Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Collioure

Roussillon

Texto completo

1Castrum Caucoliberi (673, Julien de Tolède), puis 981, église Ste-Marie, 1203.

Regroupement villageois et celliers :

  • 1 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 421-424, cartulaire du Temple, fol. 1 v°: « quandam plateam terre infr (...)
  • 2 « concedimus etiam vobis... ut... possitis facere portam in muro in quolibet parte volueritis ad v (...)

2En 1207, le roi Pierre donne en acapte aux Templiers une place (plateam) qui touche d'un côté au cellier du château et au cellier d'un nommé Jean Rossell, et des autres côtés à la mer, à une maison et à la porte du château1. Sur cet emplacement pourront être construites des maisons et autres bâtiments depuis la sala du château jusqu'au port. Les Templiers pourront faire une porte dans le mur (de la ville) afin de pouvoir entrer et sortir selon leur volonté, et fermer deux autres portes qui se trouvent là. Le roi s'engage à changer l'entrée du château pour la déplacer à la demande des Templiers2.

  • 3 B. Alart, C.M., t. E, p. 32, Proces antichs del patrimoni, 261, fol. 42.

3En 1344, le cellier royal et les vasa qu'il contient font l'objet d'un acte de la chancellerie3.

  • 4 B. Alart, C.M., t. R2, p. 409-411, notule de Bernard Frigola.

4L'inventaire des biens de Jean Hostales, de Collioure, en 1385, comprend, outre la maison dans laquelle il habite, deux celliers, dont l'inventaire montre que l'un contient des cuves, des jarres, des quartiers de viande salée, l'autre une mule avec sa selle, de l'herbe, des paons, poules et chapons, deux meules à grain4.

Seigneurs et fortifications :

  • 5 « que en los ports ni vayl de Cogliure on son estades cases et hedificis enderrocats per raso de f (...)

5En 1287, une charte royale interdit que l'on construise quelque édifice que ce soit à l'emplacement des maisons détruites pour la construction des murs5.

  • 6 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 188.

6En 1345, Pierre d'Aragon, après la rébellion de Jacques de Majorque, décide de réorganiser les fortifications et les châteaux du Roussillon6. Pour la réfection des fossés et des remparts du château de Collioure il a été nécessaire d'utiliser le palacium ou maison que les frères hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem possédaient à Collioure, et qui était contigu du château. Il fut estimé à soixante-cinq livres de Barcelone. Les frères avaient récupéré les tuiles, le bois, et les pierres des murs.

  • 7 ADPO, 3 E 1/121, notaire André Frigola, fol. 2 v°.
  • 8 B. Alart, C.M., t. XV, p. 401-402.

7En 1361, on évoque les travaux aux murs de Collioure7. En 1372, un habitant de Collioure vend aux consuls de la ville et au châtelain (castellano) et bayle de la ville une partie d'un patuum situé au port d'en haut (in portu superiori Coquiliberi)8.

Structure du village et activités :

  • 9 B. Alart, C.M., t. IV, p. 309.

8Le capbreu de 1292 situe un champ près de l'église, qui touche au cimetière9.

  • 10 B. Alart, C.M., t. D, p. 485-490.
  • 11 B. Alart, C.M., t. A, p. 424.
  • 12 B. Alart, C.M., t. X, p. 655 : « quod loca immunda sive stercoralia in quibus immundicie et sterco (...)

9En 1207, Pierre d'Aragon concède aux habitants de Collioure une charte de pohlacio, qui prévoit en particulier l'exemption des leudes10. Ceci confirme le désir du souverain de faire de Collioure une place forte royale puissante et bien peuplée. Ces chartes de franchises sont confirmées en 122311. En 1263, le roi Jacques impose que les rues de Collioure aient une canne de Montpellier de largeur au moins (soit moins de deux mètres), et que les immondices et le fumier qui sont déposés dans les rues soient entièrement enlevés12.

  • 13 ADPO, 1 B 196, fol. 36 r°-37 v°.
  • 14 « supra quam viam possis tu... construi facere archus ante dictam domum, illo modo quo archus sunt (...)
  • 15 « versus quod patuum possitis... facere construere... portam et portas, fenestram et fenestras et (...)

10En 1290, Jacques de Majorque donne à Guillem de Puig Orphile de Collioure des cens sur des maisons de Collioure, à la porte basse du castrum, sur la rue qui va à la mer13. Au-dessus de cette rue, il pourra faire construire un arc, un portique, sur le modèle de ceux qui sont déjà construits sur les maisons voisines, et édifier au-dessus de ces arcs des étages14. Il pourra aussi, dans le patuum voisin d'une autre maison de cette même rue, faire construire portes et fenêtres ainsi qu'un écoulement d'eau15.

  • 16 « unum cortale... sive corral velpatuum satis grande tenere bestiare, in portu inferiori dicte vil (...)
  • 17 « teneo... acrestum (?) per totam condaminam et portum inferioris usque ad turrim portus predicti  (...)

11Le port de Collioure est divisé en deux : le port d'en haut et le port d'en bas. Le port du haut étant probablement celui du sud ; le port d'en bas, au nord, se trouvant au contact de la vieille ville, entre l'église actuelle et le château. Dans un acte de 1457, un cortal ou corral, un enclos assez grand pour y garder du bétail, touche au portail du vieux rempart et aux fossés anciens16. Un terrain se trouve au port d'en bas près de la tour du port17.

Communauté villageoise :

  • 18 « habere hospicium intus villam veterem pro fovendo ibi meum domicilium, scilicet prope plateam ro (...)

12En 1372, les consuls de l'université décident d'embaucher un médecin, qu'ils paient cinquante livres de Barcelone par an. Le médecin s'engage à établir son domicile dans la ville vieille de Collioure, près de la place ronde18. Il assurera les visites aux malades, au moins à trois reprises, et inspectera les urines de tout habitant de ce lieu.

Synthèse :

13Il n'est pas possible d'affirmer que le village de Collioure soit né d'une cellera. Il y a beaucoup d'éléments particuliers dans la configuration du lieu : deux plages aptes à devenir des ports, un château royal, et probablement une présence quasi continue depuis l'antiquité, en un point favorable de la côte.

  • 19 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 65.

14Toutefois la présence de celliers qui semblent voisins, au pied du château, parmi lesquels le cellier du château lui-même, peut indiquer un regroupement de ces bâtiments, sans que l'on puisse se prononcer pour la subsistance d'une ancienne cellera ou pour un regroupement d'initiative châtelaine. L'église actuelle est assez récente (xviie s.), l'ancienne, citée en 1203, n'est pas apparemment entourée de constructions serrées en 1292. Elle aurait été située sur l'emplacement des glacis du château19.

Notas

1 B. Alart, C.M., t. VIII, p. 421-424, cartulaire du Temple, fol. 1 v°: « quandam plateam terre infra castrum Cocolibri ad hedificandum et construendum domos et quecumque hedificia facere volueritis, a sala castelli usque ad portum per quam modo ingressus sive introitus est. Affrontat autem predicta platea ab oriente in mari et in patuo domini regis et in sala castelli, a meridie in cellario castelli et in cellario Johannis Rosselli, ab occidento in porta castri et in manso Petri Eirardi et in mari, ab aquilone in mari ».

2 « concedimus etiam vobis... ut... possitis facere portam in muro in quolibet parte volueritis ad vestram voluntatem unde liberum introitum habeatis. Nos quidem faciemus portam et mutabimus introitum castri ab alia parte castelli ad vestram comonicionem, dantes vobis licenciam claudendi illas duas portas que modo ibi sunt », ibid.

3 B. Alart, C.M., t. E, p. 32, Proces antichs del patrimoni, 261, fol. 42.

4 B. Alart, C.M., t. R2, p. 409-411, notule de Bernard Frigola.

5 « que en los ports ni vayl de Cogliure on son estades cases et hedificis enderrocats per raso de forsa del mur, no puguen esser feyts hedificis ni altres obres », B. Alart, C.M., t. XI, p. 180, cartulaire de Collioure, fol. 22.

6 B. Alart, C.M., t. XIV, p. 188.

7 ADPO, 3 E 1/121, notaire André Frigola, fol. 2 v°.

8 B. Alart, C.M., t. XV, p. 401-402.

9 B. Alart, C.M., t. IV, p. 309.

10 B. Alart, C.M., t. D, p. 485-490.

11 B. Alart, C.M., t. A, p. 424.

12 B. Alart, C.M., t. X, p. 655 : « quod loca immunda sive stercoralia in quibus immundicie et stercora ponientur, que sunt in carrariis dicte ville, inde penitus removeantur et quod aliquis non sit ausus ibi ea tenere de cetero vel facere ullo modo ». Archives de Collioure, cartulaire, fol. 23-24.

13 ADPO, 1 B 196, fol. 36 r°-37 v°.

14 « supra quam viam possis tu... construi facere archus ante dictam domum, illo modo quo archus sunt edificati... ante domos... infrascriptas et supra dictos archus possis tu... construi facere solerium et solerios », ibid.

15 « versus quod patuum possitis... facere construere... portam et portas, fenestram et fenestras et aqueversus », ibid.

16 « unum cortale... sive corral velpatuum satis grande tenere bestiare, in portu inferiori dicte ville situm in loco vocato lo Puyg confrontatur cum portale muri veteris dicti Puyg et cum muro seu pariete muri aut vallis veteris », B. Alart, C.M., t. N2, p. 210.

17 « teneo... acrestum (?) per totam condaminam et portum inferioris usque ad turrim portus predicti », B. Alart, C.M., t. N2, p. 211, a. 1457.

18 « habere hospicium intus villam veterem pro fovendo ibi meum domicilium, scilicet prope plateam rotundam eiusdem ville », B. Alart, C.M., t. XV, p. 400-401.

19 A. Cazes, Roussillon sacré, p. 65.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540