Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Génis-des-Fontaines

Roussillon

Texte intégral

1Monasterium Sancti Genesii Fontanas, 819.

  • 1 Document communiqué par Denis Fontaine, 2 B 1142.
  • 2 Denis Fontaine et Abbé Cazes, Roussillon sacré.

2L'église paroissiale Saint-Michel, citée (d'après Cazes) dès 980 et disparue aujourd'hui, menaçait ruine au xviie siècle1. Elle se trouvait à l'emplacement de l'actuelle mairie. Tout près, un cimetière Saint-Michel est encore cité au xviiie siècle2. La question se pose de savoir autour de quelle église se trouvait la cellera. On peut supposer que c'était autour de l'église paroissiale, donc celle qui a disparu.

Regroupement villageois et cellera :

  • 3 B. Alart, C.M., t. H, p. 34-35, Liber stillorum, ADPO, 1B-346, fol. 315, Procès de Saint-Génis.

3En 1301, Jacques Gau de Saint-Génis reconnaît tenir pour le monastère de ce lieu toute une borda, qu'il a achetée3. Il se fait pour cela « homme propre et solide », prêtant hommage avec les mains et le baiser, genoux fléchis. La borde se compose d'une maison d'habitation, de plusieurs terres et d'un jardin. La maison, appelée mansum, se trouve infra cellariam ville de Sancto Genesio. Cette maison doit à titre de cens annuel une paire de poules, redevance courante dans les sagreres catalanes. Les redevances plus lourdes, terremerita, sont exigées sur l'ensemble de la borde. Le preneur acquitte aussi le droit de mutation au seigneur, foriscapium et directum dominium. Le monastère de Saint-Génis, un des plus anciens monastères du Roussillon, est seigneur dans la cellera voisine, autour du monastère ou de l'église paroissiale. Le coeur de l'exploitation agricole concédée par les moines se trouve dans la cellera : ceci prouve assez l'intérêt qu'ont pu trouver les Bénédictins à favoriser ce regroupement, à y installer ou acquérir des biens, dans un double souci de protection et de contrôle.

Structure du village et activités :

  • 4 B. Alart, C.M., t. H, p. 37-40, même source, fol. 302v°-306v°.
  • 5 Cf. L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon...

4Quelques années plus tard, Simon Guarsio, entre en charge de la baylie de Saint-Génis pour le monastère4. Il se fait alors lui aussi homme propre et solide selon le même rituel et reconnaît tenir une borde, composée d'une demeure, de bâtiments annexes et de nombreuses terres. La demeure, appelée hospitium (faut-il voir là un degré de confort, de luxe supérieur à celui du mansum ?), se trouve près de la tenencia du monastère, sans plus de précision. Elle comprend un famoracio. Un clos est attenant, avec un colombier. Parmi toutes les terres et les prés, plusieurs sont situés sur le territoire de paroissses voisines, le bayle dit même tenir une terre pour le monastère de Saint-André-de-Sorède. Surtout, une des parcelles qui lui sont attribuées est désignée ainsi : pecia terre que vocatur alodium baiuli. Le terme d'« alleu », particulièrement impropre, est employé ici, avec une résonance très désuète, comme équivalent de bénéfice, terre reçue en rétribution de l'exercice d'une charge (comme autrefois pour une charge publique). On peut noter, conformément à ce qui a pu être constaté par ailleurs5, que le paysan doté d'une exploitation agraire qui ne paraît pas maigre, et le bayle, chargé du contrôle des récoltes, de la bonne marche de l'ensemble des exploitations, sont soumis au même statut juridique. Il s'agit d'une dépendance personnelle étroite, du servage, mais aux aspects quasiment contradictoires, statut d'exclusion (non-libres), mais aussi statut obligé de certains agents seigneuriaux, privilégiés et étroitement tenus.

  • 6 « operabo et reparavero domus cuiusdam borde mee vocate d'en Masastre quam teneo pro vobis in loco (...)

5En 1406, un nommé Pierre Pagès promet qu'il réparera à ses frais la maison de la borde qu'il tient pour l'abbé de Saint-Génis et se fait pour cette borde, homme propre et solide, amansatus et abordatus6. Il est possible que ces travaux aient été rendus nécessaires par un abandon prolongé de cette maison.

Le monastère :

  • 7 ADPO, 12 J 25, n° 226, voir aussi R. Favreau, « Corpus des inscriptions médiévales... ».

6La pierre tombale de l'abbé de Saint-Génis, « Sapte de Pollestres », décédé en 1271 indique qu'il avait réparé ce monastère et qu'il l'avait fait couvrir de tuiles7.

  • 8 ADPO, 3 E 20 / 434, fol. 19 r°-v°.
  • 9 « abbas accessit... cum fratre Bernardo Pagana et mecum notario publico... et testibus... ad quand (...)

7Une intéressante description de l'intérieur du monastère, en particulier du cloître et de l'infirmerie, est contenue dans un acte de 13758. L'abbé confie l'office d'infirmier du monastère au frère Bernard Pagana qui va devant les portes extérieures de l'infirmerie et ouvre et ferme le verrou et la serrure de ces portes en signe de prise de possession de cet office d'infirmier, par devant le notaire9. On remarque que la forme de prise de possession de l'infirmerie de l'abbaye est la même que pour un château, attestée depuis l'époque féodale.

Synthèse :

8La cellera de Saint-Génis-des-Fontaines est formée autour de l'une des deux églises du lieu, probablement l'église paroissiale, mais celle-ci ayant été détruite, on n'en retrouve plus la trace.

Notes

1 Document communiqué par Denis Fontaine, 2 B 1142.

2 Denis Fontaine et Abbé Cazes, Roussillon sacré.

3 B. Alart, C.M., t. H, p. 34-35, Liber stillorum, ADPO, 1B-346, fol. 315, Procès de Saint-Génis.

4 B. Alart, C.M., t. H, p. 37-40, même source, fol. 302v°-306v°.

5 Cf. L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon...

6 « operabo et reparavero domus cuiusdam borde mee vocate d'en Masastre quam teneo pro vobis in loco de Sancto Genesio, meis propriis expensis », B. Alart, C.M., t. XVII, p. 303.

7 ADPO, 12 J 25, n° 226, voir aussi R. Favreau, « Corpus des inscriptions médiévales... ».

8 ADPO, 3 E 20 / 434, fol. 19 r°-v°.

9 « abbas accessit... cum fratre Bernardo Pagana et mecum notario publico... et testibus... ad quandam domum vocatam enfermeria que domus est intus... monasterium videlicet ante claustra dicti monasterii... et posuit... in realem et corporalem possessionem dicti offici dite infirmarie... tradendo eidem fratri... vectem seu forrelatum ( ?) portarum foranearum dicte domus dicte infirmarie, quas portas dictus frater... cum dicto vecte sive forrelato aperuit et clausit... et in dictam domum dicte infirmarie in signum dicte possessionis dicti offici dicte infirmarie per ipsum adhepte intravit. » Ibid.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540