Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Orle

(C. de Perpignan), Roussillon

Texte intégral

1Villa Orla, 832, église Saint-Etienne, 1090.

Regroupement villageois, celliers et cellera :

  • 1 ADPO, CT, fol. 46v°.

2Raymond d'Orle, dans son testament, en 1185, lègue à sa soeur meum mansum ubi habito in cellaria de Orulo1. Plus loin il précise qu'il laisse aussi, pour régler ses dettes, vas maiorem meum et totum vinum de cellario meo. Il a donc, parmi les dépendances de ce manse, un cellier dans la cellera, qui garde donc ainsi, au moins en partie, sa fonction originelle. Un des créanciers qu'il demande de régler est un juif du nom de Vital, auquel il doit vingt-sept sous pour un cheval.

  • 2 B. Alart, C.M., t. VIII. p. 212-214, E, Orle.
  • 3 « meum mansum et omnem meum honorem et meum cellarium totum et omnia mea bona », ibid.
  • 4 Monsalvatje i Fossas, El obispado de Elna, t. 3, p. 64.

3En 1199, Pierre Pons dans son testament lègue à son fils Pierre son cellier et sa vigne, sur le territoire de Saint-Etienne d'Orle2. Il décrit ainsi ses possessions : « mon manse et mon honneur et tout mon cellier et tous mes biens »3. La cellera n'est pas mentionnée, mais comme dans les documents postérieurs, ce cellier semble bien être une construction séparée du manse, et probablement dans la cellaria. Pierre Pons désire dans ce testament être enterré dans le cimetière de l'église d'Orle, et lègue cinq sous aux oeuvres de cette église4.

  • 5 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 577-589. ADPO, CT, fol. 9r°-10.
  • 6 Cf. Pézilla, le mur causinal.

4Guillaume de Montesquieu, dans son testament, en 1214, lègue quoddam pati... in villa de Orulo, juxta ecclesiam Sci Stephani de Orulo et juxta domum Valone Fine5. Ce legs en faveur des clercs desservant ladite église devra être employé à l'amélioration de la domus causinalis et du manse qui est à côté de cette maison. Cette maison causinalis est bâtie en mortier de chaux6. Ce legs est complété par un don en argent pour bâtir ce pati.

  • 7 ADPO, série B, n° 63, parchemin original.
  • 8 Probablement Sainte-Marie du Vilar, dans les Albères, siège d'une petite communauté augustinienne, (...)

5En 1230, une paysanne du Soler, Saura, verse en dot la somme de 275 sous de Maguelonne à son futur mari, Bernard Cerda d'Orle7. Celui-ci apporte racione sponsalicii, cent sous pour lesquels il lui donne en gage un champ, la moitié d'un autre, une vigne et totum meum cellarium dans la villa de Orulo, qui a pour confronts des mes, le cellier d'un nommé Thomas Spolegati, et le cellier de Sainte-Marie de Villario8. On peut remarquer en outre que le champ voisine avec un pré, et la vigne avec une vigne.

  • 9 ADPO, série B, n°63, id., « ...unum cellarium meum cum una ciga quae est iuxta cellarium quod habe (...)

6En 1238, un nommé Pierre Cornes d'Orle vend un cellier avec un silo qui est contre ce cellier, dans la cellaria d'Orle. Il touche de deux côtés à une voie et des deux autres à deux celliers appartenant à d'autres hommes9. Le prix de vente est de quatre-vingts sous melgoriens. Le vendeur acquitte un droit de mutation (foriscapium) auprès de Guillem de Montesquieu et de Saurina, veuve de Bernard de Montesquieu.

  • 10 « tam in cellario quam casis », B. Alart, C.M., t. X, p. 517-520, revu sur l'original, AHI, 3 B 58 (...)

7En 1264, Bernard d'Oms vend à Pierre de Gérone tous ses droits sur un honor situé sur les territoires d'Orle, de Toulouges et de Pollestres, consistant en terres, jardins, champs, vignes, tant sur le cellier que sur les maisons, pour un prix global de 875 sous10. Cette propriété appartenait à un nommé Bernard Egidius d'Orle, ce qui pourrait indiquer que les maisons et le cellier se trouvaient dans ce village, mais une cellera existait aussi dans chacun des deux autres lieux.

  • 11 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 53v°.
  • 12 G. Castellvi ne donne pas mention d'une motte à Orle, et ce que P. Ponsich, appelle le « château » (...)

8En 1279, le Temple donne en emphytéose une exploitation agricole, borda, dans la villa, et les limites de Saint-Etienne d'Orle11, à condition que le bénéficiaire se fasse homme « propre, solide et abordants » du Mas Deu. Le bâtiment principal, appelé plus loin mansus, se trouve dans la villa ; il jouxte un autre manse et une via, parmi les dépendances de ce manse, on ajoute quoddam cellarium, qui est in cellaria de Orulo, et est voisin d'un autre cellier. Parmi les terres concédées, l'une se trouve à un lieu-dit ad Castelas, qui pourrait indiquer une fortification disparue, peut-être une ancienne motte castrale12.

  • 13 « septenam saumatam aportatam in nostre posse intus castrum de Orulo », B. Alart, C.M., t. S, p. 4 (...)

9Là encore on constate que la cellera est le lieu de regroupement des celliers, que beaucoup d'entre eux sont tenus par des propriétaires individuels, et que des établissements religieux y ont leurs celliers. Sainte-Marie du Vilar, mais aussi les Templiers eux-mêmes, puisque, en 1279, lorsque le précepteur (prévôt) de la maison du Temple de Perpignan affranchit un de ses tenanciers de la moitié du quart et de la moitié de l'agrier qu'il doit, il lui demande de les remplacer, au cas où il planterait une vigne, par une sommée sur sept, « portée dans notre possession dans le castrum d'Orle »13.

  • 14 « decimam saumatam vindemie pro decima et undecimam saumatam vindemie pro agrario, aportatum totum (...)

10En 1292, lors d'un affranchissement du même type (en vue certainement de favoriser la plantation de vignes nouvelles), le tenancier doit porter une sommée sur dix de la vendange au titre de la dîme, dans la cuve du Temple, dans le castrum d'Orle14.

Seigneurs et fortification :

  • 15 ADPO, 1B-16, fol. 48v°-49r°.

11En 1305, le roi Jacques de Majorque accorde au prêtre d'Orle et à ses successeurs la libre disposition des biens légués par un ancien curé d'Orle pour l'autel des Saints-Innocents de l'église d'Orle15. Il s'agit de deux maisons, l'une située infra castrum d'Orle, qui touche in tenedone castri de Orulo et in muro vallati, l'autre intus villam de Orulo, touche d'un côté à une maison, de l'autre in muro dicte ville.

12Le petit bourg ecclésial semble s'être suffisamment développé pour être nommé castrum, « village fortifié », avec ses fossés et ses murs. Le fait qu'une maison soit située dans le castrum, l'autre dans la villa, indique peut-être que celle-ci est hors de l'enceinte ; elle toucherait donc à l'extérieur du mur. Un fossé (le vallatum) entoure ce mur. Une autre maison se trouve à côté de celle léguée par le prêtre, ce qui indiquerait, dans le cas d'une situation hors du mur, un début de deuxième regroupement (concentrique ?).

Structure du village et activités :

  • 16 ADPO, 1B-63, parchemin original.

13En 1188, un couple vend, avec l'accord d'Arnal d'Orle, un moulin qu'il possède « parmi les moulins d'Orle »16.

  • 17 « unam domum que est in platea de Orulo », B. Alart, C.M., t. XI, p. 284, ADPO, CT, fol. 65 r°.

14En 1278, Jausbert du Soler, fils de Guillem du Soler, miles, vend au Temple une maison qui se trouve sur la place d'Orle17.

  • 18 ADPO, 3E3/926, fol. 5r.

15En 1355, un habitant d'Orle vend une maison (hospicium) dans la villa d'Orle cum paleiis que sunt in ipso hospicio. Cette maison touche à la Basse18. Ce voisinage semble indiquer que cette maison est hors des murs.

  • 19 B. Alart, C.M., t. G, p. 97-98, Puignau ( ?), registre X, fol. 377v°.
  • 20 B. Alart, C.M., t. XV, p. 508, Puignau, rubrique 6, fol. 51, en 1374 et 1387.
  • 21 Toulouges ne fait pas partie des fochs reyals en 1359, Bofarull, Colección de documentos ineditos (...)

16Cependant, en 1418, le bénéfice de la sacristie d'Orle est réuni au monastère de Saint-Sauveur de Perpignan19. C'est là le signe du dépérissement de cette cure et certainement du village environnant. D'ailleurs, dans le dernier quart du xive siècle, les rois Pierre puis Jean avaient ordonné qu'en cas de guerre les habitants d'Orle, comme ceux de Terrats, se réfugient dans la ville de Thuir20. Si les gens d'Orle ne vont pas au lieu voisin de Toulouges, c'est sans doute qu'il n'est pas assez bien fortifié, ou peu apte à les recevoir, peut-être aussi cela s'explique-t-il par le fait que Toulouges ne relève pas de la seigneurie directe du roi21.

Communauté villageoise :

17Dans l'acte de 1305 examiné ci-dessus, les biens comprennent une vigne, sur le lieu voisin de Toulouges, in terminis Sce Marie de Tolugis, qui touche à la propriété de l'hôpital des pauvres d'Orle. Un autre champ touche à la tenure de l'église Saint-Etienne d'Orle ; un jardin, situé dans le lieu nommé ortos novos, touche à la tenure de l'hôpital des pauvres, dans le même lieu-dit ; un autre jardin voisine avec la tenure du Temple et celle de Sainte-Marie de Villario. On a fondé un hôpital des pauvres, doté de ses propres terres, et de nouveaux terroirs, ces ortos novos, ont été mis en valeur par des cultures maraîchères (avec irrigation sans doute) ; on y note une présence importante des établissements religieux.

Finage et occupation du territoire :

Lieux-dits :

  • 22 « aff... cum exaugadorio... et... cum quodam senderio », ADPO, 3E1/124, fol. 6 r°.

18Un brassier de Perpignan possède un jardin situé à Orle au lieu-dit cap de villa, qui touche au ruisseau d'évacuation des eaux des moulins et à un sentier22.

  • 23 B. Alart, C.M., t. A, p. 304, manuel de Jean Omos, n° 577, fol. 73.

19Une donation de 1469 concerne un bien curieux (cotivum sive viveam, ou cotinum, vineam ?) situé in terminis de Orulo, loco vocato la Vellauria23.

Garrigola :

  • 24 B. Alart, C.M., t. XII, p. 435, AHP, plech 24, n° 27.

20Le lieu-dit Garrigola est mentionné en 1305 à Orle24.

Castelas :

  • 25 B. Alart, C.M., t. S, p. 462-463, cf. supra.

21Un champ in terminis Sancti Stephani de Orulo, in loco vocato als casals, affronte in via qua itur versus Castelas25.

El Palau :

  • 26 ADPO, Hp 186, parchemins du Temple, elle est concédée en acapte à un Guillaume Joer, d'Orle, habit (...)

22En 1290, une pièce de terre est située in loco vocato Palau, une autre in loco vocato feixa del Palau26, qui est peut-être le même lieu que celui cité ci-dessus.

Synthèse :

23Autour de l'église d'Orle, villa citée bien avant Perpignan, s'est développée une véritable cellera, qui a donné naissance à un village fortifié au cours des xiie et xiiie siècles. Mais dès le xive siècle l'attraction exercée par Perpignan a fait péricliter ce village, réduit rapidement à la taille d'un hameau, et dont on ne conserve plus aujourd'hui que l'église, transformée en grange du mas qui a gardé ce toponyme.

Notes

1 ADPO, CT, fol. 46v°.

2 B. Alart, C.M., t. VIII. p. 212-214, E, Orle.

3 « meum mansum et omnem meum honorem et meum cellarium totum et omnia mea bona », ibid.

4 Monsalvatje i Fossas, El obispado de Elna, t. 3, p. 64.

5 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 577-589. ADPO, CT, fol. 9r°-10.

6 Cf. Pézilla, le mur causinal.

7 ADPO, série B, n° 63, parchemin original.

8 Probablement Sainte-Marie du Vilar, dans les Albères, siège d'une petite communauté augustinienne, sur la commune de Villelongue-dels-Monts.

9 ADPO, série B, n°63, id., « ...unum cellarium meum cum una ciga quae est iuxta cellarium quod habeo intus cellariam de Orulo... ». La mention d'un silo (à grain sans doute) confirme que la cellera est restée longtemps le lieu du dépôt des récoltes de toute nature (vin au cellier, blé dans les silos).

10 « tam in cellario quam casis », B. Alart, C.M., t. X, p. 517-520, revu sur l'original, AHI, 3 B 583.

11 ADPO, Cartulaire du Mas Deu, fol. 53v°.

12 G. Castellvi ne donne pas mention d'une motte à Orle, et ce que P. Ponsich, appelle le « château » d'Orle, le castrum de Orulo, cité en 1271, (Catalunya romànica, vol. XIV, p. 50) peut désigner aussi bien le village fortifié, comme dans le document de 1279 cité infra. Le toponyme Castelas conserve souvent en Roussillon le souvenir d'une motte castrale.

13 « septenam saumatam aportatam in nostre posse intus castrum de Orulo », B. Alart, C.M., t. S, p. 462-463, parchemins du Temple, n° 2686.

14 « decimam saumatam vindemie pro decima et undecimam saumatam vindemie pro agrario, aportatum totum intus castrum de Orulo, in tina Templi », B. Alart, C.M., t. S, p. 473-474, parchemins du Temple, n° 1291.

15 ADPO, 1B-16, fol. 48v°-49r°.

16 ADPO, 1B-63, parchemin original.

17 « unam domum que est in platea de Orulo », B. Alart, C.M., t. XI, p. 284, ADPO, CT, fol. 65 r°.

18 ADPO, 3E3/926, fol. 5r.

19 B. Alart, C.M., t. G, p. 97-98, Puignau ( ?), registre X, fol. 377v°.

20 B. Alart, C.M., t. XV, p. 508, Puignau, rubrique 6, fol. 51, en 1374 et 1387.

21 Toulouges ne fait pas partie des fochs reyals en 1359, Bofarull, Colección de documentos ineditos del archivo general de la Corona de Aragon, t. XII, p. 115-129.

22 « aff... cum exaugadorio... et... cum quodam senderio », ADPO, 3E1/124, fol. 6 r°.

23 B. Alart, C.M., t. A, p. 304, manuel de Jean Omos, n° 577, fol. 73.

24 B. Alart, C.M., t. XII, p. 435, AHP, plech 24, n° 27.

25 B. Alart, C.M., t. S, p. 462-463, cf. supra.

26 ADPO, Hp 186, parchemins du Temple, elle est concédée en acapte à un Guillaume Joer, d'Orle, habitant de Perpignan, qui promet de rester « homme du Mas Deu » s'il élit domicile hors de la ville de Perpignan.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540