Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Hippolyte

Roussillon

Texte intégral

1Sanctus Ypolitus, 963, église du même nom.

Regroupement villageois, celliers et cellera :

  • 1 B. Alart, C.M., t. V, p. 575-578 (document incomplet, mais daté par B. Alart du xiie siècle).

2Un parchemin du Temple du xiie siècle1 présente le capbreu  Hoc est breve... ») de l'alleu que Gosbert de Pézilla a légué au Temple, dans la villa de Saint-Hippolyte : un cellarium, tenu par Josbert Radulf iuxta ecclesiam Sci Ypoliti, qui doit un cens de six deniers, ainsi que la borda que tient le même homme, avec le jardin qui lui est contigu. Il est intéressant de noter que le cellier est contre l'église, probablement à l'origine de la cellera, bien que le plan actuel montre un bouleversement de cette disposition, l'église étant à l'extérieur du réduit fortifié. Celui-ci a pu n'englober qu'une partie de la cellera d'origine, ou peut-être l'église a-t-elle été reconstruite à l'extérieur. On notera aussi la corrélation entre l'unité rurale de base, la borde, et le cellier, bâtiment distinct, éloigné, près de l'église, qui sont tous deux tenus par le même homme.

3Au xiiie siècle, plusieurs documents évoquent la cellera de Saint-Hippolyte.

  • 2 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 463-466, ADPO, CT, fol. 32v° (et fol. 18).

4En 1209, Pons de Vernet vend au Temple un champ et des manses et mansatas que Pierre de Saint-Hippolyte tenait en fief pour son père Ermengaud de Vernet, le tout pour la somme de deux mille cinq cents sous de Barcelone2. Il abandonne aussi au temple les droits de justice et les droits seigneuriaux qu'il possède sur le castrum et la cellera de Saint-Hippolyte. Il retient cependant ce que Bernard de Monte Bruno tient pour lui in cellaria castri predicti et extra.

  • 3 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, f° 15-17.

5En 1211, le même seigneur lègue au Temple dans son testament un cellier situé dans la cellaria des Chevaliers3.

  • 4 ADPO, 1B-42.

6Une femme déclare en 1222 avoir été remboursée d'une somme prêtée par son défunt mari à un homme qu'elle nomme ainsi : « te Bernardo Stephano de Sancto Ypolito de cellaria »4.

  • 5 B. Alart, C.M., t. IX, p. 237-239, CT, fol. 18v°.
  • 6 « totum unum ortum condam qui modo est constructus et hedificatus in casis sive in domibus », ibid

7La même année, Pierre de Mar de Sainte-Marie-de-la-Mer vend au Temple tout ce qui appartenait autrefois à Raymond Bonet de Saint-Hippolyte qui le tenait lui-même en fief de Pierre de Saint-Hippolyte5. Ce bien se compose d'un mansum et cellarium ainsi que de ce qui était autrefois un jardin et est maintenant loti de maisons6 et d'un autre jardin juxta ortum castri vestri, qui vocatur ad cortale ; tout ceci se trouvant intus villam et terminis Sci Ypoliti. Le prix de vente de cet honor est de deux mille sept cents sous de Maguelonne.

  • 7 B. Alart, C.M., t. X, p. 94-95, ADPO, CT, fol. 30r°.
  • 8 Le document précise en effet au sujet de cette redevance : tempore scilicet quo guerra fuerit in C (...)
  • 9 Voir L. Verdon, « La terre et les hommes... ».

8En 1245, le précepteur du Mas Deu donne en acapte une mansata comprenant deux manses7. L'un d'eux se trouve intus cellariam de Sancto Ypolito, alors que l'autre est intus villam de Sancto Ypolito, extra cellariam. Celui qui se trouve dans la cellera touche à une rue, à des maisons et à la tenure du Temple, et le tenancier doit un cens en nature et en travail : trois demi-cartons d'orge (peut-être une ancienne albergue8), une jovam, une journée d'utilisation des boeufs (quando habueritis bovem) et un homme pour la moisson chaque année. Pour le manse hors de la cellera, on doit un cens de dix-huit deniers. La différence pourrait s'expliquer par une plus grande ancienneté du manse de la cellera, avec une préférence pour les redevances en nature et en travail, alors qu'à une époque plus récente (à partir du xiiie siècle) se généralisent les cens en numéraire, caractéristiques de la meilleure circulation monétaire, de la croissance des échanges et de l'évolution des intérêts des Templiers9.

  • 10 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, f° 34.

9En 1256, un document concerne des droits sur un cellier situé dans la cellaria de la Milice du Temple, qui confronte le mur de la cellaria10.

  • 11 Archives nationales, Recueil des actes du Temple, H n°1754.

10Un autre document mentionnant un cellier précise qu'il est situé à côté de l'église Saint-Hippolyte11.

11Ces celliers sont donc groupés en un espace qui porte le nom de cellera, et sur laquelle les Templiers exercent un droit de type seigneurial, ce qui n'exclut pas que d'autres propriétaires, en particulier de puissants laïcs, y aient des biens.

  • 12 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 25v°.

12Une concession en acapte de 126412, accordée par les Templiers, concerne un manse infra villam et terminos de Sco Ypolito, et précise que celui-ci touche d'un côté à une via publica, des autres à un manse et à un patili (petit pati ?) du dernier in cellaria Petri de Clairano. La cellera semble donc partagée entre plusieurs possesseurs.

  • 13 B. Alart, C.M., t. X, p. 335-336, CT, fol. 34v°.
  • 14 Voir sur le plan la situation possible de ce cellier à l'intérieur du périmètre fortifié, au sud, (...)

13En 1266, Arsendis et Pierre d'Ille, ainsi que leurs trois fils, vendent aux Templiers le cens de unum anserem qu'ils perçoivent sur illo cellario quod tenet pro nobis filii condam Johannis Olibe de Sco Ypolito, in villa Sci Ypoliti, intus cellariam Templi Milicie predicte ville13. Le prix de vente de ce droit de cens est de trente et un sous et trois deniers de Barcelone. Le cellier touche à l'est in muro dicte cellarie, à l'ouest et au sud à deux tenures, et au nord à une rue14. Dans la « cellera du Temple » il y a donc d'autres propriétaires détenant un droit de cens, mais le Temple doit exercer sa seigneurie sur l'ensemble.

  • 15 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 87 v°.
  • 16 Ainsi que l'a précisément analysée Laure Verdon, La terre et les hommes....

14En 1278, Jean Pocoll de Saint-Hippolyte reconnaît auprès du précepteur (preceptor de Sco Ypolito) représentant du Mas Deu, être amansatus, et tenir une mansata avec toutes ses possessions dans la villa et les limites de Saint-Hippolyte, qui était à son père15. Pour le cellier de cette mansata, qui est dans la cellera, il s'engage à verser un cens de douze deniers. Les possessions de cette mansata consistent en un mansus qui se trouve in villa, et plusieurs parcelles. Ce cas présente un grand intérêt pour l'étude sociale du paysan étroitement dépendant, de statut servile, mais certainement de rang assez favorisé économiquement, comme le prouve la complexité et la richesse de la composition de cette mansata, unité de base très complète de la structure agraire roussillonnaise16. On peut y observer, une fois encore, que le cellier est une dépendance étroitement rattachée au manse, constitutif de la « mansata », et situé dans la cellera, alors que le mas est dans la villa et que les champs se répartissent alentour. Un cens spécial est dû pour le cellier, au titre d'un bien certainement particulier.

  • 17 B. Alart, C.M., t. XI, p. 359, ADPO, CT, fol. 27 r°.

15En 1280, un habitant de Perpignan, pareur, mais originaire de Saint-Hippolyte, et héritier d'une borde tenue par son père en ce lieu, reconnaît devoir se faire homme « abordé », propre et solide du Temple. Il devra à ce titre élire résidence dans ce village. Parmi les possessions de cette borde on trouve un patuum super tovam, ainsi qu'un cellier17.

  • 18 B. Alart, C.M., t. S, p. 414-415, parchemins du Temple, n° 3109.

16En 1306, un marchand de Perpignan vend à un expert en droit de la même ville quandam domum quam habeo intus villam de Sco Ypolito, intus cellariam, qui touche à trois rues et à trois autres tenures, dont celle de l'acheteur, pour une somme qui paraît très élevée : mille trois cents sous de Barcelone18. Le droit de la milice du Temple consiste en une poule « censuelle » donnée chaque année, pour une partie de cette maison, plus neuf deniers pour une autre partie, alors que la troisième partie de la maison est vendue en franc et libre alleu.

  • 19 B. Alart, C.M., t. R2, p. 457-460, parch. de la famille d'Oms. Ce document est très altéré et son (...)

17En 1315, le roi Sanche demande aux Hospitaliers de dresser la liste des biens autrefois en possession des Templiers19. Une enquête est menée à Saint-Hippolyte par quatre probi homines. Un nommé Bérenger Rigau doit deux sous et six deniers de cens pour une maison (domo) qu'il possède infra cellariam de Sco Ypolito.

Seigneurs et fortifications :

  • 20 B. Alart, C.M., t. V, p. 575-578 (document incomplet, mais daté par B. Alart du xiie siècle).

18Au xiie siècle20, l'alleu que Gosbert de Pézilla a légué au Temple, dans la villa de Saint-Hippolyte, comprend d'abord omnem medietatem de illo castello dans lequel habite Guillaume de Mata, in villa Sci Ypoliti.

  • 21 B. Alart, C.M., t. IX, p. 545-548, ADPO, CT, fol. 21r°.

19En 1236, un nommé Pierre de Castello donne, contre deux mille sous melgoriens, totum meum castrum de Sco Ypolito, avec hommes, femmes, droits, et dépendances21.

  • 22 B. Alart, Cartulaire manuscrit, t. Z, p. 264-265.

20En 1286, Guillaume de Claira, chanoine de Gérone, fils d'un miles du même nom, vend à Berenger de Palma, chanoine d'Elne, totum castrum sive mansum... quod... habeo... infra cellariam Sancti Ypoliti22. Ce castrum touche de deux côtés aux fossés de la cellera (tovis sive vallis predicte cellarie). Cette vente s'accompagne de la cession de nombreux droits et redevances sur des biens situés à Saint-Hippolyte. Le vendeur déclare que ceux qui tenaient là en son nom des biens et des maisons en répondront à l'acquéreur et que ceux qui étaient ses hommes lui devront désormais l'hommage.

  • 23 B. Alart, C.M., t. S, p. 61, Anciens procès du patrimoine royal, tome 1, ADPO, 1B-17, fol. 15 r°-v (...)

21En 1292, un procès tranche sur la question des droits concernant une maison située dans la cellaria Petri de Clayrano, le droit qui s'applique à la maison est celui de la cellaria qui est toute entière propriété du seigneur à qui elle a été vendue en 128123.

  • 24 ADPO, 1B 21, fol. 44r°.
  • 25 ADPO, 1B 21, fol. 49v) ; la maison est désignée ainsi : « domus in villa de Sco Ypolitoi et aff. e (...)

22En novembre 1304, Bérenger Figeres vend au procureur du roi une maison (domum) qui estin cellaria (ce mot étant placé au-dessus de la ligne) ville de sco Ypolito, et qui touche d'un côté in vallo sive toa dicte cellarie, pour trente livres24. Deux sous sont versés au miles Bérenger Rubei de Parassols en reconnaissance de son droit. Dans un acte suivant, daté d'avril 1305, ce chevalier vend au roi Jacques le cens de deux sous qu'il percevait sur cette maison, ainsi que le foriscap et le directum dominium pour la somme de onze livres25.

« tria castra vocata de Sco Ypolito essent contigua » :

  • 26 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 227r°.
  • 27 « et unum quodque de Sco Ypolito vocaretur », ibidem.
  • 28 Au milieu du xiie siècle, les frères Raymond et Guillem, de la famille de Saint-Laurent (-de-la-Sa (...)

23En 1264, un accord entre le Temple et Guillaume Raymond de Castello précise que tria castra vocata de Sco Ypolito essent contigua26. La situation n'est pas, même pour les contemporains, facile à débrouiller, puisque le document ajoute que chacun de ces châteaux est appelé « de Saint-Hippolyte »27. L'accord tente de régler la question de l'hommage dû par les différents châtelains : l'un, Raymond de Saint-Laurent, tenant le sien du roi28, l'autre devant l'hommage au commandeur du Mas Deu.

  • 29 B. Alart, C.M., t. X, p. 599-600, CT, fol. 23r°.

24A la même date, Guillem Raymond et son frère Guillaume de Saint-Hippolyte, fils de Pierre de Castello, reconnaissent tenir en fief pour le Mas Deu duas partes pro indivisio tocius castri de Sancto Ypolito... quod castrum... fuit olim dicti Petri de Castello qui le tenait lui-même en fief du Temple29.

  • 30 « ...illam domum totam de Sancto Ypolito que fuit Bernardi Petri de Sco Ypolito et filiorum suorum (...)

25Le droit de la famille de Saint-Laurent semble remonter à la concession en fief par Pons de Vernet, en 1157, à Raymond de Saint-Laurent et à son frère Guillaume d'une domus, qui paraît être plus qu'une simple maison. Elle était le bien du seigneur de Saint-Hippolyte, avec les alleux qui en dépendent. La veuve de ce seigneur se réserve ces alleux (partiellement et à titre viager) en vertu de son douaire30.

Castrum et fortification :

  • 31 B. Alart, C.M., t. XI, p. 363-365, ADPO, CT, fol. 29 v°.

26Les travaux aux murs du castrum sont à la charge des tenanciers du Temple, en particulier de ses dépendants les plus étroits, hommes propres et « abordats ». En 1281, Guillaume Bocalaurs, fils de Pierre et son héritier pour une demi-borde, doit être à ce titre homo abordants. Il reconnaît devoir au titre du guet trois pugneres d'orge, et en cas de travaux entrepris par le Temple au mur du castrum de Saint-Hippolyte, pour chaque jour de travail, un quart de jornal d'un homme31.

  • 32 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 88r°, a. 1278.

27La même année, un tenancier est redevable d'une mediam manobram...in muro dicti castri Sci Ypoliti domus Templi, le Temple lui fournira à cette occasion sa nourriture32. L'entretien du « château » du Temple, certainement la totalité ou une partie du castrum, est donc à la charge de certains des tenanciers.

28L'enquête de 1315 montre que le Temple percevait la gueyta dans la villa de Saint-Hippolyte.

  • 33 A Perpignan par exemple, Calmette-Vidal, Histoire de Roussillon, p. 97-98.
  • 34 B. Alart, C.M., t. D, p. 619, source indiquée : Mas Deu (Saint-Hippolyte), « congregata universita (...)
  • 35 « disposuit et ordinavit... fieri erigi, construi, et edifficari fortalicium in dicto loco de Sco (...)
  • 36 Voir Ponteilla, supra.
  • 37 Un document de 1392-1393 concerne le repeuplement du Boulou

29En novembre 1387, comme à la même époque en d'autres lieux du Roussillon33, le précepteur ou commandeur du Mas Deu fait assembler toute la population du lieu, en présence du seigneur, du bailli et des consuls34, afin de les tenir informés de sa décision de faire construire une fortification pour que les habitants et leurs biens puissent y trouver refuge35. Ce riche document permet de saisir la vitalité de l'organisation politique du village, la coutume de se réunir à l'église, ainsi que le rôle des consuls associés à la présentation de la décision et à sa mise en oeuvre. On retrouve dans ce texte l'appellation de fortalicium pour l'enceinte à construire, comme en d'autres lieux36. Cette volonté de fortifier semble dictée par une conjoncture difficile. On y fait une allusion précise aux atteintes des ennemis, et on peut sentir un souci réel d'attirer des habitants (allusion aux habitants futurs et à ceux qui viendraient), préoccupation que l'on peut retrouver dans d'autres documents de la fin du xive siècle37. Il met en relation directe aussi cette nouvelle fortification (l'est-elle vraiment entièrement ?) avec la mise à l'abri des biens. Un membre de phrase insiste sur cette double fonction de la même enceinte. Comment ne pas y voir une reprise en charge de la fonction primitive de la cellera et la marque que ce fortalicium en épouse, au moins en partie, et les attributions et le tracé. Cette nouvelle fortification, bien visible dans le village actuel, laisse de côté l'église, juste en bordure, de l'autre côté d'une rue qui semble recouvrir les anciens fossés. L'intérieur de l'enceinte contient encore cependant des bâtisses de très petite dimension dont la fonction de remise, de celliers, s'est probablement conservée longtemps.

  • 38 B. Alart, C.M., t. G, p. 76, Puignau (?), registre X, fol. 629v°-639r°, année 1391.

30Peu après cette date, le commandeur du Mas Deu donne en concession à la dame Felipa, épouse du donzell de Saint-Hippolyte, un pati dins la forsa38. Cette courette confronte de deux côtés au castell eo mota del Hospital de Sant-Joan de Jerusalem. Elle touche aussi à l'entrée dudit château ou motte.

  • 39 B. Alart, C.M., t. E, p. 599, ADPO, 1B-163, fol. 21r°.
  • 40 « constructioni cujusdam campanilis quod vos fideles nostri consules et probi homines loci de Sanc (...)
  • 41 J. Calmette et P. Vidal, Histoire de Roussillon, p. 98.

31Un acte de Jean, roi de Majorque, le 15 mars 1396, est daté in loco de Sancto Ypolito terre Rossilionis39. Le roi possède donc certainement une résidence en ce lieu. Cette môme année le roi autorise les habitants de ce lieu à lever des aides pendant les dix ans à venir, afin de mener les travaux nécessaires à la construction d'un clocher, et à la réparation et la construction de l'église ainsi que des murs et des fossés de ce lieu, détruit et brûlé par des gens de guerre venus de l'étranger40. Il s'agit sans doute des hommes de Jean III d'Armagnac qui avaient attaqué le comté au nord41.

  • 42 « ad reparacionem et fortificacionem menium et vallorum dicti loti », ADPO, 1B-209, procuration ro (...)
  • 43 ADPO, Hp 182, Saint-Jean de Jérusalem, fol 68 r°- 74 v°.
  • 44 « portas dicti fortalicii aperuerunt et clauserunt et in turri et summis dicti fortalicii signa di (...)
  • 45 « ad quoddam cortale sive domum dicti hospitalis sine tecto... et signum dicti hospitalis in parie (...)

32Au début du xve siècle, le roi Ferdinand 1er d'Aragon autorise les consuls de Saint-Hippolyte à lever des impositions pour la réparation et l'entretien des murs et fossés42. En 1439, les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem prennent possession de Saint-Hippolyte43. Les habitants du village sont réunis sur la place à l'appel du crieur public. Les frères font le tour du territoire et sont conduits par le procureur royal usque ad portam fortalicii dicti loci, dont les clefs leur sont remises. Ils ouvrent et ferment les portes de la fortification et placent leur emblème sur la tour44, pendant que le procureur royal reste à l'extérieur des remparts. Ensuite celui-ci les conduit jusqu'à une maison qui appartient à l'hôpital, à l'intérieur des remparts ; ils ouvrent et ferment les portes de cette maison selon le même cérémonial. Enfin ils se rendent à une sorte d'enclos sans toit et fixent leur emblème sur le mur en signe de prise de possession45.

Structure du village et activités :

  • 46 B. Alart, C.M., t. S, p. 410, parch, du Temple, n° 2533, 1293.

33Comme ailleurs en Roussillon dans la deuxième moitié du xiiie siècle, on assiste à Saint-Hippolyte à la construction de maisons sur des terrains encore libres de bâtiments et à la densification de l'habitat. Le commandeur représentant le Mas Deu à Saint-Hippolyte donne en acapte à un habitant de ce village un patium ad edificandum et faciendum ibi domum vel domus quod est in villa Sci Ypoliti in loco vocato Plassa46.

  • 47 ADPO, 2 HDT p. 28, pli 27, n° 28.

34En 1391, une habitante de Saint-Hippolyte reconnaît tenir pour le seigneur d'Oms un patuum ante portale dicti loci, qui touche à la place de Saint-Hippolyte ; elle doit un cens de six deniers47.

Plan et vestiges architecturaux :

35Le plan cadastral montre bien la fortification du castrum évoqué par des documents des xive et xve siècles, mais l'église est extérieure à ce castrum. Ceci pourrait s'expliquer par les destructions et reconstructions de l'église et du castrum-fortalicium aux xive et xve siècles.

36Il restait au début du xixe siècle quelques constructions très étroites et allongées, de superficie identique, apparemment tracées sur un même patron, qui pourraient avoir été des celliers, à l'intérieur du périmètre fortifié.

Finage et occupation du territoire :

Villa vetera :

  • 48 B. Alart, C.M., t. XI, p. 287, ADPO, CT, fol. 25 v°, a. 1278.

37Pierre Stéphane, homme du Temple, amansat, tient quidam mansus et quidam ortus sibi contiguus qui est in villa veteri Sancti Ypoliti48. Il a aussi une parcelle de terre au lieu appelé Villa vela. Il peut s'agir du vieux noyau villageois. Mais la mention d'un champ en ce lieu peut plutôt faire penser à un lieu de peuplement délaissé.

38On remarque dans l'enquête de 1315 que deux jardins se trouvaient à la Vila vella. Ce même document cite trente-quatre lieux-dits sur le territoire de Saint-Hippolyte.

  • 49 B. Alart, C.M., t. S, p. 410, parch, du Temple, n° 3183.

39Un habitant de Saint-Hippolyte reconnaît tenir pour le Temple, en 1291, unum tor de terra cum arboribus que intus sunt... qui est ad passum Ayglini et affr. ab una parte in flumine Ayglini49. Ces terres appelées tor, fréquentes en Salanque, sont situées un peu au-dessus du niveau des terres voisines, probablement hors d'atteinte en cas d'inondation.

  • 50 B. Alart, C.M., t. S, p. 413-414, en 1298 par exemple, parch, du Temple, n° 2534.

40Plusieurs documents de la fin du xiiie siècle mentionnent des maisons et une oliveraie situées infra villam Sci Ypoliti, in loco vocato Puyol50. Il pourrait s'agir d'un quartier voisin de celui du centre, de développement plus récent, comme cela se trouve souvent ailleurs à la même époque (cf. les nombreuses mentions de barris).

Salines :

  • 51 B. Alart, C.M., t. XI, p. 287, ADPO, CT, fol. 25 v°.

41Un dépendant du Temple, en 1278, tient en sus de son manse un droit sur des salines qui se trouvent au lieu appelé Tremes Aygues, ainsi qu'un salsorerium au même lieu51.

  • 52 B. Alart, C.M., t. E, p. 198, ADPO, 1B-141, fol. 6.

42En 1381, on mentionne des salines au lieu-dit forno tauler, four à tuiles52.

Famille de Leucata :

  • 53 ADPO, 1B 46, parchemin original.

43En 1147, Gauhelm de Leucate donne avec ses enfants à Gaubert de Saint-Hippolyte, à son frère Arnaud et à son fils Pierre, la moitié d'honneur héritée de son père, sur le territoire de Saint-Hippolyte, dans la villa et dans les limites, et qui consiste en alleux et en hommes, mis à part le champ qui se trouve au lieu-dit « retro ortos ». Gaubert et Arnaud lui rendent cette moitié d'honneur en fief (fief de reprise) et s'engagent à être ses défenseurs avec leur château et leurs hommes, contre tous les hommes, à l'exception de Gaubert de Leucata53.

Cultures :

  • 54 « unam vineam cum omnibus olivariis que intus fuerunt », ADPO, 1B 46, parch, orig.

44En 1202, une vigne est donnée en gage avec les oliviers qui se trouvent dedans54. Nous avons là l'exemple de ces champs où sont cultivés sur deux niveaux des arbres fruitiers et des vignes.

Synthèse :

45La cellera de Saint-Hippolyte, qui semble bien en relation directe avec l'église d'après les premiers documents, est connue à partir du xiiie siècle. Elle a été fortifiée selon un plan ovale, peut-être en laissant à l'extérieur l'église, (à moins que celle-ci n'ait été reconstruite hors du fortalicium). A l'intérieur de cette enceinte existait, au moins, un château.

Plan cadastral de Saint-Hippolyte

Plan cadastral de Saint-Hippolyte

Notes

1 B. Alart, C.M., t. V, p. 575-578 (document incomplet, mais daté par B. Alart du xiie siècle).

2 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 463-466, ADPO, CT, fol. 32v° (et fol. 18).

3 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, f° 15-17.

4 ADPO, 1B-42.

5 B. Alart, C.M., t. IX, p. 237-239, CT, fol. 18v°.

6 « totum unum ortum condam qui modo est constructus et hedificatus in casis sive in domibus », ibid.

7 B. Alart, C.M., t. X, p. 94-95, ADPO, CT, fol. 30r°.

8 Le document précise en effet au sujet de cette redevance : tempore scilicet quo guerra fuerit in Castro Sancti Ypoliti de Milicia.

9 Voir L. Verdon, « La terre et les hommes... ».

10 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, f° 34.

11 Archives nationales, Recueil des actes du Temple, H n°1754.

12 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 25v°.

13 B. Alart, C.M., t. X, p. 335-336, CT, fol. 34v°.

14 Voir sur le plan la situation possible de ce cellier à l'intérieur du périmètre fortifié, au sud, contre le mur, et donnant sur la rue.

15 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 87 v°.

16 Ainsi que l'a précisément analysée Laure Verdon, La terre et les hommes....

17 B. Alart, C.M., t. XI, p. 359, ADPO, CT, fol. 27 r°.

18 B. Alart, C.M., t. S, p. 414-415, parchemins du Temple, n° 3109.

19 B. Alart, C.M., t. R2, p. 457-460, parch. de la famille d'Oms. Ce document est très altéré et son texte présente beaucoup de manques.

20 B. Alart, C.M., t. V, p. 575-578 (document incomplet, mais daté par B. Alart du xiie siècle).

21 B. Alart, C.M., t. IX, p. 545-548, ADPO, CT, fol. 21r°.

22 B. Alart, Cartulaire manuscrit, t. Z, p. 264-265.

23 B. Alart, C.M., t. S, p. 61, Anciens procès du patrimoine royal, tome 1, ADPO, 1B-17, fol. 15 r°-v°.

24 ADPO, 1B 21, fol. 44r°.

25 ADPO, 1B 21, fol. 49v) ; la maison est désignée ainsi : « domus in villa de Sco Ypolitoi et aff. ex una parte in toa... ».

26 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 227r°.

27 « et unum quodque de Sco Ypolito vocaretur », ibidem.

28 Au milieu du xiie siècle, les frères Raymond et Guillem, de la famille de Saint-Laurent (-de-la-Salanque), ont reçu des comtes du Roussillon Gaufred et Girard le fief que Bernard et Pons de Saint-Hippolyte tenaient pour eux. Ils avaient promis pour cela de fournir cinq milites in sua guerra, Miquel Rossell, Liber Feudorum Maior..., t. II, n° 752, p. 254-255. En 1183, Raymond de Saint-Laurent donne à son seigneur Alphonse, roi d'Aragon, totum meum castrum de So Ypolito, sauf ce qu'y possède sa femme Fina par le cadeau de noces qu'il lui a fait, et il offre en sus une albergue de vingt chevaliers et de vingt chevaux, B. Alart, C.M., t. A, p. 416-419, ADPO, 1B-7. Plus tard, en 1203, dame Fina, veuve de Raymond prouve devant le roi qu'elle a reçu le droit de tenir les deux castra, grâce au témoignage de l'évêque d'Elne et de l'abbé de Cuxa, B. Alart, C.M., t. D, p. 559-561.

29 B. Alart, C.M., t. X, p. 599-600, CT, fol. 23r°.

30 « ...illam domum totam de Sancto Ypolito que fuit Bernardi Petri de Sco Ypolito et filiorum suorum Bernardi et Poncii et omnia alodia integriter eidem domui pertinentia, salvo sponsalicio illius domine que fuit uxor Bernardi predicti, quod post mortem suam vobis et vestris sine alique diminutione et impedimento libere revertatur », ADPO, 1B 50, parch, original.

31 B. Alart, C.M., t. XI, p. 363-365, ADPO, CT, fol. 29 v°.

32 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 88r°, a. 1278.

33 A Perpignan par exemple, Calmette-Vidal, Histoire de Roussillon, p. 97-98.

34 B. Alart, C.M., t. D, p. 619, source indiquée : Mas Deu (Saint-Hippolyte), « congregata universitate loci de Sco Ypolito in ecclesia dicti loci ubi est consuetum, videlicet venerabili Raymundide Montelauro domicello, Petro Argent bajulo, Polito Boxa, Raymundo Oliverii consulibus attendentes ».

35 « disposuit et ordinavit... fieri erigi, construi, et edifficari fortalicium in dicto loco de Sco Ypolito, ut omnes habitantes et habitaturi atque convenientes in dicto loco et eorum bona valeant ab omnium inimicorum insultibus intus idem fortalicium tueri deffendi et preservari », ibidem.

36 Voir Ponteilla, supra.

37 Un document de 1392-1393 concerne le repeuplement du Boulou

38 B. Alart, C.M., t. G, p. 76, Puignau (?), registre X, fol. 629v°-639r°, année 1391.

39 B. Alart, C.M., t. E, p. 599, ADPO, 1B-163, fol. 21r°.

40 « constructioni cujusdam campanilis quod vos fideles nostri consules et probi homines loci de Sancto Ypolito proposuitis hedifficare in ecclesia dictiloci necnon reparacioni et construccioni dicte ecclesie ac menium et vallorum dicti loci qui crudeliter dirutus et combustus exatit dudum et diversi mode per gentes armigeras nacionis extranee que comitatum predictum hostiliter et more predonis incurrunt », B. Alart, C.M., t. T, p. 344, notule de Pierre Vingrau, 1402.

41 J. Calmette et P. Vidal, Histoire de Roussillon, p. 98.

42 « ad reparacionem et fortificacionem menium et vallorum dicti loti », ADPO, 1B-209, procuration royale, reg. 30, 8 février 1416, fol. 51r°.

43 ADPO, Hp 182, Saint-Jean de Jérusalem, fol 68 r°- 74 v°.

44 « portas dicti fortalicii aperuerunt et clauserunt et in turri et summis dicti fortalicii signa dicti hospitalis posuerunt et affixerunt », ibid.

45 « ad quoddam cortale sive domum dicti hospitalis sine tecto... et signum dicti hospitalis in pariete dicte domus seu cortalis posuerunt et affixerunt », ibid.

46 B. Alart, C.M., t. S, p. 410, parch, du Temple, n° 2533, 1293.

47 ADPO, 2 HDT p. 28, pli 27, n° 28.

48 B. Alart, C.M., t. XI, p. 287, ADPO, CT, fol. 25 v°, a. 1278.

49 B. Alart, C.M., t. S, p. 410, parch, du Temple, n° 3183.

50 B. Alart, C.M., t. S, p. 413-414, en 1298 par exemple, parch, du Temple, n° 2534.

51 B. Alart, C.M., t. XI, p. 287, ADPO, CT, fol. 25 v°.

52 B. Alart, C.M., t. E, p. 198, ADPO, 1B-141, fol. 6.

53 ADPO, 1B 46, parchemin original.

54 « unam vineam cum omnibus olivariis que intus fuerunt », ADPO, 1B 46, parch, orig.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Saint-Hippolyte
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540