Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Reglella

(C. d'Ille-sur-Têt), Roussillon

Texte intégral

  • 1 A. Catafau, Sicut ceteri Spani faciunt..., mémoire de maîtrise.

1Monastère ou cella, dédié à Saint-Clément, fondé au début du ixe siècle, peut-être par des Hispani1. La première mention date de 844, nommé postérieurement Regulela, 997, et villa Regulella, 1011.

  • 2 S. Leclerc, « Les églises fortifiées du Roussillon ».

2Reglella n'eut pas qu'une destination monastique, car autour de ce lieu de culte fortifié2 s'étaient groupées des demeures villageoises. L'appellation de villa au xie siècle en est un indice, et cette église devient au xive siècle une rectoria, c'est-à-dire une église paroissiale.

  • 3 B. Alart, C.M., t. G, p. 64, Puignau, registre VI, fol. 12r°.
  • 4 B. Alart, C.M., t. F, p. 74, Hôpital des pauvres d'Ille.

3En 1370, Raymond de Perillos, vicomte de Rodes et seigneur de Millas, concède au rector de Reglella, un pati en ce lieu, payant une poule pour cens3. En 1440, le vicomte de Périllos est toujours dit dominus loci de Reglella4.

Structure du village et activités :

  • 5 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 452 et 457, Pierre Casesnoves notaire.

4Un bail accordé en 1328 pour une pièce de terre située juxta villam de Reglella fait l'objet d'une réduction de cens en 1334, date à laquelle une autre réduction de cens concerne une domo seu patuis dont on dit : est autem dictum patuum cum domibus in eodem edifficatis intus villam de Reglela5. Dans ce dernier cas l'acte prévoit que si le tenancier construit un pigeonnier sur ce terrain il donnera à tite de cens une paire de pigeons chaque année. Ces réductions de cens sont-elles le signe d'une moins grande demande en terres, et peuvent-elles laisser entrevoir un début d'affaissement de la rente foncière ?

  • 6 ADPO, 3 E 3 / 114, fol. 38 r° et 42 r°.

5En 1375, le registre du notaire G. Ferriol d'Ille-sur-Têt comporte plusieurs actes concernant des maisons, cortals, colombiers, patua situés dans la villa de Reglela6. Deux patua touchent ainsi au mur de ce lieu, et devront être bâtis en pierre et ciment.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 7 Catalunya Romànica, vol. XIV, c. d'Ille-sur-Têt.

6La photographie aérienne7 fait nettement apparaître un enclos ecclésial, assez important, autour du monastère qui conserve des vestiges de fortification.

Communauté villageoise :

  • 8 B. Alart, C.M., t. VII, p. 27-28, notule de Pierre Pelliperius, notaire.
  • 9 B. Alart, C.M., t. J, p. 449, notule de Gabriel Resplant, n° 1024.

7En 1319, l'universitas hominum ville seu castri de Reglela, dont une liste de vingt-six noms est établie, choisit deux syndics pour la représenter8. Cette universitas est encore mentionnée en 14229.

Synthèse :

8Reglella a tout l'aspect d'un monastère ayant donné naissance à un village entouré de murs et dont l'église a constitué le point fort. La croissance d'Ille-sur-Têt a fait décliner ce village, comme celui voisin de Casesnoves.

Notes

1 A. Catafau, Sicut ceteri Spani faciunt..., mémoire de maîtrise.

2 S. Leclerc, « Les églises fortifiées du Roussillon ».

3 B. Alart, C.M., t. G, p. 64, Puignau, registre VI, fol. 12r°.

4 B. Alart, C.M., t. F, p. 74, Hôpital des pauvres d'Ille.

5 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 452 et 457, Pierre Casesnoves notaire.

6 ADPO, 3 E 3 / 114, fol. 38 r° et 42 r°.

7 Catalunya Romànica, vol. XIV, c. d'Ille-sur-Têt.

8 B. Alart, C.M., t. VII, p. 27-28, notule de Pierre Pelliperius, notaire.

9 B. Alart, C.M., t. J, p. 449, notule de Gabriel Resplant, n° 1024.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540