Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Millas

Roussillon

Texte intégral

1Millares, 898. Eglise Sainte-Eulalie, 1137.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 297-300, archives de l'hôpital de Perpignan, pl. 28, n° 40.

2La cellera apparaît solidement constituée, dotée d'un « mur de la cellera » et grevée de droits particuliers en 12021. A cette date Guillaume de Sainte-Foy donne à l'hôpital de Perpignan une vigne, et le cens, usage et seigneurie (dominium) qu'il possède sur deux celliers contigus, qui se trouvent dans la cellaria de Millas. Ils touchent à un autre cellier, au mur de la cellera et à deux rues.

  • 2 « cellarium quod fuit de domina Kamardi, quod est intus cellariam de Milars », B. Alart, C.M., t. (...)

3En 1211, Pons de Vernet lègue à Sainte-Marie de Serrabone un cellier ayant appartenu à la dame Kamardi, qui se trouve dans la cellera de Millas2.

  • 3 B. Alart, C.M., t. VI, p. 21, copie de 1260, ADPO, série G, église de Millas.

4En 1252, on rencontre une nouvelle mention de la cellaria3. A cette date, Guillema, veuve de Pons de Sainte-Foi, vend à Arnaud de Sauto, prêtre d'Elne, tout ce qu'elle possède dans le castrum et la villa de Millas, qui appartenait à son défunt mari et que le fils de celui-ci lui a vendu. Puis, Pons de Vernet donne son accord à cette vente, contre paiement, et interdit à l'acheteur de construire une tour ou forteresse dans la maison appartenant à cette propriété qui est dans la cellera de Millas, et qui s'en trouverait alors dépréciée. Pons de Vernet désigne ses biens en ces termes : cellaria mea et castrum meum. Il semble donc que, comme l'ensemble du village fortifié (castrum), la cellaria soit aux mains de Pons, qui tient ses droits du roi. Il prend soin d'interdire toute fortification (transformation en maison forte, forcia) du mansum qui est dans la cellera, chose qui a donc pu se produire ailleurs, tentative du vassal de prendre pied dans la cellera, ce qui impliquerait que celle-ci pourrait minus valere.

La cellera dans le capbreu de 1293 :

  • 4 ADPO, 1B-34, 56 folios. Voir : Jean Reynal, Une seigneurie..., qui donne une édition du capbreu da (...)

5Le document le plus riche est sans nul doute le capbreu de 12934. 279 villageois de Millas et des environs comparaissent devant les notaires chargés par le roi de dresser le terrier de cette seigneurie. Ils indiquent la nature de leurs tenures. Une vision précise de la société villageoise de Millas est possible grâce à ce document : outre le seigneur-roi, on dénombre une dizaine de plus petits seigneurs laïcs et quelques seigneurs ecclésiastiques apparaissent, comme l'abbé de Fontfroide, dont dépend la « grange » voisine de Saint-Martin de les Ribes, l'abbé de Saint-Génis (des Fontaines), la cathédrale d'Elne et le prieuré de Serrabone.

6Sur deux cents résidents à Millas, seulement 26 sont en possession d'un manse ou d'une borde, souvent fractionnés, mais ils déclarent à eux seuls trois cent trente-sept parcelles et maisons ou constructions, soit près d'un cinquième des biens répertoriés dans le capbreu. En moyenne : presque treize biens ; c'est dire leur prospérité relative. Parmi eux, quatorze déclarent un cellarium, un autre en déclare deux, et un enfin déclare un patuum qui consuevit esse cellarium, à l'intérieur de la cellera ; ces seize tenanciers déclarent en moyenne plus de seize biens chacun. Dix des « amansats » (le mot n'est pas contenu dans le terrier) ne déclarent pas de cellier : ce sont ceux qui en règle générale ont le moins de terres. Les tenanciers de celliers sont parmi les mieux pourvus en terres ; on y reconnaît sans aucun doute les membres d'une certaine « aristocratie villageoise ».

7Les teneurs de celliers qui n'ont pas une mansate ou une borde sont au nombre de dix-neuf (deux déclarent deux celliers chacun), ils tiennent au total (y compris celliers et maisons : un seul ne déclare pas de maison) 174 biens, soit une moyenne de plus de neuf biens.

  • 5 Un cellier touche au cimetière : « quoddam cellarium juxta ciminterium », ADPO, 1 B 34, fol. 37v.
  • 6 V. Farias note au sein de la sacraria des espaces découverts, les « curtes », mais doute de leur u (...)
  • 7 C'est l'étude de ce terrier par J. Reynal, fort intéressante, qui lui a permis de connaître les ce (...)
  • 8 ADPO, 1B-34, fol. 9.
  • 9 Ibid., fol. 3.
  • 10 Ibid., fol. 2.

8On dénombre au total trente-huit celliers (dont cet ancien cellier transformé en patuum), ainsi qu'une maison située dans la cellaria. Ces celliers sont regroupés, au coeur du castrum, dans la cellera, au voisinage de l'église et du cimetière5. Les villageois déclarent parfois un « cortal » dans le castrum, peut-être étable ou bergerie6. D'après J. Reynal7, une maison forte, forcia, occupe une partie de la cellera, maison forte qui serait à la fin du xiiie siècle le château royal. Mais certains documents semblent indiquer que forcia a plutôt le sens de « fortification collective » ; un villageois déclare tenir quoddam cellarium in forcia8. En outre, on semble nettement distinguer le « mur » (sous-entendu : « de la fortification collective ») et le château privé dans les confronts de cette domus in cellariam que affrontat in castro de una parte et ex alia in muro9. Au coeur de la cellera entourée d'un mur, on trouve une demeure noble fortifiée et indépendante, peut-être le château royal. Un autre cellier est juxta murum forcie10.

  • 11 « patuum quid consuevit esse cellarium », ibid., fol. 8.

9Le cens dû pour un cellier est en général de deux poules, parfois quelques deniers. Certains celliers ont peut-être été détruits, comme l'indique ce terrain qui occupe la place d'un ancien cellarium11.

  • 12 « porticu », ibid., fol. 8.
  • 13 Ibid., fol. 3.

10Le bourg est bien développé, puisque l'on trouve des étals sur le marché des bouchers (tabulam in macello) près d'un portail ou des porches ( ?)12. A l'extérieur des murs s'est développé un barri, un faubourg13.

  • 14 ADPO, Liber Feudorum, 1B-16, fol. 24v°-25r°.

11Mais le roi n'est pas le seul seigneur dont dépendent les habitants de Millas, en particulier pour leurs possessions dans la cellera. En effet, en 1292, un nommé Pierre Guillem, qui reconnaît tenir en fief pour le roi de nombreux biens à Tautavel, Millas, Corbère, Vall Ventosa, Gravalera, La Bastide, en excepte un patuus infra cellariam de Miliaris dont le seigneur est le monastère de Serrabone14.

  • 15 ADPO, 1B 21, fol. 16v°.
  • 16 « retinemus tamen dicto domino Regi bajuliam castri de Miliariis et stagium ipsius castri exceptis (...)

12En 1302, les procureurs royaux vendent pour quatre ans tous les revenus que le roi perçoit à Millas15. Ils retiennent pour le roi les justices civiles et criminelles, la baillie et le droit de gîte (l'estage, stagium), exceptés le cellier neuf et la maison dans laquelle sont recueillis les blés provenant de ces redevances, si le roi n'y résidait pas16. A la fin de cette période les preneurs devront rendre la vaisselle qui est dans le cellier « belle et cerclée comme ils l'ont reçue », à savoir huit vases entiers, deux cuves et aussi un vase brisé et un tonneau cassé. Le cellier royal est le lieu où sont réunies les perceptions ; il était, comme le sous-entend le texte, placé primitivement sous la responsabilité du bayle. C'est seulement pour les besoins de l'affermage accordé ici que ce cellier (et une maison utilisée comme grenier de perception) est séparé de la baylie. Le stagium est certainement le droit de gîte, mais il devait inclure l'utilisation d'une partie de la maison ci-dessus à titre de résidence du roi : on peut donc supposer qu'elle est voisine du château royal, probablement n'en est-elle qu'une dépendance. Ces deux bâtiments (cellier et maison-grenier) se trouvent donc selon toute probabilité dans la cellaria.

La cellera à la fin du Moyen Age :

  • 17 ADPO, 1B 21, fol. 29 r°-v°.

13En 1303, dix hommes et femmes, tous de Millas, vendent chacun à titre individuel, mais dans un acte commun assez curieux, un cellier ou un pati qui se trouvent tous dans la cellera de Millas, pour des prix allant de quelques sous à plusieurs livres17. Il semble que ces biens soient contigus : ils touchent tous à la rue, à la tenencia du roi et au mur. L'un des vendeurs ne vend que la moitié d'un patuus pour quinze sous, à condition de pouvoir garder l'autre moitié sans devoir aucune prestation de cens (au roi sans doute).

  • 18 ADPO, 1B 21, fol. 33 v°.
  • 19 « ...unam monallatam patui ad construendum ibi domum de quadam tillia quam tu vendidisti dicto dom (...)

14Le développement du village et l'accroissement de sa population sont illustrés par l'accord intervenu entre le procureur royal et Jean Joli de Millas en 130318. Celui-ci vend au roi une treille (trilliam) située sur le territoire de Millas pour un prix de soixante-dix sous ; il versera un cens de deux deniers au roi pour la conserver (au lieu des six qu'il versait précédemment). Le même jour, le procureur royal lui redonne en acapte une monallata du pati de la treille qu'il vient de vendre au roi pour qu'il y construise une maison19, et perçoit une intrata de vingt sous. Jean Joli y gagne une partie de la somme nécessaire à la construction de sa maison (cinquante sous) et un cens diminué ; le roi récupère immédiatement une partie du prix d'achat et percevra le foriscapium en cas de vente de la maison.

  • 20 ADPO, G 209, parchemin original.

15En 1323, les procurateurs des clercs d'Elne gèrent un patuum donné par Raimond d'en Hot de Millas20. Ce patuum est situé infra cellariam de Millariis et touche d'un côté au mur. Il doit un cens de sept deniers et d'une obole.

  • 21 B. Alart, C.M., t. XV, p. 441, syndicat d'Ille, couverture du capbreu de Rodes de 1510.

16Le prêtre de Millas, Bérenger Sabbater, paie au roi en 1373 un droit de mutation pour un hospicium situé in cellaria dicti loci de Milliaria, qu'il a reçu en héritage21. Cette demeure touche au mur de Millas (in muro dicti loci).

  • 22 ADPO, 3E3/114, fol. 27 r°.

17En 1375, un nommé Salomon, sacristain de l'église de Baixas et rentier des prémices du territoire de Millas, vend à Bernard Scriva les prémices de Millas et une maison. Bernard Scriva reconnaît devoir vingt-huit livres pour cet achat ; on sait par ailleurs que les prémices avaient été vendues pour treize livres. La maison, située in cellaria de Miliariis touche à trois rues et à une autre propriété22. Il est possible que cette maison dans la cellera soit liée à la perception des prémices.

  • 23 B. Alart, C.M., t. G, p. 480, notule de Berenger Sereta, n°1377.
  • 24 B. Alart, C.M., t. M, p. 425, notule de Jean Morer (not. 1233).
  • 25 B. Alart, C.M., t. J, p. 57, manuel de Jean Morer, not. 1232.

18En 1415, une femme récupère des droits sur un moulin à blé situé intus fortalicium loci de Miliariis23. Le terme de cellera n'a pas disparu pourtant. En 1412, un menuisier de Millas est membre de la confrérie de la Sainte-Vierge Mère de Jésus-Christ24. Il donne à celle-ci, représentée par deux procureurs dont l'un est boucher, deux maisons contiguës lui appartenant, qui se trouvent intus cellariam et qui touchent de trois côtés à des rues, de l'autre à la « maison des frères religieux ». Quelques années plus tard, en 1418, un problème s'élève au sujet des travaux menés dans une maison située infra cellariam25. Elle est mitoyenne de trois rues et de cette même « maison des frères religieux », on peut penser qu'il s'agit des deux maisons de l'acte précédent, réunies en une seule (petite dimension des édifices dans la cellera). Cette maison est en possession d'un raccommodeur (sartor) à qui elle dut être vendue ou concédée par la confrérie. Elle n'est séparée de la maison des frères que par un mur de pisé, pariete tapie, qui menace effondrement à la suite de travaux dans la maison qui prennent appui sur lui.

  • 26 B. Alart, C.M., t. M, p. 93, notule de Jean Morer, 1406, not. 1212.

19A l'intérieur du village fortifié se trouve aussi un château ou demeure fortifiée, où réside la famille de Marzano (l'a-t-elle transmis aux vicomtes de Perillos et de Rodès ?)26. Agnès, épouse du vénérable Jourdain de Marzano, rédige son testament dans cette demeure, qui est aux mains de son fils Pierre, en 1382, intus castrum seu hospicium dicti Petri de Marzano.

  • 27 B. Alart, C.M., t. J, p. 258-259, notule de Jean Morer, 1422, not. 1241.

20L'inventaire des biens du damoiseau Pierre de « Materon » (il faut peut-être y lire Matzano), à la demande de sa veuve Marguerite, détaille les objets contenus dans le cellier (attenant semble-t-il à la maison)27. On y trouve une carafe en étain, des étriers avec leurs étrivières, une laisse de chien, une chaine accrochée à un licou de cuir, des boîtes en cuir, deux échiquiers, un cadenas moresque, un papier sur lequel est peint le crucifix, un briquet en bois, un pot de peintre sans fond, une bricole de harnais en cuir, une haste de lance, un bois de cerf. Cette maison se trouve dans l'environnement immédiat du cimetière, puisqu'une autre pièce se trouve à l'étage : « al soler, qui mira vers lo cimiteri ».

La cellera à l'époque moderne :

  • 28 ADPO, 3E1/3016, notule et minutes de Joan Blasi Carbonell, document sans date, communiqué par Deni (...)
  • 29 « primo una casa situada dins la vila de Millas en la cellera de dita villa... item hun palier, st (...)

21Un inventaire de biens après décès, datant probablement de 152828, mentionne une maison située dans le village, dans la cellera, ainsi qu'un pailler, étable et enclos dans la cellera, qui touchent à la propriété du vicomte et à une impasse29.

  • 30 ADPO, 3E1/3650, communiqué par Denis Fontaine.
  • 31 A Laroque-des-Albères par exemple.

22En 1585, on dresse l'inventaire des biens de feu Francesc Gerbert, paysan30. On y relève d'abord une maison avec paller, stablay cortal, dans la ville de Millas, à la rue de la porte de Perpignan, qui touche à la muraille vieille de la ville. Dans l'entrée de cette maison il y a un selleret, (un petit cellier) qui contient une cuve, des botes, un vexill. D'après le document suivant, il s'agit d'une maison se trouvant dans l'ancienne cellera, dont une partie a conservé la fonction originelle de cellier. Le diminutif fait penser à ces celliers de petite taille que l'on trouve dans d'autres celleres31.

  • 32 ADPO, 3 E1/5332 (Denis Fontaine).

23En 1593, Antoine Boy, pareur de Millas, laisse à sa mort une maison dins la vila al loch dit la sellaria, maison qui touche à la rue qui va de la porte de Perpignan à l'église, et à une autre rue qui va de la maison de mossen Domenech à l'église et à la place32.

Seigneurs et fortifications :

  • 33 LFM, t. II, n° 794.
  • 34 « Promitto eciam tibi quod de ipsa fortitudine possis guerreiare et de todo ipso Castro de Milars. (...)

24En 1167, Udalgar de Millas donne à Alphonse, roi d'Aragon, pour que celui-ci la lui retourne en fief, la fortitudinem de Millas et l'albergue de cinquante cavaliers qu'il y percevait33. Le document distingue ensuite trois entités, la fortitudo, le castrum et la villa34, qui font peut-être référence à des réalités différentes quant à l'espace et aux pouvoirs en cause.

  • 35 ADPO, 1B 51, parchemin original.

25En 1271, les exécuteurs testamentaires de Pons Hugues, comte d'Ampurias, reconnaissent avoir reçu de l'infant Jacques d'Aragon la somme de vingt mille sous de Melgueil pour prix de la vente du castrum de Miliariis35.

  • 36 B. Alart, C.M., t. M, p. 577-584, notule de Jean Morer, 1414-1416 (n° 1228).

26Une maison qui a appartenu aux Périllos, est citée en 1416. La description de cette demeure dans laquelle est mort Pons de Périllos, lors de l'inventaire de ses biens36, présente de grandes similitudes avec celle laissée par Pierre de « Materon » (voir ci-dessus). Le vicomte précise qu'elle se situe intus cellariam dicti loci nostri de Miliariis, et qu'elle touche à la maison de la confrérie de Sainte Marie. On trouve dans cette maison une camera terrea sive del sotol, dans laquelle sont entreposés des coffres contenant du linge, un menjador, une gran casa que solia esser stable, une autre chambre del soler qui mira al simenteri de la glesa, ainsi qu'une sala, et quatre autres chambres, dont l'une avec une rera cambra apellada garda roba.

  • 37 B. Alart, C.M., t. J, p. 217-222, notule de Jean Morer, 1422, fol. 24-25, not. 1241.
  • 38 « per una torra qui no es accabada al portal del dit loch appellat de Vilafrancha »... « e per una (...)

27En 1422, une discussion s'élève entre les hommes de Millas et le vicomte de Périllos et Rodès, Raymond37. Celui-ci a en effet demandé au roi qu'il lui permette de disposer des impositions de la ville afin d'achever les travaux sur deux tours des murs de la ville : l'une inachevée à la porte de Villefranche (du côté de l'ouest) et l'autre qui a besoin d'être réparée, près d'une porte qui est murée38. Les consuls demandent au vicomte qu'il leur fasse remise de ces impositions, et affirment qu'ils en donneront bien plus que l'équivalent sous forme de travaux. Mais le vicomte leur répond qu'ils n'ont rien fait de tout cela et qu'ils n'ont jamais manifesté aucun souci de le faire.

Structure du village et activités :

  • 39 ADPO, 3E3/111, fol. 38 r°.
  • 40 ADPO, 3E3/112, son prix est de sept livres huit sous.

28En 1363 a lieu la vente d'une maison située à Millas, touchant d'un côté à l'hôpital des pauvres et de l'autre au four39, et en 1364 la vente d'un patuus soli situé intus villam de Miliariis qui touche au macell40.

  • 41 B. Alart, C.M., t. J, p. 105-109, notule de Jean Morer, 1419, not. 1235, très intéressant document (...)

29En 1419, à la demande des consuls de l'université de Millas, le vicomte approuve une stricte règlementation de la taille des maisons qui peuvent être construites sur le terrain du fossé de la cellera qui touche à la place du village. Les consuls sont en particulier attachés à conserver le toit qui couvre cette place (une halle ?) et veillent à ce que les nouveaux propriétaires ne puissent pas s'opposer au libre déballage des marchands les jours de marché et foires. Ils exigent aussi que le public puisse toujours s'asseoir sur les tables (du marché) qui s'y trouvent les dimanches pendant les « misteris »41. Rare et précieuse mention de ces spectacles donnés au public villageois sur le parvis de l'église.

Plan et vestiges architecturaux :

30Le plan du village permet de bien cerner les contours de cette cellera, au sud de l'église surtout, et de suivre l'extension postérieure du village. Curieusement, c'est une cellera dont la particularité est nettement perçue jusqu'à la fin du Moyen Age et même durant l'époque moderne, bien conservée, pourtant traversée par la rue principale du village, qui n'est autre qu'une vraie grande route majeure du Roussillon : la route royale du Confient, devenue la route nationale 114. Cette situation est tout à fait exceptionnelle, la cellera ayant été la plupart du temps contournée, évitée, par les axes de circulation majeurs. On doit pouvoir en déduire l'installation de l'église, à l'époque carolingienne (première mention de la villa), auprès de cet axe majeur de circulation, et la création de la cellera tout autour de l'église, chevauchant cette route. Ceci a imposé de mettre en défense non seulement le périmètre extérieur de la cellera mais aussi le côté faisant face à la route, au sud de celle-ci, par la construction d'une fortification et d'une porte, qui viennent en quelque sorte couper la cellera en deux. C'est dans cette partie sud de la cellera que sont concentrés les celliers.

Communauté villageoise :

  • 42 B. Alart, C.M., t. E, p. 251-254, d'après une copie de 1383 contenue dans la notule de Pierre Carb (...)
  • 43 « costell in platea de Milliaris », ibid.

31En 1260 Pons, seigneur de Vernet, et Guillem Hugues seigneur de Serralongue et de l'« honneur » de Turre in villa de Milliaris, à la demande de l'universitas populi de Milliariis disent accepter de faire en ce lieu un four ou des fours afin d'y cuire le pain42. Ils décident de partager en deux les revenus de ce four, à savoir un pain pour vingt qu'y cuiront les habitants de Millas. Il sera en outre interdit à tout habitant de ce lieu de posséder un four. Ils imposent de plus le ban sur les jardins, les vignes et les champs de toute la paroisse. Ils placent aussi un pilori sur la place de Millas43, qui est, disent-ils, de communi missione, d'usage commun. Au cas où une personne serait prise en flagrant délit de malefacta (comprendre : non respect du ban), elle devrait payer douze deniers, faute de quoi il faudra qu'elle « intret in costell, quod stet ibi ad noticiam duorum proborum hominum ». Curieux document où la communauté des habitants est présentée comme demandeuse d'un avantage qui semble bien maigre (la construction d'un four banal) en regard de contraintes lourdes : prélèvement d'un vingtième, interdiction de tout four privé, « ban » sur les terres, droits de justice élevés et surtout exposition publique des coupables non solvables. La communauté villageoise paraît en situation de faiblesse, de dépendance, malgré la mention de l'universitas et des prud'hommes.

Synthèse :

32Le village de Millas s'est formé autour d'une cellera, née sur l'espace entourant l'église paroissiale, ainsi que le montre le plan cadastral. Elle n'apparaît dans la documentation qu'au début du xiiie siècle, à une époque où elle est déjà entourée d'un mur, incluse dans un village lui-même fortifié en castrum, et passée sous le contrôle des seigneurs du lieu : le roi et son vassal. A l'intérieur de cette cellera se trouvent toujours le cimetière et des constructions qui restent en majorité des celliers (et ce jusqu'à l'époque moderne parfois), mais aussi une maison forte aristocratique. Les tenanciers de manses ont souvent un cellier dans la cellera, qui semble être un espace où les familles les plus prospères du village (de plus ancienne souche ?) sont le plus présentes.

Plan cadastral de Millas

Plan cadastral de Millas

Notes

1 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 297-300, archives de l'hôpital de Perpignan, pl. 28, n° 40.

2 « cellarium quod fuit de domina Kamardi, quod est intus cellariam de Milars », B. Alart, C.M., t. VIII, p. 526, ADPO, CT, fol. 15 v°-17 v°.

3 B. Alart, C.M., t. VI, p. 21, copie de 1260, ADPO, série G, église de Millas.

4 ADPO, 1B-34, 56 folios. Voir : Jean Reynal, Une seigneurie..., qui donne une édition du capbreu dans le tome 2.

5 Un cellier touche au cimetière : « quoddam cellarium juxta ciminterium », ADPO, 1 B 34, fol. 37v.

6 V. Farias note au sein de la sacraria des espaces découverts, les « curtes », mais doute de leur utilisation systématique comme étables pour les troupeaux, La sacraria..., p. 128, n. 58. Ici les bergeries ne sont jamais situées dans la cellera, mis à part ce patuus qui était autrefois un cellier.

7 C'est l'étude de ce terrier par J. Reynal, fort intéressante, qui lui a permis de connaître les celleres, et de les reconnaître ailleurs. Il est un des rares auteurs roussillonnais à leur avoir prêté quelque attention. Cependant, la vision que ce document de la fin du xiiie siècle donne du village ne permet de saisir qu'une situation tardive, fruit de trois siècles d'évolutions économiques, démographiques et sociales. L'auteur parle de la cellera comme du « réduit lui-même fortifié dans le castrum », qui « tournait ses défenses vers l'intérieur de l'enclos castrai aussi bien que vers l'extérieur de la villa ».

8 ADPO, 1B-34, fol. 9.

9 Ibid., fol. 3.

10 Ibid., fol. 2.

11 « patuum quid consuevit esse cellarium », ibid., fol. 8.

12 « porticu », ibid., fol. 8.

13 Ibid., fol. 3.

14 ADPO, Liber Feudorum, 1B-16, fol. 24v°-25r°.

15 ADPO, 1B 21, fol. 16v°.

16 « retinemus tamen dicto domino Regi bajuliam castri de Miliariis et stagium ipsius castri exceptis cellario novo et domo in qua congregatur bladum dictorumreddituum nisi dominus rex ibi steterit », ibid.

17 ADPO, 1B 21, fol. 29 r°-v°.

18 ADPO, 1B 21, fol. 33 v°.

19 « ...unam monallatam patui ad construendum ibi domum de quadam tillia quam tu vendidisti dicto domino regi... », ibid.

20 ADPO, G 209, parchemin original.

21 B. Alart, C.M., t. XV, p. 441, syndicat d'Ille, couverture du capbreu de Rodes de 1510.

22 ADPO, 3E3/114, fol. 27 r°.

23 B. Alart, C.M., t. G, p. 480, notule de Berenger Sereta, n°1377.

24 B. Alart, C.M., t. M, p. 425, notule de Jean Morer (not. 1233).

25 B. Alart, C.M., t. J, p. 57, manuel de Jean Morer, not. 1232.

26 B. Alart, C.M., t. M, p. 93, notule de Jean Morer, 1406, not. 1212.

27 B. Alart, C.M., t. J, p. 258-259, notule de Jean Morer, 1422, not. 1241.

28 ADPO, 3E1/3016, notule et minutes de Joan Blasi Carbonell, document sans date, communiqué par Denis Fontaine. Tous les autres actes de cette liasse sont datés de 1528.

29 « primo una casa situada dins la vila de Millas en la cellera de dita villa... item hun palier, stable y cortal situats dins dita vila de Millas que son continguts en la dita cellera affronten ab lo senyor vescompte de dita vila... y ab un carrer qui no passa », ibid.

30 ADPO, 3E1/3650, communiqué par Denis Fontaine.

31 A Laroque-des-Albères par exemple.

32 ADPO, 3 E1/5332 (Denis Fontaine).

33 LFM, t. II, n° 794.

34 « Promitto eciam tibi quod de ipsa fortitudine possis guerreiare et de todo ipso Castro de Milars... », et plus loin : « ... si aliquis homo vellet tibi facere malum in ipso Castro vel villa vel in ipsa fortitudine de Milars... ».

35 ADPO, 1B 51, parchemin original.

36 B. Alart, C.M., t. M, p. 577-584, notule de Jean Morer, 1414-1416 (n° 1228).

37 B. Alart, C.M., t. J, p. 217-222, notule de Jean Morer, 1422, fol. 24-25, not. 1241.

38 « per una torra qui no es accabada al portal del dit loch appellat de Vilafrancha »... « e per una altra que ha menester adob, qui es al portai appellat de madona Ermenjart que es tapat », ibid.

39 ADPO, 3E3/111, fol. 38 r°.

40 ADPO, 3E3/112, son prix est de sept livres huit sous.

41 B. Alart, C.M., t. J, p. 105-109, notule de Jean Morer, 1419, not. 1235, très intéressant document sur les éléments de construction et le souci de protéger et favoriser les activités commerciales et les manifestations sociales diverses sur la place du village.

42 B. Alart, C.M., t. E, p. 251-254, d'après une copie de 1383 contenue dans la notule de Pierre Carbonell, année 1511 (n° 5122), fol. 14.

43 « costell in platea de Milliaris », ibid.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Millas
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 498k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540