Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Pierre-de-la-Cellera

(C. d'Argelès-sur-Mer), Roussillon

Texte intégral

  • 1 B. Alart, C.M., t. II, p. 94, Gallia Christiana, t. VI.

1Villa Sancti Petri juxta villam Argeliam, 981. En 1068, Gaufred de Roussillon et sa femme Adalaicis, comtesse, donnent au monastère de Saint-Génis (-des-Fontaines) un alleu situé infra terminos parrochiae Sci Petri et Sci Laurentii de Argelet1.

Regroupement villageois et cellera :

2Il s'agit du seul lieu habité au Moyen Age qui ait porté dès cette époque le nom de cellera à titre de toponyme.

  • 2 ADPO, 1B-30. J.-G. Gigot a fait une étude de ce document, « Le capbreu dArgelès... », CERCA.
  • 3 « …apud cellariam inferiorem sancti Petri de Cellaria... », fol. 1 v°, et « ...in terminis sancti (...)
  • 4 J.-G. Gigot expliquait ce toponyme ainsi : « La cellera (lat. cellaria) est généralement la chapel (...)
  • 5 On peut se référer dans la plaine du Roussillon aux cas de Saint-Feliu et de Taxo (d'Avall et d'Am (...)
  • 6 Le roi possède beaucoup de terres à Argelès, qui est ville royale. Il est possible que le déplacem (...)

3Il apparaît dans le capbreu d'Argelès en 12922. Une reconnaissance concerne une demi-mansate située près de la cellaria de Saint-Pierre, une autre place une terre sur le territoire de Saint-Pierre de la Cellera3. La première mention surtout est très intéressante puisqu'elle fournit la preuve que ce toponyme est effectivement en relation avec l'existence d'une cellera dans l'environnement de l'église4. Que signifie l'épithète d'inferiorem qui qualifie cette cellera ? On sait que l'on distingue par les qualificatifs d'« inférieur » et « supérieur » (en catalan : d'amunt et d'avall, selon le sens d'écoulement des eaux) des noyaux d'habitat qui se sont développés sur le territoire d'une grande villa primitive, ou sur l'emplacement d'une paroisse initiale, fractionnée par la suite autour de deux pôles d'habitat éloignés de un ou deux kilomètres ayant donné naissance chacun à leur propre église, devenue paroissiale5. Faut-il supposer l'existence d'un autre noyau de peuplement, en amont de celui-ci, peut-être même d'une autre cellera, puisque l'adjectif se rapporte bien à la cellera « d'aval ». On note que chacune des deux déclarations concerne des biens (ensemble de terres ou simple parcelle) situés sur le territoire de Saint-Pierre, mais non à l'intérieur de la cellera. On doit en déduire soit que le roi n'avait aucun droit seigneurial à faire reconnaître sur celle-ci, soit, (plus probablement6 ?), qu'elle n'existe déjà plus à cette époque, seul le lieu-dit, la chapelle et peut-être quelques murs en restant conservés et fixant le toponyme.

  • 7 ADPO, 3E1/19, fol. 71v.

4En 1311, le testament d'un prêtre d'Elne mentionne un legs de douze deniers en faveur de l'église Saint-Pierre de sa Celera7.

Vestiges architecturaux :

  • 8 Voir Catalunya Romànica, t. XIV, p. 114-115.

5Un pan de mur d'aspect médiéval, intégré à des constructions récentes, serait peut-être le seul reste de cette église8 qui a laissé son nom à un lieu-dit au nord-est du village actuel. On signalait au début du xixe siècle la trouvaille de tombes anciennes aux alentours.

Synthèse :

6Saint-Pierre-de-la-Cellera, sur la commune d'Argelès, comme Saint-Sauveur de Canomals, sur le territoire de Bompas, offre l'exemple d'un regroupement villageois probablement précoce autour d'une église, sous la forme d'une cellera, mais dont l'existence a été très tôt (courant xiiie siècle) mise en cause par le développement d'un village voisin, peut-être d'origine ecclésiale lui aussi, mais stimulé dans ce cas précis par la protection royale.

Notes

1 B. Alart, C.M., t. II, p. 94, Gallia Christiana, t. VI.

2 ADPO, 1B-30. J.-G. Gigot a fait une étude de ce document, « Le capbreu dArgelès... », CERCA.

3 « …apud cellariam inferiorem sancti Petri de Cellaria... », fol. 1 v°, et « ...in terminis sancti Petri de Cellaria », fol. 11.

4 J.-G. Gigot expliquait ce toponyme ainsi : « La cellera (lat. cellaria) est généralement la chapelle du château. » ( !), ibid, p.46.

5 On peut se référer dans la plaine du Roussillon aux cas de Saint-Feliu et de Taxo (d'Avall et d'Amont dans les deux cas). Plusieurs autres exemples mentionnés au Moyen Age n'ont pas perduré : Le Soler, Vilarnau (entre Château-Roussillon et Canet).

6 Le roi possède beaucoup de terres à Argelès, qui est ville royale. Il est possible que le déplacement de la ville, sa reconstruction s'explique par la volonté de regrouper la population, non loin de ce noyau initial, sur de nouvelles terres où s'exerce la seigneurie du roi. Voir la notice sur Argelès.

7 ADPO, 3E1/19, fol. 71v.

8 Voir Catalunya Romànica, t. XIV, p. 114-115.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540