Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Cos

C. Le Tech, Vallespir

Texte intégral

1Lieu-dit habité. Cotsio, Cotso, 869, 878. Eglise Sainte-Cécile, paroisse.

Regroupement villageois, cimetière :

  • 1 MH, n°430. Datation correcte rétablie par Ordeig, Les dotalies..., p. 1309. Cf. supra Arles, Corsa (...)

2La première mention de l'église est celle de sa consécration en 1159, par l'évêque Artallus1, qui fixe les limites de la paroisse, adjoint aux fidèles de ne pas se rendre dans une autre église pour la communion ou la sépulture, tout en rappelant que Sainte-Cécile dépend de Sainte-Marie d'Arles.

  • 2 « Et concedimus praedictae ecclesiae in circuitu cimiterium ipsius triginta passus, et si quis ill (...)

3L'abbé d'Arles donne à l'église Sainte-Cécile le tiers des dîmes de Cos, et le manse dans lequel habite le prêtre. L'évêque concède à l'église le cimetière de trente pas qui l'entoure, placé sous la protection sacrée2.

Synthèse :

4On ne sait presque plus rien de ce lieu dans les siècles suivants, on ignore par conséquent si cette consécration venait confirmer l'existence d'une sacraria-cellera antérieure ou si elle a donné naissance à un regroupement qui n'aurait pas connu un grand succès par la suite. Le plan cadastral ne révèle aucune trace d'un éventuel regroupement ecclésial.

Notes

1 MH, n°430. Datation correcte rétablie par Ordeig, Les dotalies..., p. 1309. Cf. supra Arles, Corsavy, et Saint-Laurent de Cerdans.

2 « Et concedimus praedictae ecclesiae in circuitu cimiterium ipsius triginta passus, et si quis illud violare vel infringere praesumperit, donee satisfaciat anathema sit. » Ibid.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter