Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Claira

Roussillon

Texte intégral

1Cleiranum, 1013-1070. Eglise Saint-Vincent, 1091.

Regroupement villageois et celliers :

  • 1 On remarque à partir du xiiie siècle de nombreux noms (prénoms ?) ayant pour origine un nom de vil (...)
  • 2 B. Alart, C.M., t. R2, p. 289-291, notule de Guillaume Marès de Claira, n° 6493.
  • 3 « Item es convengut que selebrat lo dit matrimoni, que si la mare del dit Pere no podia o no volia (...)

2Un intéressant contrat de mariage est établi en 1379 entre Pierre Galia, fils de Clayra1 Galia défunt, d'une part et Na Ricsen, fille d'en Johan Caderona, de l'autre2. Il est convenu qu'en cas d'impossible cohabitation (« A Dieu ne plaise ! ») entre le jeune couple et la belle-mère, celle-ci pourra élire domicile dans la maison qui sert actuellement de cellier à son fils3.

3Des celliers sont cités dans les capbreus de 1380 et 1393, voir ci-dessous.

Seigneurs et fortifications :

  • 4 DMJ Henry, Histoire de Roussillon, t. 1, p. 497, preuve n° II. Voir aussi à Canomals, (cellera).

4Les nommés dame Fina de Claira, Bernard Guillem et Pierre de Claira, fils de celle-ci, probables seigneurs de ce village, reçoivent sous leur garde en 1208 la grange de Saint-Sauveur de Canomals, appartenant à Fontfroide4. Ils donnent à ce monastère tous les droits qu'ils ont infra fines et terminos Sci Salvatoris et Sci Felicis de Sancto Stephano de Pino. Cet acte est signé apud villam de Clerano, infra portam castri de Biterna. Le village est-il fortifié au début du xiiie siècle, ou s'agit-il d'un château privé ? On remarque en effet la formule de localisation (« au village, sous la porte du castrum ») qui crée une ambiguïté : on a bien l'impression de deux entités différentes.

  • 5 ADPO, 1 B 9, copie datée de 1327. Autre confirmation en 1392 par Jean d'Aragon, copie du xvie sièc (...)

5En 1233, Nunyo Sancho, seigneur du Roussillon et de Vallespir, confirme aux habitants de Claira qu'il les rend quittes et libres de toute questia, tolta, forcia, servitute, exactione, du vêt du vin, des leudes et péages, usages, etc., excepté de l'host et chevauchée et du four qu'il retient5.

  • 6 ADPO, 3E1/72.

6En 1338, l'inventaire des biens d'Arnaud et Guillaume, fils du défunt Jean Romer, comprend une maison (domum, mis à la place A'hospicium barré dans le texte) intus villam de Clayrano, qui touche in muro dicti loci6.

  • 7 B. Alart, C.M., t. A, p. 121, notule de Guillaume Marès.
  • 8 « ...lego operi murorum fortalicii de Clayrano videlicet pro operando et coperiendo los gaytils si (...)

7A la demande de Béranger Ses-Puyades, damoiseau, capitaine du lieu de Claira, les consuls du village, ainsi que d'autres habitants, réunis dans l'église, et les donzells Arnaud de Millas, Raymond de Llupia et Bertrand de Sauto, domiciliés à Claira, sont requis de contribuer à la réparation murorum fortalicii, en 13767. Ils consentent à payer un tallium de dix mille sous. L'année suivante, Guillaume Capdevila fait un legs en faveur des travaux des murs du fort de Claira où l'on doit couvrir les tours de guet ou les lieux où l'on doit faire les veilles8, afin que les guetteurs soient abrités des assauts du vent, des chutes de pluie et de toutes les autres intempéries (castamate ?) et tempêtes.

  • 9 « aptent et operent, seu aptari et operari faciant curritores et soleria turrium et murorum dicti (...)
  • 10 « recolligant intus fortalicium dicti loci blada et victualia per totum presentem mensem julii », (...)

8En 1409, le 18 juillet, le bayle de Claira, au nom du procureur du vicomte de Canet, commande aux consuls de Claira qu'ils fassent ou fassent faire des chemins de ronde sur les tours et les murs de Claira, et cela avant la prochaine fête de Marie du mois d'août9. Il souhaite en outre qu'il soit fait une annonce publique (precoma) demandant que tous réunissent dans la fortification le blé et les victuailles nécessaires pendant le mois de juillet10. Outre le caractère d'urgence de ces mesures, motivées sans doute par des circonstances particulières, on a là une intéressante description des remparts et de la fonction de dépôt de provisions de cette fortification (à l'origine peut-être une cellera ?).

Structure du village et activités :

  • 11 B. Alart, C.M., t. V, p. 480, notice d'après le Liber Feudorum B disparu.
  • 12 B. Alart, C.M., t. A, p. 368-369, notule de Raymond Giraud (n° 639).

9En 1243, le roi Jacques accorde un privilège aux habitants de Claira et à ceux qui viendront y établir leur résidence11. Il y a ici comme à Perpignan et ailleurs une volonté d'attirer dans les bourgs de la plaine la population en expansion.En 1353, lors de l'élection annuelle des consuls, on précise que ceux-ci doivent gouverner l'universitatem castri, ainsi que gérer les biens de ladite université et la fabricant ecclesie et pontis dicti castri12. La communauté villageoise a donc la charge d'un pont, probablement sur l'Agly, dont elle doit assurer l'entretien.

  • 13 B. Alart, C.M., t. P, p. 312, notule de Jean Guiner (n° 4944).

10Un jardin vendu en 1335 par Hugues d'Alénya, qui se dit domicellus de Clayrano, est situé extra villam de Clayrano, loco vocato villa nova13. Hors des murs certainement, s'est développé un quartier nouveau, où l'on trouve encore toutefois des espaces cultivés (comme à Vinça et à Sainte-Marie-de-la-Mer à la même époque).

  • 14 B. Alart, C.M., t. A, p. 376, notule de Jacques Ferrand (n° 4984).
  • 15 B. Alart, C.M., t. XV, p. 320, notule d'André Romeu, ADPO, 1B-120, fol. 26.

11L'église Saint-Vincent est de novo constructa, dotata et hedifficata, en 135914. A la fin du xive siècle, le cimetière se trouve encore devant l'église, car, en 1369, Guillem Blanquet de Claira fait élection de sépulture in ciminterio ecclesie loci de Clayrano, videlicet ante januam Beate Marie ipsius ecclesie15. Il s'agit probablement de la porte d'une chapelle de l'église.

Capbreus :

Capbreu de 1380-1387 :

  • 16 ADPO, 3E3/994, 27 folios r-v.

12En 1380-1387, est dressé un terrier des biens tenus pour dame Sclarmunde, épouse d'Arnaud de Millas donzell, héritier de dame Garcendis, épouse d'Arnaud de Lordat, chevalier16.

  • 17 Le sens du mot est difficile à donner avec certitude : le plus souvent, on peut le traduire par «  (...)
  • 18 ADPO, 3E3/994, f. 2r : « quandam domum cum quodampatuo eidem domui contiguo », f. 5v, 12r, etc.
  • 19 Ibidem, f. 11r. C'est probablement un espace libre, de très petite dimension, un « coin » de rue, (...)
  • 20 Ibidem, f. 13r.
  • 21 Ibidem, f. 5v, 9v, 10r (domum aff. ex duabus partibus in costono murorum dicti loci), 10v, 12r (à (...)
  • 22 Ibidem, f. 13v, aff. in tenencia muris dicti loci.
  • 23 Ibidem, f. 14v, infra terminis dicti loci quandam ortum scitum prope vallem fortalici dicti loci, (...)
  • 24 Ibidem, f. 2r, aff. in furno dicte domine Sclarmunde, f. 11v, f. 14v.
  • 25 Ibidem, f. 4r, aff. intus hospitalis pauperum dicti loci.

13Il contient la mention de 72 maisons (domus) intus locum ou intus villam. Les maisons ont souvent un patuus17 contigu18. Une maison touche à la fois à un patuus et à quadam androna19, et un patuus à un androna20. Des maisons ou des courettes touchent in costono murorum dicti loci21. Une cour jouxte le mur du village22. A l'extérieur, les murs sont doublés de fossés23. On mentionne que des maisons sont voisines du four seigneurial de la dame du lieu24. Une autre voisine avec l'hôpital des pauvres25.

  • 26 Ibidem, f. 20v, aff.... ex alia parte in tenencia mea que (fuit : barré) est cellarium et in patuo (...)

14Une maison et sa courette contiguë touchent d'un coté à la place, de l'autre à un cellier et au patuus de celui-ci26.

  • 27 Ibidem, f. 27v.
  • 28 Ibidem, f. 2r.

15On donne les dimensions d'une maison : neuf cannes de Montpellier de long sur trois cannes de large27. Elle paie douze deniers de cens, alors qu'une autre maison en paie six et un patuus trois28.

  • 29 Ibidem, f. 19r, domum... aff. in viridario, f. 27r.

16Une maison intus locum touche à un verger29 : c'est sans doute une maison dans un barri (le mot n'est pas employé dans le capbreu). Le terme de locum utilisé ici de préférence à villam est sans doute de sens plus large, et peut désigner un espace incluant bâti et non-bâti.

  • 30 Ibidem, f. 9r.
  • 31 . Ibidem, f. 23r.

17Un jardin est situé au lieu-dit vila nova30, un champ se trouve à la Salancha de Mudasos, probablement Mudagons31.

18Plusieurs indices de regroupements de parcelles ou de maisons sont perceptibles en ce dernier quart du xive siècle :

  • deux anciens jardins groupés en un seul32
  • une maison composée de deux anciennes maisons33
  • une maison agrandie sur la maison voisine par l'acquisition d'une pièce34
  • une maison et un patuus dans lesquels sont inclus une autre maison et son patuus35
  • une faixa formée de trois anciens jardins36
  • une aire faite de deux jardins37
  • une maison qui inclut une partie d'une maison et deux autres maisons38

19Les portes du village sont nommées ; on les signale à propos de biens intérieurs comme extérieurs aux murs ; à l'extérieur ce sont souvent des jardins et terres fumées :

  • près de la porte dite de Saint-Pierre se trouvent des jardins et des femoras39
  • près du portail de Saint-Hippolyte se trouvent des jardins40.

20Un juif qui est parti à Perpignan a vendu sa maison.

Capbreu de 1393 :

  • 41 ADPO, 3E3/995, fol. 28 à 35, probablement numéroté à la suite du précédent.

21Un registre contient les déclarations établies en 1393 en faveur de la même dame Sclarmunda41. On y trouve les mêmes lieux-dits, portes et murs que dans le précédent.

  • 42 Ibidem, f. 32 v°, conf... in carrerono qui est exitus dicte domus.
  • 43 Ibidem, f. 28 v° « domum quam teneo ypothecatam ».

22Il semble que l'habitat soit très dense par endroits, en tout cas très imbriqué, puisqu'une maison a sept (7) voisins, plus une ruelle (carrerono) qui est sa sortie42. L'un des déclarants a une maison hypothéquée43.

  • 44 Ibidem, f. 33 r°.
  • 45 Ibidem, f. 33 v°, est-ce la même maison que ci-dessus f. 17 r° ?

23Un jardin près de la porte Saint-Pierre touche à la propriété d'un marchand del carrer de Garrius44. Une maison a appartenu à un juif, Salo(mo)n Yssach, judeus ville Perpiniani habitator de Clairano45.

  • 46 Ibidem, f. 33 v°, il s'agit probablement de la même maison et du même cellier, que ci-dessus, 3 E (...)

24Une maison avec un patuus contigu affronte à sept autres biens, parmi lesquels l'un est un cellarium et un autre le patuus de ce cellier46.

  • 47 Ibidem, f. 34 r°, « conf. in ambega capitali dicti loci ».
  • 48 Ibidem, f. 35 r°, « prope molendinum regium, loco vocato Stanyol ».
  • 49 Ibid., f. 36 r°, « duo orti nunc sunt reducti in unum sciti in terminis dicti loci loco dicto la V (...)

25Un jardin près de la porte Saint-Pierre touche au ruisseau principal du village47. Une vigne se trouve au lieu-dit Stanyol, près du moulin du roi48. Deux jardins n'en forment plus qu'un, au lieu-dit la Vila nova49.

  • 50 Ibidem, f. 37 r°.

26Une intéressante reconnaissance, comprise à la suite et datée de 1416, concerne une partie d'une maison qui mesure trois cannes de Montpellier de large et cinq cannes et deux palmes de long50.

Communauté villageoise :

  • 51 B. Alart, C.M., t. G, p. 402, a. 1357.

27Une communauté juive vit à Claira, certains de ses membres partant vers Perpignan, comme le montrent les maisons vendues, d'autres venant de la capitale du Roussillon, comme cet Yssach Bedos, Judeus oriundus de Perpiniano, habitator de Clayrano51.

  • 52 B. Alart, C.M., t. XII, p. 363, AHP, plech 27, n° 44.

28Un document de 1303 mentionne une tenure de l'hôpital de Claira52.

  • 53 ADPO, 3E1/72, fol. 14 v°.

29Une propriété de l'hôpital des pauvres de Claira est mentionnée en 133853.

  • 54 ADPO, 3E1/4946, construction de la « barrerie seu barreriorum Tetis vocate barrerie Tetis seu de T (...)

30Les hommes de Claira s'engagent en 1346 à contribuer aux dépenses nécessaires à la construction d'une digue au bord de la Têt, probablement depuis le lieu de Taynères, au nord de Perpignan54. Ce document comprend la liste des chefs de famille de Claira.

Finage et occupation du territoire :

  • 55 ADPO, 3E1/72, fol. 12 v°- 13 r°.

31De nombreuses vignes et terres sont situées près du ruisseau des moulins, en 133855.

Limites :

  • 56 ADPO, 1B 131, notule d'André Romeu, fol. 17 v°.

32Une vigne vendue en 1375 est située aux limites de Claira vers Salses, in terminis de Clayrano in decimali Sci Stephani de Saisis56.

  • 57 ADPO, 3E3/994.

33Le capbreu de 1380 comprend de nombreux renseignements sur les chemins et les environs de Claira57.

34Les chemins qui relient le village aux enviions sont identifiés, souvent bordés de jardins :

  • des jardins se trouvent le long du chemin qui va à Saint-Hippolyte58
  • une parcelle touche au chemin du Vilar, par lequel on va au mas de Garriga59
  • une vigne est sur le chemin qui va de Saint-Hippolyte au pont de Peracaus60
  • une parcelle est située subtus iter vetus de Sci Laurenci, appelé aussi carreria61
  • un chemin va au mas appelé den Ribera sive aliquot den Solsa62
  • un jardin près de la via del pas de l'ayga63
  • 64 Ibidem, f. 18v, une vigne touche in senderio, un jardin in carreront), f. 23v.

35Des chemins de petite largeur, séparant les parcelles, sont appelés senderium ou carreronum64.

  • 65 Ibidem, f. 19r, quandam peciam terre... subtus Aglinum vetus.

36Parmi les lieux-dits on note « l'Agly-vieux »65.

  • 66 Ibidem, f. 24r, petiam terre... scituatam in terminis de Clayrano in decimali Sce Eugenie de Lebey (...)

37Le territoire de Claira inclut le décimaire de Sainte-Eugénie de Labèje66.

  • 67 Ibidem, f. 19v, 25r.

38Une terre se trouve sur le territoire de Claira, in piano Sci Petri de Villario67, le même lieu est appelé plus loin Piano Petri de Villario alias de Peracaus.

  • 68 ADPO, 2 HDT p 28, plech 27, n° 4.

39En 1594 une condamine se trouve en partie sur le territoire de Claira, en partie sur celui de Torreilles, au lieu-dit « al mont de la terra ». Il touche à la rivière de l'Agly, et aux limites de Pia, ainsi qu'à un chemin appelé del pas de na Mallola68. Ce « mont de la terra » est probablement une ancienne motte castrale, dont l'emplacement, en limite des deux territoires de paroisses n'est pas fortuit.

Sant Père :

  • 69 B. Alart, CM, t. VI, p. 222-224.

40En 1700 un « bourgeois-noble » de Perpignan vend une terre una cum turre diruta olim in dicta devesa constructa... que omnia sunt in termino predicte ville et in loco dicto Sant Pere69. Il s'agit peut-être d'une tour ou motte.

Mudagons, église Saint-Sébastien :

41En ce lieu se trouvait une motte castrale et passait probablement une des voies principales de communication du Roussillon, l'ancienne via domitia (voir à ce sujet Torreilles). Il est entré en déclin dès le milieu du Moyen Age, avant l'établissement d'une grange cistercienne.

  • 70 ADPO, 3E1/72, fol. 14 v°. J'ai transcrit monacus monasterii Beate Marie Villelongue ordinis [ ]... (...)
  • 71 « quod est in terminis de Clayrano et in decimali[ecclesie ajouté au-dessus]SciSebastiani de Mutac (...)

42En 1338, un moine de Fontfroide70, responsable de la grangie de Mutacionibus, donne en acapte à [Barthéle]my Noël, une parcelle de terre inculte appartenant à la grange, de peu de valeur et détériorée à cause d'une inondation des eaux, et qui se trouve sur le territoire de Claira, sur le décimaire de Saint-Sébastien de Mudagons71. Elle touche à une propriété du seigneur Hugues d'Alamans, donzell, à la route qui va de Claira à Torreilles et à la tenure de l'hôpital des pauvres de Claira. Intéressant pour suivre les étapes de la disparition de Mudagons, intégré au territoire de Claira, mais dont le décimaire subsiste, même l'oubli réparé du mot « église » peut être significatif : certes l'église existe encore à cette date, mais on a déjà tendance à l'oublier...

Synthèse :

43Claira a peut-être eu pour origine une cellera. Une fortification villageoise enveloppait un noyau central, évolution postérieure de la cellera que l'on retrouve dans beaucoup d'autres lieux voisins.

Plan cadastral de Claira

Plan cadastral de Claira

Notes

1 On remarque à partir du xiiie siècle de nombreux noms (prénoms ?) ayant pour origine un nom de village.

2 B. Alart, C.M., t. R2, p. 289-291, notule de Guillaume Marès de Claira, n° 6493.

3 « Item es convengut que selebrat lo dit matrimoni, que si la mare del dit Pere no podia o no volia star ensemps una meteixe habitacio ab lo dit fill seu e ab la dita Ricsen, so que Deus no plassia, que en cascun dels dits casos la dita mare del dit Pere se puscha separar del dit fill seu e puscha fer habitacio per son plaser a la casa on ara fa seller lo dit fill seu », ibid.

4 DMJ Henry, Histoire de Roussillon, t. 1, p. 497, preuve n° II. Voir aussi à Canomals, (cellera).

5 ADPO, 1 B 9, copie datée de 1327. Autre confirmation en 1392 par Jean d'Aragon, copie du xvie siècle.

6 ADPO, 3E1/72.

7 B. Alart, C.M., t. A, p. 121, notule de Guillaume Marès.

8 « ...lego operi murorum fortalicii de Clayrano videlicet pro operando et coperiendo los gaytils sive loca in quo debent excubie fieri in dicto fortalicio C. sol. adeo ut excubiantes tueantur et conserventur ab impetu venti et affluencia pluvie et ab omni alio castamate et tempestate item... », B. Alart, C.M., t. A, p. 121, notule de Guilaume Marès, a. 1377.

9 « aptent et operent, seu aptari et operari faciant curritores et soleria turrium et murorum dicti loci de Clayrano, cum effectu taliter quod homines stare, ire et trancire in et per eosdem et defendere fortalicium dicti loci », B. Alart, C.M., t. C, p. 406, source: manuel G. Marès 1409 (A. 16).

10 « recolligant intus fortalicium dicti loci blada et victualia per totum presentem mensem julii », ibid.

11 B. Alart, C.M., t. V, p. 480, notice d'après le Liber Feudorum B disparu.

12 B. Alart, C.M., t. A, p. 368-369, notule de Raymond Giraud (n° 639).

13 B. Alart, C.M., t. P, p. 312, notule de Jean Guiner (n° 4944).

14 B. Alart, C.M., t. A, p. 376, notule de Jacques Ferrand (n° 4984).

15 B. Alart, C.M., t. XV, p. 320, notule d'André Romeu, ADPO, 1B-120, fol. 26.

16 ADPO, 3E3/994, 27 folios r-v.

17 Le sens du mot est difficile à donner avec certitude : le plus souvent, on peut le traduire par « cour », « courette », c'est le sens du mot catalan pati. Mais on trouve aussi dans le capbreu au moins à deux reprises des emplois plus surprenants : un jardin qui fut un patuus, et une « domum sive patuum » (17v).

18 ADPO, 3E3/994, f. 2r : « quandam domum cum quodampatuo eidem domui contiguo », f. 5v, 12r, etc.

19 Ibidem, f. 11r. C'est probablement un espace libre, de très petite dimension, un « coin » de rue, de maison.

20 Ibidem, f. 13r.

21 Ibidem, f. 5v, 9v, 10r (domum aff. ex duabus partibus in costono murorum dicti loci), 10v, 12r (à la fois la maison et le patuus), 12v (un patuus seul), 17r, 17v, 21v, 22r, 23r.

22 Ibidem, f. 13v, aff. in tenencia muris dicti loci.

23 Ibidem, f. 14v, infra terminis dicti loci quandam ortum scitum prope vallem fortalici dicti loci, f. 19v, quandam ortam... juxta vallem eiusdem loci et aff... in itinere vallis predicti.

24 Ibidem, f. 2r, aff. in furno dicte domine Sclarmunde, f. 11v, f. 14v.

25 Ibidem, f. 4r, aff. intus hospitalis pauperum dicti loci.

26 Ibidem, f. 20v, aff.... ex alia parte in tenencia mea que (fuit : barré) est cellarium et in patuo dicti cellarii.

27 Ibidem, f. 27v.

28 Ibidem, f. 2r.

29 Ibidem, f. 19r, domum... aff. in viridario, f. 27r.

30 Ibidem, f. 9r.

31 . Ibidem, f. 23r.

32 Ibidem, f. 9v, unum ortum que fuerunt duo orti ; f. 14r, in quo orto sunt inclusi duo orti quorum unus fuit patui Johannis Bajolli dicti loci condam et alter fuit Guillemi Thomas que fuit de na Fustera condam.

33 Ibidem, f. 14v, in qua domo includitur illa que fuit Raymundi Vitalli avi mei materni condam et medietatem illius domus quam dictus pater meus emit ab Agnete uxore Bernardi Raselli condam.

34 Ibidem, f. 17r, domum in qua est inclusa illa camera quam emi de domo uxoris Johannis Gisoni filii Berengarius Ferrerii condam dicti loci.

35 Ibidem, f. 21v, domum cum patuo sibi contiguo in quibus includitur patuum den Mathei et domus den Hualger condam.

36 Ibidem, f. 23v, faixam que olim fuerunt tres orti.

37 Ibidem, f. 25r, aream quam feci ex duabus ortis, quorum unum fuit Johanne filie Petri Oci condam et alter fuit Johanne uxoris Bernardi Stephani condam.

38 Ibidem, f. 26r, domum cum patuum sibi contiguo... in quibus includitur quadam pars cuiusdam domus que fuit uxoris Guillemi Pr[ ] et quadam domus que fuit Petri Figeres et quadam domus que fuit uxoris den Cardo.

39 Ibidem, f. 11v, prope portale dicti loci vocato de Sant Pere, f. 14r.

40 Ibidem, f. 17r, domum ... que fuit de Salamo judei(condam: barré) Perpiniani, olim orientis in dicto loco de Clayrano.

41 ADPO, 3E3/995, fol. 28 à 35, probablement numéroté à la suite du précédent.

42 Ibidem, f. 32 v°, conf... in carrerono qui est exitus dicte domus.

43 Ibidem, f. 28 v° « domum quam teneo ypothecatam ».

44 Ibidem, f. 33 r°.

45 Ibidem, f. 33 v°, est-ce la même maison que ci-dessus f. 17 r° ?

46 Ibidem, f. 33 v°, il s'agit probablement de la même maison et du même cellier, que ci-dessus, 3 E 3/994, f. 20 v°, puisque cette maison touche elle aussi à la place.

47 Ibidem, f. 34 r°, « conf. in ambega capitali dicti loci ».

48 Ibidem, f. 35 r°, « prope molendinum regium, loco vocato Stanyol ».

49 Ibid., f. 36 r°, « duo orti nunc sunt reducti in unum sciti in terminis dicti loci loco dicto la Vila nova », a. 1397.

50 Ibidem, f. 37 r°.

51 B. Alart, C.M., t. G, p. 402, a. 1357.

52 B. Alart, C.M., t. XII, p. 363, AHP, plech 27, n° 44.

53 ADPO, 3E1/72, fol. 14 v°.

54 ADPO, 3E1/4946, construction de la « barrerie seu barreriorum Tetis vocate barrerie Tetis seu de Tayneres », fol. 12 r°-13 r°.

55 ADPO, 3E1/72, fol. 12 v°- 13 r°.

56 ADPO, 1B 131, notule d'André Romeu, fol. 17 v°.

57 ADPO, 3E3/994.

58 Ibidem, f. 9v, 16v, 23v.

59 Ibidem, f. 19v, in itinere de Villario per quod tenditur ad mansum de Garriga.

60 Ibidem, f. 18v.

61 Ibidem, f. 20r.

62 Ibidem, f. 25r.

63 Ibidem, f. 25r.

64 Ibidem, f. 18v, une vigne touche in senderio, un jardin in carreront), f. 23v.

65 Ibidem, f. 19r, quandam peciam terre... subtus Aglinum vetus.

66 Ibidem, f. 24r, petiam terre... scituatam in terminis de Clayrano in decimali Sce Eugenie de Lebeyano, loco vocato lo mari.

67 Ibidem, f. 19v, 25r.

68 ADPO, 2 HDT p 28, plech 27, n° 4.

69 B. Alart, CM, t. VI, p. 222-224.

70 ADPO, 3E1/72, fol. 14 v°. J'ai transcrit monacus monasterii Beate Marie Villelongue ordinis [ ].... à revoir ?

71 « quod est in terminis de Clayrano et in decimali[ecclesie ajouté au-dessus]SciSebastiani de Mutacionibus », ibidem.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Claira
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 501k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter