Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Rivesaltes

Roussillon

Texte intégral

1Ribas Altas, 923.

  • 1 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, p. 123.
  • 2 Cl. Pailhès, « Les actes... ».

2Eglises : Saint-André, citée en 9231, aujourd'hui au cimetière ; Sainte-Marie, en 1103, se trouvant au village (appelée aujourd'hui Saint-André). Rivesaltes était une possession de l'abbaye de Lagrasse depuis 9232. Sur le territoire de Rivesaltes se trouvait le village aujourd'hui disparu de Tura (voir notice correspondante).

Regroupement villageois :

Saint-André au cimetière :

  • 3 D'après la maîtrise d'Elisabeth Bille, Monographie..., 1993, p. 39.

3Patrice Alessandri a fouillé autour de la chapelle Saint-André du cimetière, il a trouvé des silos, contre les murs de l'église. Le site découvert serait antérieur à l'an Mil, l'habitat datant probablement des viie-viiie siècles3.

  • 4 « item volen los dits consolls que la erba del sementeri de Sant Andreu, sens neguna contradiccio (...)

4En 1413, lors d'une discussion entre le rector de l'église de Rivesaltes et les consuls de l'université de ce lieu, on décrète que les consuls et « l'ouvrier » de ladite église auront la liberté de vendre l'herbe qui se trouve dans le cimetière de Saint-André comme fourrage pour les moutons et que l'argent qui en proviendra sera utilisé selon les besoins de l'oeuvre et à la réparation (de cette église), et qu'ils auront donc la clé de ce cimetière4.

Le village autour de Sainte-Marie :

  • 5 Elisabeth Bille, Monographie..., 1993, référence : « Du Laura », fol° 84.

5Auprès de l'église Sainte-Marie se trouvait aussi un cimetière au xiie siècle, ainsi que l'atteste un acte de l'année 1150 qui fait état de la vente d'un champ situé in adjacencia Sancte Marie de Ripis Altis juxta cimiterium5.

  • 6 12 J 24, n° 188.

6En 1136, Gonbald de Torreilles et ses fils Guillem et Bernard donnent en fief à Sainte-Marie d'Espira de l'Agly leur honneur de Rivesaltes qui consiste en hommes, femmes, maisons et churtanales6.

  • 7 J.-B. Alart, Cartulaire manuscrit, t. C, p. 56, d'après le manuale du notaire Calvet, n°6507 vérif (...)
  • 8 Ibid, p. 57, d'après le manuale du même notaire, n° 4711.
  • 9 A Vinça, en 1386, on oppose ainsi un carrer vell et le carrer de la villa nova, mais sans mention (...)
  • 10 Comme c'est le cas à Villeneuve-de-la-Raho, à Banyuls-dels-Aspres, à Eus et ailleurs.

7Au treizième siècle, en 1279, un cortal est situé intus villam veterem de Ripisaltis7. Il affronte d'un côté à un patuum quod vocatur cortale, cédé lui-même deux ans plus tard par son propriétaire, le curé d'Ortolanes8. Dans les deux cas les vendeurs déclarent être quittes des droits de seigneurie du monastère de Lagrasse. La mention d'une « ville vieille » pourrait se rapporter bien sûr au quartier le plus ancien du village9. Mais on la trouve le plus souvent dans le cas d'une concurrence entre deux pôles de peuplement, où l'ancien noyau villageois, peu distant de son concurrent récent, en voie de prendre l'ascendant sur lui, est ainsi nommé10. Il pourrait alors s'agir ici d'un premier regroupement, en voie d'extinction, autour de la primitive église Saint-André (cf. supra).

  • 11 ADPO, 3E1/8, fol. 30 r° (feuille volante).
  • 12 Même source.

8A la même date A. de Codalet donne en acapte à un habitant de Baixas une monallata et demie de terre à Rivesaltes afin d'y construire une ou des maisons, dans un délai de trois ans, le cens annuel sera de trois sous trois deniers et une obole, le prix d'entrée de soixante-deux sous11. Une autre concession d'une demi-monallata de terre pour y bâtir une maison est donnée contre un droit d'entrée de cinquante sous et un cens annuel de dix-huit deniers12.

  • 13 ADPO, 1B 127, manuel d'André Romeu, fol. 18 v°.
  • 14 ADPO, 3 E 1 / 334, fol. 29 v°.

9En 1371, on vend une maison située in barrio de Rippisaltis13. En 1398 c'est un patuum situé dans le barrium de Rippisaltis qui est donné en acapte14.

  • 15 ADPO, 1B 131, fol. 74v.

10En 1375, Raymond Scuder de Rivesaltes vend à un homme de Tara une maison avec un pati contigu qu'il possède intus fortalicium de Rippisaltis et qui touche au mur, pour un prix de quarante livres15. Un cens est dû au camérier de Lagrasse, et la vente est approuvée par le curé de Prades, procureur du camérier.

  • 16 B. Alart, C.M., t. C, p. 407-408, manuel de G. Raynard, A-20.
  • 17 B. Alart, C.M., t. J, p. 28, manuel de Guillem Raynard, notaire n° 1817.
  • 18 B. Alart, C.M., t. J, p. 244, manuel de Guillem Raynard, notaire n° 1823. Déjà, le « muscat de Riv (...)
  • 19 B. Alart, C.M., t. M, p. 343, notule de Pierre Pastor, not. 1902 (à la même date la même estimatio (...)

11En 1411, les consuls et prud'hommes de Rivesaltes demandent au camérier de Lagrasse, après des franchises de droits sur la laine et les agneaux, d'affranchir les terres du lieu « La Garriga de Vansach » de la redevance du vingtième des raisins portée al seller del camarer del dit lloch16. En 1419, le représentant de Lagrasse stipule que cette redevance d'un vingtième est portée intus cellarium nostrum17. Le cellier de perception des droits des seigneurs, en particulier ecclésiastiques, se retrouve ici. En 1422, le camérier de Lagrasse doit recevoir des habitants de Rivesaltes duas saumatas vini de muschat18. Ces redevances sont apportées à la domum camerarie dont la réparation indispensable, en 1411, avait fait l'objet d'une évaluation, à la demande du prieur de Claira, procureur de Lagrasse19. Ce cellier pouvait se trouver, comme à Estagel ou Prades, dans le coeur du village, à l'intérieur d'une cellera, dont les documents n'ont pas gardé trace.

Seigneurs et fortifications :

  • 20 BN, Doat, vol 66, fol°271, v. Cl. Pailhès, Les actes..., doc 56, p. 208.

12La fortification date de la fin du xiie siècle. Alphonse, roi d'Aragon, mettant en place la défense du comté de Roussillon, a autorisé, en 1172, les habitants de Rivesaltes et leur seigneur, l'abbé de Lagrasse, à construire une enceinte fortifiée20.

  • 21 B. Alart, C.M., t. J, p. 243, manuel de Guillem Raynard, notaire n° 1823.

13En 1422, lors de l'inventaire des biens du défunt mari de dame Alamande, épouse de Raymond de Stagnobosso, damoiseau, on cite une maison, intus locum de Rippisaltis, qui confronte d'un côté à l'église et de l'autre au mur dudit lieu21.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 22 V. plan cadastral et photo aérienne, d'après E. Bille.

14Le plan du village fait apparaître un sensible regroupement des maisons autour de l'église Sainte-Marie, au village, avec un diamètre de 60 à 65 m22.

Communauté villageoise :

  • 23 B. Alart, C.M., t. O, p. 583-584, procuration royale, reg. 1, ADPO, 1B-276, fol. 98v°.

15En 1312, cinquante-sept hommes, omnes de Rippisaltes, sont réunis dans l'enclos de la maison du camérier de Lagrasse afin de désigner des syndics pour organiser l'arrosage23.

  • 24 B. Alart, C.M., t. M, p. 343, notule de Pierre Pastor, not. 1902.

16En 1411, les consuls et les conseillers du village, ainsi que la population, réunis dans le cimetière de l'église Sainte-Marie de Rivesaltes, nomment des syndics avec, entre autres objectifs, celui de refondre les cloches (ad reffundendum scinbalum)24.

Finage et occupation de l'espace :

  • 25 ADPO, 3E1/20, notule Jean Guitart, legs à l'operi pontis de Rippisaltis.
  • 26 B. Alart, C.M., t. B, p. 369, procuration royale, reg. 17, fol. 53v°.

17L'oeuvre du pont de Rivesaltes est citée en 131625 et 132026. A cette date, deux habitants de Rivesaltes sont chargés par le procureur royal de recueillir les pensions et les legs qui seront faits pour l'entretien et l'oeuvre du pont de Rivesaltes.

Synthèse :

18On peut supposer un regroupement très ancien autour de Saint-André au cimetière, et un autre autour de Sainte-Marie, un peu plus loin. Puis le « triomphe » de Sainte-Marie a donné naissance à un noyau d'habitat concentré, dont le plan garde la trace. Il a pu avoir pour origine une cellera. Postérieurement le village a été fortifié sur une plus large étendue, sous la forme classique d'un castrum villageois de la plaine.

Plan cadastral de Rivesaltes

Plan cadastral de Rivesaltes

Notes

1 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, p. 123.

2 Cl. Pailhès, « Les actes... ».

3 D'après la maîtrise d'Elisabeth Bille, Monographie..., 1993, p. 39.

4 « item volen los dits consolls que la erba del sementeri de Sant Andreu, sens neguna contradiccio de Moss, lo rector o de altre en nom seu, sia licit als dits consols o al obrer de la dita glesa que la puxen vendre a bestiar menut lanut e que lo preu que nixira convertir a necessitat e reparacio de la dita obra e no res menvs tenir la clau de la porta del dit cementeri ». B. Alart, C.M., t. M, p. 483, notule de Pierre Armany (n° 1721).

5 Elisabeth Bille, Monographie..., 1993, référence : « Du Laura », fol° 84.

6 12 J 24, n° 188.

7 J.-B. Alart, Cartulaire manuscrit, t. C, p. 56, d'après le manuale du notaire Calvet, n°6507 vérifié sur l'original ADPO, 3E1/ 10. Le prix de vente est de 425 sous barcelonais.

8 Ibid, p. 57, d'après le manuale du même notaire, n° 4711.

9 A Vinça, en 1386, on oppose ainsi un carrer vell et le carrer de la villa nova, mais sans mention explicite de villa vella.

10 Comme c'est le cas à Villeneuve-de-la-Raho, à Banyuls-dels-Aspres, à Eus et ailleurs.

11 ADPO, 3E1/8, fol. 30 r° (feuille volante).

12 Même source.

13 ADPO, 1B 127, manuel d'André Romeu, fol. 18 v°.

14 ADPO, 3 E 1 / 334, fol. 29 v°.

15 ADPO, 1B 131, fol. 74v.

16 B. Alart, C.M., t. C, p. 407-408, manuel de G. Raynard, A-20.

17 B. Alart, C.M., t. J, p. 28, manuel de Guillem Raynard, notaire n° 1817.

18 B. Alart, C.M., t. J, p. 244, manuel de Guillem Raynard, notaire n° 1823. Déjà, le « muscat de Rivesaltes » !

19 B. Alart, C.M., t. M, p. 343, notule de Pierre Pastor, not. 1902 (à la même date la même estimation est demandée au sujet des travaux à faire à la maison de Lagrasse à Estagel, située intus fortalicium).

20 BN, Doat, vol 66, fol°271, v. Cl. Pailhès, Les actes..., doc 56, p. 208.

21 B. Alart, C.M., t. J, p. 243, manuel de Guillem Raynard, notaire n° 1823.

22 V. plan cadastral et photo aérienne, d'après E. Bille.

23 B. Alart, C.M., t. O, p. 583-584, procuration royale, reg. 1, ADPO, 1B-276, fol. 98v°.

24 B. Alart, C.M., t. M, p. 343, notule de Pierre Pastor, not. 1902.

25 ADPO, 3E1/20, notule Jean Guitart, legs à l'operi pontis de Rippisaltis.

26 B. Alart, C.M., t. B, p. 369, procuration royale, reg. 17, fol. 53v°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Rivesaltes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540