Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Saint-Feliu-d'Amont

Roussillon

Texte intégral

1Sanctus Felix, 898, Sanctus Felix superior, 960. Eglise Sainte-Marie, 941.

Regroupement villageois, celliers et cellera :

  • 1 B. Alart, C.M., t. IX, p. 113-119, Archives de l'hôpital d'Ille, parchemin G, n° 12.
  • 2 « Et si illa IIIIor cellaria que pro domino P. de Fenoleto et dicto hospitali tenentur intus cella (...)

2Un document de 1243 concerne quatre celliers situés dans la cellaria de Saint-Feliu-d'Amont1. Il s'agit d'une controverse opposant Pierre, vicomte de Fenollet, et l'hôpital d'Ille au sujet des dîmes que le vicomte perçoit à Saint-Feliu-d'Amont. Réglant aussi le partage de divers droits, la charte en vient à évoquer les cens et taxes de mutation de quatre celliers, tenus en indivis pour le vicomte et l'hôpital2. Les celliers (ici au pluriel neutre : cellaria, cf. Py ou Riuferrer) sont groupés dans la cellera, les droits et cens en sont précisément partagés.

  • 3 B. Alart, C.M., t. X, p. 289, A. H. I., parchemin G, n° 45-48, 1256.
  • 4 B. Alart, C.M., t. IX, p. 76-80, A. H. L, parch. F, n° 30 et D, n° 42.

3L'inventaire des cens et redevances dus à l'hôpital d'Ille pour ses possessions de Saint-Feliu-d'Amont montre qu'un Raymond Moner et l'église Sainte-Marie doivent chacun deux poules propter unum cellarium3. L'église possède donc un cellier, dans la cellera probablement, destiné à la perception des redevances. Plus loin, le même document dresse la liste de redevances en travail : quatre tenanciers doivent chacun un jornal bovorum. Le censier ajoute : « Et isti jornales sunt inter dominum Fenoleti et Ospitalem propter cellarios intus forciam ». L'hôpital tient sa part du vicomte de Taxo. Parmi les quatre tenanciers de celliers qui doivent une journée de travail des boeufs, on ne retrouve pas les précédents, qui devaient verser un cens en poules. Soit ce cens est dû à un autre seigneur encore, soit ils ne doivent qu'une redevance en travail. Le terme de forcia était déjà présent dans un document de 1237 : Raimond André d'Ille et ses fils Guillaume et Jacques vendaient à l'hôpital d'Ille tout leur honneur in omni villa Sancti Felicis Superioris et omni adjacencia Sce Marie eiusdem ville4. Ils excluaient de cette vente le manso qui est intus forciam (un autre document porte infra forciam) pour lequel doit être versée une albergue de cinq bêtes au seigneur de Fenollet.

  • 5 B. Alart, C.M., t. X, p. 560-565, A.H.I., chartes parties, parch. A. r. m.

4En 1266, le précepteur de l'hôpital d'Ille donne à bail une borde avec toutes ses dépendances, dont une maison, qui voisine avec d'autres maisons, huit parcelles agricoles (jardins, vignes, terres, champs), et un pati quod affrontat ab oriente in cellario5. Patis et celliers voisinent ici comme souvent dans les celleres.

  • 6 B. Alart, C.M., t. XI, p. 155-156 et 135, A.H.I., parch. B, n° 45, 1276.
  • 7 « pro quo cellario predictus mariais meus faciebat dicto hospitali lias gallinas de censu », ibid.

5La veuve d'un tenancier de Saint-Feliu-d'Amont, reconnaît être propriam feminam de l'hôpital d'Ille, comme son mari était homo proprius, pour les biens dont il lui a laissé l'usufruit6. Elle déclare tenir duæ domus in barrio Sci Felicis, ainsi qu'unus cellarius (sic) juxta cellariam Sancti Felicis, et précise que son mari versait pour ce cellier un cens de deux poules à l'hôpital7.

  • 8 B. Alart, C.M., t. XI, p. 436-442, AHI, parch. G, n° 25.
  • 9 B. Alart, C.M., t. XV, p. 666, notule de Bernard Borgua.

6En 1290, une autre veuve reconnaît tenir pour l'hôpital une mansata qui comprend parmi ses dépendances une terre au lieu-dit Sanctum Felicem, touchant de deux côtés à des chemins publics, ainsi qu'un cellier (quidam cellarius, encore) qui touche in muro dicti castri8. La mansata comprend aussi quoddam costale (pour casale ?) vel hospicium cum omnibus edificiis suis et domibus infra barrium dicti castri Sci Felicis. Le village s'est donc étendu à l'extérieur des murs en un faubourg. Le barrio est encore cité en 1380 dans une reconnaissance concernant un patuum dépendant du prieur de l'église Saint-Pierre de Castelnou9.

La cellera et le village en 1326 :

  • 10 ADPO, 1B-76, 10 feuillets, incomplet, deux feuillets au moins manquent.

7Le capbreu établi en 1326 pour le compte de Pierre de Fenollet, vicomte d'Ille, seigneur du lieu, recueille de nombreuses reconnaissances pour des biens situés sur le territoire, dans la villa et dans la cellaria de Saint-Feliu-d'Amont10. Comme à Estagel quelques années plus tôt, on peut distinguer entre ceux, le plus grand nombre, qui ne déclarent tenir qu'une, deux ou trois parcelles de terre (environ cinquante déclarants sur un total de soixante-quatorze) et ceux qui sont à la tête de tenures beaucoup plus conséquentes.

  • 11 Ibidem, fol. 1r°.
  • 12 Ibidem, fol. 1r°.
  • 13 Ibidem, fol. 3r°-v°.

8Parmi ceux qui détiennent d'assez nombreux biens, plusieurs ont une maison, un cellier ou une courette dans la cellera. Par exemple Laurent Chexas reconnaît tenir trois terres, deux vignes, une domus et un hospicium dans la villa et un cellarium in cellaria dicti loci11. Guillem Hospital, en plus de deux terres, d'une vigne et de deux demeures (hospitium) situées in villa, tient aussi quoddam hospitium quod est in cellaria, et qui voisine avec le cimetière12. Jacques Massot tient un cellier intus dictam cellariam, ainsi qu'un champ, un jardin et deux vignes13.

  • 14 Ibidem, fol. 4r°.

9Cerdane, veuve de Pierre Martin, se fait « femme propre, solide et amansata du vicomte » pour une borde qui comprend un hospicium et son jardin contigu, un autre hospicium intus cellariam dicti loci, qui touche in muro et trois feixes (parcelles allongées) de terre Elle doit un jornal par an au canal des moulins, elle doit être présente pendant le battage du blé sur l'aire, et avec son animal (mulet ?), si elle en a un, elle doit porter le blé aux silos (ad sigas) du seigneur14.

  • 15 Ibidem, fol. 4r°-v°.

10Jacques Soryan, qui est lui aussi homme propre solide et amansat, doit le même service au canal des moulins et tient une mansata comprenant une demeure (hospitium) dans la villa et un patuum quod est in villa de Sce Felice intus cellariam, qui touche aussi au mur. Sept parcelles de terre et deux jeunes vignes (malleolum) forment le reste de l'exploitation15.

  • 16 Ibidem, fol. 9r°.

11Bernard Pierre déclare cinq terres, plus un cellier dans la cellaria. Raymond Auger tient deux jardins et un champ ainsi qu'un hospitium quod est intus cellariam de Sco Felice16.

  • 17 Ibidem, fol. 9r°.

12Pons Gitard, homme propre, solide et amansat, a une mansata comprenant trois terres, une vigne et une domus qua est in cellaria de Sco Felice. Il doit lui aussi la corvée au canal des moulins, sur l'aire et aux silos du seigneur17. Bernard Vaquer reconnaît tenir un jardin, un champ et une jeune vigne ainsi qu'une maison in cellaria.

13Par les mentions de confronts on peut connaître l'identité de vingt tenanciers ou propriétaires de biens dans la cellera, dont certains sont cités deux fois. Neuf font ici une déclaration au seigneur d'Ille, les autres tiennent leurs biens pour un autre seigneur (le prieur de Marcevol, l'église de Saint-Feliu-d'Amont, ou l'hôpital d'Ille). Il semble qu'une petite partie seulement (un quart ?) des familles de Saint-Feliu-d'Amont y possède un bien : les tenanciers à la tête des exploitations plus importantes, souvent « hommes solides », étroitement dépendants.

  • 18 Ce prieuré existe probablement depuis la fin du xie siècle. Il est rattaché à l'ordre de saint Ruf (...)
  • 19 Ibidem, fol. 6v°.

14Dans ce même capbreu, le prieur du prieuré de Saint-Feliu-d'Amont18 déclare tenir pour sa part un casal de moulins de quatre roues, avec son ruisseau d'amenée et son barrage (resclausa)19.

15Un homme déclare un cellier dans le barri. Deux maisons, dans la villa, touchent à la place (plathea) et une troisième au mur. Plusieurs terres, situées au lieu-dit al Palau, touchent in itinere veteri et in itinere publico (pour une même parcelle : s'agit-il de deux routes distinctes ?). Un lieu est appelé Pontario (franchissement de la Tet ?).

Plus tard...

  • 20 ADPO, 1 J 224/11, pièces isolées autrefois conservées à la bibliothèque de la ville de Perpignan.

16En 1341, le précepteur de l'hôpital des pauvres d'Ille donne en acapte à un habitant de Saint-Feliu-d'Amont un patuum appartenant à l'hôpital avec tous ses édifices, du ciel jusqu'aux abîmes qui est infra cellariam castri de Sco Felice20. Ce patuum touche d'un côté à la maison du prieur, d'un autre à la tenure dudit Bernard, le preneur, et enfin au cimetière de l'église de ce lieu. Le cens s'élève à trois sous, l'hôpital conserve le directum dominium, percevra le foriscapium, mais il n'y a pas mention de droit d'acapte.

  • 21 B. Alart, Marcevol, Ms 111, Médiathèque de Perpignan, Archives de l'hôpital de Vinça, notule de Be (...)

17Le trente juin 1355, Pierre Marquet de Saint-Feliu d'Amont reconnaît tenir du Prieur de Marcevol une maison intus cellariam21.

  • 22 J. Gibrat, « Le prieuré de Saint-Feliu-d'Amont », Ruscino, 1914, p.45-72. Cf. Alart, C.M., t. XIV, (...)

18En 1355, Nicolas Dauder vend à Durand de Falcon, chanoine du monastère de Saint-Ruf de Valence et prieur de Saint-Feliu-d'Amont, un cortal ou patuus situé infra cellariam dicti loci22. Le seigneur en est le vicomte d'Ille.

  • 23 B. Alart, C.M., t. G, p. 69, notaire Bernat Linars, Puignau, registre VII, folio 293v°.

19En 1380, Aymerich Miaffre, prieur de l'église Sainte-Marie de Saint-Feliu-d'Amont, donne en concession une maison et la courette (pati) contiguë, le tout dans la cellaria dudit lieu23.

  • 24 ADPO, 1 B 225, fol. 127 v°.

20En 1423, le procureur royal qui tient pour le roi d'Aragon le séquestre des lieux et castra de la vicomté d'Ille et de Canet approuve la vente à un habitant de Saint-Feliu d'Amont, pour un prix de dix-neuf livres, d'une maison sise en ce lieu et touchant d'un côté à la maison du vicomte d'Ille, appelée La Sala24. Cette maison doit un cens d'un denier au seigneur et un foriscapium de trente et un sous, dix deniers et une obole de Barcelone.

Seigneurs et fortification :

  • 25 B. Alart, C.M., t. XV, p. 137-139, notule de Gaucelm Ferreol, Syndicat d'Ille, fol. 9.

21En 1364, les consuls de la communauté villageoise de Saint-Feliu-d'Amont, en accord avec tous les hommes de ce village, veulent que ce lieu soit fermé d'un mur (muro claudetur), selon les volontés de dame Sibile de Fenollet, vicomtesse d'Ille, in mota dicti lociprout erat cellaria antiqua25. Ils promettent de faire correctement cette clausura. Ils donneront chaque année, jusqu'à ce que le travail soit achevé, une arrière-dîme de toutes leurs récoltes et de leurs gains (de nostris recuyletis omnibus et guasanyagiis), utilisée pour cet ouvrage. Ils décident de faire les travaux eux-mêmes avec leurs bêtes, chacun selon ses capacités : les personnes de condition inférieure (minoris condicionis) faisant chaque semaine une manobra et les personnes plus riches (di<vi>cior) contribuant à la dictam manobram, selon leur fortune (magis juxta eius facultatem et divicias). On peut supposer que dans ce cas le travail est rétribué à des ouvriers. Les habitants choisiront, en accord avec la vicomtesse, un maçon qui dirigera ces travaux.

  • 26 B. Alart, C.M., t. G, p. 161, source : rubrique de Puignau, registre VII fol. 299r°.

22En 1514, le rôle défensif de cette enceinte devait avoir totalement disparu puisque le seigneur du lieu donne l'autorisation de fer fer portes a la plassay finestres a la muralla del lloch de Sant-Feliu de mont26.

Structure du village et activités :

  • 27 ADPO, 3E3/1001. Il ne reste que quatre folios d'un ancien registre, probablement épais, malheureus (...)

23Le capbreu de 1380-1381 concerne les possessions du prieuré de Castelnou à Saint-Feliu-d'Amont27. Un pati est situé in barrio dicti loci, un autre tenancier déclare duo patua contigua que nunc sunt viridarium in barrio dicti loci.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 28 ADPO, 2J127/175, matrice 1016W395-396.

24Le plan montre un ensemble de constructions serrées autour de l'église, constituant encore l'essentiel du village au début du xixe siècle, entourées d'un rempart formé de tronçons rectilignes28. L'église occupe une position légèrement décentrée dans cet espace de 80 mètres sur 70 environ. Le cimetière se trouve autour de l'église. La matrice attribue à plusieurs parcelles bâties le nom de « maison avec cortal », c'est-à-dire avec étable ou enclos à bétail.

Finage et occupation de l'espace :

Chemins :

  • 29 ADPO, 3E3/1001.

25En 1380, un champ touche au chemin qui va de Millas à Thuir, une terre se trouve au lieu-dit al cami rial, une terre au lieu appelé camp redon touche au ruisseau des moulins de Saint-Feliu-d'Avall, un chemin est appelé camino corrable29.

Saint-Pierre, lieu-dit, et chapelle Saint-Pierre :

  • 30 B. Alart, C.M., t. C, p. 600, manuel d'Antoine Miron, 1565-1566, A-1022.
  • 31 D'après A. Cazes, RS, p. 114.

26En 1565, un marchand de Perpignan reçoit en acapte du prieur de l'église paroissiale de Saint-Feliu-d'Amont un champ situé au lieu-dit sant Pere, jouxtant la capella Sci Petri deserta... et la via publica quo itur de dicto loco ad villam de Milliariis30. On peut se demander si ce lieu-dit (on retrouve un camp de sant Pere31) et cette chapelle, dont c'est ici la seule mention connue, ont été des créations du bas Moyen Age, rapidement désaffectées (ce qui semble douteux), ou sont d'origine plus ancienne (ce que le vocable pourrait confirmer).

Puig d'amont, lieu-dit, château ( ?) :

  • 32 B. Alart, C.M., t. F, p. 194, notaire Joseph Troyard.

27Une pièce de terre est vendue en 1441, in terminis dicti loci (sci Felicis superioris) au lieu appelé Puyg damont, affronte cum Castro de Na Posols et avec une via publica. Puig indique en catalan une éminence, sur laquelle s'élève ici un château. La mention est tardive, on peut hésiter sur l'époque de sa création32.

  • 33 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 174, AHI, parch E, n° 33.

28Un jardin touche à la via publica vocata Puyg nou et à une autre voie publique appelée Comalada33. Le lieu-dit Comalada (ruisseau la Comalada) est actuellement situé en bordure du village, au nord.

Synthèse :

29Saint-Feliu-d'Amont est un petit village regroupé autour d'une cellera qui, bien que mentionnée seulement à partir du treizième siècle (probablement par carence documentaire), apparaît comme une cellera de type tout à fait classique. Elle conserve pendant très longtemps sa fonction de regroupement des celliers et on peut remarquer que c'est une fraction prospère des habitants qui possède des biens à l'intérieur.

Plan cadastral de Saint-Feliu-d'Amont

Plan cadastral de Saint-Feliu-d'Amont

Notes

1 B. Alart, C.M., t. IX, p. 113-119, Archives de l'hôpital d'Ille, parchemin G, n° 12.

2 « Et si illa IIIIor cellaria que pro domino P. de Fenoleto et dicto hospitali tenentur intus cellariam dicte ville Sancti Felicis venderentur vel alio modo alienarentur, foriscapia et laudimia dividantur in hunc modum videlicet quod dominus de Fenoleto habeat perpetuo duas partes et dictum hospitale habeat et recipiat residuam tertiam partem. Et census annualis qui pro ipsis cellariis prestatur, dividatur perpetuo inter dominum de Fenoleto et Hospitale de Insula porcionibus predictis.. sed preceptor hospitalis predicti non laudet in instrumentis factis super alienacionibus et adquisicionibus dictorum IIIIor cellariorum », ibid.

3 B. Alart, C.M., t. X, p. 289, A. H. I., parchemin G, n° 45-48, 1256.

4 B. Alart, C.M., t. IX, p. 76-80, A. H. L, parch. F, n° 30 et D, n° 42.

5 B. Alart, C.M., t. X, p. 560-565, A.H.I., chartes parties, parch. A. r. m.

6 B. Alart, C.M., t. XI, p. 155-156 et 135, A.H.I., parch. B, n° 45, 1276.

7 « pro quo cellario predictus mariais meus faciebat dicto hospitali lias gallinas de censu », ibid.

8 B. Alart, C.M., t. XI, p. 436-442, AHI, parch. G, n° 25.

9 B. Alart, C.M., t. XV, p. 666, notule de Bernard Borgua.

10 ADPO, 1B-76, 10 feuillets, incomplet, deux feuillets au moins manquent.

11 Ibidem, fol. 1r°.

12 Ibidem, fol. 1r°.

13 Ibidem, fol. 3r°-v°.

14 Ibidem, fol. 4r°.

15 Ibidem, fol. 4r°-v°.

16 Ibidem, fol. 9r°.

17 Ibidem, fol. 9r°.

18 Ce prieuré existe probablement depuis la fin du xie siècle. Il est rattaché à l'ordre de saint Ruf d'Avignon. L'église et le prieuré sont toujours restés distincts, l'église n'appartient pas au prieuré, et à côté de la communauté des chanoines (au nombre de 4 en 1241, B. Alart, C.M., t. G, p. 5-6), des curés sont établis à l'église (J. Gibrat, « Le prieuré de Saint-Feliu-d'Amont », Ruscino, p. 45-72).

19 Ibidem, fol. 6v°.

20 ADPO, 1 J 224/11, pièces isolées autrefois conservées à la bibliothèque de la ville de Perpignan.

21 B. Alart, Marcevol, Ms 111, Médiathèque de Perpignan, Archives de l'hôpital de Vinça, notule de Bernard Sastre.

22 J. Gibrat, « Le prieuré de Saint-Feliu-d'Amont », Ruscino, 1914, p.45-72. Cf. Alart, C.M., t. XIV, p. 462, note de Guillaume Moner, notaire de Millas.

23 B. Alart, C.M., t. G, p. 69, notaire Bernat Linars, Puignau, registre VII, folio 293v°.

24 ADPO, 1 B 225, fol. 127 v°.

25 B. Alart, C.M., t. XV, p. 137-139, notule de Gaucelm Ferreol, Syndicat d'Ille, fol. 9.

26 B. Alart, C.M., t. G, p. 161, source : rubrique de Puignau, registre VII fol. 299r°.

27 ADPO, 3E3/1001. Il ne reste que quatre folios d'un ancien registre, probablement épais, malheureusement très détérioré. Ils ne mentionnent pas la cellera.

28 ADPO, 2J127/175, matrice 1016W395-396.

29 ADPO, 3E3/1001.

30 B. Alart, C.M., t. C, p. 600, manuel d'Antoine Miron, 1565-1566, A-1022.

31 D'après A. Cazes, RS, p. 114.

32 B. Alart, C.M., t. F, p. 194, notaire Joseph Troyard.

33 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 174, AHI, parch E, n° 33.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Saint-Feliu-d'Amont
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 301k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter