Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Ortaffa

Roussillon

Texte intégral

1Ortufan, 913, église Sainte-Eugénie, 1145.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 J.-B. Alart, Cartulaire manuscrit, t. B, p.142, d'après la série B, n° 71.

2En 1238, un nommé Guillem Basto dit tenir pour Pons d'Ortaffa unum mansum in cellaria ville Ortafani et unum ortum in eiusdem adjacencia1. Ceci signifie qu'il se trouve dans la même paroisse. On peut remarquer que ce Guillem Basto fait cette déclaration au vicomte de Castelnou, qui est son seigneur pour un « honneur » in adjacencia sancte Eugenie de Ortafano, qui semble consister en deux mansatas. Il déclare aussi tenir pour l'évêque d'Elne un champ.

  • 2 B. Alart, C.M., t. VI, p. 12-20.

3Le testament de Pons d'Ortaffa en 1240 mentionne un manse situé « injra cellariam de Ortafano »2. Il s'agit peut-être de celui tenu pour lui par G. Basto. Dans le même document Pons souhaite que les hommes d'Ortaffa ne soient plus contraints à tenere porticum in extrema porta castri de Ortafano (garder le parapet ? obligation de défense du castrum ?).

Seigneurs et fortification :

  • 3 P. Ponsich, Catalunya. Romànica., vol. XIV, p. 273-274.

4La famille d'Ortaffa est citée depuis 11713.

  • 4 B. Alart, C.M., t. IX, p. 549-550, ADPO, CT, fol. 92 v°.

5En 1236, Pons de Vernet et sa femme donnent aux Templiers un homme d'Ortaffa, sa femme et ses enfants, ainsi que tous leurs biens4.

  • 5 ADPO, Hp 186, parch, original.

6En 1299, un frère du Temple confirme la vente d'une terre située sur le territoire de Sainte-Eugénie d'Ortaffa, au lieu nommé « ad portellum », probablement face à la porte fortifiée du castrum5.

  • 6 ADPO, G 209, parchemin original.

7En 1306, un nommé Jean Marti reconnaît être homme propre et solide de l'église d'Elne pour une mansata qui appartenait à son père et doit un cens de deux sous6. Il fait hommage au procurateur de l'église d'Elne par les mains et la bouche, mettant ses mains dans les siennes, reconnaissant être son hominem legalem. Le mansus dicte mansate se trouve in castro de Ortaphano et touche d'un côté in tenencia castri de Ortaphano. Cette maison se trouve dans le village fortifié, à l'intérieur de l'enceinte fortifiée, touchant probablement au château lui-même.

  • 7 « tenere in feudum in castro et terminis de Oratphano ... quandam decimam sive partem decime dicti (...)

8En 1291, Sibile, dame du castrum d'Ortaffa, reconnaît auprès de Jacques de Majorque et Bérenger de Calders, viguier du Roussillon et du Vallespir, tenir en fief pour le comte d'Ampurias, la dîme, ou partie de la dîme de ce castrum, et le puig de l'église d'Ortaffa7.

  • 8 B. Alart, C.M., t. B, p. 191.

9En 1312, Bérenger de Peyrepertuse, donzell, seigneur du château d'Ortaffa, reconnaît tenir pour Jaubert, vicomte de Castelnou, tout le fief que Sibile, sa grand-mère, veuve de Guillem de Durban, tenait pour Ava. Ce fief consiste en quatre mas et une condamine, sur le territoire d'Ortaffa8.

  • 9 B. Alart, C.M., t. M, p. 403-404, manuel de Pierre Roure (not. 373).
  • 10 « permodols necessarios in fortitudine sive muro castri de Ortafano, occasione dels corradors », i (...)

10En 1412, une controverse se fait jour au sujet du règlement des dépenses occasionnées par des travaux de réfection de la fortification d'Ortaffa9. Ces frais concernent la chaux et les maçons utilisés à faire les corbeaux sur le mur du castrum (la fortification du village probablement, vu le contexte) destinés à soutenir les chemins de ronde10. La dame Aldonsia de Peyrepertuse, veuve du chevalier Bérenger, seigneur d'Ortaffa, prétend que c'est à l'université des hommes de ce lieu de régler ces dépenses, mais les consuls rétorquent qu'elles sont à la charge du seigneur du castrum. C'est en définitive Guillem de Brouilla, bayle et capitaneus du castrum qui se présente sur la place du village devant les consuls et plusieurs boni homines, et leur propose de régler lui-même ces dépenses. Le document comporte ensuite une liste des armes que la dame Aldonsia fait remettre au bayle pour la défense du castrum.

  • 11 ADPO, 3 E1/5454.

11En 1561, l'inventaire des biens d'Angela Figueres d'Ortaffa fait apparaître qu'elle possède deux maisons, l'une confrontant la place et une rue qui entre dans la forsa (que entra en la forsa de dit lloch), et une autre située a la forsa touchant au mur11.

Structure du village et activités :

  • 12 B. Alart, C.M., t. Z, p. 361.

12En 1184, Grimald d'Ortaffa donne à l'évêque d'Elne le droit de prendre l'eau et de faire un barrage (resclausam) pour les moulins ou pour l'irrigation12.

Communauté villageoise :

  • 13 B. Alart, C.M., t. O, p. 439, notule de Pierre del Pou (n° 788), au sujet des variations du nombre (...)

13L'université d'Ortaffa, réunie, « ainsi qu'il est de coutume », sur la place de ce lieu, regroupe vingt-quatre hommes, tous nommés, en 1369, mais on sait que ces nombres sont très variables, selon que l'on rassemble toute la population adulte, les seuls hommes (comme ici), ou seulement une partie d'entre eux, les plus riches ou influents probablement13. Ils nomment des syndics qui auront à charge de contracter un emprunt pour payer les dettes de la communauté et le foguacium exceptionnel levé par le roi en raison de l'expédition en Sardaigne.

Synthèse :

14La cellera d'Ortaffa est-elle située autour de l'église ou autour du château ? Il semble bien que l'on distingue deux sites bien différenciés sur le plan : le castrum (le château ?) et le puig de l'église Sainte-Eugénie. Il est possible que cette cellera soit du type de la cellera castrale du village voisin de Banyuls-dels-Aspres.

Plan cadastral d'Ortaffa

Plan cadastral d'Ortaffa

Notes

1 J.-B. Alart, Cartulaire manuscrit, t. B, p.142, d'après la série B, n° 71.

2 B. Alart, C.M., t. VI, p. 12-20.

3 P. Ponsich, Catalunya. Romànica., vol. XIV, p. 273-274.

4 B. Alart, C.M., t. IX, p. 549-550, ADPO, CT, fol. 92 v°.

5 ADPO, Hp 186, parch, original.

6 ADPO, G 209, parchemin original.

7 « tenere in feudum in castro et terminis de Oratphano ... quandam decimam sive partem decime dicti castri et podium vocatum de l'esgleya d'Ortaphano », ADPO, 1 B 16, fol. 22 r°.

8 B. Alart, C.M., t. B, p. 191.

9 B. Alart, C.M., t. M, p. 403-404, manuel de Pierre Roure (not. 373).

10 « permodols necessarios in fortitudine sive muro castri de Ortafano, occasione dels corradors », ibid. Carles Castellanos i Llorenç, Diccionari català-francès..., s.v. permodòl, donne le sens de « console, modillon ».

11 ADPO, 3 E1/5454.

12 B. Alart, C.M., t. Z, p. 361.

13 B. Alart, C.M., t. O, p. 439, notule de Pierre del Pou (n° 788), au sujet des variations du nombre de ces présents (cités) dans les assemblées villageoises, voir le cas de Taxo-d'Avall.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Ortaffa
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 471k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter