Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Prades

Conflent

Texte intégral

1Prata, 843. Eglise Saint-Pierre, alleu de Sainte-Marie-de-Lagrasse.

Regroupement villageois, celliers, et cellera :

  • 1 ADPO, 3E1/8, fol. 12-13.
  • 2 « in domo dicte ecclesie de Prata intus cellariam de Prata », ibid.

2En 1277, le procureur royal Arnaud de Codalet, au nom de son fils Bernard, capellanus (curé, chapelain ?) des églises Saint-Pierre de Prades et Saint-Martin de Canoa, vend pour trois ans à Arnaud Sacard les revenus de ces églises1. Avec ces revenus est comprise une maison appartenant à l'église de Prades, dans la cellera de Prades2. Le preneur versera ce qui est dû pour cette maison et devra y accueillir les prêcheurs et frères mineurs et autres religieux, ainsi qu'on a coutume de le faire.

  • 3 B. Alart, C.M., t. XV, p. 633-644, source non indiquée. J'ai retrouvé le document, qui comprend bi (...)
  • 4 Un peu comme celui trouvé par Pere Benito, voir sa maîtrise, Tinença i renda...

3L'abbaye de Lagrasse fait dresser le capbreu de ses possessions à Prades (et à Codalet) en 1379-13803. Les habitants déclarent à Bernard Auzine, le bayle du camérier, ce qu'ils tiennent pour le monastère. Il comprend des déclarations pour trente-quatre celliers : c'est un véritable capbreu de cellera4. Tous les villageois qui ont un cellier commencent par déclarer celui-ci, avant tout autre bien, même les maisons. On note aussi la richesse en terres d'une moitié des possesseurs de celliers : souvent plusieurs vignes, deux maisons ; mais aussi dix de ceux qui ont des celliers ne déclarent que le cellier : ils ont fort probablement des terres d'un autre seigneur, voire des alleux, jamais tout à fait disparus. On signale que ces celliers se situent intus castrum de Prata, ou intus fortalicium ; dans aucun cas on ne signale de maison dont feraient partie ces celliers qui sont des constructions autonomes. Ces celliers forment sans aucun doute la cellera (cf. supra).

4L'épouse du bayle déclare un cellier qui touche in manso domini camerarii. Son mari, le bayle, déclare pour sa part plusieurs autres biens. On remarque que plusieurs maisons sont situées a la Ruha.

  • 5 ADPO, H 252, fol. 52r.

5Les fragments d'un recueil d'actes de Lagrasse pour Prades datant de l'année 1393 permettent de trouver la mention de celliers tenus pour l'abbaye languedocienne5. Deux prêtres Bernard Rexach et Pierre Rastell de Prades échangent deux celliers, situés tous deux intus fortalicium, le premier touchant à l'église, l'autre touchant à deux autres celliers : celui de Bartholomé Moyse et celui de R. Pilypii. Celui qui donne le premier cellier (contre l'église) reçoit pro maior valentia douze livres et dix sous barcelonais. Le cens sur chaque cellier est de trois oboles.

  • 6 B. Alart, C.M., t. Q, p. 47-50, ADPO, série H, Lagrasse, Prades.
  • 7 B. Alart, C.M., t. R2, p. 492, notule de Pierre Omos, n° 520.

6En 1392, le monastère de Lagrasse dresse la liste de ce qu'il perçoit sur le territoire de Prades afin de donner à ferme ces revenus6. En plus des moulins, des droits de justice et de ceux sur les terres, on précise que fait partie de cet affermement « lo seller, tines, vixells, granes, que mosenyer lo Camarer ha dis lo dit loch »... (article 4), et plus loin : « que lo comprador aja a fer lo vi al seller he a la vixella del dit senyor ». En 1402, l'évêque d'Elne est présent à Prades dans la maison du camérier de Lagrasse, appelée en catalan Lo Mas7.

  • 8 ADPO, 1J 221.
  • 9 Ibidem, fol. 11v.
  • 10 Le cellier de Jeanne, épouse de Jean Salvetat, bayle de Prades, dans le fortalicium voisine cum pa (...)
  • 11 Ibidem, fol. 15v.

7Un capbreu des possessions de Lagrasse à Prades est établi en 15048. De nombreuses familles y déclarent un cellier dans le fortalicium (la cellera fortifiée sans doute) à laquelle on accède par un portal ouvrant sur la place du village. Parmi les biens déclarés on trouve dix-huit celliers (cellarium) tous situés intus fortalicium, et parmi leurs confronts on cite douze autres celliers possédés par des gens dont nous n'avons pas les déclarations (ou qui ne les tiennent pas pour Lagrasse). En tout donc au minimum trente celliers sont encore utilisés comme tels au début du xvie siècle (nombre très voisin de celui du xive siècle), et regroupés dans l'espace fortifié entourant l'église Saint-Pierre que touche un cellier9. A l'intérieur du fortalicium, les confronts citent aussi quatre tenures indéterminées (une cinquième est probablement un cellier déclaré par ailleurs), ainsi que le pailler ou grenier de Lagrasse et la maison du camérier de Lagrasse10. Beaucoup des celliers touchent au mur, certains de deux côtés, l'un touche à une tour11.

Seigneurs et fortifications :

8Cette cellera appelée fortalicium au tout début du xvie siècle regroupe autour de l'église les celliers mais aussi une maison importante (forte ?). Elle est fermée de murs, et possède au moins deux tours dont les vestiges subsistent.

  • 12 Delamont, Histoire de Prades, Perpignan, 1877.
  • 13 B. Alart, C.M., t. XII, p. 305, d'après une notice contenue dans l'inventaire de Prades, n° 128, a (...)
  • 14 Voir à ce propos d'autres villages, environ une dizaine, où les clochers sont cités, avec des docu (...)

9Une enceinte plus large, correspondant à la fortification du village est citée au xive siècle12. Après les guerres ayant opposé les royaumes d'Aragon et de Majorque et dont le Confient eut particulièrement à souffrir, le gouverneur de Roussillon et de Cerdagne donna l'autorisation aux hommes de Prades de reconstruire la fortification qu'ils avaient été contraints de démolir par suite de leur compromission dans le parti de Jacques de Montpellier. Ils pourront ainsi la remettre dans l'état où elle se trouvait avant sa destruction13. La description de la fortification détruite est intéressante : elle comprend le clocher14, que l'on a fait « diminuer » (abaisser certainement), qui est au coeur de la cellera.

  • 15 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 557, inventaire de Prades, n° 163.

10En 1363, le syndic de Prades doit régler des travaux faits à la fortalesa de Prades15.

Structure du village et activités :

  • 16 B. Alart, C.M., t. F, p. 202, notule de Bernard Borgua, notaire d'Ille.

11En 1440, une femme vend une maison située à Prades, extra fortalicium, sita in barrio de Prata qui touche à la platea16.

12Dans les déclarations du capbreu de 1504, on mentionne vingt-quatre maisons, toutes nommées domus. Aucune n'est expressément située dans le fortalicium. Elles se trouvent intus locum de Prata, ou in loco de Prata, dans divers lieux-dits ou rues :

13in vico vocato de la Ruha

  • maisons avec plusieurs éléments contigus (aire, jardin, pati, champ, colombier) a langlada, l'une confronte cum torrente de la Vassa
  • maison avec pati et verger in vico quo iturad Eucium, maison avec aire et jardin contigus al cami d'Eus (confrontant avec le ruisseau commun)
  • maison, aire et cabanatum, al carrer nou (conf. cum dicto vico novo)
  • maisons (une avec aire et pati contigus) in loco dicto al quinta, maison a la placeta del quinta
  • pati a la plassa, qui touche cum platea dicti loci et cum recho del palau et cum via publica qua itur versus locum de Eucio
  • maison al cap de la vila
  • un jardin a rere vall, conf cum retro vallo.
  • 17 Ibidem, fol. 15r.
  • 18 En catalan : envá = mur de refend, cloison, galandage (cloison de briques posées de chant), bat-fl (...)
  • 19 « unum enbanum constructum in dicta domo supra carreriam... alium enbanum constructum in dicta dom (...)

14Parmi les biens déclarés dans ce capbreu on remarque à plusieurs reprises le terme enbanum, construction adjacente aux maisons : une maison in qua domum possim facere et construere envanum et pro quo envano teneor facere unum denarium de censu17 ; d'après une autre déclaration l'enbanum serait un portique18, construit au-dessus de la rue et un autre au-dessus du ruisseau19.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 20 ADPO, 2J127/212.

15Le plan de 1811 laisse bien deviner cet espace quasi circulaire très étroit autour de l'église agrandie20 et l'on constate aussi que subsistent quelques maisons constituant la périphérie sud de ce périmètre.

16Cet espace réduit est peut-être du à un repli tardif dans cette enceinte. Cependant des transformations apportées à l'église au xviième siècle ont modifié la topographie originelle de ce quartier.

Communauté villageoise :

  • 21 B. Alart, C.M., t. XII, p. 305, d'après une notice contenue dans l'inventaire de Prades, n° 286.

17En 1352 un legs est attribué al spital de Prada21.

  • 22 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 554-555, inventaire de Prades, n° 141 et 215.

18En 1359 à l'occasion de la contribution demandée par le roi lors de la guerre de Castille on compte soixante-treize feux à Prades, puis soixante-dix en 136022.

  • 23 B. Alart, C.M., t. III, p. 340.
  • 24 D'après B. Alart, il s'agit d'une « portion de métairie », c'est-à-dire « de manse ».

19La ville semble avoir en effet fort souffert des guerres entre le roi de Majorque et celui d'Aragon, en 1347, puis en 1374, qui auraient entraîné le départ d'un certain nombre des habitants. En effet en 1405 intervient un accord entre le monastère de La Grasse et des hommes de Prades23. Le monastère accorde la remise de certains droits, redevances. Le roi de Majorque, dit-on, ayant pris cette ville, l'avait tellement blessée et appauvrie que beaucoup d'habitants, tenanciers de bordes et de manses (amansati, abordati et tenentes mansatas, bordas et squerdas24), avaient été obligés de les vendre et de partir ailleurs.

  • 25 B. Alart, C.M., t. VII. p. 437.

20En 1421, quarante-quatre hommes sont nommés qui prêtent hommage au procureur de l'abbé de Lagrasse, seigneur du lieu25. En 1385, le nombre de feux s'élevait à 32 seulement, ce qui représente le niveau d'étiage de la population de Prades.

  • 26 P. Ponsich, Limits..., p. 118.
  • 27 Une clausa est ainsi délimitée : « versus viam publicam et ecclesiam Sancti Martini... et se exten (...)

21Plusieurs lieux habités existaient sur le territoire actuel de Prades, dont un avec une église : Saint-Martin de Canoa, appelé villa au xie siècle26, et dont les limites semblent marquées par des croix gravées sur des pierres, en 131427.

Synthèse :

22Prades trouve l'origine de son habitat groupé dans une authentique cellera qui est restée longtemps la possession de l'abbaye de Lagrasse et où les celliers sont attestés jusqu'au début du xvie siècle. Les villageois qui ont un cellier ou une maison dans la cellera sont dépendants de Lagrasse et à ce titre protégés par le monastère. La longue permanence de cette cellera et sa survie sur le plan du village, malgré les destructions de fortifications, s'expliquent aussi par cette protection attentive exercée par l'abbaye de Lagrasse.

Plan cadastral de Prades

Plan cadastral de Prades

Notes

1 ADPO, 3E1/8, fol. 12-13.

2 « in domo dicte ecclesie de Prata intus cellariam de Prata », ibid.

3 B. Alart, C.M., t. XV, p. 633-644, source non indiquée. J'ai retrouvé le document, qui comprend bien plus que les cinq celliers relevés par Alart : ADPO, H 251, 27 fol, et il ne s'agit que d'un fragment.

4 Un peu comme celui trouvé par Pere Benito, voir sa maîtrise, Tinença i renda...

5 ADPO, H 252, fol. 52r.

6 B. Alart, C.M., t. Q, p. 47-50, ADPO, série H, Lagrasse, Prades.

7 B. Alart, C.M., t. R2, p. 492, notule de Pierre Omos, n° 520.

8 ADPO, 1J 221.

9 Ibidem, fol. 11v.

10 Le cellier de Jeanne, épouse de Jean Salvetat, bayle de Prades, dans le fortalicium voisine cum pallerio, domini camarerii... et cum patuo mansi domini camarerii, ibidem, fol. 13r. Un autre cellier touche au granerio domini camarerii, fol. 15v.

11 Ibidem, fol. 15v.

12 Delamont, Histoire de Prades, Perpignan, 1877.

13 B. Alart, C.M., t. XII, p. 305, d'après une notice contenue dans l'inventaire de Prades, n° 128, acte de 1349, copie ibid. t. XIV, p. 229-230, Livre rouge de Prades, fol. 235 : « homines loci de Prata, et plures alii dicte terre, prefato inclito <Jacques de Montpellier> obedierunt multum improvide, ob quod dominus rex mandavit et ordinavit ex tunch fortitudinem, cloquerium et mures ipsius loci dirui et attenuari... ».

14 Voir à ce propos d'autres villages, environ une dizaine, où les clochers sont cités, avec des documents intéressants (par ex. Coustouges, Argelès), et N. Bailbé, Les clochers-tours...

15 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 557, inventaire de Prades, n° 163.

16 B. Alart, C.M., t. F, p. 202, notule de Bernard Borgua, notaire d'Ille.

17 Ibidem, fol. 15r.

18 En catalan : envá = mur de refend, cloison, galandage (cloison de briques posées de chant), bat-flanc. Le sens ne semble pas exactement le même ici.

19 « unum enbanum constructum in dicta domo supra carreriam... alium enbanum constructum in dicta domo supra rechum del palau », la maison se trouve à la ruha. Ibidem, fol. 20r.

20 ADPO, 2J127/212.

21 B. Alart, C.M., t. XII, p. 305, d'après une notice contenue dans l'inventaire de Prades, n° 286.

22 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 554-555, inventaire de Prades, n° 141 et 215.

23 B. Alart, C.M., t. III, p. 340.

24 D'après B. Alart, il s'agit d'une « portion de métairie », c'est-à-dire « de manse ».

25 B. Alart, C.M., t. VII. p. 437.

26 P. Ponsich, Limits..., p. 118.

27 Une clausa est ainsi délimitée : « versus viam publicam et ecclesiam Sancti Martini... et se extendit de quodam angulo in quo consuevit esse via signato in quadam lapide signo crucis... a dicto loco superiori signato cruce... ad alium locum inferiorem signatum cruce », ADPO, 1 B 16, fol. 105 v°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Prades
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter