Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Mossellons

C. d'Elne, Roussillon

Texte intégral

  • 1 V. Gran Geografia de Catalunya, t. XIV, p. 226.

1Villa Mosselgones, 914, église Sainte-Marie, première mention 1143, lieu-dit actuel de la commune d'Elne, au nord, en direction d'Alénya1.

La cellera :

  • 2 B. Alart, C. M., t. C, p. 10, d'après le manuale du notaire Calvet, n° 6504, vérifié sur l'origina (...)

2Un acte de vente de 1266 concerne une maison (domum) qui est infra cellariam de Mosselonibus2. Cette maison touche de deux côtés à deux autres maisons, des deux autres côtés à deux rues, l'une dite via domus d'en Trules et l'autre via de tovo. Comme souvent au treizième siècle, la cellera est associée à un fossé. Le vendeur déclare être quitte des droits dus au seigneur.

Seigneurs et fortifications :

  • 3 B. Alart, C. M., t. IX, p. 279-286, AHP, plech 30, n° 2.
  • 4 « Juro tibi... et de la chasa de Mosselons potestatem ten dunare sine tuo enganno per quantas vice (...)
  • 5 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 47-48.

3Raymond de Canet possède des droits (jus et dominium) sur une chasa de Mosselons, qui était auparavant tenue pour lui par Raymond de Corneilla3. En 1148, Pierre de Corneilla prête serment à Raymond-Bérenger de Canet au sujet de la chasa de Mossellons, sans doute une tour ou une maison forte4. Les mentions du château sont tardives : en 1306, Guillem de Puig évoque le territoire du castri mei de Mossillionibus, et en 1312 la famille de Puig reconnaît le tenir en fief de Guillem de Canet5.

  • 6 ADPO, 3E3/111, manuel de G. Ferréol, fol. 66-67.

4En 1363, Jean Pierre de Podio, donzell et seigneur de Taxo, fils et héritier de Guillaume de Podio, reconnaît tenir en fief pour Sibille de Fenouillet, vicomtesse de Canet et d'Ille, le castrum de Mosselionibus, avec tout ce qui dépend de lui dans les environs de ce château et in adjacencia Sancte Marie eiusdem loci6.

  • 7 ADPO, 1B-185, fol. 6, 1400 ; B. Alart, C. M., t. G, p. 78, 1392, rubrique de Puignau, registre VII (...)

5Le castell de Mossellos, ou castrum de Mossellos, apparaît dans plusieurs documents aux xive, xve et xvie siècles7.

Structure du village et activités :

  • 8 ADPO, 3E1/6, fol. 19 r°.

6Un intéressant contrat de mise en culture sous forme de métayage à mi-fruit est passé en 1277 entre Pons d'Alénya et un paysan nommé Guillem Valmalera, de Saint-Cyprien8. Pons d'Alénya donne à cultiver pour une durée d'un an à Guillem, une terre défrichée qui se trouve à Mossellons, pour qu'il y fasse du mil, de l'orge, du froment ou tout autre blé. Il fournira pour sa part la semence nécessaire, et aura la moitié de la récolte, tant en grain qu'en paille. Guillem devra porter à ses frais la récolte jusqu'à l'aire de battage, et les frais de battage seront partagés par moitié entre le donneur et le preneur. Guillem promet ensuite de bien cultiver et garder la récolte.

Plan et vestiges architecturaux :

7On n'a, pour l'instant, rien retrouvé sur le terrain de la motte de Mossellons, ni du village qui se trouvait auprès d'elle, y compris l'église.

  • 9 G. Castellvi, « Les mottes castrales du Roussillon », AMM, t. 2.

8D'après une description du siècle dernier9, cette motte avait l'aspect d'un quadrilatère irrégulier d'environ vingt mètres de côté, entouré de talus, à l'intérieur duquel on pouvait relever les vestiges des constructions disparues. Au sud se trouvait un ancien puits comblé.

Finage et occupation du territoire :

9Le château ou motte de Mossellons se trouvait à proximité de l'ancien « chemin de Charlemagne », sur le tracé de l'ancienne voie domitienne.

Synthèse :

10La mention unique de la cellera ne permet pas de savoir si elle se trouvait autour de l'église ou autour de la motte, du « château ». Il semble qu'elle ait été entourée d'un fossé au xiiie siècle, ou proche du fossé du château. L'existence probable d'une motte n'exclut pas l'hypothèse d'une cellera autour d'une église voisine, comme cela existait à Torreilles par exemple.

Notes

1 V. Gran Geografia de Catalunya, t. XIV, p. 226.

2 B. Alart, C. M., t. C, p. 10, d'après le manuale du notaire Calvet, n° 6504, vérifié sur l'original, 3E1/2, fol. 47 r°.

3 B. Alart, C. M., t. IX, p. 279-286, AHP, plech 30, n° 2.

4 « Juro tibi... et de la chasa de Mosselons potestatem ten dunare sine tuo enganno per quantas vices tu mo diras ». ADPO, AHP, 2 HDTp 31, n° 1 ; voir aussi B. Alart, Documents en langue catalane.., p. 27.

5 Catalunya romànica, vol. XIV, p. 47-48.

6 ADPO, 3E3/111, manuel de G. Ferréol, fol. 66-67.

7 ADPO, 1B-185, fol. 6, 1400 ; B. Alart, C. M., t. G, p. 78, 1392, rubrique de Puignau, registre VII, fol. 260 v°, ibid., p. 499, manuel de Bérenger Sereta, 1423, n° 1392, et encore en 1501, B. Alart, C.M., t. A, p. 241.

8 ADPO, 3E1/6, fol. 19 r°.

9 G. Castellvi, « Les mottes castrales du Roussillon », AMM, t. 2.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540