Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Corneilla-del-Vercol

Roussillon

Texte intégral

1La forêt de Berchale est mentionnée en 844, Cornelianum en 883, capud de Bercai, 1028. Eglise Saint-Christophe, 1087.

Regroupement villageois et cellera :

  • 1 « cellarium intus cellariam de Corniliano... et affrontat in tova ipsius cellarie... in introitu d (...)
  • 2 Par exemple dans la cellera de Torreilles dès 1070.

2A Corneilla-del-Vercol, deux documents de 1229 mentionnent un cellier dans la cellera, qui touche au fossé et à l'entrée de cette cellera1. Deux éléments sont à relever : le fossé, tova, qui est comme souvent en relation étroite avec la cellera, « fossé de la cellera » , et la mention de l'entrée de celle-ci, plus rare mais que l'on peut rapprocher de ce que l'on trouve ailleurs2.

  • 3 ADPO, 2 HDTP 32, plech 31, n° 44.

3En 1240, le précepteur de l'hôpital de Perpignan donne en emphytéose à Bernard Ergulos de Corneilla une mansata avec toutes ses dépendances, parmi lesquelles un manse intus villam, qui touche au manse de l'hôpital, ainsi qu'un jardin, une rupta, une parcelle de terre, deux faixe de terre près de Sainte-Marie, le tout sur le territoire de Saint-Christophe de Corneilla, ainsi qu'un champ et une vigne sur le territoire de Saint-Martin de Buaça, trois vignes, une rupta (près du puits) et un jardin sur le territoire de Saint-Pierre de Théza, plus un cellarium quod est de predicta mansata, dont on ne précise pas où il se trouve, mais qui doit être à Corneilla-del-Vercol, comme le manse3. On note, ici comme en d'autres villages, la relation entre le manse et le cellier : le cellier est un des éléments constitutifs de la mansata.

  • 4 B. Alart, C.M., t. X, p. 297-298, AHP, pli 33, (ADPO, Hdtp 34), n° 89.

4En 1253, Marie et Guillaume Talet vendent à l'hôpital de Perpignan deux celliers intus villam, qui touchent à une maison, à un autre cellier, et in tovo4. Le prix de vente est d'un marc d'argent fin au poids de Perpignan, plus douze deniers et demi, ce qui est apparemment élevé. On ne situe pas ces celliers dans la cellera, mais le contexte semble le même que celui des documents précédents. Il n'est donc pas automatique ni indispensable de mentionner la situation d'un bien dans la cellera. Talet ou Telet est le nom du propriétaire d'un cellier voisin de ceux cités en 1229 et situé dans la cellera.

  • 5 Ce terrier ne comporte aucune possession à l'intérieur du village, il concerne exclusivement des p (...)
  • 6 B. Alart, C.M., t. IX, p. 455, 1231, AHP, pli 30, n° 3.
  • 7 B. Alart, C.M., t. X, p. 697, 1268

5Dans le capbreu des possessions de l'hôpital de Perpignan dans le castrum de Corniliano juxta Elnam5, une faixam touche au tou castri, elle se trouve au lieu-dit ad terrer (sur la motte du château ?)6. Une maison touche in via de tovo7.

  • 8 B. Alart, C.M., t. X, p. 425-432, AHP, pli 30, n° 52.
  • 9 B. Alart, C.M., t. X, p. 540-542, AHP, pli 32, n° 65.
  • 10 B. Alart, C.M., t. XI, p. 605-606, AHP, pli 33, n° 13.
  • 11 B. Alart, C.M., t. XII, p. 212, AHP, pli 30, n° 24.

6En 1259, l'hôpital des pauvres de Perpignan donne, à l'occasion d'un échange, une pâture qui touche in fossato8. Quelques années plus tard, une controverse s'élève entre le même hôpital et une habitante de Corneilla, Maria Favars9. Celle-ci tient pour les frères un pati quod est juxta fossatum predicti castri, in quo pati nunc est hedificata domus. Elle et les siens n'ont pas payé de cens depuis soixante ans, il lui est donc réclamé tout l'arriéré : soixante anceres ; elle est dispensée de ce paiement, mais devra verser le cens régulièrement. Il semble que ce pati ait été donné à cens alors qu'aucune construction ne s'y élevait, et que la maison ait été construite postérieurement. En 1293, un mansum cum femoracio vendu par une veuve à son frère touche in tova dicte ville10. En 1300, un patuum ...in villa de Corniliano touche à une maison et al tou del castell11. Le fossé de la cellera et celui du château sont peut-être distincts.

  • 12 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 267, AHP, plech 32, n° 65, transcription de 1264.

7En effet, en 1200, Raymond de Corneilla concède à Pierre de Favars unum patis meum in quo plantes et hedifices unum mansum12 Ce patis est voisin du château du bailleur (iuxta castrum meum), et touche au sud in tovo castri mei. Le preneur devra pour ce manse un cens d'une oie et ne pourra le céder qu'à un meus... homo dominicus et estans ville predicte de Corneliano.

  • 13 B. Alart, C.M., t. IX, p. 497-499, AHP, plech 32, n° 46..

8En 1234 le précepteur du Temple donne en acapte à deux frères et à leur mère quoddam patil ad faciendum ibi domum, et unum cellarium13. Les deux biens se trouvent dans la paroisse de Saint-Christophe, sans plus de précision, mais le cellier affronte de deux côtés au cellier de Bérenger Pagès, et au sud in fossato castri.

Seigneurs et fortifications :

  • 14 B. Alart, C. M., t. E, p. 597-598, procuration royale, reg. 21, ADPO, 1B-163, fol. 14.

9D'après un document de la procuration royale, daté de 1395, qui cite une charte conservée par l'arxiu de cette institution, la fortsa de Cornelia aurait été tenue en fief pour le comte de Barcelone, en 1130, par G. de Corneilla (un doute subsiste quant à l'identification de ce Corneilla)14.

  • 15 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 363, AHP, plech 33, n° 14, copie de 1351.

10En 1205, Raymond de Corneilla, dont on a vu qu'il possède un château à Corneilla en 1200, vend à Pierre Raymond, précepteur de l'hôpital des pauvres de Perpignan, pour dix mille sous de Barcelone, tout son castellum de Corneilla, sa villa, avec hommes, femmes, cens, usages, droits, manses, revenus et terres appartenant à ce castrum15.

  • 16 B. Alart, C.M., t. XII, p. 543-544, AHP, plech 31, n°32.

11En 1312, l'hôpital des pauvres de Perpignan donne en emphytéose un terrain de dimensions modestes dont les mesures nous renseignent sur la largeur des fossés du village16. Il est dit en effet que ce patuum continens in se duas canas Montispesullani in amplitudine de tovo de Corniliano et in longitudine tantum quantum tua tenencia protenditur. Ce terrain touche bien entendu à la tenure du bénéficiaire, et de deux côtés au fossé susdit quod est de tenencia dicti hospitalis. Cette concession des fossés montre que ces fossés sont devenus inutiles d'un point de vue défensif au début du xixe siècle, ce qui laisse penser que d'autres fossés plus larges entourent le village agrandi de ses barris.

  • 17 « trado... dictum femoracium seu locum in quo situm est ad hedificandum in eodem domum seu domos s (...)
  • 18 Cf. la mesure prise en ce sens à Collioure, à la même époque, par le roi.

12En 1321 intervient un conflit entre le précepteur de l'hôpital de Perpignan et Bernard Cristau de Corneilla au sujet d'un femoracium. En conclusion de l'affaire le frère de l'hôpital donne en emphytéose ce terrain afin d'y faire une ou des maisons. Ce terrain se trouve au fossé du castrum (château) et touche au sud au fossé et à l'est à la motte du château, au lieu-dit Arrosat17. Les dépôts de fumier, situés dans un premier temps à l'extérieur du premier noyau villageois, sur les fossés, ont probablement été dépassés par les nouveaux quartiers, et sont récupérés comme terrains à bâtir. On ne peut pas exclure non plus l'idée d'un assainissement de l'espace interne du village, avec le rejet de ces dépôts d'immondices hors de la zone d'habitat serré18.

  • 19 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 208-209, AHP, plech 30, n° 9.
  • 20 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 321-322, AHP, plech 33, n° 6.

13L'année suivante, à l'occasion d'un échange de biens entre l'hôpital de Perpignan et un bourgeois de Perpignan, nommé Guillaume Adalbert, celui-ci donne aux frères des cens sur deux maisons et sur un patuus, situés intus villam de Corniliano, qui touchent in mota sive arrosat dicte ville19. Une borda vendue en 1328 se trouve au lieu-dit toha, c'est-à-dire aux fossés20. La transformation en lieu-dit peut indiquer l'amorce de la disparition des fossés eux-mêmes et un début de construction sur leur ancien emplacement.

Motte, Castelas :

  • 21 ADPO, G23, fol. 11 r°-v°.

14L'évêque d'Elne reçoit l'hommage pour le castrum de Corniliano, en 1319 21 ».

  • 22 B. Alart, CM, t. XIII, AHP, plech 30, n° 15. D'après G. Castellvi, elle se serait trouvée à l'empl (...)
  • 23 ADPO, G23, fol. 13 v°, registre papier xive s., d'après le Liber feudorum de l'évêché d'Elne.

15Une motte castrale est signalée encore assez tardivement, castrum sive motam terream de Corniliano de Berculo, 133822. A cette date, l'hôpital de Perpignan et le bourgeois de Perpignan Guillaume Adalbert déclarent tenir (habere) en indivis quandam motam terream voccatam Castelas, in villa de Corniliano de Berculo que est feudum domini Elnensis episcopi cum femoraciis eiusdem mote contiguis. Ils conviennent à cette occasion que le précepteur de l'hôpital abandonne tous ses droits sur la motte au bourgeois, en échange d'un champ de celui-ci. Les frères retiennent cependant une bande de terrain de la largeur de deux cannes de Montpellier afin de faire un chemin (pro carreria). Un serment mentionne à nouveau cecastrum sive motam terream de Corniliano, en 134023.

  • 24 B. Alart, CM, t. IX, p. 499-501, AHP, plech 32, n° 58, 1234.
  • 25 B. Alart, CM, t. XI, p. 162, AHP, pli 30, n° 65, n° 72 et n° 39, 1274 et 1268.

16Au xiiie siècle, plusieurs concessions de terres précisent qu'elles se trouvent in adjacencia Sci Christophori eiusdem ville, in loco dicto ad Castel24, et in terminis Sci Christofori de Corniliano, in loco vocato al Castelas25. En ce lieu, qui n'est pas situé dans la villa mais à l'intérieur des limites de son territoire, ne sont mentionnées que des terres, il semble donc extérieur au noyau de peuplement, et ne correspondrait pas au château actuel de Corneilla.

  • 26 G. Castellvi, « Les mottes castrales... », Archéologie du Midi médiéval, t. 2, 1983.

17G. Castellvi pense que cette motte correspond au château de Corneilla encore visible à l'intérieur du village, sur une butte naturelle qui n'a reçu pour tout aménagement qu'un mur de soutènement sur un de ses côtés26. Il est fort probable que le castrum ou castellum est bien situé au coeur du village. En revanche, même si la motte est appelée castelas en 1338, on peut se demander s'il n'y aurait pas eu un autre lieu-dit portant ce nom au xiiie siècle.

Structure du village et activités :

18Parmi les biens donnés en acapte à Corneilla on note la présence de nombreux terrains à fumier, ou fosses à fumier, dont on a vu qu'elles se trouvent souvent auprès des fossés du château. En 1206, l'hôpital de Perpignan concède ainsi un manse (maison) et une fosse à fumier (sterquilinium) dans la villa, et qui touchent à d'autres maisons.

  • 27 B. Alart, C.M., t. XI, p. 499, AHP, pli 32, n° 66.

19En 1290, une terre (faxiam terre) qui se trouve sur le territoire de Saint-Christophe de Corneilla, in loco vocato juxta ecclesiam touche d'un côté in via per quam itur ad ecclesiam Sce Marie de Corniliano, et une autre terre, peut-être voisine, en tout cas citée immédiatement après, se trouve au lieu appelé ad mansum vetus27. Il semble donc que non loin de l'église subsistent des terres cultivées.

  • 28 Ce même processus se remarque au même moment à Perpignan, sous l'impulsion des Templiers, cf L. Ve (...)

20Plusieurs documents du xiiie siècle révèlent le mouvement de densification des constructions, qui semble indiquer une croissance de la population à Corneilla28. Ils concernent l'attribution en emphytéose de terrains à bâtir.

  • 29 B. Alart, C. M., t. XI, p. 164, AHP, pli 32, n° 81.
  • 30 B. Alart, C. M., t. XI, p. 159-160, AHP, pli 31, n° 46.

21En 1274, c'est un patuum qui est donné à bail, ad faciendum ibi domos29. Au mois de février suivant, un nommé Pierre Pistayn, de Corniliano des Berquel super Elna, reçoit une monallata de terre de l'hôpital de Perpignan, et promet quo in dicta monallata edificavero domum de hinc usque adprimum veniens festum Natalis Domini, faute de quoi les frères pourraient reprendre cette terre et la donner en acapte à quelqu'un d'autre30.

  • 31 Melle Valérie Dixmier est la première à utiliser systématiquement ce fonds dans le cadre d'une maî (...)

22La très bonne série documentaire des parchemins de l'hôpital de Perpignan (classés provisoirement et en cours d'étude31) permet de suivre l'évolution des prix de vente de diverses propriétés immobilières du milieu du xiiie siècle au milieu du xive siècle :

  • 32 ADPO, 2HDTp 34, n°89 (1253).
  • 33 « precio unius marchi argenti fini recti pensi Perpiniani et XII sol et dimidium barchinonensium b (...)
  • 34 ADPO, 2HDTp 34, n°90 (1279), n°112 (1293), n°46 (1296 a), n°58 (1296 b), n°64 (1297), n°15 (1298), (...)

Note32
Note33
Note34

23Malgré toute la difficulté de comparer des chiffres de vente de terrains non-bâtis, mais parfois sommairement aménagés, comme le spatui, sans doute très variables de l'un à l'autre, selon leur superficie, leur emplacement et leurs aménagements, on constate, si l'on s'intéresse aux valeurs les plus élevées, une tendance à l'augmentation des prix dans le dernier quart du xiiie siècle. Les maxima sont atteints dans le premier quart du xive siècle (jusqu'à 100 et même 160 sous pour certains). La chute des prix semble s'amorcer dès avant les grandes mortalités du milieu du xive, et paraît durable (le chiffre isolé du milieu du xve siècle n'est donné que pour référence).

  • 35 ADPO, 2HDTp 34, plech 33, n°68 (1294), n°13 (1299), n°80 (1303), n°83 (1306), n°93 (1308), n°143 ( (...)
  • 36 Il s'agit sans aucun doute d'une maison : ce manse vendu avec un femoracium et des dépendances tou (...)
  • 37 Cette maison touche in tovo castri.
  • 38 ADPO, 2HDTp 34, n°55 (1304).
  • 39 Font partie de cette mansata un patuum, une fatxia de terre, deux terres d'un quadronum chacune, u (...)

Note35
Note36
Note37
Note38
Note39

  • 40 Décidément, ils forment une véritable lignée : on a déjà un Bernard Ergulos en 1240 à Comeilla-del (...)
  • 41 ADPO, 2HDTp 34, plech 33, n° 38.

24En 1354, Bernard Ergulos, pareur de Perpignan, fils de Bernard Ergulos, boucher de Perpignan40, vend à l'hôpital de Perpignan vingt-huit sous et trois deniers de cens, ainsi que les droits de lods et vente qu'il percevait sur cinq maisons situées à Corneilla41. Ces biens (domibus et patuis tam condirectis quam dirrutis omnibus contiguis) sont groupés en un même endroit : dans le lieu de Corneilla, ils se trouvent entre la route qui va de Perpignan à Elne, celle qui va de Corneilla à Sainte-Marie du Vilar (autrement dite du Paradis) et les possessions de l'église de Corneilla. L'une de ces maisons qui en regroupe deux (que comprehendit et continet in se duos domos) est celle de Jean Ergulos, un frère, neveu ou oncle.

  • 42 ADPO, 3E1/1011, fol. 28 r°.

25En 1411, Guillaume Canavelles fils de Raymond Canavelles (originaire du Confient?) vend l'usage et le droit d'habiter une maison située dans le barrio dicti loci de Corniliano, pour une durée de quatre ans et un prix de vingt-quatre florins d'argent42.

Communauté villageoise :

  • 43 « fideliter colligas, recipias, exigas et congreges et portes tuis propriis expensis nomine dicte (...)
  • 44 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 391, AHP, plech 30, n° 11.

26L'hôpital de Perpignan attribue en 1302 à Raymond Portela de Corneilla des Berchol la baylie de l'hôpital à Corneilla pour toute sa vie, et celui-ci se fait l'homme de l'hôpital, faisant hommage par les mains et embrassant le signe de la croix que le précepteur de l'hôpital porte sur son vêtement. Parmi les obligations du bayle, le précepteur le charge de recueillir tous les droits et redevances dus à l'hôpital aux territoires de Corneilla et de Théza et de les porter au castrum de Corneilla, probablement dans le cellier qui lui appartient43. En 1330, la même baylie est accordée pour deux ans à un autre homme44.

Finage et occupation de l'espace :

Etang et forêt :

  • 45 Voir Maurice Gouges, « Le bois de Corneilla (-del-Vercol) » CERCA, n°4,1959, p.162-164.
  • 46 B. Alart, C.M., t. XII, p. 89, AHP, pli 30, n° 6.
  • 47 B. Alart, C.M., t. XII, p. 244, AHP, pli 30, n° 28.

27Le territoire de Corneilla était autrefois couvert par une grande forêt45 dont quelques restes subsistaient au milieu du Moyen Age et un étang ou un groupe d'étangs qui occupaient les terres basses situées entre Avalri, Montescot, Villeneuve-de-la-Raho et Corneilla. L'assèchement de cet étang a été entrepris au treizième siècle par l'Hôpital des pauvres de Perpignan. En 1297, dix-neuf hommes et une femme omnes de Corneliano de Berchel, ainsi que cinq autres de Perpignan, Villeneuve-de-la-Raho et Bages ayant en tenure des biens en ce lieu, reconnaissant que ces travaux ont été entièrement à la charge du précepteur de l'hôpital de Perpignan, s'engagent à lui laisser la retrodecima de tous les fruits sur les terres ayant bénéficé du creusement du canal d'assèchement46. L'hôpital paie en outre en 1300 les travaux de recreusement de l'aculeam (« l'agouille ») de la vassa de Corneilla pro exaugando aquam que discurrit per dictam aculeam47. Les frères font aussi des travaux pro engravando boschum de Corniliano (« engraver », c'est-à-dire « mettre à sec » ?).

Pont :

  • 48 ADPO, 2 HDTp 31, plech 30, n° 3.
  • 49 B. Alart, C.M., t. IX, p. 516-520, AHP, plech 32, n° 110, a. 1235.

28Dans le capbreu des biens de l'hôpital de Perpignan, dressé en 1231, une faxia se trouve ad Pontarron48. Le précepteur de l'hôpital de Perpignan donne en acapte une mansata à Corneilla-del-Vercol qui comprend un manse situé in capite pontis49.

Lieux-dits :

Balcherium :

  • 50 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 504-505, AHP, plech 33, n° 66. Autre mention de balquerium cum amatvin (...)
  • 51 Le sens de ce terme est difficile à saisir, on peut peut-être le rapprocher de balcus, donné par l (...)

29En 1211, l'hôpital de Perpignan achète à des habitants de Corneilla-del-Vercol toute leur part in omni illo balcherio... in loco vocato Balcherium, sur le territoire de Saint-Christophe de Corneilla-del-Vercol50. Il touche à un autre balcherio51.

Le Vieux Tech :

  • 52 B. Alart, C.M., t. J, p. 250.

30Le lieu-dit Techo veteri, correspondant à un ancien lit du Tech, est signalé en 1422 sur le territoire de Corneilla-del-Vercol52.

Sancta-Maria de Vilario :

  • 53 A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 66.
  • 54 ADPO, 2HDTp 31, plech 30, n° 3, capbreu de l'hôpital.
  • 55 Le lieu-dit Paravis est cité dès 1093, B. Alart, C.M., t. VII, p. 109-111, AHP, plech V, n° 29.
  • 56 B. Alart, C.M., t. XII, p. 245, AHP, pli 32, n° 94.

31L'église Sainte-Marie, mentionnée en 121553, et en 123154 appelée plus tard « du Paradis »55, est nommée en 1300 Sce Marie de Vilario56. Ce terme (« vilar ») pourrait indiquer un lieu de peuplement ancien qui n'aurait pas perduré.

  • 57 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 640, AHP, plech 32, n° 16.

32En 1341, une terre se trouve in terminis Sci Christophori de Corniliano, juxta capellam Sce Marie de Paradiso, alias de Vilario57.

  • 58 B. Alart, C.M., t. IX, p. 537, AHP, plech 33, n° 70.

33En 1236, c'est l'ensemble des habitants de Corneilla qui vendent une faixa de terre au lieu-dit ad Vilarium58.

  • 59 ADPO, Hp 186, du notaire Antoine Paracolls.

34En 1436, on situe une terre le long de la route qui va de Corneilla ad capellam See Marie de Paradis59.

Synthèse :

35Le plan du village est assez difficile à interpréter, il ne présente pas l'aspect du « village ecclésial » habituel. La cellera dont parlent les documents du xiiie siècle n'est jamais en relation avec l'église, qui semble à la même époque voisiner avec des terres cultivées. Les celliers sont en revanche proches des fossés et de l'entrée « de la cellera », qui pourrait être un réduit fortifié sous la dépendance de la « motte » castrale, du château. On aurait peut-être là une autre de ces celleres d'origine castrale.

Plan cadastral de Corneilla-del-Vercol

Plan cadastral de Corneilla-del-Vercol

Notes

1 « cellarium intus cellariam de Corniliano... et affrontat in tova ipsius cellarie... in introitu dicte cellarie », B. Alart, C.M., t.IX, p. 395-399, archives de l'hôpital de Perpignan (AHP, classées provisoirement aux ADPO sous la cote : 2 HDTp), plech 31, n° 31 et n° 68.

2 Par exemple dans la cellera de Torreilles dès 1070.

3 ADPO, 2 HDTP 32, plech 31, n° 44.

4 B. Alart, C.M., t. X, p. 297-298, AHP, pli 33, (ADPO, Hdtp 34), n° 89.

5 Ce terrier ne comporte aucune possession à l'intérieur du village, il concerne exclusivement des parcelles cultivées et des terres.

6 B. Alart, C.M., t. IX, p. 455, 1231, AHP, pli 30, n° 3.

7 B. Alart, C.M., t. X, p. 697, 1268

8 B. Alart, C.M., t. X, p. 425-432, AHP, pli 30, n° 52.

9 B. Alart, C.M., t. X, p. 540-542, AHP, pli 32, n° 65.

10 B. Alart, C.M., t. XI, p. 605-606, AHP, pli 33, n° 13.

11 B. Alart, C.M., t. XII, p. 212, AHP, pli 30, n° 24.

12 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 267, AHP, plech 32, n° 65, transcription de 1264.

13 B. Alart, C.M., t. IX, p. 497-499, AHP, plech 32, n° 46..

14 B. Alart, C. M., t. E, p. 597-598, procuration royale, reg. 21, ADPO, 1B-163, fol. 14.

15 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 363, AHP, plech 33, n° 14, copie de 1351.

16 B. Alart, C.M., t. XII, p. 543-544, AHP, plech 31, n°32.

17 « trado... dictum femoracium seu locum in quo situm est ad hedificandum in eodem domum seu domos seu quecumque hedificia que in eodem volueris quod est in tovo castri dicti loci de Corniliano et affrontat ex una parte a meridie in tovo castri dicti loci de Corniliano, ab accidente in mota dicti castri seu loco vocato Arrossat et ab aquilone in hospicio tuo et ab oriente in via », B. Alart, C. M., t. XIII, p. 140-141, AHP, plech 31, n° 41.

18 Cf. la mesure prise en ce sens à Collioure, à la même époque, par le roi.

19 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 208-209, AHP, plech 30, n° 9.

20 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 321-322, AHP, plech 33, n° 6.

21 ADPO, G23, fol. 11 r°-v°.

22 B. Alart, CM, t. XIII, AHP, plech 30, n° 15. D'après G. Castellvi, elle se serait trouvée à l'emplacement de l'actuel château.

23 ADPO, G23, fol. 13 v°, registre papier xive s., d'après le Liber feudorum de l'évêché d'Elne.

24 B. Alart, CM, t. IX, p. 499-501, AHP, plech 32, n° 58, 1234.

25 B. Alart, CM, t. XI, p. 162, AHP, pli 30, n° 65, n° 72 et n° 39, 1274 et 1268.

26 G. Castellvi, « Les mottes castrales... », Archéologie du Midi médiéval, t. 2, 1983.

27 B. Alart, C.M., t. XI, p. 499, AHP, pli 32, n° 66.

28 Ce même processus se remarque au même moment à Perpignan, sous l'impulsion des Templiers, cf L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon... Ces nouvelles constructions révèlent la croissance économique de la ville, mais il semble bien qu'il faille les replacer dans un contexte général de développement, favorisé par les seigneurs ecclésiastiques, comme le montre le cas de Corneilla.

29 B. Alart, C. M., t. XI, p. 164, AHP, pli 32, n° 81.

30 B. Alart, C. M., t. XI, p. 159-160, AHP, pli 31, n° 46.

31 Melle Valérie Dixmier est la première à utiliser systématiquement ce fonds dans le cadre d'une maîtrise d'histoire portant sur la constitution du patrimoine de l'Hôpital Saint-Jean de Perpignan, travail mené sous la direction de Mme Marie-Claude Marandet, maître de conférences à l'Université de Perpignan.

32 ADPO, 2HDTp 34, n°89 (1253).

33 « precio unius marchi argenti fini recti pensi Perpiniani et XII sol et dimidium barchinonensium bonorum », ibidem . Un marc d'argent au poids de Perpignan vaut en 1279 soixante-deux sous et six deniers de Barcelone (document n° 90), soit un prix total de 75 sous de Barcelone. Au début du xive siècle, il faut soixante-cinq sous barcelonais pour faire un marc d'argent de Perpignan (documents n°118, 113, 117, datés de 1300, 1304 et 1322).

34 ADPO, 2HDTp 34, n°90 (1279), n°112 (1293), n°46 (1296 a), n°58 (1296 b), n°64 (1297), n°15 (1298), n°118 (1300), n°16 (1303), n°35 (1304 a), n° 113 (1304 b), n°157 (1304 c), n°53 (1305 b), n°78 (1305 b), n°135 (1305 c), n°44 (1319 a), n°155 (1319 b), n°62 (1321 a), n°148 (1321 b), n°20 (1326), n°175 (1334), n°40 (1347), n°106 (1427).

35 ADPO, 2HDTp 34, plech 33, n°68 (1294), n°13 (1299), n°80 (1303), n°83 (1306), n°93 (1308), n°143 (1321 a), n°159 (1321 b), n°45 (1323), n°47 (1329), n°173 (1335), n°39 (1336).

36 Il s'agit sans aucun doute d'une maison : ce manse vendu avec un femoracium et des dépendances touche in tova dicte ville.

37 Cette maison touche in tovo castri.

38 ADPO, 2HDTp 34, n°55 (1304).

39 Font partie de cette mansata un patuum, une fatxia de terre, deux terres d'un quadronum chacune, une parcelle de terre et une maison.

40 Décidément, ils forment une véritable lignée : on a déjà un Bernard Ergulos en 1240 à Comeilla-del-Vercol. Le prénom passe de pères en fils aînés (ici il se dit héritier universel de son père), mais le nom lui aussi va sans doute très bien à cette famille de riches bouchers, gros propriétaires dans le village !

41 ADPO, 2HDTp 34, plech 33, n° 38.

42 ADPO, 3E1/1011, fol. 28 r°.

43 « fideliter colligas, recipias, exigas et congreges et portes tuis propriis expensis nomine dicte hospitalis, in Castro de Corniliano predicto, omnes census et omnia terremerita, banna, justicias, et omnia alia jura que et quos dictum hospitale habet », B. Alart, C.M., t. XII, p. 335-338, AHP, plech 31, n° 18.

44 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 391, AHP, plech 30, n° 11.

45 Voir Maurice Gouges, « Le bois de Corneilla (-del-Vercol) » CERCA, n°4,1959, p.162-164.

46 B. Alart, C.M., t. XII, p. 89, AHP, pli 30, n° 6.

47 B. Alart, C.M., t. XII, p. 244, AHP, pli 30, n° 28.

48 ADPO, 2 HDTp 31, plech 30, n° 3.

49 B. Alart, C.M., t. IX, p. 516-520, AHP, plech 32, n° 110, a. 1235.

50 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 504-505, AHP, plech 33, n° 66. Autre mention de balquerium cum amatvinerio, en 1235, t. IX, p. 520, AHP, plech 33, n° 127.

51 Le sens de ce terme est difficile à saisir, on peut peut-être le rapprocher de balcus, donné par le MLLM comme un terme germanique désignant une « parcelle allongée de terre », une sorte de faixa donc.

52 B. Alart, C.M., t. J, p. 250.

53 A. Cazes, Le Roussillon sacré, p. 66.

54 ADPO, 2HDTp 31, plech 30, n° 3, capbreu de l'hôpital.

55 Le lieu-dit Paravis est cité dès 1093, B. Alart, C.M., t. VII, p. 109-111, AHP, plech V, n° 29.

56 B. Alart, C.M., t. XII, p. 245, AHP, pli 32, n° 94.

57 B. Alart, C.M., t. XIII, p. 640, AHP, plech 32, n° 16.

58 B. Alart, C.M., t. IX, p. 537, AHP, plech 33, n° 70.

59 ADPO, Hp 186, du notaire Antoine Paracolls.

Table des illustrations

Légende Note32Note33Note34
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1850/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Note35Note36Note37Note38Note39
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1850/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Plan cadastral de Corneilla-del-Vercol
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1850/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540