Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Ponteilla

Roussillon

Texte intégral

1Pontelianum, 876, paroisse en 1020, église Saint-Etienne, 1121.

Regroupement villageois et celliers :

  • 1 B. Alart, C.M., t. X, p. 465-466, CT, fol. 117r°.

2En 1263, le précepteur du Mas Deu donne en acapte à une habitante de Ponteilla une borde avec toutes ses dépendances qui se trouvent in terminis Sci Stephani de Pontiliano et Beatæ Marie de Vilarmilano, parmi lesquels se trouve un cellarium quod est intus castrum de Pontiliano, juxta viam publicam et juxta puteum1. Même si l'on n'a pas retrouvé le terme de cellera, cette disposition des biens y fait fortement penser, la borde ayant un cellier séparé, dans l'enceinte fortifiée. On remarque la présence d'un puits à l'intérieur de ce castrum.

  • 2 ADPO, 3E1/5, fol. 14v°, le preneur verse en acapte six sous et trois deniers barcelonais.

3Le vicomte de Castelnou donne en acapte en 1274 à André de Céret, habitant de Ponteilla, quoddam cellarium... intus villam Ponteliani et qui touche d'un côté au mur de la ville2.

Seigneurs et fortifications :

  • 3 Baluze, Capitularia..., t. II.
  • 4 Jaubert de Réart, « Souvenir sur la Tramontana », Le Publicateur, 1833, n° 50-51.

4En 971, dans un acte concernant le lieu voisin de Trouillas, on trouve comme limite de circio... in ipsa guardia quæ est in terminio de Pontiliano3. On peut penser à une tour de guet, ou une tour-château (une motte naturelle ?), marquant la limite entre les comtés de Cerdagne-Conflent (dont fait partie Ponteilla) et de Roussillon. On a proposé de reconnaître cette tour dans ce que Jaubert de Réart interprétait comme un « monument d'époque romaine », situé en bordure du chemin « de la Muntanya » (ancienne strata confluentana ?)4.

  • 5 B. Alart, C.M., t. S, p. 325, notaire n° 4, anciennement n° 4707.

5En 1279, un acte évoque les palleas et erbas que sunt modo in palerio dicti castri de Pontiliano5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. B, p. 191, ADPO, 1B-75.
  • 7 ADPO, 1B 75, parchemin original.

6En 1312, François d'Anglada de Nîmes informe le roi Sanche que Jaspert de Castelnou, pour une dette contractée envers lui, l'a mis en possession du castrum de Pontiliano6. En 1313 le roi ordonne de remettre à François d'Anglada, marchand de Nîmes, la possession du castrum de Ponteilla7.

  • 8 ADPO, 1B 99, parchemin original.

7En 1349, probablement à la suite de la guerre qui a opposé les souverains de Majorque et d'Aragon le castrum de Ponteilla est confisqué par le roi d'Aragon et remis à Jean Ferdinand et à Bernard d'Oms8.

Structure du village et activités :

  • 9 B. Alart, Notices historiques..., deuxième série, p. 16.

8En 982 l'abbaye de Saint-Pierre de Rodes possède des alleux à Ponteilla9.

  • 10 B. Alart, Notices historiques..., deuxième série, p. 25.

9Dans l'inventaire des biens possédés en 1334 par le chevalier Raymond de Crexell à Ponteilla, on relève des armes, des arbalètes et des selles in solario turris10. L'enceinte de Ponteilla n'avait qu'une seule porte avec une grosse tour carrée, certainement celle dont il est question ici. On ne possède pas d'autorisation de fortifier Ponteilla.

  • 11 ADPO, 3 E 1/74, fol. 73r°.

10Un pati avec des constructions (edifficia sua) est vendu dans Ponteilla en 134011. A la même date, on trouve un Juif habitant le village et exerçant l'activité de prêteur.

  • 12 B. Alart, CM, t. C, p. 338, notule Bemardi Spana (not. n° 45), fol. 9-10.
  • 13 « et januas dicte farcie eidem Francisco fecit claudere et aperire in signum adepte et perfecte po (...)

11En 1344, le viguier royal vient à Ponteilla in platea dicti loci et se fait remettre les claves castri, après la rébellion en Roussillon d'une partie des sujets de Pierre, roi d'Aragon. Ledit viguier remet ces clefs à un nommé Pierre Fuster, de la cité de Valence, fait ouvrir et fermer les portes dudit castrum et proclamer qu'il est le nouveau châtelain du lieu, aixi com tenent lo loch de Pontela12. Le viguier fait réunir la population sur la place, fait remettre les claves portalis farcie à un nommé François Amargos, puis fait fermer et ouvrir les portes de la forcia par ce même François en signe de parfaite possession13.

  • 14 Ibidem, t. C, p.235-236, papiers de la famille Albert (archives privées consultées par B. Alart).

12La partie fortifiée du village, autour de l'église, est appelée encore à l'époque moderne « La Forsa ». En 1530 en effet, lors de l'inventaire des biens et de l'héritage de Catherine Leyse, femme de Bernard Albert, donzell, on cite une casa sens portes ni finestres situada dins la forsa14. Mais, au nom du « damoiseau » du lieu, la famille possédait surtout l'ancienne demeure seigneuriale, en bien piteux état elle aussi au xvie siècle, lo Castell dit de Ponteilla en lo qual no ha sino las paretsy es tot enderroquat. D'anciens droits seigneuriaux sont encore en la possession de cette famille : la ballia de dit lloch ensemps ab la senyoria alta y baxe, civilly criminal.

  • 15 Ibidem, p. 237.
  • 16 Alart, C.M., t. C, p. 237, en date du 28 juin, notaire Antoine Pastor, papiers de la famille Ça Pe (...)

13Parmi les documents conservés par Bernard Albert et inventoriés en 154515 se trouvait une charte de la concession en emphytéose (datant apparemment de 1353) par Jean de Bellcastell, seigneur de Ponteilla, d'un pati dins la forsa. Le terme de forcia désigne non un château ou une maison forte mais une enceinte fortifiée collective, de taille restreinte. En effet sont localisés dans cette forsa une maison et une cour, un terrain libre de construction, alors que la bâtisse seigneuriale est dite lo Castell. Cette forcia est souvent née d'une cellera, ce qui pourrait bien être le cas à Ponteilla aussi. Ainsi, un document de 1466 concerne la vente à l'épouse de Jean-Hugues de Ça Perra, donzell et seigneur du lieu de Ponteilla, de droits détenus sur une area ainsi que sur deux celliers, dont au moins un est précisément situé intus fortalicium16.

  • 17 Ces documents, tirés des papiers du notaire de Perpignan Pierre Just, ADPO, 3E1/ 4603, m'ont été s (...)

14Plusieurs inventaires après décès datant du seizième siècle permettent de sentir la permanence de la structure de l'habitat médiéval17 :

  • une maison et un pailler dans le barri18
  • un paysan, Etienne Granger, possédait una casa dins la forsa de Pontela ab un pati de la part de derera de dita casa, qui touche à une rue et à la maison de l'apothicaire,
  • un autre paysan, Ange Carbonell, possède, outre des terres et une aire :
  • une maison fora de la fortaleza qui touche sur le devant à la place et à la propriété de l'apothicaire
  • une autre maison à l'entrée de la place qui touche au chemin de la fontaine
  • un pailler devant la première maison, qui touche à la place
  • une autre maison dins la fortaleza
  • un celler dins dita forsa, qui touche ab la muralla et dans lequel on trouve : des tonneaux et une alfama. A l'intérieur de ce cellier se trouvent aussi trois « chemins » (camis), si notre lecture est bonne :
    • item un cami (ou canis ?) de deu aymineres de tinencia dins loqual sia una aymine d'ordi
    • item altre cami (ou canis ?) de tinencia deço semblant {mot illisible} dins loqual ha tres aymines de blat...
    • item altre cami (ou canis ?) buyt, dolent...
  • 19 S'il s'agit de « chemins », on pourrait les interpréter comme des souterrains explicables par la c (...)
  • 20 Jean Abelanet et Georges Castellvi, Jean Abelanet en a fait un relevé. Ces « souterrains » se trou (...)

15Ces trois « chemins » (ou « récipients d'osier »), dans un cellier et servant de silos à grains ont de quoi intriguer19. Sur place, les archéologues locaux20 ont eu connaissance de deux « souterrains » interprétés comme « souterrains refuges » par P. Ponsich, mais qui ont pu être utilisés comme silos au xvie siècle.

16Si ces souterrains existaient déjà au Moyen Age, ce qui semble probable (l'un d'entre eux est en mauvais état, mais ils semblent anciens), ils ont pu avoir la même fonction. On imagine mal d'ailleurs le refuge que l'on aurait pu trouver dans ces souterrains au Moyen Age : soit on était à l'intérieur de la fortification et protégé par elle, soit la fortification était tombée aux mains des assaillants et rien ne devait plus les empêcher de visiter maisons et celliers à l'intérieur de l'enceinte, « souterrains » y compris. Cela semble en tout cas un élément de plus à mettre en relation avec les celliers autour de l'église (fosses, silos et « souterrains » de dépôt).

  • 21 « pro clausura cimiterii de Pontiliano », 3E3/900, fol. 2r.

17En 1348 un legs est fait pour la clôture du cimetière21.

  • 22 B. Alart, C.M., t. G, p. 134, Puignau, reg. XI, fol. 122 v°.

18Le village s'est développé hors des murs de la forsa, puisqu'en 1462 le seigneur de Ponteilla, Jean Huguet de Ça Pera, alias de Vilafrancha alloue à un pareur de Perpignan un moulin à huile en lo barri de dit lloch22.

Plan et vestiges architecturaux :

19La fortification de la partie haute du village est encore bien visible à l'est et au sud près de l'église, qui en occupe approximativement le centre. La rue centrale de cette zone fortifiée est dite encore aujourd'hui « rue du Fort », deux tours subsistent à l'est et au nord-est, cette dernière avec un fragment de chemin de ronde.

Finage et occupation du territoire :

  • 23 ADPO, H 288, parchemin n° 20.

20En 1319, une vigne sur le territoire de Ponteilla touche à l'aculea stagni stagnerii et à la route du Soler23.

21Acquaviva :

  • 24 B. Alart, Notices historiques..., deuxième série, p. 16.

22Saint-Jean-de-les-Abadesses a des possessions à Saint-Nicolas d'Ayguaviva (où Pierre d'Aragon autorise la construction d'une forciam sive municionem, en 120524).

Synthèse :

23Le village de Ponteilla, formé probablement autour d'une cellera originelle, en conserve la trace par le plan et par les nombreuses mentions de celliers qui subsistent au sein de la forcia, fortification villageoise groupée autour de l'église. La situation de celle-ci a permis d'aménager dans la butte qui l'entoure ce qui paraît être une forme particulière de dépôts de récoltes : des souterrains-silos.

Plan cadastral de Ponteilla

Plan cadastral de Ponteilla

Notes

1 B. Alart, C.M., t. X, p. 465-466, CT, fol. 117r°.

2 ADPO, 3E1/5, fol. 14v°, le preneur verse en acapte six sous et trois deniers barcelonais.

3 Baluze, Capitularia..., t. II.

4 Jaubert de Réart, « Souvenir sur la Tramontana », Le Publicateur, 1833, n° 50-51.

5 B. Alart, C.M., t. S, p. 325, notaire n° 4, anciennement n° 4707.

6 B. Alart, C.M., t. B, p. 191, ADPO, 1B-75.

7 ADPO, 1B 75, parchemin original.

8 ADPO, 1B 99, parchemin original.

9 B. Alart, Notices historiques..., deuxième série, p. 16.

10 B. Alart, Notices historiques..., deuxième série, p. 25.

11 ADPO, 3 E 1/74, fol. 73r°.

12 B. Alart, CM, t. C, p. 338, notule Bemardi Spana (not. n° 45), fol. 9-10.

13 « et januas dicte farcie eidem Francisco fecit claudere et aperire in signum adepte et perfecte possessionis predicte », ibidem, p.342, même source, fol. 17-18.

14 Ibidem, t. C, p.235-236, papiers de la famille Albert (archives privées consultées par B. Alart).

15 Ibidem, p. 237.

16 Alart, C.M., t. C, p. 237, en date du 28 juin, notaire Antoine Pastor, papiers de la famille Ça Pera-Vilafrancha.

17 Ces documents, tirés des papiers du notaire de Perpignan Pierre Just, ADPO, 3E1/ 4603, m'ont été signalés par Denis Fontaine.

18 Inventaire des biens de la pupille Rippella de Pontella (1550), ADPO, 3 E1/2503, (Denis Fontaine).

19 S'il s'agit de « chemins », on pourrait les interpréter comme des souterrains explicables par la configuration des lieux et les vestiges subsistants. Le cellier en question touche à la muraille, au pied de la butte naturelle qui porte l'église. Au fond de celui-ci a pu être creusé une sorte de tunnel servant de silo d'assez vaste contenance (dix éminates font environ un mètre cube et demi en mesures de la fin du xviiie siècle).

20 Jean Abelanet et Georges Castellvi, Jean Abelanet en a fait un relevé. Ces « souterrains » se trouvent dans la maison de M. Denis Macabies.

21 « pro clausura cimiterii de Pontiliano », 3E3/900, fol. 2r.

22 B. Alart, C.M., t. G, p. 134, Puignau, reg. XI, fol. 122 v°.

23 ADPO, H 288, parchemin n° 20.

24 B. Alart, Notices historiques..., deuxième série, p. 16.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Ponteilla
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540