Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Pollestres

Roussillon

Texte intégral

  • 1 MH, n°117.
  • 2 B. Alart, C.M., t. V, p. 29, Baluze, CXXIX, « ex chartulario Sancti Petri Rodensis », donation par (...)

1Villa Rasti ( ?), 832, Polestros, 878. Eglise Saint-Martin, 9741. Possession du monastère Saint-Pierre-de-Rodes, depuis 9042.

Regroupement villageois et cellera :

2La première mention de la cellera est contenue dans les rancures de Pons d'Ampurias, vers 1040-1070. C'est une des premières celleres citées en Roussillon.

  • 3 P. Negre, op. cit., p. 256.
  • 4 La protection particulière dont ils jouissent de la part de Pons est établie par la convenientia d (...)

3Pons accuse Arnal Tallant et les hommes de Perpignan d'effraction dans l'église de Pollestres et dans sa cellera. Cette cellera est possédée en alleu par Saint-Pierre de Rodes, les coupables y ont dérobé les biens du monastère et ceux de ses hommes3. Les moines de Rodes, possessionnés à Pollestres depuis le xe siècle, sont établis dans le comté d'Ampurias et protégés par leur comte4.

  • 5 « ad portam de masum de Sancti Petri...et fiant fideles de Sco Petro », ADPO, AHP, pli 5, n° 29.

4En 1094, les preneurs d'une vigne à Pollestres, pour le compte de Saint-Pierre de Rodes, doivent se faire fidèles de l'abbaye, c'est-à-dire personnellement dépendants, et porter la vendange à la porte de la maison de Saint-Pierre5.

  • 6 D'après L. Verdon qui a trouvé ce document dans le Recueil des actes du Temple, conservé aux Archi (...)

5Un document daté de 1280 ou 1290 mentionne un cellier appartenant à un manse et situé dans la cellaria6. Un habitant de Pollestres, homo jurants Milicie Templi, reconnaît être homo proprius et solidis, abordatus Milicie Templi, pour une demi-borde et ses dépendances, qui consistent en une domus qui est in... terminis Sci Martini de Pollestris, in barri de Pollestris, une aire (aream), d'autres maisons contiguës au barri, et unum cellarium quod est in cellaria de Pollestris, touchant d'un côté in muro et d'un autre à un bien tenu pour Saint-Pierre de Rodes, plus des vignes et de nombreuses terres. Ainsi se retrouvent, selon un schéma classique, le cellier dans la cellaria et les maisons dans le faubourg. La cellaria est elle-même entourée d'un mur (encore visible, cf. plan) et St-Pierre de Rodes a toujours des biens à l'intérieur, deux siècles après son installation (belle permanence de la cellera durant le Moyen Age).

  • 7 ADPO, 3E1/10, fol. 3.

6En 1279, le prévôt de Pollestres pour Saint-Pierre-de-Rodes donne en acapte une terre plantée en vigne sur le territoire de Pollestres, le preneur devra porter onze sommées intus tinam meam in villam de Pollestris7.

  • 8 B. Alart, Essai de dictionnaire..., « …I pati a la selera », le document original n'a pu être iden (...)

7Un acte de 1360 concerne un pati situé dans la cellera8.

Structure du village et activités :

  • 9 ADPO, 3E1/1, fol. 36v°. La liste des outils comprend aussi : I manxer, V canales, I callatorem et (...)

8En 1261, G. Pons, prêtre de Villeneuve (de la Raho ?), et ses frères Jacques et Guillem Natalis louent à Bernard de Saint-Jean, boucher habitant Perpignan, une forge (fabrica) qu'ils possèdent dans la villa de Pollestris pour une durée de six ans au prix de 187 sous et six deniers de Barcelone, en y incluant les asinas (outils) de cette forge : maillets (II mallot), hache (I destral), enclumes (II encluges)9.

  • 10 B. Alart, C.M., t. M, p. 521, notule de Pierre Bolet (n° 704).

9En 1416, le prêtre de l'église de Ponteilla vend au sacristain de Pollestres, quandam domum meam cum quodam columbario contiguo, qui touche à la sacristie, au mur (du village) et à une rue10.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 11 Voir Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p.213. D'après ces auteurs le chevet de l'église aurait p (...)

10Des fortifications sont mentionnées au xiiie siècle, elles subsistent en partie actuellement, et semblent avoir été réaménagées au xive siècle. Elles ont un tracé quadrangulaire, et entourent l'église au nord, au sud et à l'ouest11. Au nord et au sud, ces murs se trouvent à environ 30 mètres de l'église. L'espace non bâti à l'ouest de l'église était l'ancien cimetière.

Communauté villageoise :

  • 12 B. Alart, C.M., t. P, p. 495, ADPO, procuration royale, reg. 28, fol. 1r°.

11En 1310, trente et une personnes, omnes de Pollestris, reconnaissent devoir payer, en orge et en numéraire, l'albergue, appelée blat del vegueriu, au vicaire du Roussillon et du Vallespir, Berenger de Peyrepertuse12.

  • 13 B. Alart, C.M., t. M, p. 38-39, notule de Bernard Bertrand, 1375-1379 (n° 305).

12En 1379, les consuls de l'universitas loci de Polestris déclarent que le village comporte 31 feux13.

Finage et occupation du territoire :

13Mas de la Garriga :

  • 14 P. Ponsich, Limits…, p. 52, voir L. Verdon, La terre et les hommes
  • 15 B. Alart, C.M., t. E, p. 495-496, documents de l’Ordre de Malte.

14Le mas de la Garriga appartient au Temple en 123014. En 1323, le mas de Sainte-Marie de la Garrigue (de Garriga) est donné à l'ordre de Malte, avec autorisation de le fortifier15.

Synthèse :

15Pollestres, possession de Saint-Pierre de Rodes, s'est formé autour d'une cellera du xie siècle. Celle-ci a été placée sous la protection du monastère, qui possédait jusqu'au treizième siècle une maison à l'intérieur de la cellera, où les paysans apportaient les redevances dues à l'abbé. La cellera a conservé l'aspect d'un rectangle assez régulier, résultant du dernier état de sa fortification, probablement aux xive-xve siècles.

Plan cadastral de Pollestres

Plan cadastral de Pollestres

Notes

1 MH, n°117.

2 B. Alart, C.M., t. V, p. 29, Baluze, CXXIX, « ex chartulario Sancti Petri Rodensis », donation par Charles (le Simple) in comitatu Rusilionense, in pago Helenense, villa quae vocatur Pullestros cum ibidem est nunc, cum Tertio, cum Raste et Cametello, omnia quaequae ad nostrum fiscum pertinere videntur. Les lieux de Tertio et Raste étaient cités dès le ixe siècle.

3 P. Negre, op. cit., p. 256.

4 La protection particulière dont ils jouissent de la part de Pons est établie par la convenientia de 1074-1078. Leurs droits sur Pollestres étaient établis par une bulle papale de 974, MH, n° 117.

5 « ad portam de masum de Sancti Petri...et fiant fideles de Sco Petro », ADPO, AHP, pli 5, n° 29.

6 D'après L. Verdon qui a trouvé ce document dans le Recueil des actes du Temple, conservé aux Archives Nationales, sous la cote : H n° 1365.

7 ADPO, 3E1/10, fol. 3.

8 B. Alart, Essai de dictionnaire..., « …I pati a la selera », le document original n'a pu être identifié.

9 ADPO, 3E1/1, fol. 36v°. La liste des outils comprend aussi : I manxer, V canales, I callatorem et I cornudam, plus difficiles à identifier.

10 B. Alart, C.M., t. M, p. 521, notule de Pierre Bolet (n° 704).

11 Voir Bayrou, Castellvi, « Esquisse... », p.213. D'après ces auteurs le chevet de l'église aurait pu constituer une partie du mur est.

12 B. Alart, C.M., t. P, p. 495, ADPO, procuration royale, reg. 28, fol. 1r°.

13 B. Alart, C.M., t. M, p. 38-39, notule de Bernard Bertrand, 1375-1379 (n° 305).

14 P. Ponsich, Limits…, p. 52, voir L. Verdon, La terre et les hommes

15 B. Alart, C.M., t. E, p. 495-496, documents de l’Ordre de Malte.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Pollestres
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1892/img-1.jpg
Fichier image/, 167k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540