Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Riuferrer

Commune d'Arles

Texte intégral

1Riuferrer d'amont et d'avall, superiore et inferiore, 875. En 832, puis en 875, on appelle ce lieu Palaciolus.

  • 1 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, FdF, Baluze, Capitularia, t. II, col. 1523.

2En 993, est faite une donation en faveur de l'abbaye d'Arles de mansos coopertos in Riuferre superiore1. En même temps qu'à Castro Curbi et à Batipalmas.

Consécration et celliers ;

  • 2 R. d'Abadal, Catalunya carolingia, p. 25, sous le nom de sancti Petri in Arulas.
  • 3 MH., n° 433.
  • 4 Ces celliers sont appelés d'habitude cellarios dans les textes profanes, soucieux d'éviter une con (...)

3L'église Saint-Pierre est citée en 8202. Lors de sa consécration en 1159, l'évêque confirme pour cette église un cimetière de trente pas qui en fait le tour3. En outre, les riches fidèles du lieu dotent l'église à l'occasion de sa « reconstruction ». Ils lui attribuent trois manses et une petite cabane. Du troisième manse on précise qu'il se trouve « in villa ipsius ecclesiae sancti Petri », c'est-à-dire peut-être dans un lieu d'habitat groupé autour de l'église, un « village » distinct de celui d'Arles. Les trois manses portent des noms d'hommes, Ledone, Fabri, le troisième : « mansum quem vocant sancti Petri ». Trois hommes nommés respectivement Berengarius de Ledone, Berengarius Fabri et Guillelmus Sancti Petri sont souscripteurs de cet acte. A la suite du dernier manse est donnée une petite exploitation rurale (« bordam »), et « omnia cellaria ipsius praefatae villae ». Il semble bien que cellaria soit ici employé au neutre, cas accusatif pluriel de cellarium, et signifie « tous les celliers » donc4. Ces celliers sont situés dans la villa « de l'église » ; on doit rapprocher leur existence de la confirmation de l'espace consacré (« cimetière ») autour de l'église. Il semble probable qu'ils forment ici une cellera-cellaria autour de l'église.

Synthèse :

4L'église Saint-Pierre de Riuferrer a sans doute donné naissance à une cellera, un groupement des celliers correspondant à des mas sans doute disséminés.

Notes

1 B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, FdF, Baluze, Capitularia, t. II, col. 1523.

2 R. d'Abadal, Catalunya carolingia, p. 25, sous le nom de sancti Petri in Arulas.

3 MH., n° 433.

4 Ces celliers sont appelés d'habitude cellarios dans les textes profanes, soucieux d'éviter une confusion entre le tout, la cellera-cellaria, et la partie, les celliers. En l'absence du document original on ne peut être sûr de la lecture correcte, qui aurait pu être omniam cellariam.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter