Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Marquixanes

Conflent

Texte intégral

  • 1 ADPO, série H, 141/2, dit « Inventaire d'Agullana », fol.3 r°.

1Matrechexanas, 1025. Eglise Sainte-Eulalie, paroisse, 1014. La « villa et parrochia de Marchexanes « fait partie des propriétés de Saint-Martin-du-Canigou1.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 Alart, Essai de dictionnaire..., s.v. cellera, B. Alart, CM, t. VIII, p. 249-253 : « Et donamus ti (...)

2En 1176, à la suite de longues disputes, l'abbé de Saint-Martin du Canigou donne à Guillaume, seigneur d'Eus, un manse, les maisons qui sont à côté de ce manse, des cens dus sur des moulins et deux celliers situés « in cellaria de Marechexanis »2. Ces deux celliers sont de taille différente : l'un a la taille du cellier de Saint-Martin, l'autre est de la taille de tous les autres.

3Ce document est précieux à plus d'un titre : il nous signale l'existence de la cellera, et il est le seul a avoir conservé ce terme. Plusieurs éléments prouvent que cette cellera est un espace anciennement et fortement structuré. D'abord on y observe, au xiie siècle, la présence attentive de l'abbaye de Saint-Martin du Canigou, seigneur du lieu, mais surtout ce texte semble indiquer que coexistent au sein de la cellera des celliers d'une taille différente : certains de la taille de celui de l'abbaye – un de ceux donnés au seigneur d'Eus est de cette taille-là – probablement plus grands, les autres, celliers courants, ordinaires, de taille plus réduite, doivent être les celliers correspondant aux exploitations rurales, les manses. Ici nous avons donc affaire à un espace régulièrement loti, mais avec une différenciation de la taille des parcelles selon la catégorie sociale de leur possédant, et donc selon des besoins de stockage différents.

  • 3 ADPO, Hp 239, fol. 9, fol. 22.
  • 4 B. Alart, C.M., t. III, p.273, source : mairie de Vinça.

4Le prieur d'Espira-de-Conflent possède une cuve, certainement dans un cellier, à Marquixanes. En effet, plusieurs tenanciers de Marquixanis doivent porter la tasque, les dîmes et prémices dues à Sainte-Marie d'Espira-de-Conflent in locum de Marquixanis,... ad vestrum tinellum, ainsi qu'il est précisé dans le capbreu du prieuré d'Espira en 13843. Cependant, en 1389, dans le capbreu de Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent4, un déclarant reconnaît tenir un mansum, et un jardin qui touchent au cimetière, et un autre jardin sive trileam, aqui matex, subtus ecclesiam. L'espace environnant le noyau originel est en partie non bâti, peut-être après des abandons de la deuxième moitié du xive siècle.

  • 5 B. Alart, C.M., tome K, p. 343, 1646.

5Au xviie siècle, l'aménagement de deux chapelles collatérales et d'une nouvelle sacristie oblige la fabrique à détruire deux celliers adjacents à l'église, ainsi que le stipule le bail à façon que passe la fabrique avec les maîtres maçons chargés de l'ouvrage5.

Seigneurs et fortifications :

  • 6 ADPO, série H, 141/2, dit « Inventaire d'Agullana », fol. 11 r°, « quod possit construere fortitud (...)

6En 1172, le roi Alphonse d'Aragon avait accordé un privilège à l'abbé de Saint-Martin-du-Canigou lui permettant de construire une fortification à Marquixanes6.

  • 7 ADPO, 12 J 25, n° 225.
  • 8 C'est ce que l'on peut déduire du sens de ces mots dans ce cas, mais ailleurs ils ont parfois le s (...)

7En 12457, soixante-dix ans après cette première autorisation, une autre permission de même type est accordée à l'abbé de Saint-Martin par le roi Jacques d'Aragon. Elle consiste à permettre la construction d'un castrum dans la paroisse de Marquixanes. La terminologie de ces privilèges royaux nous permet de retrouver ces trois espaces emboîtés, au sein de la paroisse, une cellera s'est constituée autour de l'église, elle a été fortifiée sous le nom fréquent de forcia ou fortitudo8 ; puis un village s'étant regroupé plus largement, autour d'elle, il est lui-même fortifié et désigné par le terme castrum.

  • 9 ADPO, H-141/2, dit « inventaire d'Agullana, n° 199.

8En 1263, un nommé Pierre Robert vend la moitié de deux parts de dîme que son frère et lui avaient en indivis in castro sive villa de Marchexanes et in omnia adjacencia Sancte Eulalie eiusdem castri9.

  • 10 B. Alart, C.M., t. III, p. 218, Inventaire d'Agullana, n° 121.

9En 1351, Pierre IV, roi d'Aragon, accorde à l'abbé de Saint-Martin l'autorisation de rebâtir le « château » (castrum, au sens de fortification villageoise, sans doute ?) de Marquixanes10.

  • 11 « no pot entrar en dita força ahont es situada dita yglesia », B. Alart, C.M., t. F, p. 479-480, a (...)

10Au seizième siècle, la força est toujours une fortification active. Ses portes sont fermées par le consul de la ville pour interdire l'entrée au nouveau curé. Celui-ci fait constater par huissier qu'il ne peut entrer dans la força où se trouve l'église11.

Plan et vestiges architecturaux :

11La fortification, qui est encore aujourd'hui appelée le « fort », entoure une cellera aux dimensions réduites. En effet la partie réservée au cimetière est restée hors des murs.

  • 12 Voir matrice cadastrale, ADPO, 1016W211-212.
  • 13 On a vu à Collioure que cette mesure pouvait être celle adoptée pour une rue de village.

12Le plan cadastral révèle la disposition de ce premier noyau villageois. Il est constitué, encore au début du xixe siècle, presque exclusivement de celliers12. Quelques aspects typiques des celleres s'y retrouvent : de très petites parcelles bâties, disposées contre le mur de l'église ou de part et d'autre d'une ruelle unique très étroite (2 m environ, à peu près une canne de Montpellier13), qui ouvre à l'ouest par une porte fortifiée sur la placette caractéristique aussi de ces entrées de celleres. L'espace libre de constructions au sud-est de l'église était occupé par le premier cimetière.

13On distingue nettement autour de ce premier noyau, un second, voire un troisième cercle de maisons, s'enroulant autour du « fort ». L'accès à ces rues nouvelles a été lui aussi protégé par des fortifications. Un porche subsiste au bout de la ruelle située à l'est du plan. Cette deuxième fortification du village élargi est peut-être celle dont il est question dans la permission de 1245.

14L'intérieur de la cellera est encore aujourd'hui en partie occupée par des constructions qui ne servent pas d'habitation, mais font fonction de grange ou de remise.

Synthèse :

15Le cas de Marquixanes est intéressant, car il montre l'extrême fragilité de notre documentation écrite à propos des celleres, même pour une cellera fortement établie, institutionnalisée, comme l'est celle-ci. Il prouve aussi la très longue permanence des celliers dans cet espace particulier : pendant au moins sept siècles, la plupart des petits bâtiments élevés dans cette enceinte originelle n'ont eu pour autre destination que de conserver le produit des récoltes. C'est seulement au cours du xixe siècle que certains de ces celliers, parfois groupés deux à deux, ont commencé à être transformés en maisons. Plus qu'ailleurs, on est marqué par la durée du phénomène de la cellera et par son caractère déterminant pour la formation de l'habitat concentré de beaucoup de villages, non seulement dans la plaine roussillonnaise, mais aussi dans la vallée de la Têt, sur les terrasses qui dominent la partie basse du Conflent.

Plan cadastral de Marquixanes

Plan cadastral de Marquixanes

Notes

1 ADPO, série H, 141/2, dit « Inventaire d'Agullana », fol.3 r°.

2 Alart, Essai de dictionnaire..., s.v. cellera, B. Alart, CM, t. VIII, p. 249-253 : « Et donamus tibi duos cellarios in cellaria de Marechexanis, unum secundum magnitudinem cellarii Sancti Martini, et alium magnitudinis aliorum ».

3 ADPO, Hp 239, fol. 9, fol. 22.

4 B. Alart, C.M., t. III, p.273, source : mairie de Vinça.

5 B. Alart, C.M., tome K, p. 343, 1646.

6 ADPO, série H, 141/2, dit « Inventaire d'Agullana », fol. 11 r°, « quod possit construere fortitudinem sive forciam in villa de Marchexanes ».

7 ADPO, 12 J 25, n° 225.

8 C'est ce que l'on peut déduire du sens de ces mots dans ce cas, mais ailleurs ils ont parfois le sens de château ou de maison fortifiée, voire de castrum, qui lui-même est polysémique.

9 ADPO, H-141/2, dit « inventaire d'Agullana, n° 199.

10 B. Alart, C.M., t. III, p. 218, Inventaire d'Agullana, n° 121.

11 « no pot entrar en dita força ahont es situada dita yglesia », B. Alart, C.M., t. F, p. 479-480, année 1591.

12 Voir matrice cadastrale, ADPO, 1016W211-212.

13 On a vu à Collioure que cette mesure pouvait être celle adoptée pour une rue de village.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Marquixanes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter