Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Fourques

Roussillon

Texte intégral

1Furchas, Forças, 844, 994. Eglise Saint-Martin, 1074.

  • 1 MH, col. 929.

2Une donation de Lothaire en faveur de Saint-Pierre de Rodes, en 982, mentionne la villa Forças cum ecclesia sancti Michaelis1.

Celliers et cellera :

  • 2 ADPO, FdF, 12 J 24, n° 22.

3L'abbaye d'Arles y est très tôt en possession de biens. En 1106, Bernard Gérald donne à l'abbaye un alleu et des fiefs situés à Fourques2, en tout quatre manses, tenus par des hommes qui ont aussi en même temps un ou deux champs, plus une vigne ou une pièce de terre, parfois les deux. A trois manses correspondent des celliers. Quatre autres celliers sont aussi donnés, dont un dans lequel habite un nommé Karolus ; le donateur laisse aussi sa propre demeure (ostal).

  • 3 ADPO, 12 J 24, n° 23.

4Après sa mort, son frère Oliba Gérald, en 1108, accepte de renoncer à tous les alleux de Bernard et aux fiefs qu'il tenait de Sainte-Marie d'Arles à Fourques3. En contrepartie, le prieur du monastère concède à Oliba la part de l'héritage de Bernard qui lui venait de son père, dans cette paroisse, exception faite de cette demeure de maître (ostal dominicum) qui est contre l'église. Oliba garde les maisons (mansiones) qui sont devant la porte de cette demeure, le monastère les lui échange contre quatre setérées de la meilleure terre. Cependant, les moines retiennent, pour les oeuvres de Sainte-Marie, les autres maisons (ceteris domibus) qui sont hors de la susdite porte, dans la cellaria de Saint-Martin. Pour cette concession, Oliba doit donner chaque année, à la fête de l'Assomption, une oie.

5Dans la cellera de Fourques on trouve donc, au début du xiie siècle, à la fois des celliers, dont certains habités, des maisons diverses, et une construction plus majestueuse, de type seigneurial.

6Le terroir alentour est découpé en zones de cultures variées, dépendant de manses dont la plupart ont un cellier dans la cellera.

  • 4 ADPO, 12 J24, n° 237, p. 60, « Concessio... de villa de Furchis cum terminis et pertinenciis suis (...)

7En 1237, un document dont nous ne possédons que l'analyse par Agullana semble concerner la cellera de Fourques. Il s'agit de la concession à vie, par l'abbé Arnald à Pierre Richelm, de la villa de Fourques avec son territoire, ses dépendances et la cellaria. Il semble qu'il lui concède aussi la villa de Tordères, avec les mas et les dîmes4.

  • 5 ADPO, 3 E 1 / 5, fol. 8 r°.
  • 6 « scilicet una domus que est intus villam de Furchis... et dictum cellarium affrontat ex una parte (...)

8En 1274, une nommée Sibille, fille d'un Raymond Sutor de Fourques, vend à un autre habitant de Fourques la moitié d'une borde qui est sur le territoire de Fourques, avec ses terres, vignes, jardins, maisons et celliers, pour cinq cents sous de Barcelone5. Ceci pourrait paraître une formule-type, mais la suite de l'acte précise que la maison est dans la villa de Fourques, et que le cellier touche à un autre cellier6. La demi-borde comprend en outre une vigne, deux champs, un jardin, et quatre parcelles de terre.

Seigneurs et fortifications :

  • 7 Joseph Gibrat, « Fourques », Revue catalane, 1907, p. 218-221 : « et alia cella est in monte Furch (...)

9Vers 850, une charte royale aurait attribué Fourques et son église à Saint-Hilaire de Carcassonne7.

  • 8 MH, col.1246.

10En 993, dans le plaid de délimitation de Tordères, Fourques comme Tordères appartiennent à l'abbaye d'Arles8.

  • 9 ADPO, 12 J 24, FdF, n° 29. Sont témoins de la vente, l'évêque d'Elne et la vicomtesse de Narbonne, (...)

11En 1139, Ermengaud et Gausbert de Leucate vendent à l'abbé d'Arles des biens possédés au territoire de Fourques (totum nostrum honorem... in villaque vocatur Furcha... et in adjacentia Beati Martini de jam dicta villa) pour mille sous du Roussillon9. La vente inclut tous les biens parmi lesquels les hommes et femmes habitant là et possédés par les vendeurs.

  • 10 GC, XII, c.486 et F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. VII, ap. n° XXX et XXXI.
  • 11 « ut facialis castrum et villam munitam in parrochia sancti Martini de Furcis », MH, col. 1382.

12En 1188, Alphonse, roi d'Aragon, autorise l'abbé d'Arles à édifier une fortification à Fourques10. En 1193, Gausbert, vicomte de Castelnou, confirme à l'abbé l'autorisation de fortifier11.

  • 12 Vente d'une vigne, en 1279, « salvo jure monasterii Beate Marie de Arulis, in censibus dicta vinea (...)

13Au xiiie siècle, l'abbaye d'Arles possède à l'intérieur du castrum une maison où les tenanciers de ses vignes viennent apporter la tasque12.

  • 13 B. Alart, C.M., t. II, p. 286-287. Cet abbé a aussi, selon son épitaphe, fait construire le castru (...)

14Les murs du castrum ont subi plusieurs aménagements au cours du Moyen Age, comme en témoigne la pierre tombale de Gérald de Bacco, abbé d'Arles, conservée au cloître, portant qu'il fecit operari castrum de Furchis13. Cet abbé est mort en 1303.

  • 14 B. Alart, C.M., t. E, p. 314, source : notule d'André Romeu, ADPO, 1B-144, fol. 21.
  • 15 J. Gibrat, op.cit.

15En 1386, on vend une maison située infra barrium loci de Furchis, et l'on reconnaît le droit qu'y exerce l'abbé d'Arles14. A l'époque moderne, on distingue les maisons enfermées dins lo castell de celles construites dins les barrys del lloch15.

  • 16 ADPO, 3E1/ 1011, manuel de Gabriel Resplant, fol. 17 v°.

16Sibille, veuve de Pierre Manser de Fourques, reconnaît tenir divers biens pour le monastère d'Arles en 141116. Elle cite d'abord un cellier dans le village fortifié (quoddam cellarium intus castrum dicti loci de Furchis), qui touche au mur de ce lieu. La question est de savoir si ce cellier est isolé. Si la cellera citée au début du xiie siècle se trouvait autour de l'église, et si celle-ci n'a pas été déplacée (elle est romane), alors les celliers dans le castrum sont postérieurs. Ce document très tardif tendrait à prouver qu'il y a eu déplacement des celliers dans le castrum après le triomphe de celui-ci sur le noyau ecclésial originel.

Plan et observation sur place :

  • 17 Voir le relevé par L. Bayrou et G. Castellvi, « Esquisse... », p. 200.

17Le regroupement des maisons autour de l'église n'est pas aujourd'hui apparent. En revanche le village fortifié, qui a l'aspect d'une véritable création ex-nihilo avec ses rues orthonormées et ses parcelles régulières, comme une « Villeneuve », est bien conservé au nord-ouest. Ces deux emplacements (église avec cellera / castrum) ne correspondent pas, l'église étant extérieure à la fortification, à un peu plus de cent mètres au sud. Il s'agit d'un cas très rare en Roussillon d'un castrum villageois sans château formé à l'écart de la cellera. Celle-ci est antérieure de presque un siècle à la fortification collective. Le village conserve des vestiges de murailles17. La porte d'entrée est bien conservée, à l'angle de la place publique, elle était munie de mâchicoulis.

Communauté villageoise :

  • 18 B. Alart, C.M., t. E, p. 52.

18Une vente faite à l'université des hommes du castrum de Fourques est confirmée en 1327 par les procureurs royaux18.

Finage et occupation de l'espace :

Vila vella :

  • 19 P. Ponsich, Limits historics..., p. 41, en 1703.

19Un document d'époque moderne mentionne un lieudit detras lo castell, antigament Vila Vella ; ce même lieu est nommé aussi Montadella, antigament Vila Vella, correch del Vilar19.

Saint-Sébastien et Saint-Vincent :

  • 20 P. Ponsich, Limits historics..., p. 41.
  • 21 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 89.
  • 22 O. Passarrius et J. Kotarba, Rapport de synthèse, 1994, polycopié.

20Sur les deux lieux-dits Saint-Sébastien (la iglesia vella de San Sebastia est citée en 170320) et Saint-Vincent (église citée en 133921), des prospections archéologiques ont confirmé la présence d'habitats du Moyen Age22.

  • 23 Catalunya Romànica, vol. XIV, Rosselló, p. 233-234.

21L'église Saint-Vincent fut peut-être l'église du village disparu de Tapies (cité en 981). Ses ruines se trouvent à 600 m à l'est du village de Fourques, sur une éminence surplombant le cours du Réart, entre les routes de Villemolaque et de Passa, et révèlent une église de plan préroman, bien antérieure à sa première mention23.

Synthèse :

22Une cellera a bien existé à Fourques, avant l'autorisation d'y construire un castrum ou villa munita. Les vestiges en sont aujourd'hui disparus, les abords de l'église ayant été délaissés pour l'abri offert par la fortification villageoise. On peut se demander pourquoi la fortification n'a pas été élevée autour de l'église et de la cellera originelle. Cela tient peut-être à une meilleure disposition défensive de l'endroit choisi : un petit promontoire, juste au-dessus du lit du Réart.

Plan cadastral de Fourques

Plan cadastral de Fourques

Notes

1 MH, col. 929.

2 ADPO, FdF, 12 J 24, n° 22.

3 ADPO, 12 J 24, n° 23.

4 ADPO, 12 J24, n° 237, p. 60, « Concessio... de villa de Furchis cum terminis et pertinenciis suis et cum cellaria, in villa de Torderiis et mansis et cum decimis ». On voit qu'un doute peut subsister au sujet de la localisation de la cellera, selon la position de la virgule qui correspond à ma lecture, le hameau de Tordères n'ayant pas donné d'autre mention de cellera. En revanche la construction cum + ablatif permet d'écarter le pluriel de cellarium, ii, qui aurait donné cum cellariis. Le sens reste toutefois peu clair.

5 ADPO, 3 E 1 / 5, fol. 8 r°.

6 « scilicet una domus que est intus villam de Furchis... et dictum cellarium affrontat ex una parte in via et ex alia in cellario Francisa Sutor », ibid., fol. 8 v°.

7 Joseph Gibrat, « Fourques », Revue catalane, 1907, p. 218-221 : « et alia cella est in monte Furchato ubi est ecclesia constructa in honore sancti Martini », qui donne en référence : Baluze, col. 1462.

8 MH, col.1246.

9 ADPO, 12 J 24, FdF, n° 29. Sont témoins de la vente, l'évêque d'Elne et la vicomtesse de Narbonne, le vicomte de Castelnou et de nombreux seigneurs : ceux de Passa, de Tordères, d'Elne, de Leucate, de Codalet.

10 GC, XII, c.486 et F. Monsalvatje, Noticias historicas, t. VII, ap. n° XXX et XXXI.

11 « ut facialis castrum et villam munitam in parrochia sancti Martini de Furcis », MH, col. 1382.

12 Vente d'une vigne, en 1279, « salvo jure monasterii Beate Marie de Arulis, in censibus dicta vinea, tascha apportata intus castrum de Furchis », ADPO, 3 E 1/10, fol. 19-20.

13 B. Alart, C.M., t. II, p. 286-287. Cet abbé a aussi, selon son épitaphe, fait construire le castrum de Riardo, le château du Réart, entre Villeneuve-de-la-Raho et Nyls.

14 B. Alart, C.M., t. E, p. 314, source : notule d'André Romeu, ADPO, 1B-144, fol. 21.

15 J. Gibrat, op.cit.

16 ADPO, 3E1/ 1011, manuel de Gabriel Resplant, fol. 17 v°.

17 Voir le relevé par L. Bayrou et G. Castellvi, « Esquisse... », p. 200.

18 B. Alart, C.M., t. E, p. 52.

19 P. Ponsich, Limits historics..., p. 41, en 1703.

20 P. Ponsich, Limits historics..., p. 41.

21 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 89.

22 O. Passarrius et J. Kotarba, Rapport de synthèse, 1994, polycopié.

23 Catalunya Romànica, vol. XIV, Rosselló, p. 233-234.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Fourques
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter