Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Marcevol

C. d'Arboussols, Conflent

Texte intégral

1Ancien village. Marceval, 1011. Eglise Sainte-Marie, 1091, (ne pas confondre avec le prieuré du même nom, au même lieu).

Regroupement villageois et celliers :

  • 1 Alturo i Perucho, L'arxiu antic de Santa Anna..., p. 227-229.
  • 2 « ...omnia que infra suas cruces signalas sive sint homines illuc fugientes sive alia res infra ex (...)
  • 3 Cf. la consécration de Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech.

2Un acte de donation de 1129, accordé par l'évêque d'Elne Pierre, mentionne l'espace protégé qui lui est attribué1. Celui-ci n'est pas mesuré en pas autour de l'église, mais délimité par des croix gravées. Le texte précise que tout ce qui est à l'intérieur de ces croix, que ce soient des hommes en fuite ou des biens, sera là en paix et sûreté. Aucun homme ou femme ne devra franchir ces croix pour faire violence à quelqu'un, sous peine d'être, lui comme ses envoyés, exclu de la communauté de l'Eglise et des protections de la Paix et Trêve2. La mention de ces croix gravées est beaucoup plus rare que celle des trente pas, mais on trouve ailleurs un exemple de signes d'immunité3.

  • 4 Olivier Poisson écrit à son sujet : « ...dans les cimetières, devenus celleres, on édifiait des gr (...)
  • 5 Legs à l'operi Beate Marie de Gradibus, en 1348, B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de (...)

3Autour de l'église existe une enceinte fortifiée carrée, décentrée vers le sud, difficile à dater4. L'entrée était apparemment protégée par un mâchicoulis. Cette enceinte fortifiée, bâtie sur un mamelon, n'était accessible que par un escalier d'une dizaine de marches, ce qui valut à l'église le surnom de Sancta Maria de Gradibus5, « de les Grades » : c'est-à-dire des degrés, des marches.

Cellier :

  • 6 Village et prieuré près de Mosset, dans la vallée de la Castellane.
  • 7 « quintas et sala et trilla et cellarium et vineam et campum de Vivario et campum de Tresera et un (...)
  • 8 L. Verdon, La terre et les hommes..., p. 183-184 ; pour quinta : terre, cf. Laroque.

4Dans les textes on peut relever les indices de l'existence d'un regroupement de l'habitat et de celliers. En 1242, le chevalier Bérenger de Corbiac6, son épouse Bruna et leur fils Udalger donnent à Raymond Derantiga et à son épouse Fine, un « honneur » dans le territoire de Sainte-Marie de Marcevol, qui appartint au chevalier de Bredis. Dans la donation sont inclus des terres, champs et vignes, mais aussi un cellier, et deux maisons7. Malgré leur ressemblance avec des toponymes, ces noms propres sont ceux de propriétaires ou tenanciers précédents ou actuels. Outre le cellier, cité à part des maisons (sala : demeure noble ; et casa, maison paysanne), on remarque la mention des vignes, de la treille. Les quintas sont soit des redevances d'un cinquième dues par certaines terres, en particulier les vignes, peu courantes mais connues en Roussillon à la même époque, soit des terres touchant au mas8. L'autre maison est située devant la porte de la forcia, c'est-à-dire de l'enceinte fortifiée entourant l'église.

Prieuré :

5Il a pu servir de refuge et disposait aussi probablement d'une sauveté, mais qui ne semble pas avoir donné naissance à un regroupement de l'habitat.

  • 9 B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de Vinça », p. 8.

6En 1163, le pape Alexandre confirme à Nicolas, prieur de l'église du Saint-Sépulcre les mansos et salvitates quas ibi habetis9.

  • 10 B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de Vinça », p. 316, Hospice de Vinça.

7En 1429, les hommes d'Arboussols sont réunis dins lo claustro del monestir de Marcevol10.

Communauté villageoise :

  • 11 B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de Vinça », p. 21.

8En 1282, vingt-huit habitants nommés, hommes et femmes, omnes de Marcevolo, désignent des syndics pour vendre l'arrière-dîme11.

Synthèse :

9L'église de Sainte-Marie est encore entourée d'une petite enceinte, qui aurait pris la succession d'une cellera originelle. Les documents, malgré leur rareté, semblent en indiquer la possibilité.

Notes

1 Alturo i Perucho, L'arxiu antic de Santa Anna..., p. 227-229.

2 « ...omnia que infra suas cruces signalas sive sint homines illuc fugientes sive alia res infra existentes... », et plus loin : « ...nullus homo... audeat intrare infra iamdictas cruces... », loc. cit. p. 228.

3 Cf. la consécration de Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech.

4 Olivier Poisson écrit à son sujet : « ...dans les cimetières, devenus celleres, on édifiait des greniers pour mettre à l'abri les récoltes, sous la sauvegarde de la Trêve de Dieu, et on les fortifiait parfois. La petite enceinte autour de Nostra Senyora de les Grades, quoique bien postérieure à cette époque, est peut-être un souvenir, un écho de cette histoire. », Terres catalanes, n° 9, décembre 1995, p. 34.

5 Legs à l'operi Beate Marie de Gradibus, en 1348, B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de Vinça », p. 43-46, Hospice de Vinça.

6 Village et prieuré près de Mosset, dans la vallée de la Castellane.

7 « quintas et sala et trilla et cellarium et vineam et campum de Vivario et campum de Tresera et unam casam ante porta de forcia et vineam d'Egamorta », B. Alart, C.M., t. III, p. 65-66, Gallia Christiana, t. VI.

8 L. Verdon, La terre et les hommes..., p. 183-184 ; pour quinta : terre, cf. Laroque.

9 B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de Vinça », p. 8.

10 B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de Vinça », p. 316, Hospice de Vinça.

11 B. Alart, C.M., ms 111, « Marcevol et l'église de Vinça », p. 21.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540