Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Feliu-d'Avall

Roussillon

Texte intégral

1Villare Sancti Felicis subteriore, 991. Eglise Saint-André, 1077.

  • 1 Une parcelle, vendue en 1422, in terminis de Sco Felice, loco vocato a Sant Feliu lo Vell, confron (...)
  • 2 B. Alart, C.M., t. A, p. 243, a. 1482. C'est un nommé Andréas Michael, chevalier de la ville de Pe (...)

2Il semble que les deux villages de Saint-Feliu (d'Avall et d'Amont, selon un doublet fréquent en Roussillon, Confient et Vallespir), soient issus de la fragmentation d'une paroisse ancienne de superficie importante, primitivement consacrée à Saint-Félix, dont l'ancienne église existait encore au xve siècle1. A la fin du Moyen Age, les deux villages sont réunis dans la même seigneurie2.

Cellera, celliers et regroupement ecclésial :

  • 3 ADPO, 12 J 24, n° 130.
  • 4 (sic), ibidem.

3En 1055, un nommé Lubsantius et son épouse Gualengarde donnent au monastère Saint-Michel de Cuixa un alleu – maisons, jardins avec figuiers et oliviers, terres, vignes, prés, forêts, garrigues, champs de chanvre et de lin, moulin – dans la villa Sancti Felicis subterioris3. Fait partie de cet alleu un mas avec borde et jardin qui touche d'un côté à la Têt, de deux autres côtés à d'autres mas et d'un quatrième in celera4. La manière de nommer le confront peut être surprenante : on aurait attendu « le mur » ou « le fossé » de la cellera, il est probable que la date très précoce de cette mention explique que la cellera ne soit pas fortifiée. En tout cas, le terme ne me paraît pas pouvoir prêter à confusion. Il ne s'agit pas du nom d'un voisin, tant par la construction (in + anthroponyme ?), que par le nom (les premiers anthroponymes Cellera ne se rencontrent qu'à partir du début du xiiie siècle).

  • 5 ADPO, 12 J 25, n° 141.

4En 1077, le clerc Gauzbert lègue son alleu de Saint-Feliu-d'Avall à la cathédrale d'Elne, ainsi que des biens mobiliers : chevaux, boeuf, âne, brebis, porcs, draps, ainsi que des vexellos et tinas (de quinze muids de blé, autant de vin) et un coffre (archa) contenant un jambon et de la viande5. C'est bien là semble-t-il le contenu d'un cellier.

  • 6 ADPO, FdF, 12J25, n° 158.

5Une donation en 1 100 concerne des biens à Saint-Feliu-d'Avall6. Pierre Rigual lègue à la cathédrale Sainte-Eulalie d'Elne un alleu composé de maisons, jardins, vignes et terres. D en a engagé une partie auprès de son frère pour la somme de trente-huit sous roussillonnais. Il s'agit de quatre manses et demi et d'un cellier. La mention du cellier comme entité séparée des maisons et des bâtiments d'exploitation est à remarquer. Elle semble confirmer la présence d'une cellera.

  • 7 ADPO, Cartulaire du Temple, n° 189, fol. 119. Lluis Tó, « Le mas catalan... », remarque qu'ici ces (...)

6En 1137, un manse où habite Arnaud de les Portes avec ses fils et ses neveux est donné aux Templiers7. Il touche à deux autres manses, à la rue qui traverse le village et à celle qui mène à l'église.

  • 8 B. Alart, C.M., t. VII, p. 378-380, AHI, parch. N, n° 32.

7En 1183, Bernard de Saint-Féliu, fils de Guillem du Boulou, vend au vicomte de Castelnou tout son manse intus villam Sancti Felicis subterioris in adiecentia Sci Andree, qui touche à l'est au cimetière de Saint-André et des autres côtés à trois manses et à une rue8. Un cens est dû au monastère de Saint-Michel de Cuixa.

8Parmi les cens que perçoit l'hôpital d'Ille dans la villa de Saint-Feliu-d'Avail, au titre de l'honneur de Raymond de Taxo, et dont la liste est dressée en 1256, on relève les droits sur plusieurs maisons (mansum, domus, cases) dont on dit : « Has domos sunt juxta ecclesiam et plateam ».

  • 9 Ces anthroponymes se rapportant au village d'origine révèlent une mobilité géographique importante (...)
  • 10 B. Alart, C.M., t. S, p. 437-438, parchemins du Temple, n° 1944.

9En 1299, le bayle du Mas Deu autorise Jean Nifiach9, de Saint-Feliu-d'Avail, à planter une vigne sur la terre qu'il tient pour la maison du Temple10. Il devra en porter l'agrier in posse dicte domus, infra villam Sancti Felicis predicti, tuis expensis. Le Mas Deu possède donc, dans le village de Saint-Feliu-d'Avail, un bâtiment dans lequel ses tenanciers portent les redevances dues.

  • 11 ADPO, 1B 76, fol. 7 et 8.

10Le capbreu des biens possédés par le seigneur de Fenollet, vicomte d'Ille, à Saint-Feliu-d'Amont, établi en 1326, comprend quelques reconnaissances concernant des biens situés à Saint-Feliu-d'Avail, pour des maisons (hospitium, domum, hospitium cum... patuo eidem contiguo) se trouvant dans la villa. Un nombre important d'hommes et de femmes de Saint-Feliu-d'Avall se disent « homines (ou feminas) domini regis »11.

  • 12 ADPO, 3E1/4717, fol. 6v°.

11En 1347-1348, le représentant du monastère de Fontfroide en Roussillon donne en acapte à une veuve de Saint-Feliu-d'Avall un casale cum aliquibus parietibus et hedifficiis in eo jam constructis12.

  • 13 ADPO, 3E1/5454, notaire J. Port.
  • 14 ADPO, 3E1/5455.

12En 1558, un inventaire après décès mentionne une maison en lo bari de dit loch de Sant Feliu13. En 1569, une maison se trouve dins lo clos de dit loch et affronte ab la porta y ab la muralla... de dit clos14. Le clos serait l'ancienne cellera, appelée ailleurs plus souvent forcia, forsa.

  • 15 ADPO, 3E1/5454.

13En 1567, un bourgeois de Perpignan possède une maison en ruines et un pati, autrefois cortal, situé « hors et près » des murailles et qui touche au cortal du seigneur de Saint-Feliu15.

Seigneurs et fortification :

  • 16 Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 215, d'après J. Reynal, Le Ribéral, p. 41.
  • 17 Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 215.

14Le village de Saint-Feliu-d'Avall a été fortifié, (probablement dès le xiiie siècle, en 1297 mention du castrum16). L'église forme une partie du mur de défense à l'est17.

  • 18 B. Alart, C.M., t. B, p. 421, source ADPO, Procuracio real, reg. XVII, fol. 85v°.
  • 19 A cette époque nous est connu le nom du sacrista par un document de 1326, ADPO, 1B-76, fol. 7v°. I (...)
  • 20 On peut comparer ce gardien de l'église à celui du clocher de Coustouges.

15En 1325, Pierre de Tornaboix fait hommage au procureur royal et promet de bien garder loyalement l'église de Saint-Feliu d'Avail de la qual era ja pessa feyt garda e castella18. L'église joue le rôle d'un véritable donjon. Outre sa fonction religieuse, confiée à un prêtre19, elle sert de défense, de guet (clocher), éventuellement de refuge : le roi se préoccupe d'y nommer un castlà20.

  • 21 Prix de vente : 58 sous barcelonais, ADPO, 3E3/ 112.

16En 1364, une maison (hospitium) de Saint-Feliu (in dicto loco de sco Felice) touche au mur (cum muro dicti loci)21.

  • 22 B. Alart, C.M., t. XV, p. 180-184, notule de Gaucelm Ferreol.
  • 23 Utilisé par Bayrou et Castellvi, d'après J. Gibrat, Notice historique sur Saint-Feliu-d'Avail, Per (...)

17En 1366, les hommes de Saint-Feliu-d'Avall s'engagent à construire un rempart autour de leur village22. Il apparaît clairement que cette clausura, dont le document donne avec précision le tracé exact23, touche à plusieurs celliers, et comme on le voit sur le plan, elle n'enferme qu'une partie très restreinte du village, que l'on peut assimiler à un noyau originel, la cellera, même s'il n'en porte pas le nom. D'autre part, le texte mentionne un « vieux mur », ancienne fortification, probablement en partie détruite, et peut-être de tracé différent (plus large ? entourant l'ensemble de la cellera, l'église étant au centre ?). Enfin le document renseigne sur les mesures des fossés, des murs, des portes et le mode de construction.

  • 24 « Attendentes eciam nos jam dictasse et ordinasse dictum fortalicium fiendum cum muris et vallibus (...)

18Dans un autre document de la même année le vicomte d'Ille, seigneur de Saint-Feliu-d'Avall, donne son accord pour participer au financement de la fortification qu'il avait ordonné d'élever24. Il y contribue pour la somme de trois mille sous. On peut remarquer ici encore l'emploi du mot fortalicium pour désigner la fortification d'une cellera originelle très probable.

  • 25 13 juillet 1423, ADPO, Notule G. Roure, 1422-1423, 1B-225, fol. 127.
  • 26 14 juillet 1423, ibidem.

19Au xve siècle, le notaire P. Roure confirme la vente d'une maison intus fortalicium dicti loci, prope portale cum turre domni contigua et affrontat cum muro dicti loci de duabus partibus25. Ceci donne une description assez précise des défenses de ce village. Le notaire, tenant en séquestre pour le roi les biens de feu Pierre de Fonollet, vicomte d'Ille, confirme aussi la vente d'une autre maison à Saint-Feliu-d'Avall, touchant cum tenencia sive domo dicti nobilis vicecomitis, vocata La Sala26. Une résidence seigneuriale se trouvait donc à l'intérieur ou près du réduit fortifié.

Structure du village et activités :

  • 27 ADPO, 1B 50, parchemins originaux. B. Alart, C.M., t. B, p. 42, les date de 1240.

20Deux capbreus, semblant dater du milieu du xiiie siècle, recensent tous les droits (usaticos) que Pons de Vernet possède à Saint-Feliu-d'Avall27. On y relève plusieurs moulins, le barrage (ou canal ?) des moulins (escaugadur de molendinos).

Plan et vestiges architecturaux :

21Le plan est différent de celui de Saint-Feliu-d'Amont, car le chevet de l'église est séparé des maisons voisines par la fortification.

Finage et occupation de l'espace :

Lieux-dits :

Linars, lieu-dit :

22Il s'agit semble-t-il d'un ensemble de champs (de lin ?), appartenant au château.

  • 28 B. Alart, C.M., t. B, p. 42.

23Vers 1240, Pons de Vernet fait établir un capbreu des usages qu'il perçoit in villa Sancti Felicis Subterioris, plusieurs manses sont cités, ainsi que deux parcelles de terre (feixes) dites feixa de cas tel que est ad Linars, et faixa de castro que est ad Linars28. Voir le lieu-dit les Feyches au sud de Saint-Feliu-d'Avall.

Camp redon (vestige d'une ancienne motte ?) :

  • 29 B. Alart, C.M., t. XI, p. 346, AHI, parch B, n° 44.
  • 30 B. Alart, C.M., t. XII, p. 271, archives de l'hôpital d'Ille, parchemin E, n° 59.

24Une parcelle se trouve loco vocato ad campum redon, en 128729. Une concession de terres par Pierre de Fenollet en 1302 mentionne un champ qui est in loco vocato Camp Redon30.

ad Stainnol, ad Stagneolum :

  • 31 ADPO, H 288, parchemin original, n° 1 et n° 8.

25En 1176 puis en 1213, le monastère de Sainte-Marie de l'Eula acquiert des terres sur le territoire de Saint-André de Saint-Feliu-d'Avall, au lieu-dit ad Stainnol ou ad Stagneolum31.

Synthèse :

26Plusieurs éléments convergent pour confirmer le texte de 1055 et l'existence d'une cellera à Saint-Feliu-d'Avall. Celle-ci a probablement été fortifiée sous la forme d'un quadrilatère dont le chevet de l'église a pu constituer le côté est, laissant à l'extérieur ce qui était probablement le cimetière originel.

Plan cadastral de Saint-Feliu-d'Avall

Plan cadastral de Saint-Feliu-d'Avall

Notes

1 Une parcelle, vendue en 1422, in terminis de Sco Felice, loco vocato a Sant Feliu lo Vell, confronte une via publica et l'ecclesia Sancti Felicis lo Vell, ADPO, notule G. Roure, 1422-1424, 1B-225, fol. 129.

2 B. Alart, C.M., t. A, p. 243, a. 1482. C'est un nommé Andréas Michael, chevalier de la ville de Perpignan qui en est le seigneur, mais dès 1474, c'est le même homme qui est bajulus Sci Felicis inferiori et superiori, ce qui semble indiquer une identité de seigneurs, ou une co-seigneurie, B. Alart, C.M., t. S, p. 39, not. n° 15, fol. 21.

3 ADPO, 12 J 24, n° 130.

4 (sic), ibidem.

5 ADPO, 12 J 25, n° 141.

6 ADPO, FdF, 12J25, n° 158.

7 ADPO, Cartulaire du Temple, n° 189, fol. 119. Lluis Tó, « Le mas catalan... », remarque qu'ici ces trois « mas » ou « manses » sont de simples maisons. Cette donation ajoute à ce « manse-maison », tous les éléments constitutifs d'un « manse-exploitation », à savoir deux terres, trois vignes et un jardin, ce qui montre toute l'ambiguïté de la terminologie médiévale.

8 B. Alart, C.M., t. VII, p. 378-380, AHI, parch. N, n° 32.

9 Ces anthroponymes se rapportant au village d'origine révèlent une mobilité géographique importante, mais à rayon d'action limité, durant le xiiie siècle. Cf. les constatations de L. Verdon sur l'origine des habitants du nouveau quartier Saint-Mathieu à Perpignan, Histoire et archéologie..., 1994.

10 B. Alart, C.M., t. S, p. 437-438, parchemins du Temple, n° 1944.

11 ADPO, 1B 76, fol. 7 et 8.

12 ADPO, 3E1/4717, fol. 6v°.

13 ADPO, 3E1/5454, notaire J. Port.

14 ADPO, 3E1/5455.

15 ADPO, 3E1/5454.

16 Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 215, d'après J. Reynal, Le Ribéral, p. 41.

17 Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p. 215.

18 B. Alart, C.M., t. B, p. 421, source ADPO, Procuracio real, reg. XVII, fol. 85v°.

19 A cette époque nous est connu le nom du sacrista par un document de 1326, ADPO, 1B-76, fol. 7v°. Il s'agit de Felix Gilabert qui possède là quoddam hospitium.

20 On peut comparer ce gardien de l'église à celui du clocher de Coustouges.

21 Prix de vente : 58 sous barcelonais, ADPO, 3E3/ 112.

22 B. Alart, C.M., t. XV, p. 180-184, notule de Gaucelm Ferreol.

23 Utilisé par Bayrou et Castellvi, d'après J. Gibrat, Notice historique sur Saint-Feliu-d'Avail, Perpignan, 1917.

24 « Attendentes eciam nos jam dictasse et ordinasse dictum fortalicium fiendum cum muris et vallibus », B. Alart, CM, t. XV, p. 184-186.

25 13 juillet 1423, ADPO, Notule G. Roure, 1422-1423, 1B-225, fol. 127.

26 14 juillet 1423, ibidem.

27 ADPO, 1B 50, parchemins originaux. B. Alart, C.M., t. B, p. 42, les date de 1240.

28 B. Alart, C.M., t. B, p. 42.

29 B. Alart, C.M., t. XI, p. 346, AHI, parch B, n° 44.

30 B. Alart, C.M., t. XII, p. 271, archives de l'hôpital d'Ille, parchemin E, n° 59.

31 ADPO, H 288, parchemin original, n° 1 et n° 8.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Saint-Feliu-d'Avall
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1904/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 374k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540