Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Laurent-de-Cerdans

Vallespir

Texte intégral

  • 1 Voir ci-dessus.

1Les trois premières mentions de l'église, en 1011, 1142 et 1159, la placent sous la dépendance de Sainte-Marie de Coustouges1, dans sa paroisse.

Regroupement villageois et cimetière :

  • 2 MH, n° 432.

2En 1159, cette ecclesiola est consacrée par Artal, évêque d'Elne2, après avoir été reconstruite par l'abbé d'Arles, le prêtre et les fidèles de Coustouges, et beaucoup de probi homines de ce lieu, ainsi qu'un « Calcia vetula miles » (faut-il traduire : « chevalier aux vieilles chausses » ?). Cette pedte église est dite à la fois cella de Sainte-Marie d'Arles et « appendice » de Sainte-Marie de Coustouges. L'abbé donne un cimetière de douze pas alentour et l'évêque, approuvant le don, le consacre afin qu'on y enterre les corps des morts.

  • 3 Un autre exemple relevé par V. Farias, La sacraria..., p. 86-87 : l'ecclesiola de Santa Maria d'Es (...)
  • 4 Il peut être rapproché de celui reconnu à Estoher, mais seulement sur le plan, faute de textes.

3Un aussi petit espace consacré est exceptionnel, sinon unique3. Il s'explique certainement par la moindre importance de l'église concernée4.

Seigneurs :

  • 5 « ne aliquis traheret cum ballista tensa ad murum et ad castrum dicti loci », B. Alart, C.M., t. M (...)

4L'abbé d'Arles, seigneur du lieu au début du xve siècle, a toute la juridiction civile et le pilori (costellum), alors que le roi garde la haute justice. A cette occasion, il fait savoir par la voix du crieur public que personne ne doit se rendre sur la muraille et dans le castrum avec une arbalète tendue5.

Plan et vestiges architecturaux :

5Le plan fait apparaître sans aucune doute la forme du « cimetière » originel, espace consacré restreint autour de l'église, dans lequel une partie est réservée à la sépulture, mais dont l'autre est bâtie. Au nord, deux rues principales ont donné naissance à des barris, des faubourgs allongés.

Synthèse :

6Bien que nous n'ayons pas de textes mentionnant une cellera à Saint-Laurent-de-Cerdans, la morphologie du village et la consécration de l'église évoquent la formation d'un noyau villageois autour de l'église, et son extension ensuite le long des voies d'accès principales.

Plan cadastral de Saint-Laurent-de-Cerdans

Plan cadastral de Saint-Laurent-de-Cerdans

Notes

1 Voir ci-dessus.

2 MH, n° 432.

3 Un autre exemple relevé par V. Farias, La sacraria..., p. 86-87 : l'ecclesiola de Santa Maria d'Espasen (Gérone), dont le « cimiterium atque sacrarium » mesure quinze pas ; cette église est elle aussi soumise à une paroisse à titre de suffragante.

4 Il peut être rapproché de celui reconnu à Estoher, mais seulement sur le plan, faute de textes.

5 « ne aliquis traheret cum ballista tensa ad murum et ad castrum dicti loci », B. Alart, C.M., t. M, p. 469, notule de Bérenger Sereta (n° 1375), a. 1414.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Saint-Laurent-de-Cerdans
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540