Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Maureillas

Vallespir

Testo integrale

  • 1 A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 55, ADPO, FdF, I, n° 31 ( ?).

1Maurelianum, 1011, église Saint-Etienne, 11471, castrum de Maurelianis, 1299.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 B. Alart, C.M., t. P, p. 371-372, famille de Sant Marti (de Gérone). La décision de vente des exéc (...)
  • 3 « hospitium vocatum castrum quod est intus locum de Maurelars videlicet infra cellariam, cum omnib (...)
  • 4 Le pailler dépendant du château installé dans la cellera (probable) de Palau-del-Vidre est très si (...)

2Les exécuteurs testamentaires de Dalmacius de Sancta Pace, damoiseau, seigneur de Maurellars, veillent à l'application des dernières volontés de ce dernier, en date du mois d'octobre 13612 Son épouse devait recevoir deux cents livres barcelonaises : pour les lui verser, ils décident de vendre au plus offrant, en l'occurrence au donzell Pierre de Sant Marti, le castrum sive hospitium ainsi décrit : la demeure appelée château qui est dans le lieu de Maureillas, dans la cellaria, avec toutes ses dépendances3. Ils lui cèdent en même temps un jardin, appelé l'ort del castell, et une condamina dicti castri qui se trouvent tous deux près dudit château. Au sein de la cellera, une demeure noble, baptisée du nom de « château », est en possession de la famille aristocratique locale. On remarque que ce « château » est entouré des dépendances bâties habituelles (cours, paillers4, celliers). Au coeur de la cellera trouve sa place le « château », symbolisant ainsi le contrôle qu'exerce le seigneur sur cet espace.

Structure du village et activités :

Le castrum, village fortifié :

  • 5 ADPO, LFC, fol. 7 v°.
  • 6 ADPO, LFC, fol. 53 v°.

3En 1286, Arnaud de Llupia, fils de Gaucerand de Céret, tient en fief pour le roi, en indivis, la moitié du castri seu ville de Maurelanis5. En 1299, Simon de Llupia, héritier du précédent, renouvelle cette reconnaissance6.

  • 7 ADPO, 1B 21, fol. 43 r°.

4En 1304, les procureurs royaux concèdent une bordam seu mansatam scita infra terminos et villa de Maurelianis, cum domibus, terris, etc., sous condition que le preneur fera résidence continue in castro seu villa de Maurelianis7.

  • 8 ADPO, 1B 23, fol. 6v°-7r°.

5En 1308, Jacques de Majorque concède en fief les justices civiles de Maureillas à Sibile, épouse de Bernard Bosom de Perpignan, seigneur pour moitié en indivis du castrum de Maurelianis8.

La forcia, l'ancienne cellera :

  • 9 ADPO, H 257, parchemins découpés provenant d'un grand capbreu.
  • 10 « in platea et in vallibus forcie », ibid.

6Plusieurs fragments d'un capbreu des biens du prieuré de Panissars sur le territoire de Maureillas, dressé en 1356, mentionnent des maisons et des terrains dans le village9. Un patuum touche à la place et aux fossés de la forcia10. Pour plusieurs biens, parmi lesquels une maison in barrio, la tasque due est portée intus Maurelianum, in cellario vestro, et une terre est tenue jure indiviso pro cellario monasterii Arularum.

7Le village s'est développé vers une petite éminence voisine, appelée pug d'amont où se trouve une borda et auprès d'elle un hospicium... in barrio dicti loci de Maurelianis, qui touche à un autre hospicium et versus ... aree (l'aire de battage : area). Une maison dirutam située in barrio de Maurelianis touche in vallibus forcie et in platea. Une autre intus villam confronte cum fortalicio dicte ville. Une autre encore, située pareillement, touche in muris.

8Les maisons qui donnent sur la place se trouvent dans le barri. L'une d'elles a un verger (viridarium) contigu, une autre a un porche (porticho : une avancée, un portique ?). Deux patua contigus sur l'un desquels se trouve une maison détruite (domus diruta) se trouvent aussi dans le barri, comme deux autres dont un touche in vallibus murorum. Le même document cite la veuve d'un Guillaume Selera, ancien habitant du lieu.

  • 11 ADPO, 1B 131, notule d'André Romeu, fol. 38 v°.

9En 1375, le régent de la procuration royale du Roussillon confirme à Raymond Posset de Maureillas l'acquisition d'une maison situata intus cellariam dicti loci, vendue pour un prix de treize livres par Guillaume Miro, saufs les droits du roi et de Ferrer de Saint Martin donzell11.

  • 12 B. Alart, C.M., t. P, p. 470, ADPO, 1B-207, fol. 30-41.
  • 13 « et in dicto loco vocato lo Tor erexit atque plantavit seu erigi fecit furchas fusteas », ibidem.
  • 14 « manus, pedes, nases, aures et alia quolibet membra mutilando, oculosque et linguam extraendo », (...)

10En 1393, Jauffred, vicomte de Rochaberti, vend à Jean Fabre, bourgeois de Perpignan, en franc et libre alleu, le castrum seu locum nostrum de Maurelianis cum domibus et fortaliciis ipsius castri et cum omnibus suis honoribus, le tout pour 88 000 sous12. La prise de possession de ce lieu se déroule in loco vocato lo Tor de les Brugueres, qui est infra terminos dicti loci sive castri ultra ripariam que est seu labitur ante fortalicium dicti castri. Le nouveau seigneur installe là des fourches de bois, un pilori, en signe d'exercice des droits de justice13. En effet, la juridiction civile et criminelle, le mer e mixt imperi, donne au seigneur du lieu le droit d'exercer des châtiments dont la liste précise est établie par l'acte14. Le vicomte réunit les hommes de ce lieu in platea dicti loci et ante portale fortalicii à l'appel du crieur public, et les fait informer de cette vente et de ces conditions, puis pour rendre effective immédiatement cette vente il donne à Jean Fabre les claves portails fortalicii castri predicti, le fait entrer dans le fortalicium, fait fermer et ouvrir les januas sive valvas fusteas ipsius portalis. La liste des présents comporte quarante-huit noms d'hommes, tous de Maureillas.

  • 15 B. Alart, C.M., t. P, p. 373.

11Dans le capbreu de 1410, terrier des biens du monastère d'Arles dans les paroisses de Maureillas et de Saint-Martin-de-Fenollar, les manses et bordes sont souvent accompagnés de leur quintanale. Deux maisons sont situées in barrio dicti loci15. Le tenancier d'un manse se fait, lui et ses enfants nés et à naître, homines proprii, solidi et amansati et abordati dicti domini abbatis.

  • 16 ADPO, 3E40/1164, terrier de 1495, incomplet.
  • 17 Ibid., fol. 46 v°.
  • 18 Ibid., fol. 27 r° et 55 r°.
  • 19 Ibid., fol. 28 r°, 32 r°.
  • 20 Ibid., fol. 24 r° et 29 r°.

12Un terrier plus tardif, de la fin du xve siècle, révèle que le terme de cellera ou cellaria n'est plus usité16. Les déclarants, qui reconnaissent tenir leurs biens pour le chevalier Miquel de Sant Marti, seigneur du village, situent les maisons soit dins la forsa, soit en lo barri, ou a la vilanova. La forsa semble bien correspondre en partie au moins à l'ancienne cellaria, puisqu'une casa dins la forsa est située devant la Sglesia17. Elle borde d'ailleurs la rue qui va al portalet d'avalh. D'autres maisons de la forsa touchent ab lo mur18. Plusieurs maisons situées sur la plassa possèdent un porche sur la place19, deux autres maisons avec porche se trouvent l'une al carrer de Sancta Magdalena, l'autre au barri20. Ces « porches » paient un cens au seigneur de Maureillas, même si la maison attenante est tenue pour le prieur de Panissars ; ce sont en réalité des éventaires, boutiques largement ouvertes sur la rue ou la place, entre deux piliers de soutènement des étages des maisons. L'un d'eux est d'ailleurs nommé porche o botigua. Le seigneur laïc doit seul avoir la seigneurie du marché et des activités commerciales ou artisanales.

  • 21 Ibid., fol. 55 r°.

13Même si le terme de barri, ou celui plus rare de villa nova, présents dans le capbreu donnent l'image d'une extension de la superficie construite du village, un déclarant reconnaît tenir una casa enderroguada dintre la forsa del dit lloch qui touche ab lo mur21. Il faut en déduire que la pression démographique ne doit pas être très forte, et que le besoin de défense doit être faiblement ressenti.

  • 22 Ibid., fol. 33 r°.
  • 23 Ibid., fol. 34 r°.

14Le barri, par ailleurs, est, comme bien souvent, de structure plus lâche que le vieux noyau villageois ; on y trouve en effet un palher e un forn d'olhes e hun pati22. L'habitat dispersé existe, puisqu'un déclarant tient une borde dont le capmanse est aux masos de Maurelhanels, sur le territoire de Maurelhas23.

  • 24 ADPO, 3E1/4606, notaire Pierre Just de Perpignan, a. 1588.

15Au seizième siècle, l'inventaire des biens de Michel Bose de Maureillas comprend une maison dans la forsa, qui touche au couchant à l'église paroissiale et aux murailles du côté du levant24. Cette maison est assez importante : elle comprend un escalier, un mangador et un saloir ab sos areus et a deux chambres en haut avec pescator. Le fait qu'une maison de la forcia touche à l'église prouve que c'est bien l'ancienne cellera qui est appelée ainsi.

Plan et vestiges architecturaux :

16Le plan cadastral de l'époque napoléonienne fait clairement voir un quadrilatère assez régulier autour de l'église : c'est l'ancienne cellera fortifiée plus tard en castrum. On distingue aussi nettement la place et le barri qui s'allonge le long de la route du Boulou.

Communauté villageoise :

  • 25 B. Alart, C.M., t. P, p. 377, ibid.

17Parmi les papiers de la famille de Sant Marti une cession à bail de 1282, concerne une borda qui se trouve in parrochia de Maurelianis, in loco vocato ad Maurelanels25. On y précise que le cens devra en être versé chaque année in nundinis Perpiniani. L'attraction perpignanaise, le rôle centralisateur et dynamisant de la ville, même dans le Vallespir, s'exprime ici par l'importance prise par la date de réunion de ses foires pour les transactions et paiements.

  • 26 ADPO, 3E1/1011, notule de Gabriel Resplant, fol. 25v°.

18En 1411, on trouve mention à l'occasion d'un échange de maisons de l'hospitalis pauperum dicti loci de Maurelianis26.

  • 27 B. Alart, C.M., t. T, p. 356-357, notule de Jacques Molenes, n° 490.

19En 1402, l'université de Maureillas est convoquée in platea dicti loci, intus domum Jacobi Oliver sartoris dicti loci, sur mandat du bayle, par proclamation publique du crieur attitré du lieu27. On cite alors les noms de 42 hommes, omnes dicti loci.

Finage et occupation de l'espace :

20Lieux-dits :

  • 28 ADPO, 3E40/1168, Caput breve de Maurelianis pro venerabile Petro de Chalhario domicello, domino de (...)

21Une parcelle à Maureillas, auprès de la route de Saint-Jean (Pla-de-Corts), est située en un lieu appelé Les Sitges28.

Synthèse :

22Maureillas est l'exemple d'un village pour lequel la mention de cellera, très tardive, est déjà contemporaine de sa dénomination comme « forcia ». Elle est cependant largement conservée à la fois dans sa morphologie, centrée autour de l'église, comme dans sa destination, qui subsiste en partie, c'est-à-dire le groupement des celliers. Elle a cependant été probablement fortifiée sur un plan rectangulaire, qui la fait ressembler aux « forsas » d'autres villages, comme Bompas, Baho, Villeneuve-de-la-Rivière par exemple.

Plan cadastral de Maureillas

Plan cadastral de Maureillas

Note

1 A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 55, ADPO, FdF, I, n° 31 ( ?).

2 B. Alart, C.M., t. P, p. 371-372, famille de Sant Marti (de Gérone). La décision de vente des exécuteurs testamentaires date de 1373.

3 « hospitium vocatum castrum quod est intus locum de Maurelars videlicet infra cellariam, cum omnibus patuis, palleriis, cellariis, parietibus, edifficiis juribusque et pertinentiis dicti castri », ibid.

4 Le pailler dépendant du château installé dans la cellera (probable) de Palau-del-Vidre est très similaire, voir ce lieu.

5 ADPO, LFC, fol. 7 v°.

6 ADPO, LFC, fol. 53 v°.

7 ADPO, 1B 21, fol. 43 r°.

8 ADPO, 1B 23, fol. 6v°-7r°.

9 ADPO, H 257, parchemins découpés provenant d'un grand capbreu.

10 « in platea et in vallibus forcie », ibid.

11 ADPO, 1B 131, notule d'André Romeu, fol. 38 v°.

12 B. Alart, C.M., t. P, p. 470, ADPO, 1B-207, fol. 30-41.

13 « et in dicto loco vocato lo Tor erexit atque plantavit seu erigi fecit furchas fusteas », ibidem.

14 « manus, pedes, nases, aures et alia quolibet membra mutilando, oculosque et linguam extraendo », ainsi que la flagellation et la fustigation, ADPO, 1B 207, fol. 31 v°. Après la description du passage des pouvoirs, le document ajoute : « Ibidem incontinenti dictus venerabilis Johannes Fabri dicta possessione utendo... affixit seu plantavit atque plantare fecit in dicta platea et ante portalem predictum et ante vallem fortalicii eiusdem castri costellum in signum possessionis », ibidem, fol. 47 v°. Doit-on penser qu'il s'agit d'une édification symbolique ? La précision de la description fait plutôt penser que ce carcan ou pilori devait être effectivement placé en ce lieu et peut-être à l'occasion utilisé. Cf. Coustouges où il est détruit sur ordre du seigneur.

15 B. Alart, C.M., t. P, p. 373.

16 ADPO, 3E40/1164, terrier de 1495, incomplet.

17 Ibid., fol. 46 v°.

18 Ibid., fol. 27 r° et 55 r°.

19 Ibid., fol. 28 r°, 32 r°.

20 Ibid., fol. 24 r° et 29 r°.

21 Ibid., fol. 55 r°.

22 Ibid., fol. 33 r°.

23 Ibid., fol. 34 r°.

24 ADPO, 3E1/4606, notaire Pierre Just de Perpignan, a. 1588.

25 B. Alart, C.M., t. P, p. 377, ibid.

26 ADPO, 3E1/1011, notule de Gabriel Resplant, fol. 25v°.

27 B. Alart, C.M., t. T, p. 356-357, notule de Jacques Molenes, n° 490.

28 ADPO, 3E40/1168, Caput breve de Maurelianis pro venerabile Petro de Chalhario domicello, domino de Palaciolo, fol. 16 r°, année 1396.

Indice delle illustrazioni

Titolo Plan cadastral de Maureillas
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1872/img-1.jpg
File image/jpeg, 364k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista