Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Planèzes

Fenouillèdes

Texte intégral

  • 1 C'est bien entendu d'abord à mon ami Dominique Baudreu que s'adressent ces excuses, lui qui étudie (...)

1Planèzes ne fait pas partie du diocèse d'Elne, on excusera cette incursion en pays d'Oc, motivée par la présence du terme cellera dans la documentation réunie sur ce village1.

2La villa Planasiis n'est mentionnée pour la première fois qu'en 1260, l'ancienne église Saint-Pierre, située à l'écart du pôle villageois actuel, groupé autour d'un piton rocheux où s'élevait le château, daterait des xie-xiie siècles. Une parcelle ovale non bâtie l'entoure, c'est l'ancien cimetière.

  • 2 G.G.C.C., vol. 14, p. 476-477.

3En 1365, le village compte vingt feux, mais il n'y en avait plus qu'un à la fin du xive siècle2.

Regroupement villageois et cellera :

  • 3 B. Alart, C.M., t. XV, p. 64-66, notule de Gaucelme Ferreol, notaire d'Ille, année 1363.

4Un intéressant document daté de 1363 évoque une cellera en des termes très surprenants et pose d'importantes questions. Il s'agit du contrat de cession en acapte de trois terrains à bâtir à trois hommes différents, par le seigneur de Planèzes, Bernard Guillem du Vivier (seigneurie importante du Fenouillèdes)3. En effet, à trois reprises, le seigneur accorde un patuum en des termes identiques : le preneur devra y bâtir une ou des maisons, et ce terrain est situé « intus cellariam seu fortalicium que debet fieri in dicto loco ».

  • 4 Si c'étaient des celliers qui devaient être construits, on pourrait penser à une « cellera » du ty (...)

5Il y a là sans aucun doute l'indication d'une volonté de construire un « fort » appelé « cellera », loti de manière organisée par le seigneur du lieu. De plus l'un de ces terrains confrontant cum castro dicti loci, il semble clair que le centre de ce regroupement de maisons est le siège du pouvoir châtelain4.

6Un pôle villageois a pu exister autour de l'église. Par suite de la concurrence exercée par le château du seigneur ou des ravages causés par des incursions militaires, ce village ecclésial a disparu, ou est mourant ; le châtelain cherche alors à peupler un nouveau village, au pied de son château.

7Le nom de cellera vient-il du fait qu'il organise dans cet enclos sous-castral le regroupement des celliers et des provisions ? Est-il un souvenir d'une première « vraie » cellera formée jadis autour de l'église ? Ou plus simplement le terme a-t-il pris un sens générique de « fort villageois » ? Ceci ne manquerait pas d'être important comme indice de la diffusion du phénomène et du mot de « cellera », même avec un sens galvaudé.

Plan et vestiges architecturaux :

8Le château devait se trouver à l'emplacement actuel du château d'eau, sur le rocher qui surplombe le village. A quelques centaines de mètres au nord-est, l'église est encore entourée de son cimetière. Au nord de l'église, une petite éminence est surmontée de rochers qui portent la trace d'aménagements pouvant avoir servi à fixer des poutres, poteaux ou fondations de constructions en bois (une fortification ?).

Synthèse :

  • 5 On pense aux « forts du Toulousain » et à leur structuration en « loges », nés dans la deuxième mo (...)

9Le cas de Planèzes montre en formation une cellera atypique, de création tardive et d'initiative seigneuriale, au pied du château. Cette création peut en outre faire suite à l'abandon d'un site d'habitat plus ancien, groupé autour de l'église. Le phénomène de réorganisation de l'habitat à la fin du Moyen Age a pris des formes différentes, autour du château ou sous la forme de « forts »5. Il n'est pas indifférent qu'en bordure du pays catalan, où le phénomène de la cellera a marqué durablement les formes villageoises, le nom choisi comme équivalent de fortalicium soit celui de cellera. Une cellera dénaturée, qui désigne une toute autre réalité. Cet usage révèle son omniprésence dans les structures villageoises et dans les esprits.

Planèzes et ses environs

10Sur la rive gauche de l'Agly, le village de Planèzes est construit au pied de la butte qui portait le château, à l'emplacement du réservoir actuel. A environ 300 m. au nord-est du château s'élève l'ancienne église, entourée de son cimetière. A la même distance de l'église, à peu près, vers le nord, un piton rocheux porte les vestiges d'aménagements pouvant correspondre à la fixation de constructions en bois (tour ?).

Plan cadastral de Planèzes : Le village au pied du château et l'église à l'extérieur

Plan cadastral de Planèzes : Le village au pied du château et l'église à l'extérieur

Notes

1 C'est bien entendu d'abord à mon ami Dominique Baudreu que s'adressent ces excuses, lui qui étudie les villages du Fenouillèdes, et que j'ai informé de mes rares empiètements sur ses terres, comme il m'a tenu au courant de ses travaux, qui m'ont bien souvent servi de référence et d'exemple.

2 G.G.C.C., vol. 14, p. 476-477.

3 B. Alart, C.M., t. XV, p. 64-66, notule de Gaucelme Ferreol, notaire d'Ille, année 1363.

4 Si c'étaient des celliers qui devaient être construits, on pourrait penser à une « cellera » du type du castillo diposito dont parlait Settia, colloque de Rome, 1980. Il semble qu'il s'agisse ici d'une opération de refondation du village autour du château.

5 On pense aux « forts du Toulousain » et à leur structuration en « loges », nés dans la deuxième moitié du xive siècle, et étudiés par Anne Briançon, thèse en cours à l'Université de Toulouse-Le Mirail.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Titre Plan cadastral de Planèzes : Le village au pied du château et l'église à l'extérieur
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter