Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Elne

Roussillon

Texte intégral

1Vicus antique, siège épiscopal, premier évêque connu en 571.

2Plusieurs églises au Moyen Age :

3cathédrale Sainte-Eulalie, 917,

4Saint-Pierre, 858, dans la ville basse,

5Sainte-Marie, 897, sur la ville haute,

6Saint-Etienne, 934, derrière la cathédrale.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 M.H., n° 272.
  • 2 Ceci ne correspond pas à l'épiscopologe de P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 55-56 ; ce (...)

7En 1069, lors de la consécration de l'église cathédrale, il est rappelé que l'église primitive se trouvait dans la ville basse, et que l'autel majeur en était consacré à Saint-Pierre apôtre1. Or, à l'époque où les Sarrasins étaient établis à l'île de Majorque, ils détruisirent la cité d'Elne, installée dans la partie basse, et son église. A la suite de quoi fut prise la décision de déplacer l'église cathédrale dans la ville haute d'Elne. L'évêque Béranger a ramené de Jérusalem le dessin et la description de l'église si parfaite de ce lieu et a fait édifier la cathédrale sur ce modèle, puis un archiprêtre de Merida a apporté les reliques des saintes Eulalie et Julie de Mérida. Il est dit dans cet acte de consécration que l'évêque Bérenger mourut en 10202. Cet évêque fut probablement celui qui instaura la Trêve de Dieu à Toulouges vers 1020-1021, renouvelée par Oliba, évêque d'Osona, en 1027, alors que Bérenger était en pèlerinage. Il ne serait mort qu'en 1030 et le document porterait une erreur de transcription (vicesimo pour trigesimo). On ne saurait être surpris qu'il ait créé autour de cette nouvelle cathédrale un espace de paix, à vocation multiple : cimetière, quartier canonial, dépôt de récoltes, puis espace fortifié.

  • 3 ADPO, FdF, 12J25, n°189.
  • 4 « cum consilio domini Udalgarii episcopi Elenensis », ibid.
  • 5 « unum mansum,..., infra fines et terminos ville Elene, et in adjacentia Beate Eulalie, intus sua (...)

8En 11413, un nommé Gonbald de Toulouges, avec l'accord de l'évêque Udalgar4, donne en alleu à Raymond de Mailloles, qui le tenait déjà en fief, un manse situé à Elne, dans la cellera de Sainte-Eulalie5. Ce Raymond donne à l'évêque un manse à Mailloles. L'accord que cette donation semble nécessiter de la part de l'évêque, le don en retour que celui-ci reçoit du bénéficiaire, montrent que l'autorité épiscopale s'exerce sur la cellera, en tout cas qu'elle y a droit de regard sur les changements de propriété.

  • 6 ADPO, FdF, 12J25, n°191.
  • 7 Cette expression correspond exactement à celle relevée par K. Kenelly, « in villa sive sacraria »,(...)

9En 11426, Raymond de Mailloles et sa femme donnent ce manse, acquis l'année précédente, à l'évêque Udalgar. Il est situé, dit le texte, « in villa videlicet in cellaria »7.

  • 8 B. Alart, C.M., t. M, p. 108, notule de Bernard Masdemont, 1407, not. 1593, fol. 122-123.
  • 9 Ceci s'est trouvé confirmé par des fouilles de sauvetage réalisées tout près de la cathédrale par (...)

10Au début du xve siècle, lorsque l'évêque donne à ferme (arrenda) des revenus de son évêché, il est prévu qu'il prêtera les récipients nécessaires au stockage du vin dû pour les vignes, vixella, qui se trouvent en son cellier d'Elne8. C'est le preneur à ferme qui devra cercler ces cuves à ses propres frais s'il est besoin et qui les fera réparer. De même seront mises à sa disposition les silos (citges) du palais, pour y stocker le grain de ce fermage. L'évêque, en tant que seigneur, dispose donc de ses propres structures de conservation des redevances : cellier et silos, qui se trouvent tout près du palais épiscopal, au coeur du vieux quartier cathédral, sur l'emplacement de la cellera9.

  • 10 « super opere quod dicta domina faciebat... in hostio domus sue et super carrego faciendo in parie (...)

11En 1318, une affaire oppose une dame Béatrice et l'aumônerie d'Elne. En effet, cette dame a entrepris des travaux dans sa maison, prenant appui sur le mur de l'aumônerie, mur qui est entre le cellier de l'aumônerie et sa propre maison10. Un accord intervient entre les deux parties qui conviennent que Béatrice pourra faire poser une poutre sur le mur de l'aumônerie.

Cimetières et quartier cathédral :

  • 11 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, doc. n° 44. Ce levita est peut-être celui en cause dans l'exc (...)
  • 12 « convenio vobis... quod ... in antea aliquem de mansis clericorum qui inter valla nostre superior (...)

12Le diacre Volverad avait rédigé son testament en 1052, couché in domo Saniliata quae tunc erat episcopalis, sub ecclesia, contra castrum11. Le quartier environnant la cathédrale était devenu un siècle plus tard à dominante ecclésiale, et même un véritable « quartier canonial ». En 1157, l'évêque Artald s'engageait auprès des chanoines de sa cathédrale à ne plus percevoir aucune exaction sur les maisons des clercs qui habitent à l'intérieur des fossés de la ville d'en haut12.

  • 13 R. de Lacvivier, « Les travaux actuels de l'église d'Elne », RHLDP, 1925, p. 3-6.

13Plusieurs cimetières étaient situés autour de l'église cathédrale : le long du bas-côté sud se trouvait le cimetière dit de « la petite porte » (ad portas minores), intermédiaire entre celui de la façade (cimentiri major) et celui de l'abside (cimentiri dels albats). Plus tard, le cimetière de l'abside fut nommé « cimetière de Don Bernard », du nom de Bernard d'Oms, décapité après la prise d'Elne par Louis XI en 1474. Sa maison, toute voisine de l'église, fut rasée en vertu du même jugement. Sur son emplacement s'élève aujourd'hui le presbytère13.

  • 14 ADPO, 3E1/1, notaire inconnu, fol. 13 r°.

14En 1261, un nommé Bernard Guillem donne à l'archidiacre du Vallespir de l'évêché d'Elne une maison dans la ville d'Elne, qui touche au cimetière14.

  • 15 B. Alart, C.M., t. VI, p. 408-409.

15Le chapitre donne à l'aumônerie d'Elne, en 1263, un pati qui appartenait autrefois à un ancien précenteur, et qui se trouve dans la ville haute d'Elne, touchant au cimetière d'un côté, et des autres aux maisons du précenteur actuel et d'un sacristain d'Elne15.

  • 16 ADPO, 3E1/22, notule de Raymond Bolet, fol. 1 v°.

16Noël Palau, citoyen d'Elne et marchand fortuné, choisit d'être enterré en 1317 dans le cimetière de Sainte-Eulalie d'Elne devant les portas minores ipsius ecclesie16.

  • 17 B. Alart, C.M., t. R2, p. 192, manuel de Pierre Ornos, n° 546.

17En 1397, un prêtre d'Elne, qui est vicaire de Sainte-Marie de Montescot et curé (rector) de Saint-Vincent d'Avalri, fait élection de sépulture au cimetière de la cathédrale d'Elne, devant les portas majores, près de l'orme et en face de la maison de Sainte-Agnès17.

  • 18 Cf .Revue catalane, 1908, p.268. Contrats pour la construction de chapelles dans RHAR, t.II, p.205
  • 19 Revue catalane, 1909, p.10 et 44.

18En 1415, la fabrique de l'église d'Elne dut faire consolider le clocher18. Les comptes de la fabrique évoquent aussi la clé de la porte du fonoylar, cimetière distinct des deux autres (de les portes majors et de les portes minors)19.

  • 20 ADPO, G 77, feuille volante papier.

19En 1427, le chapitre d'Elne autorise la vente d'une maison qui touche au palais de l'évêque et aux maisons de deux prêtres20.

  • 21 Annie Pezin, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 198-199.

20Des fouilles entreprises en février 1989 en raison de travaux d'aménagement de la place de la mairie, ont permis de mettre au jour deux silos médiévaux tout près de la cathédrale21.

Fortifications :

  • 22 ADPO, FdF, 12J25, n°188,
  • 23 « ...propter ipsos valls quos supradictus episcopus faciebat in circuitu ville Elnensis et propter (...)
  • 24 Voir S. Leclerc, Etudes Roussillonnaises offertes à P. Ponsich, 1987.

21L'évêque Udalgar est attentif à la protection de cette cellera, et au respect de ses prérogatives sur cet espace déjà fortifié à cette date. En 114022 en effet, il a obtenu de Guillaume de Salses une déclaration où celui-ci reconnaît n'avoir aucun droit sur les fossés creusés sur ordre de l'évêque autour de la ville d'Elne et sur la fortification de l'église Sainte-Eulalie23. La fortification dans l'église signifie-t-elle l'église fortifiée24 ?

  • 25 ADPO, FdF, 12J25, n° 204,

22Ces fossés, creusés sous Udalgar, sont entretenus sous Artald, en 1155, qui donne la permission aux habitants d'Elne de creuser des fossés autour de la ville haute et de la ville basse ou de les restaurer s'ils avaient été abîmés25. L'évêque autorise par la même occasion les habitants d'Elne à venger les torts qu'ils auraient eu à subir, sous réserve de ses droits de justice et hors de la cité.

  • 26 « affrontat in via... juxta clavagueram et ex alia parte in tallia muri », B. Alart, C.M., t. O, p (...)

23En 1289, un patuum situé infra villam superiorem touche à la rigole et au fossé du mur26.

  • 27 B. Alart, C.M., t. L, p. 541, ADPO, hôpital d'Elne, parchemin.

24En 1292, le commandeur de l'hôpital des pauvres d'Elne donne à un frère de l'hôpital un jardin appartenant à celui-ci, avec ses arbres, et qui touche in tovo ville inferioris27.

  • 28 B. Alart, C.M., t. O, p. 538-539, notule de Pierre Bolet, n° 699.
  • 29 B. Alart, C.M., t. O, p. 452, a. 1381.

25En 1411, les consuls de la ville donnent à bail deux tours du mur de la ville haute de la dite cité, l'une qui est derrière la chapelle Saint-Etienne, l'autre avec une partie du chemin de ronde (cum corredorio)28. Plusieurs autres documents mentionnent ce chemin de ronde au xive siècle29.

  • 30 B. Alart, C.M., t. O, p. 443.
  • 31 B. Alart, C.M., t. O, p. 457.

26Une des tours de la muraille de la ville basse est donnée en acapte par les consuls de la cité en 1368, à la condition que le preneur n'élèvera pas de cochon à l'intérieur30. Un autre document évoque la « porte de Perpignan » en 138231.

  • 32 Voir A. Catafau, « Prière pour les gens de cette frontière », Frontières, n° 6.
  • 33 B. Alart, C.M., t. C, p. 469-470.
  • 34 « retenta nobis quadam parte ejusdem domus in qua est tarrata de dentellis in qua saltim tempore g (...)

27Les murailles d'Elne servent de refuge aux communautés des environs. Ainsi en 1398, pendant une époque de troubles en Roussillon32, l'abbé de Saint-André de Sorède et sa communauté, considérant que leur église et leur monastère nécessitent des réparations et menacent ruine, ainsi qu'une maison qu'ils possèdent dans la cité d'Elne, constatant qu'ils n'ont pas les moyens de faire ces réparadons, décident de vendre cette maison pour cent dix livres de Barcelone33. Ils se réservent toutefois une partie de cette maison, qui est « surmontée de créneaux » dans laquelle ils pourront courir se réfugier avec leurs biens en temps de guerre34.

  • 35 B. Alart, C.M., t. C, p. 263, ADPO, 1 B 234, fol. 10 r°.

28En 1418, le roi donne aux consuls de la ville l'autorisation de lever des droits spéciaux sur le pain, le vin, la viande, les poissons, pour payer les réparations des murs35.

Structure villageoise :

La ville haute :

  • 36 B. Alart, C.M., t. C, p. 476.
  • 37 « quod teneatis curatas et mundatas latrinas ecclesie elnensis cum necesse fuerit. Fimum dictarum (...)

29En 1297, une maison concédée en acapte touche d'un côté aux latrines d'Elne36. Le cens sera de vingt deniers, à charge pour le preneur de curer et nettoyer les latrines de l'église d'Elne (cela donne à penser qu'elles se trouvent dans la ville haute). En revanche, il pourra disposer librement du fumier qu'il en tirera37.

  • 38 ADPO, 3E1/19, fol. 59 r°.
  • 39 ADPO, 3E1/19, fol. 77 v°-78 r°.

30En 1312, Jacques et Bartolomé de Palau vendent un ouvroir (operatorium sive hospitium) avec ses étals (tabulis) qui appartenait à Simon Aden, dans la ville haute d'Elne, et qui touche à la place de la ville haute38. A la même date, le chapitre d'Elne concède à un prêtre une maison (hospitium) dans la ville haute au lieu-dit Pla de na Mont Oliva, elle touche à la maison d'un sous-diacre, au mur d'Elne et à ce pla39.

  • 40 ADPO, 3E1/19, fol. 27v.
  • 41 ADPO, 3E1/19, fol. 33r.

31En 1311, Bernard Conemina vend à Raymond Patavi pour six cent cinquante sous de Barcelone, une maison dans la ville haute qui touche d'un côté au cimetière appelé fenolario d'Elne et de l'autre au mur du cloître de l'église ou au vestiaire (vestiarii)40. Une maison vendue dix livres dans la ville haute à la môme date touche au mur de la ville41.

  • 42 ADPO, 3E1/18, fol. 43 v°.

32Dans cet espace central de la ville des maisons sont parfois à l'abandon, même au début du xive siècle, avant la grande crise démographique pourtant. Ainsi en 1314, l'aumônerie d'Elne donne-t-elle en acapte deux maisons de la ville haute qui menacent ruine, pour un droit d'entrée de 27 livres dont 25 sont versées, les deux livres restantes étant employées par le preneur aux travaux nécessaires aux dites maisons42.

  • 43 B. Alart, C.M., t. C, p. 464, a. 1396.
  • 44 ADPO, G 23.

33Dans la ville haute se trouvent le four et le verger du palais épiscopal43. Les notaires d'Elne sont installés sur la place de la ville haute44.

La ville basse :

  • 45 ADPO, 3E1/22, notule de Raymond Bolet, fol. 1 v°.

34En 1317, Noël Palau, dans son testament, déclare posséder des biens dans la ville haute et dans la ville basse45. Il habite une maison in villa inferiori Elne, et a acheté à un peaussier deux ouvroirs (operatoria dans la villa superiori), dont l'un touche à la tenure d'un cordonnier, pour la somme de vingt livres. Il achète aussi deux autres maisons dans la ville basse, pour vingt et trente livres, la seconde touchant aux propriétés d'un peaussier et d'un menuisier. Il acquiert deux autres ouvroirs dans la ville haute, dont l'un touche à la demeure d'un sacristain d'Elne qui autorise cet achat, au nom de l'évêque.

Moulins :

  • 46 B. Alart, C.M., t. E, p. 117, 1 B 130, fol. 38-40.
  • 47 B. Alart, C.M., t. O, p. 322-326, a. 1269.

35Des moulins drapiers sont propriété de l'université des hommes d'Elne en 137246. L'évêque possède aussi ses moulins, dont le revenu permet d'entretenir les maisons des clercs dans la ville haute47.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 48 Comme par exemple pour l'ecclesia maior de Sainte-Marie de Castello d'Ampurias, dont le périmètre (...)

36L'observation du plan de la ville haute, ainsi que celle menée sur place, ne révèle pas de trace d'un périmètre consacré primitif, à une distance approximative de trente pas. Cependant, au nord et à l'ouest, les constructions suivent un tracé en ovale, constituant un noyau compact de maisons autour de la cathédrale, à une distance de soixante pas environ. Il n'est pas impossible que nous ayons là un exemple de cellera de dimensions doublées, ainsi que cela se rencontre quelquefois pour des sagreres d'églises importantes au sud des Pyrénées48.

Communauté villageoise :

  • 49 ADPO, G 23.
  • 50 B. Alart, C.M., t. C, p. 478.

37L'hôpital des pauvres d'Elne est cité en 128949. Une terre vendue en 1344 touche à la léproserie d'Elne50. Celle-ci se trouve fort probablement dans la ville basse.

38L'université des habitants de la cité d'Elne est convoquée le onze août 1372, à l'heure de prime, dans le palais de l'évêque, au son du cor du crieur public. La majeure partie des habitants s'y rend et décide de renvoyer le clavarius qui n'a pas rendu de comptes sur les biens qu'il administre.

  • 51 B. Alart, C.M., t. O, p. 447.
  • 52 B. Alart, C.M., t. O, p. 449-450.

39Plus curieuse est l'opposition qui s'exprime en 1374 entre l'université des hommes de la ville basse d'Elne et celle des hommes de la ville haute de la même cité au sujet des franchises et libertés de la ville basse et de ses habitants51. Peu de temps après, les habitants de la ville basse protestent encore au sujet d'avantages accordés par l'évêque aux habitants de la ville haute au sujet de la tenue d'un marché52.

  • 53 B. Alart, C.M., t. C, p. 427.

40Une communauté juive assez importante vit encore à Elne au début du xve siècle53.

  • 54 B. Alart, C.M., t. C, p. 419.
  • 55 B. Alart, C.M., t. C, p. 428. Ces hommes sont même exemptés de fouage.

41En 1404, les consuls affranchissent un tisserand d'Elne de taille, queste, travaux aux murs et aux fossés et gardes de jour et de nuit, sauf en cas d'attaque ennemie, pour une durée de six ans, à condition que le bénéficiaire promette de faire résidence dans cette cité pendant douze ans54. En 1413, un affranchissement de même nature est établi en faveur d'un chirurgien originaire de Céret et d'un autre homme55. Il semble évident que la communauté d'Elne veut ainsi favoriser l'installation d'artisans, en une période de déclin démographique et économique.

Finage et occupation de l'espace :

  • 56 Appelés later ou quayro, ADPO, 3E1/18, fol. 8 r°, 16, 20 r°-v°, 21 v°, a. 1310, 1311, 1312.

42L'aumônerie d'Elne possède sur le territoire d'Elne un four à tuiles en fonction au début du xive siècle. On y cuit des tuiles mais aussi des briques, des cayros56.

  • 57 ADPO, 3E20/434, fol. 10 r°.
  • 58 B. Alart, C.M., t. E, p. 520.

43En 1374, un legs testamentaire est fait en faveur de l'œuvre du pont du Tech57. En 1395, le passage du Tech entre Elne et Taxo se fait au moyen d'une barque58. Le procureur royal concède à cette date l'exploitation de cette barque à un habitant d'Elne, en interdisant à quiconque d'avoir une barque entre Saint-Martin (de la Rippa, au sud-ouest d'Elne), Palau-del-Vidre, Taxo et Elne.

Lieux-dits :

Villa Sanatori :

  • 59 ADPO, 12 J 25, n° 150.

44Un alleu est localisé, en 1089, infra fines et terminos de ipsa villa que dicunt Elna, in terminio de Villa Sanatori qui fuit59. Réminiscence de l'Antiquité ? Cette villa a été rattachée au territoire d'Elne avant le xie siècle.

  • 60 ADPO, 12 J 25, n° 192.

45En 1142, une terre, ancien alleu du chapitre, se trouve au lieu qui était appelé villa Sanador60.

Synthèse :

46Elne n'est pas un village comme un autre en Roussillon. Cité épiscopale, elle s'est développée sur deux espaces : un oppidum ibère occupé dès le ve siècle au moins avant notre ère, une ville romaine en contrebas. Au début du Moyen Age, on assiste à une réinstallation sur la butte : la cathédrale a, lors d'une refondation, reçu un espace consacré, que l'on croit pouvoir estimer d'un rayon doublé par rapport à la coutume, soit soixante pas. Cet espace encore appelé cellera dans la première moitié du xiie siècle, est vite devenu un quartier canonial assez classique, avec le palais de l'évêque, le cloître, les cimetières, les bâtiments annexes (aumônerie, cellier, salle capitulaire, etc.), mais qui a pu conserver assez longtemps ses fonctions de dépôt des récoltes et des redevances en nature. Tout autour, la cité a connu un développement important, mais toutefois largement obéré dès les xiie-xiiie siècles par la croissance beaucoup plus rapide de Perpignan, ville des comtes, puis des rois.

47La cellera ne peut être élevée à Elne au rang de « noyau originel » de peuplement, mais son existence, même fugace dans les textes, prouve qu'au début du xie siècle, quand on re-fonde une église, grande ou petite, on la dote immédiatement d'un espace de paix environnant, où l'on dépose les récoltes (silos) et que l'on nomme cellera.

Plan cadastral d'Elne (ville haute)

Plan cadastral d'Elne (ville haute)

Notes

1 M.H., n° 272.

2 Ceci ne correspond pas à l'épiscopologe de P. Ponsich, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 55-56 ; ce document semble receler d'autres inexactitudes, voir M. Chalon, « Etudes sur le Roussillon... », 1980, p. 356.

3 ADPO, FdF, 12J25, n°189.

4 « cum consilio domini Udalgarii episcopi Elenensis », ibid.

5 « unum mansum,..., infra fines et terminos ville Elene, et in adjacentia Beate Eulalie, intus sua cellaria », ibid.

6 ADPO, FdF, 12J25, n°191.

7 Cette expression correspond exactement à celle relevée par K. Kenelly, « in villa sive sacraria », cf. « Sobre la sagrera... », p.122, et p.111 et 123, n.66.

8 B. Alart, C.M., t. M, p. 108, notule de Bernard Masdemont, 1407, not. 1593, fol. 122-123.

9 Ceci s'est trouvé confirmé par des fouilles de sauvetage réalisées tout près de la cathédrale par Annie Pezin, archéologue municipale, qui ont révélé la présence de plusieurs silos à grains d'époque médiévale, contre les murs de l'église.

10 « super opere quod dicta domina faciebat... in hostio domus sue et super carrego faciendo in pariete elemosine qui est inter medius inter cellarium elemosine et domum dicte domine », ADPO, 3E1/18, fol. 94v°.

11 B. Alart, Cartulaire roussillonnais, doc. n° 44. Ce levita est peut-être celui en cause dans l'excommunication dont parle un document de 1054 (voir Contentiones fuerunt...).

12 « convenio vobis... quod ... in antea aliquem de mansis clericorum qui inter valla nostre superioris ville habitant, a testato vel ab intestato, non accipiam nec aliquant exaccionem ibi faciam », B. Alart, C.M., t. 1, ms 10759, parchemin d'Elne, n° 36.

13 R. de Lacvivier, « Les travaux actuels de l'église d'Elne », RHLDP, 1925, p. 3-6.

14 ADPO, 3E1/1, notaire inconnu, fol. 13 r°.

15 B. Alart, C.M., t. VI, p. 408-409.

16 ADPO, 3E1/22, notule de Raymond Bolet, fol. 1 v°.

17 B. Alart, C.M., t. R2, p. 192, manuel de Pierre Ornos, n° 546.

18 Cf .Revue catalane, 1908, p.268. Contrats pour la construction de chapelles dans RHAR, t.II, p.205.

19 Revue catalane, 1909, p.10 et 44.

20 ADPO, G 77, feuille volante papier.

21 Annie Pezin, Catalunya Romànica, vol. XIV, p. 198-199.

22 ADPO, FdF, 12J25, n°188,

23 « ...propter ipsos valls quos supradictus episcopus faciebat in circuitu ville Elnensis et propter ipsam fortezam quam predictus episcopus faciebat in ecclesiam Beate Eulalie Elenensis », ibid.

24 Voir S. Leclerc, Etudes Roussillonnaises offertes à P. Ponsich, 1987.

25 ADPO, FdF, 12J25, n° 204,

26 « affrontat in via... juxta clavagueram et ex alia parte in tallia muri », B. Alart, C.M., t. O, p. 362.

27 B. Alart, C.M., t. L, p. 541, ADPO, hôpital d'Elne, parchemin.

28 B. Alart, C.M., t. O, p. 538-539, notule de Pierre Bolet, n° 699.

29 B. Alart, C.M., t. O, p. 452, a. 1381.

30 B. Alart, C.M., t. O, p. 443.

31 B. Alart, C.M., t. O, p. 457.

32 Voir A. Catafau, « Prière pour les gens de cette frontière », Frontières, n° 6.

33 B. Alart, C.M., t. C, p. 469-470.

34 « retenta nobis quadam parte ejusdem domus in qua est tarrata de dentellis in qua saltim tempore guerre possimus nos et bona dicti monasteri recolligere », ibid.

35 B. Alart, C.M., t. C, p. 263, ADPO, 1 B 234, fol. 10 r°.

36 B. Alart, C.M., t. C, p. 476.

37 « quod teneatis curatas et mundatas latrinas ecclesie elnensis cum necesse fuerit. Fimum dictarum latrinarutn sit tuum ad tuas voluntates perpetuo faciendas », ibid.

38 ADPO, 3E1/19, fol. 59 r°.

39 ADPO, 3E1/19, fol. 77 v°-78 r°.

40 ADPO, 3E1/19, fol. 27v.

41 ADPO, 3E1/19, fol. 33r.

42 ADPO, 3E1/18, fol. 43 v°.

43 B. Alart, C.M., t. C, p. 464, a. 1396.

44 ADPO, G 23.

45 ADPO, 3E1/22, notule de Raymond Bolet, fol. 1 v°.

46 B. Alart, C.M., t. E, p. 117, 1 B 130, fol. 38-40.

47 B. Alart, C.M., t. O, p. 322-326, a. 1269.

48 Comme par exemple pour l'ecclesia maior de Sainte-Marie de Castello d'Ampurias, dont le périmètre consacré est fixé à soixante pas, cf. V. Farias, La sacraria..., p. 87-88.

49 ADPO, G 23.

50 B. Alart, C.M., t. C, p. 478.

51 B. Alart, C.M., t. O, p. 447.

52 B. Alart, C.M., t. O, p. 449-450.

53 B. Alart, C.M., t. C, p. 427.

54 B. Alart, C.M., t. C, p. 419.

55 B. Alart, C.M., t. C, p. 428. Ces hommes sont même exemptés de fouage.

56 Appelés later ou quayro, ADPO, 3E1/18, fol. 8 r°, 16, 20 r°-v°, 21 v°, a. 1310, 1311, 1312.

57 ADPO, 3E20/434, fol. 10 r°.

58 B. Alart, C.M., t. E, p. 520.

59 ADPO, 12 J 25, n° 150.

60 ADPO, 12 J 25, n° 192.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral d'Elne (ville haute)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540