Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Corneilla-de-la-Rivière

(Roussillon)

Texte intégral

  • 1 GC, col. 425

1Cornelianum, 898. Eglise Saint-Martin, 9511. Possession de Lagrasse.

Regroupement villageois et cellera :

  • 2 « Excepta ipsa petie de terra quæ est ad caput ecclesie Sancti Martini », ADPO, 12 J 25, n° 220.

2En 1091 Raimon Guillem de Mosset, Adhémar Raimon son fils et Raimon Adhémar son neveu rendent à Sainte-Marie de Lagrasse et à Saint-Martin de Corneilla le tiers des dîmes de Corneilla et le quart de l'alleu ecclésiastique, incluant un moulin, plusieurs bordarias et manses. L'abbé de Lagrasse leur retourne en fief cette part de l'alleu ecclésiastique, exceptée une parcelle de terre qui est au chevet de l'église Saint-Martin2. Que l'abbé ait voulu conserver l'entière possession de ce terrain touchant l'église n'est sans doute pas sans signification : il s'agit par essence d'un espace protégé par les règlements canoniques et qui peut être ou devenir un cimetière ou le lieu de construction de celliers.

  • 3 Cl. Pailhès, Actes de l'abbaye..., d. 29, p. 147.

3La consécration de l'église Saint-Martin en 1146 mentionne en sus des dîmes, prémices et offrandes dues à l'église, les droits de sépulture (cimeteria) et les alleux qui lui appartiennent3.

  • 4 ADPO, 3 E 1/8, Manuel de S. Calvet, 1276-1285, fol. 46 v°.

4Un document notarial, en 1282, concerne la vente d'un bien situé intus cellariam de Corniliano de Ripparia4. Il est dit que ce bien touche à l'église de Corneilla, à une propriété de l'abbé de Lagrasse et à une via. On peut remarquer aussi que l'acquéreur est l'abbé de Lagrasse Auger, preuve supplémentaire de l'intérêt porté aux celleres par ce monastère, qui possède à l'intérieur de cette cellera une maison particulière, probablement un cellier de perception des redevances ou la résidence de son bayle.

  • 5 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 379, notule de Jacques Plan.

5En 1407, des hommes de Thuir, Perpignan et Prades sont réunis devant le « portale cellarie loci de Corniliano de Riparia » afin de faire cesser les malivolenciis, discordiis, bandositatibus5.

Seigneurs et fortifications :

  • 6 Voir A. Catafau, « Contentiones Juerunt... », Congrès de la FHLMR, 1995.

6Au cours du xie et du xiie siècle, les seigneurs de Castelnou ont à plusieurs reprises été contraints de reconnaître qu'ils exerçaient sans droit des toltas, forcias et perceptions d'albergues à Corneilla-de-la-Rivière6.

  • 7 Cl. Pailhès, Actes de l'abbaye..., d. 59, p. 217.

7Le premier état de l'enceinte villageoise date certainement de la deuxième moitié du xiie siècle, en effet en 1175, les viguiers de Corneilla s'engagent auprès de l'abbé de Lagrasse à ne pas s'emparer par la force de la « fortedam noviterfactam vel aliquid de ipsa forteda »7. Nous voyons ainsi à plusieurs reprises les abbés de Lagrasse soucieux de faire respecter les lieux de sauvegarde et les fortifications de leurs possessions roussillonnaises.

  • 8 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 379, notule de Jacques Plan.

8C'est probablement cette fortification qui a gardé au début du xve siècle le nom de cellera d'après son origine8.

  • 9 B. Alart, C.M., t. E, p. 209, ADPO, 1B-142, fol. 28.

9Un document de 1380 indique que Albert Sa Trilla a acheté la forcia ou fortitudo vocata de Riparia9, ce qui peut désigner Corneilla ou Villeneuve-de-la-Rivière, lieux pour lesquels on trouve cette désignation au xive siècle.

  • 10 B. Alart, C.M., t. L, p. 545-546, notule de Jacques Molines, not. 453.

10Les droits de cuisson du pain et de mesure de l'huile étaient détenus en 1375 par la famille de F. et A. Piquer, qui les vend à la veuve de Guillem de So à cette date10.

Structure du village et activités :

  • 11 ADPO, H 231, capbreu de 1531, fol. 1, et fol. 16.
  • 12 Ibid, fol. 16r° et fol. 47v°.

11Au xvie siècle, un capbreu des biens de Lagrasse ne mentionne plus la cellera11. Toutes les maisons situées dans l'enceinte fortifiée sont dites intus fortalicium, certaines touchent in muro et sont voisines de la rectorie... ecclesie, ce qui témoigne qu'il s'agit bien de l'ancienne cellera. L'une de ces maisons du fortalicium touche à l'est au gradario sive scalea muri eiusdem loci, une autre située in intrata dictiu fortalicii, touche in porta majori12.

  • 13 ADPO, 3E1/3650.

12En 1586, un tailleur de pierre de Corneilla-de-la-Rivière lègue à sa fille une maison (casa) dins la forsa de Cornella qui touche à l'église et à la rue qui va de la porte à l'église et une autre maison dans les barris de ce lieu, qui donne sur la rue qui va aux jardins13.

  • 14 ADPO, inventaire après décès des biens de François Dalmau, par Pierre Just, notaire à Perpignan, 3 (...)

13L'inventaire des biens d'un tailleur de Perpignan en 1591 montre qu'il possède deux maisons à Comeilla-de-la-Rivière. L'une se trouve dans les faubourgs du village, l'autre dans la força, et contient une cuve et quatre petits tonneaux14. Ces deux maisons font partie du même héritage, et on y retrouve la division traditionnelle entre maison de résidence dans les quartiers nouveaux autour du vieux noyau, et le lieu de dépôt des récoltes, en particulier du vin, au coeur fortifié du village, dans une maison qui est l'héritière directe du vieux cellier de la cellera. Cette organisation du village est à la fin du xvie siècle directement héritée des xie-xiie siècles, attestée certainement à partir du xiiie siècle à Corneilla-de-la-Rivière.

Communauté villageoise :

  • 15 ADPO, 3E1/1011, fol. 44 v°.

14En 1411 les syndics et procurateurs de l'universitas loci de Corniliano de Ripparia se réunissent in ecclesia dicti loci15.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 16 L. Bayrou, G. Castellvi, « Esquisse... », p. 198.

15Le plan16 rappelle celui de Baho, avec une toute petite enceinte de forme rectangulaire, en partie conservée, autour de l'église qui occupe une position décentrée, au sud-est. La place du village s'ouvre en face de l'église.

16Cet espace rectangulaire est bâti entièrement de maisons mitoyennes très serrées (l'une d'elles enjambe l'unique ruelle par un portique). Une rue intérieure en forme de fer à cheval fait le tour de l'église, elle est appelée « rue du fort ». Deux tours en avancée, restaurées et réaménagées, s'élèvent encore aux angles sud et ouest de l'ancienne enceinte ; une maison en avancée sur la place, à l'angle est, occupe certainement l'emplacement d'une autre tour.

17A l'extérieur de cet espace fortifié, des maisons s'adossent aux murs qui suivent le tracé de l'enceinte originelle, elles ont probablement été élevées sur l'emplacement d'anciens fossés.

Finage et occupation de l'espace :

  • 17 B. Alart, C.M., t. XI, p. 615-618, AHP, plech 44, n° 4.

18En 1294 est vendu un jardin où l'on pourra faire un « aqueductum » permettant de recueillir les eaux de pluie afin d'arroser, ainsi que construire un pigeonnier (columbarium)17.

Synthèse :

19Il ne fait pas de doute que Corneilla-de-la-Rivière se soit formé autour d'une cellera de type classique, constituée dans l'environnement immédiat de l'église paroissiale. Elle a été postérieurement fortifiée sur un plan quadrangulaire qui lui donne l'aspect des « forts villageois » courants dans le Ribéral.

Plan cadastral de Corneilla-de-la-Rivière :

Plan cadastral de Corneilla-de-la-Rivière :

Notes

1 GC, col. 425

2 « Excepta ipsa petie de terra quæ est ad caput ecclesie Sancti Martini », ADPO, 12 J 25, n° 220.

3 Cl. Pailhès, Actes de l'abbaye..., d. 29, p. 147.

4 ADPO, 3 E 1/8, Manuel de S. Calvet, 1276-1285, fol. 46 v°.

5 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 379, notule de Jacques Plan.

6 Voir A. Catafau, « Contentiones Juerunt... », Congrès de la FHLMR, 1995.

7 Cl. Pailhès, Actes de l'abbaye..., d. 59, p. 217.

8 B. Alart, C.M., t. XVII, p. 379, notule de Jacques Plan.

9 B. Alart, C.M., t. E, p. 209, ADPO, 1B-142, fol. 28.

10 B. Alart, C.M., t. L, p. 545-546, notule de Jacques Molines, not. 453.

11 ADPO, H 231, capbreu de 1531, fol. 1, et fol. 16.

12 Ibid, fol. 16r° et fol. 47v°.

13 ADPO, 3E1/3650.

14 ADPO, inventaire après décès des biens de François Dalmau, par Pierre Just, notaire à Perpignan, 3E1/4574 : « heredat situada en lo lloch e terme de Cornelia de la Ribera en la qual hi ha dos cases : una dins la força e a barris. Dins la casa de la força i ha una tina de fusta de f J de vingt cinq en vint e quatre carregas, dolenta axeta de fusta, item quatra botas de tinencia de quatre carregas fins en cinq quascuna, buydes, des laquai he. arrendada al ters untal senyor en Pere, habitant an lo dit lloch de Cornelia ».

15 ADPO, 3E1/1011, fol. 44 v°.

16 L. Bayrou, G. Castellvi, « Esquisse... », p. 198.

17 B. Alart, C.M., t. XI, p. 615-618, AHP, plech 44, n° 4.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Corneilla-de-la-Rivière :
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter