Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Llupia

Roussillon

Texte intégral

1Lupianum, 953. Eglise Saint-Romain, citée en 958, disparue. Eglise Saint-Thomas, paroisse, 1019.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 Inventaire d'Agullana, fol. 118 v°.

2En 1095, Bernard de Llupia donne à l'église Saint-Romain de Llupia les sallaria constructa intus forciam de Lupiano1. Le document original nous est inconnu, on n'en possède qu'une analyse succincte du xvie siècle, mais il semble bien qu'il s'agisse d'une donation de celliers (accusatif neutre régulier) plutôt que de la cellera (on aurait écrit sallariam). La mention de la forcia de Llupia à une date si ancienne est très surprenante : s'agit-il d'une fortification villageoise ou d'une maison forte ? Dans ce dernier cas, comment pourrait-on comprendre la donation de celliers situés à l'intérieur ? L'hypothèse d'une fortification collective est la plus probable : on aurait ici une des allusions les plus anciennes à la fortification de la cellera.

  • 2 Cartulaire du Mas Deu, fol.115, « quandam partem cellarie infra villam de Lopiano ».
  • 3 ...« terminatur ita ab oriente in nostro estare dominico quod est ad caput jamdicte ecclesie », ib (...)

3Un acte du cartulaire de la commanderie templière du Mas Deu concerne la donation, en 1136, d'une « partie de la cellera » de Llupia2 où est fondée l'église dédiée à saint Thomas. La suite du document est tout à fait intéressante. En effet le donateur, Bernard Bérenger, vicomte de Tatzo, dit avoir fait à pied le tour de cette partie de cellera avec les frères de la milice du Temple. Ce qui est donné touche à l'est à la demeure seigneuriale du vicomte, qui est elle-même au chevet de l'église3, au nord à la rue qui vient du fossé et mène à l'église, à l'ouest à la cellera de Saint-Pierre-de-Rodes, au sud à l'honneur de Sainte-Marie-del-Camp.

4Ainsi, une portion entière de la cellera est le bien d'une des grandes familles du Roussillon, qui y possède aussi, tout contre l'église, non pas un château, mais plus qu'une simple maison : un « hôtel ». Parmi les autres propriétaires de biens dans la cellera, deux seigneuries ecclésiastiques, qui y ont peut-être aussi bénéficié de donations. Le grand monastère catalan de Saint-Pierre-de-Rodes doit en avoir toute une partie puisqu'on nomme son bien « cellariam », comme si l'espace originel avait été fragmenté en plusieurs secteurs, chacun regroupant plusieurs celliers. Le monastère de Sainte-Marie-del-Camp, sur le territoire de la commune de Passa, y possède aussi un « honneur », une dépendance. Ce document révèle bien l'intérêt porté par les puissants, laïcs ou clercs, à la cellera, coeur du village, dépôt des récoltes, lieu de sûreté et éventuellement de perception des redevances.

Seigneurs et fortification :

  • 4 B. Alart, C.M., t. IV, p. 321, procuration royale, reg. 31, ADPO, 1B-350, fol. 78v°.

5En 1221, le vicomte de Castelnou, Guillaume, fils de dame Saurina, donne à Pons de Sainte-Foy, prieur de Sainte-Marie d'Espira, tout le fief de Llupia4.

Structure du village et activités :

  • 5 « quandam domum nostram cum sua intrata que est in villa de Lupiano et aff. ex la parte in hospici (...)
  • 6 A rapprocher du type de celle du mas de Saint-Estève, voir notice de ce village.

6Une concession en acapte de 1303 mentionne une maison avec son entrée5. Ceci peut signifier qu'il s'agit d'une demeure de taille assez importante, peut-être avec une cour avancée6.

Finage et occupation du territoire :

  • 7 ADPO, 3 E 3 /1010, fol. 37 r°.

7En 1365, une terre se situe au lieu-dit al vidrer7.

Synthèse :

8La cellera de Llupia est sans aucun doute née dès le xie siècle autour de l'église. Cependant, elle présente la particularité d'avoir été aussi très tôt investie par le pouvoir laïc, sous la forme d'une maison seigneuriale, devenue maison forte puis château.

Plan cadastral de Llupia

Plan cadastral de Llupia

Notes

1 Inventaire d'Agullana, fol. 118 v°.

2 Cartulaire du Mas Deu, fol.115, « quandam partem cellarie infra villam de Lopiano ».

3 ...« terminatur ita ab oriente in nostro estare dominico quod est ad caput jamdicte ecclesie », ibid.

4 B. Alart, C.M., t. IV, p. 321, procuration royale, reg. 31, ADPO, 1B-350, fol. 78v°.

5 « quandam domum nostram cum sua intrata que est in villa de Lupiano et aff. ex la parte in hospicio », B. Alart, C.M., t. S, p. 440, parchemins du Temple, n° 330.

6 A rapprocher du type de celle du mas de Saint-Estève, voir notice de ce village.

7 ADPO, 3 E 3 /1010, fol. 37 r°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Llupia
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540