t. C, p. 412, manuel de G. Raynard, A-45.

55 Sur ce lieu voir Torreilles.

56 B. Alart, C.M., t. V, p. 366, parchemins du domaine n° 192, ADPO, 1B-46.

57 B. Alart, C.M., t. 2, ms 10760, Fontfroide (Canomals).

58 ADPO, 1B17, fol. 33.

59 ADPO, 1B 40.

60 B. Alart, C.M., t. V, p. 222, procuration royale de Majorque, fol. 57.

61 B. Alart, C.M., t. A, p. 596 et s., ADPO, 1B-37.

62 A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 65.

63 B. Alart, C.M., t. P, p. 297, et CR, n° 73, p. 105.

64 P. Ponsich, loc. cit.

65 ADPO, 1B 40, parchemin.

66 Dans le manuel du notaire Guillem Raynard, en 1412, figure un inventaire des chartes de privilèges accordés par les rois d'Aragon et de Majorque aux xiiie et xive siècles, à l'universitas hominum de Salses et conservés dans la techa dudit lieu. La copie qu'en donne B. Alart comprend l'analyse, souvent réduite au minimum, d'une trentaine de documents, B. Alart, C.M., t. C, p. 409-410, manuel de G. Raynard, 1412, fol. 56.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Salses : l'emplacement de l'ancien village de Saint-Jean de Barres
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 433k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540