Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Céret

Vallespir

Texte intégral

  • 1 D'Abadal, Catalunya Carolingia, II, p. 318.

1Vicus Sirisidum, 814, église Saint-Pierre, même date1.

Fortifications :

  • 2 « los valls veils de dita vila », ADPO, 3 E 40/1127, fol. 23 r°, a. 1457
  • 3 « aff.... ab tenencia... desobra lo vall vell edificada, laquai conte tres pams de terra », ibid.

2Les capbreus de la fin du xive et du xve siècle contiennent plusieurs mentions de maisons qui touchent aux vieux fossés de la ville2. Un des documents précise que la tenure édifiée sur les fossés mesure trois empans de terre3, ce qui peut représenter environ soixante à soixante-dix centimètres de largeur.

Structure du village :

  • 4 ADPO, 3 E 40/1127, 25 fol.
  • 5 ADPO, 3 E 40/1127, fol. 20 r°, a. 1399.

3Un registre de la fin du xviie siècle contient la copie de plusieurs reconnaissances rédigées en faveur de la communauté des prêtres de l'église Saint-Pierre de Céret entre 1372 et 1457 et un capbreu de 14814. On y trouve la mention d'un bénéfice institué au profit de la communauté des prêtres par un cordonnier nommé Jaume Mondony et fondé sur une maison située dans le cimetière, qui touche à la chapelle du charnier, au cimetière et à une terre qui fait partie de ce bénéfice5. Elle doit six deniers de cens.

  • 6 « la part de dita casa conte de longitut deves lo dit carrer six canes e sept pams de Montpeller » (...)

4L'une de ces maisons mesure six cannes et sept empans de longueur, sur la rue, ce qui représente une façade de plus de douze mètres6.

5Les responsables de la fabrique de l'église Saint-Pierre ont vendu un petit terrain à la communauté des prêtres sur lequel est construit maintenant le charnier, et qui touche à l'est au cimetière et à deux parcelles de terre au sud et à l'ouest. Ce cimetière n'est certainement déjà plus celui qui devait toucher originellement à l'église Saint-Pierre, et que l'agrandissement de celle-ci a fait en partie disparaître, le reste devenant la placette devant le portail. Au vu de la date tardive de ces textes, et surtout de l'aménagement récent d'une chapelle de charnier et du voisinage de plusieurs parcelles de terre, on peut penser qu'ils concernent plutôt le cimetière qui se trouvait hors des murailles, au sud-est de l'église.

  • 7 « una casa e derrera exida e dos taules en la frontera de aquella, en la via de la Fusteria », ADP (...)
  • 8 « altra casa e verger contigus e dos taules en lo barri del portal den Morer fora la vila conf.... (...)
  • 9 Reconnaissance pour « un teuler... par les fires e mercat... a la plassa damont », ADPO, 3 E 40/11 (...)

6Un parayre tient une maison dans la rue de la Fusteria (des menuisiers) qui comprend deux étals sur la façade et une sortie sur l'arrière. Cette maison, probablement dans le castrum, le village fortifié, touche à un cortal, un enclos, une étable, appartenant au seigneur7. En revanche, il a aussi une autre maison dans le barri devant la Porte de Morer, hors de la ville ; elle est voisine d'un verger et des aires (de battage), et sert aussi de boutique avec ses deux étals8. La foire et le marché se tiennent sur la place d'en haut9.

  • 10 « en lo carrer del portal del barri », ADPO, 3 E 40/1127, fol. 22 v°.
  • 11 « una casa situada al carrer del barri », ADPO ? 3 E 40/1127, fol. 23 r°.
  • 12 On définit ainsi la partie de maison pour laquelle la reconnaissance est établie : « y conte la di (...)

7Le barri apparaît comme quartier extérieur aux murs dans une reconnaissance pour une maison sise dans la rue du portail du barri10. Deux autres maisons sont d'ailleurs situées, probablement au-delà de cette porte, dans la rue du barri11. L'une de ces maisons comprend un cellier, une construction mitoyenne ou une simple pièce dans la maison, par où passe un ruisseau12. Les deux maisons du barri touchent sur leur partie arrière aux propriétés établies sur les anciens fossés évoqués ci-dessus.

  • 13 ADPO, 3 E 40/1180, fol. 2 v°, fol. 3 v°, année 1399.

8Le capbreu du chapitre de Saint-Pierre de Céret de 1399, assez décevant pour la connaissance du village, mentionne seulement à deux reprises une domum intus locum, et un hospicium.. infra villam Ceretis13.

  • 14 B. Alart, C.M., t. R2, manuel d'Etienne Morer, n° 1037.

9Une description intéressante de maison à étage est contenue dans l'inventaire des biens de l'hôpital des pauvres, le dix-neuf avril 140114. L'hôpital de la ville de Céret se trouve en effet dans une maison à étage, disposant d'un solerio et d'un sotulo.

  • 15 3E40/1153, 14 fol. r°- v°.
  • 16 « duos tiradors cum eorum solo situates ante vallos », ibid., fol. 3 r°.
  • 17 « pro aquaversu qui discurrit super vestram exitam de tecto meo », ibid., fol. 1 r°.

10Le capbreu des possessions tenues pour Guillem du Boulou, donzell, en 1422, comprend de nombreuses maisons situées dans diverses rues : la rue dite « de la porte de Morer », celle « del Castell » ou celle du barri, près du portail du barri15. Les habitants du bourg, cordonniers, pareurs de draps, forgerons, menuisiers, bouchers, tisserands, tailleurs ou simples brassiers, détiennent aussi des biens à l'extérieur des murs, en particulier des tiradors, terrains d'étendage des tissus, auprès des fossés16. Sur la place de la fontaine se trouvent les tables, les étals. Un tenancier doit un cens pour un ruisseau d'écoulement des eaux, venant de son toit et qui traverse la courette du voisin17.

  • 18 « un pati que solia esser casa e cortell », « una casa dins Ceret en la via del morer que antiguam (...)

11Plusieurs des reconnaissances du capbreu du xve siècle évoquent des maisons détruites ou regroupées, comme en d'autres villages après les chocs démographiques18.

Plan et vestiges architecturaux :

12L'observation du plan permet de reconstituer trois phases dans le développement du village. D'abord, autour d'une église beaucoup plus petite qu'actuellement (le portail de l'église actuelle a été refait à la fin du Moyen Age), on distingue la disposition enveloppante des maisons : un « noyau » intérieur et un cercle extérieur concentrique. Il s'agit de la trace fossile dans le parcellaire d'une probable cellera primitive. La forme en est assez régulière, surtout dans la partie nord, la partie sud de cette zone étant désorganisée par des constructions de plus grande superficie, certainement postérieures. La place au devant de l'église pourrait être l'emplacement du premier cimetière paroissial. Si cette cellera s'est si bien conservée dans le plan, c'est sans doute qu'elle a été fortifiée (une partie des murs a pu être conservée au nord) ou entourée d'un fossé (le boulevard actuel dans une partie de son tracé). Cette phase pourrait remonter aux xie- xiie siècles.

13Une étape suivante du développement villageois et de la fortification est celle qui, englobant ce premier quartier autour de l'église, l'agrandit vers le sud, probablement au xiiie siècle. On distingue assez bien la forme ovale que devait avoir cette deuxième enceinte qui représentait un doublement de la superficie villageoise. La placette de la fontaine « dels nou raigs » correspond à l'une des entrées de cette deuxième enceinte.

14Plusieurs éléments permettent de dissocier cette phase de la suivante qui aboutit à l'enfermement du village dans les très grands remparts encore bien visibles aujourd'hui et sur le plan, et qui datent de la fin du Moyen Age (xive siècle). Sur le flanc est, la porte est indubitablement rapportée sur une fortification précédente dont elle vient contredire la courbe : il est clair que là le mur tournait vers l'ouest, fermant le village au sud. La placette qui se trouve derrière cette porte à l'intérieur correspond à cette troisième étape de développement.

15Les quatre rues supplémentaires que la grande enceinte ajoute au village intra muros sont très nettement des rues caractéristiques de barris, de faubourgs développés le long de voies d'accès : de petites parcelles en bordure de ces rues sont les maisons, souvent prolongées par des jardins (qui peuvent avoir été bâtis plus tard mais gardent leur forme allongée), mais derrière cette ligne de maisons on trouve des parcelles beaucoup plus grandes : vergers, vignes ou terres en culture. Autour de ces derniers remparts, vers l'extérieur se sont développés les nouveaux barris.

Communauté villageoise :

  • 19 « trocium terre vocatum lo fossar dels Juheus », ADPO, 1 B 178, fol. 1.

16On apprend par un acte de la procuration royale, en 1393, que la terre nommée « le cimetière des Juifs »19, sur le territoire de Céret, est vendue à un habitant de ce village. Une communauté juive assez nombreuse a donc vécu à Céret, mais on peut penser qu'en cette fin du xive siècle elle n'est plus assez puissante pour pouvoir conserver son cimetière, vendu comme simple parcelle de terre.

Le finage et l'occupation du territoire :

Palol :

  • 20 P. Ponsich, Limits p. 77.
  • 21 ADPO, 3E40/1168.
  • 22 Ibidem, fol. 8 r°.

17Un lieu-dit Palol est connu au Moyen Age (première mention: 1272 loci de Palatiolo superioriet inferiori20). En 1396, on établit le capbreu des biens que le seigneur de ce lieu, Pierre de Calhar, y possède21. L'un des déclarants tient une borde, ainsi qu'une terre au lieu-dit al pla de la guardia (une tour ?), et une autre al castellas22.

Synthèse :

18Le vicus Sirisidum apparaît dans la documentation en 814, ainsi que l'église Saint-Pierre. Cette précocité, le terme de vicus, et la mention de l'église déjà existante font penser à un petit centre rural d'origine antique, bien installé dans la partie la plus fertile et la mieux exposée de la vallée du Tech.

19Devenu rapidement un gros bourg, comme le montrent les trois états successifs des enceintes, le déplacement précoce du cimetière, la présence d'une communauté juive assez nombreuse, Céret présente beaucoup d'analogies avec d'autres villages du même type, comme Ille-sur-Têt, Vinça, Thuir, Baixas. On y distingue bien sur le plan la trace d'un regroupement originel autour de l'église paroissiale, mais les documents conservés n'ont pas gardé le terme de cellera pour ce noyau de départ, presque immédiatement englobé dans un espace fortifié beaucoup plus grand et que l'on n'appelle alors plus cellera, bien entendu, et cela au moment même où les documents deviennent plus abondants. De même la croissance de ce village devenu un petit centre rural a chassé de son coeur les celliers, alors qu'ils se sont maintenus près de l'église dans des villages plus petits. C'est ce qui explique que pour Céret, comme pour Ille ou Vinça, mis à part une découverte de nouveaux documents des xie ou xiie siècles, on ne retrouve pas la mention de cellera.

Plan cadastral de Céret (xixe siècle)

Plan cadastral de Céret (xixe siècle)

Notes

1 D'Abadal, Catalunya Carolingia, II, p. 318.

2 « los valls veils de dita vila », ADPO, 3 E 40/1127, fol. 23 r°, a. 1457

3 « aff.... ab tenencia... desobra lo vall vell edificada, laquai conte tres pams de terra », ibid.

4 ADPO, 3 E 40/1127, 25 fol.

5 ADPO, 3 E 40/1127, fol. 20 r°, a. 1399.

6 « la part de dita casa conte de longitut deves lo dit carrer six canes e sept pams de Montpeller », ADPO, 3 E 40/ 1127, fol. 22 v°.

7 « una casa e derrera exida e dos taules en la frontera de aquella, en la via de la Fusteria », ADPO, 3 E 40/1126, sans date (xve siècle), reconnaissances extraites du terrier du seigneur de Céret, fol. 2 r°.

8 « altra casa e verger contigus e dos taules en lo barri del portal den Morer fora la vila conf.... ab les eres », ADPO, 3 E 40/1126, fol. 2 r°.

9 Reconnaissance pour « un teuler... par les fires e mercat... a la plassa damont », ADPO, 3 E 40/1126, fol. 3v°.

10 « en lo carrer del portal del barri », ADPO, 3 E 40/1127, fol. 22 v°.

11 « una casa situada al carrer del barri », ADPO ? 3 E 40/1127, fol. 23 r°.

12 On définit ainsi la partie de maison pour laquelle la reconnaissance est établie : « y conte la dita part tanquam te del carrer fins una agulla qui esta dins lo celler de dita casa, la qual affronte... ab tenecia mea qui es edificat sobre los valls veils de dita vila, la dita agulla al mitx », ibid.

13 ADPO, 3 E 40/1180, fol. 2 v°, fol. 3 v°, année 1399.

14 B. Alart, C.M., t. R2, manuel d'Etienne Morer, n° 1037.

15 3E40/1153, 14 fol. r°- v°.

16 « duos tiradors cum eorum solo situates ante vallos », ibid., fol. 3 r°.

17 « pro aquaversu qui discurrit super vestram exitam de tecto meo », ibid., fol. 1 r°.

18 « un pati que solia esser casa e cortell », « una casa dins Ceret en la via del morer que antiguament eren dues cases «, ADPO, 3 E 40/1126, fol. 5 v°.

19 « trocium terre vocatum lo fossar dels Juheus », ADPO, 1 B 178, fol. 1.

20 P. Ponsich, Limits p. 77.

21 ADPO, 3E40/1168.

22 Ibidem, fol. 8 r°.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Céret (xixe siècle)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter