Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Espira-de-Conflent

Confient

Texte intégral

1Villa Asperi, 973, Aspiranum, 1003. Eglise Sainte-Marie, 1145.

Regroupement villageois :

  • 1 B. Alart, C.M., t. VII, p. 86-87, acte reçu par le notaire Bernard Garaldi, le premier des calende (...)
  • 2 « un pati per edificar-i casa ho cases... Y lo dit pati era en la vila de Espira dins la porta de (...)

2Un mémoire des actes concernant le prieuré d'Espira-de-Conflent, document manuscrit de la fin du xviie siècle, contient la copie d'une concession datant de 12641. Le prieur concède à Marie de Cortal de Podiolo d'Espira, pour accroître la borde qu'elle tient pour lui, un terrain à bâtir. Ce terrain était dans le village d'Espira à l'intérieur de la porte de la maison ou mas de l'église des chanoines, touchant à l'enclos de la maison de cette église2. Il joint aussi trois parcelles de terre dont l'une touche aux limites d'Estoher, marquées par une borne ou un mur.

  • 3 « las casas que de present se troban situadas dins los murs ho clos de Spira, que son en numero de (...)

3Au xviie siècle, les chanoines d'Espira, en conflit avec le seigneur laïc du lieu lui font remarquer que les maisons qui se trouvent actuellement au lieu d'Espira et qui sont au nombre de quatorze, sont sous la seigneurie directe du prieuré3. Ils en donnent pour preuve que lorsqu'on a creusé dans le sol des caves de ces maisons pour faire des travaux, on y a trouvé des os de squelettes... Tous les éléments de l'origine et de l'évolution d'une cellera, datant peut-être du xie siècle, sont clairement réunis : espace consacré (clos) servant de cimetière, puis progressivement bâti, mais resté sous seigneurie ecclésiastique, et fortifié postérieurement.

  • 4 B. Alart, C.M., t. XII, p. 293-294, archives de l'église d'Espira.
  • 5 « intus muros de Aspirano... aff... cum cimiterio et cum muro dicti loci », B. Alart, C.M., t. L, (...)

4En 1319, un homme d'Espira-de-Conflent reconnaît tenir pour le prieuré un jardin au lieu-dit La Mata, qui touche d'un côté in cimiterio et de l'autre à la route qui vaversus Astoherium. Il semble donc que ce jardin soit extérieur au noyau villageois, touchant à la limite du cimetière du côté du dehors4. Le cimetière originel se trouvait auprès de l'église, dans l'espace qui l'entoure. En 1378, une reconnaissance féodale en faveur du seigneur d'Espira concerne une maison située dans les murs d'Espira, qui touche au cimetière et au mur de ce lieu5. C'est une indication que le cimetière était à l'époque encore à l'intérieur de l'enceinte fortifiée, probablement au sud de l'église, sur l'emplacement actuel d'un jardin public. Il est possible que cette maison touche au mur extérieur du cimetière, mais plus probablement on peut penser qu'un second cimetière a été créé à l'extérieur des murs du petit espace entourant l'église. Le même homme doit porter la tasque des vignes tenues pour le prieuré à la cuve du prieur.

Seigneurs et fortification :

  • 6 B. Alart, C.M., t. K, p. 353.

5Lors du procès du xviie siècle, on rappelle qu'à la fin du xiie siècle il n'y avait pas encore de seigneur (i.e. de seigneur laïc) du lieu d'Espira, si ce n'est le couvent de chanoines, que les quelques bordes situées sur le territoire d'Espira étaient tenues pour ledit couvent, et que les paysans étaient « afogats e vassalls » de ce couvent6. Ce lieu n'a eu de seigneur laïc qu'en 1300, en la personne de Pierre Cadell qui reçut du roi Jacques la juridiction de toutes les justices civiles dans le castrum et villa d'Espira.

  • 7 Jean Borrallo, Le prieuré d'Espira de Confient, Perpignan, 1939 ; v. aussi D'Ille et d'ailleurs, n (...)
  • 8 « unum casale quod est de propriis domibus Beate Marie in ipso cortilio », B. Alart, C.M., t. III, (...)
  • 9 « affrontat... in domibus Beate Marie, ... in via communi, ... in ceminterio ante portas ipsius ec (...)
  • 10 « ut faciatis ibi casam quam teneatis condirectam », ibid. Voir aussi B. Alart, C.M., t. III, p. 4 (...)

6Cette église, devenue un important prieuré médiéval au xiie siècle, se trouve au coeur d'un enclos contenant des maisons et l'ancien cimetière, le tout formant un périmètre sacré fermé de murs. L'unique rue de l'enclos ouvre sur l'extérieur par deux portes fortifiées7. En 1190, le prieur d'Espira donne à bail à Jean de Vallespir et à son épouse Marie un terrain qui fait partie des maisons de Notre-Dame et se trouve dans son enclos8. Ce terrain touche aux maisons de Sainte-Marie, à la rue et au cimetière qui est devant les portes de l'église9. Il s'agit d'un espace libre destiné à recevoir une construction que les preneurs s'engagent à y édifier et à y maintenir en état10. L'intérêt du document est que l'on y parle de ces « maisons appartenant en propre à Sainte-Marie », qui se trouvent dans l'enclos, puisqu'elles sont tout contre l'église et le cimetière. Le cens demandé pour cette tenure est d'une poule, une fougasse, une mesure de vin pur, une autre d'avoine, et les frères ont reçu en acapte douze deniers de Barcelone. Après leur mort, les tenanciers s'engagent à laisser ce terrain et toutes les améliorations qu'ils y auront apportées à Sainte-Marie et à ses clercs.

  • 11 « patuum domum...casa dirruida ho pati... intus muros, dins las murallas », B. Alart, C.M., t. XV, (...)
  • 12 Ibidem, fol 11.

7Plusieurs reconnaissances de l'année 1384 mentionnent une maison, une « cour-maison », une maison détruite à l'intérieur des murs11. Une autre maison située à l'intérieur des murs touche au cimetière (cum siminterio), et tous ces biens sont contigus de maisons dites « du prieur ». Une treille doit les prémices et la dîme, qui doivent être portées ad sellarium vestrum dicti domini prioris12.

  • 13 « una casa situada dins la força de dit lloch... confrontant ab las casas de Scta Maria de dos par (...)

8En 1539, dans un capbreu du prieur d'Espira, une déclaration est établie pour une maison située dans la força, touchant les maisons de Sainte-Marie et au cimetière de l'église13. Le terme de forsa ou fortia se rapporte souvent comme ici à la fortification civile d'un noyau villageois regroupé autour de l'église, et non du château.

Plan et vestiges architecturaux :

9Sur le plan du xixe siècle se distingue bien le tracé de l'enceinte de l'enclos sacré qui entoure le prieuré, à une distance approximative de trente mètres autour de l'édifice, au moins dans les parties sud et ouest.

10On remarque que le nombre des maisons à l'intérieur de l'enceinte est doublé par rapport à celles citées au xviie siècle, certainement par la construction d'autres maisons sur les patis ou jardins qui jouxtaient chacune de ces maisons. Le cimetière visible sur le plan est le résultat d'un déplacement postérieur du lieu d'inhumation (probablement à l'époque moderne ?).

  • 14 D'Ille et d'ailleurs, n° 16, 1989.

11En 1989, lors de travaux dans les maisons situées à l'intérieur de l'enclos, des tombes anciennes ont été découvertes mais détruites14. L'observation des lieux montre qu'une rangée de maisons a été accolée au rempart à l'intérieur et qu'une deuxième est adossée à celui-ci à l'extérieur. La mesure des trente pas semble être respectée au sud et à l'ouest de l'église.

Finage et occupation de l'espace :

Lieux-dits :

Le Castellas :

  • 15 Ibid.

12Au nord du territoire d'Espira-de-Conflent se trouve un lieu-dit « le Casteillas », avec une construction carrée marquée « ruine » sur le plan cadastral napoléonien. En ce lieu auraient été retrouvées des tombes médiévales15.

  • 16 B. Alart, C.M., t. F, p. 431, a. 1649.

13Au xviie siècle, un donzell parle du portale fortalicii de sa maison, qui se trouve apparemment entourée de terres et de champs16. Il s'agirait d'une maison forte isolée.

La Mata, La Vall :

  • 17 ADPO, Hp 239, fol. 11 r°, 13 v°.

14En 1384, plusieurs maisons sont situées hors des murs, aux lieux-dits a la mata ou a la vall17. Elles ont souvent une aire contiguë, parfois un pigeonnier, un verger, une treille.

  • 18 Inventaire des biens de Jean Mir, agricola, B. Alart, C.M., t. F, p. 303, 1593, notaire Michel Bal (...)
  • 19 Le texte dit : « en la Val del lloc de Spira », un autre document parle de la via qua itur de... l (...)

15L'inventaire des biens d'un paysan à la fin du seizième siècle donne une description détaillée du contenu d'un cellier18, situé sur le territoire d'Espira-de-Conflent, mais hors de cet enclos ecclésial, au lieu-dit de La Vall19. On y trouve une grande tonne de bois, un fouloir ou pressoir, un entonnoir, un saloir pour les porcs, avec un porc en salaison à l'intérieur, et une planche à faire égoutter les fromages.

Saint-Etienne :

  • 20 B. Alart, C.M., t. F, p. 535-536.

16En 1291, une borde a une partie de ses possessions en un lieu nommé Saint-Etienne20.

Synthèse :

17Autour de l'église d'Espira, dont l'apparition tardive dans les sources écrites n'est peut-être qu'un problème de documentation, a été constitué un enclos de protection, jamais nommé sagrera ou cellera, mais qui en possède toutes les caractéristiques : espace cimitérial, où s'exerce la seigneurie directe de l'église, et où se trouve probablement aussi le dépôt des redevances dues au chapitre canonial. La discussion qui oppose les clercs au seigneur laïc au xviie siècle prouve bien que la destination première de cet espace, l'ensevelissement, est considérée comme déterminant la nature des constructions qui sont venues s'installer au-dessus : elles font partie du domaine de seigneurie des clercs, sans aucun doute possible. Le « cimetière habité » roussillonnais trouve là une de ses illustrations les plus claires.

Plan cadastral d'Espira-de-Conflent

Plan cadastral d'Espira-de-Conflent

Notes

1 B. Alart, C.M., t. VII, p. 86-87, acte reçu par le notaire Bernard Garaldi, le premier des calendes de janvier 1264, n° 44.

2 « un pati per edificar-i casa ho cases... Y lo dit pati era en la vila de Espira dins la porta de la casa o mas de dita iglesia dels canonges de Santa Maria de Espira, affrontant ab lo claustret ho clos de la casa de dita iglesia y ab là casa de Pera Camarelliy ab lo cami publich. Ab prestacio de cens... y una gallina sobre lo dit pati especialment », ibid.

3 « las casas que de present se troban situadas dins los murs ho clos de Spira, que son en numero de 14, son en directe domini del priorat », B. Alart, C.M., t. K, p. 352-353.

4 B. Alart, C.M., t. XII, p. 293-294, archives de l'église d'Espira.

5 « intus muros de Aspirano... aff... cum cimiterio et cum muro dicti loci », B. Alart, C.M., t. L, p. 7-9.

6 B. Alart, C.M., t. K, p. 353.

7 Jean Borrallo, Le prieuré d'Espira de Confient, Perpignan, 1939 ; v. aussi D'Ille et d'ailleurs, n°16, oct. 1989.

8 « unum casale quod est de propriis domibus Beate Marie in ipso cortilio », B. Alart, C.M., t. III, p. 35-36.

9 « affrontat... in domibus Beate Marie, ... in via communi, ... in ceminterio ante portas ipsius ecclesie », ibid.

10 « ut faciatis ibi casam quam teneatis condirectam », ibid. Voir aussi B. Alart, C.M., t. III, p. 46, 157. Dans ses Notices historiques, t. 1, p. 69, le même auteur parle de la « ferté seigneuriale d'Espira-de-Conflent, construite au xiie siècle », qui était appelée en 1165 « Domum de Aspiran ». Il faut cependant se méfier à propos de ce terme de « ferté » qui dépend peut-être de l'interprétation d'un terme comme « forcia » dont on connaît toute la diversité sémantique. Le mot « cortilio » pour désigner l'espace protégé autour de l'église est utilisé dans le cas d'un autre prieuré, à la même époque, à Espira-de-l'Agly.

11 « patuum domum...casa dirruida ho pati... intus muros, dins las murallas », B. Alart, C.M., t. XV, p. 600 et suivantes, Archives de l'église d'Espira, ADPO, Hp 239, capbreu de 1384 incomplet, et sa copie postérieure (du xviie siècle sans doute) qui contient des reconnaissances provenant des pages perdues de l'original.

12 Ibidem, fol 11.

13 « una casa situada dins la força de dit lloch... confrontant ab las casas de Scta Maria de dos parts y ab lo cimenteri de dita iglesia », B. Alart, C.M., t. K, p. 350.

14 D'Ille et d'ailleurs, n° 16, 1989.

15 Ibid.

16 B. Alart, C.M., t. F, p. 431, a. 1649.

17 ADPO, Hp 239, fol. 11 r°, 13 v°.

18 Inventaire des biens de Jean Mir, agricola, B. Alart, C.M., t. F, p. 303, 1593, notaire Michel Ballessa.

19 Le texte dit : « en la Val del lloc de Spira », un autre document parle de la via qua itur de... loco de Spirano a la Vall, ibid., p. 376.

20 B. Alart, C.M., t. F, p. 535-536.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Espira-de-Conflent
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540