Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Canohès

Roussillon

Texte intégral

1Kanoas, 843. Eglise Saint-Cyr (s. Quirici), 977. Possession de l'abbaye de Lagrasse.

Regroupement villageois et celliers :

  • 1 HL, t.V, col. 420-422 et ADPO, FdF, 12J25, n°218. Le texte porte : « ... ipsam ecclesiam, que voca (...)

2En 1036, le comte Hugues et sa femme Guila rendent un jugement en faveur de l'abbé de Sainte-Marie de Lagrasse : ils restituent à l'abbé l'église avec les dîmes, les prémices, les offrandes, les terres, les vignes, (les droits sur) les sépultures et avec les celliers, et tous les biens adjacents lui appartenant1. La mention des celliers, après celle des sépultures et avant les dépendances de l'église, fait penser à la présence d'une cellera, dont il s'agirait d'une des plus anciennes mentions, même indirecte.

Seigneurs et fortification :

  • 2 B. Alart, C.M., p. 359, actes de Lagrasse, fol. 11.
  • 3 « mostratum quod villa de Canoys est et fuit ab antiquo sine fortalicio et clausura ex quo frequen (...)

3En 1319, Sanche, roi de Majorque, à la requête de l'universitas hominum de Canoys, accorde à cette communauté le droit et les moyens de construire muros, vallata et fortalicium2. L'intérêt du document est de préciser que les habitants de Canohès ont adressé cette supplique en faisant apparaître que Canohès est depuis longtemps sans fortification, faute de quoi il arrivait souvent qu'en temps de guerre les hommes de ce village fuyaient et se déplaçaient ailleurs3. Il faut donc penser que certains villages n'ont été fortifiés qu'assez tardivement au cours du xive siècle. Il est d'ailleurs probable que d'autres formes de défenses collectives existaient auparavant, mais très insuffisantes car inadaptées aux troupes et aux combats de cette époque, par exemple des fossés qui sont souvent les premières structures défensives mentionnées. Est frappant aussi le souci des communautés villageoises d'éviter les départs d'habitants pendant les guerres, redoutant qu'une partie au moins de ces transfuges ne s'installent définitivement ailleurs, signe de la mobilité encore grande d'une population pourtant rurale, et l'intérêt porté par la communauté des habitants et par le roi à cette question.

Structure du village et activités :

  • 4 B. Alart, C.M., t. J, p. 281, manuel de Gabriel Respland, 1422, not. 1023.

4En 1422, les héritiers de Pierre Albert, chevalier de Peyrepertuse, vendent des terres et des biens au lieu de Canohès, ainsi qu'un casale sive patuum... intus barrium dicti loci4. Le village s'est donc étendu hors des murs et a donné naissance à un faubourg.

Plan et vestiges architecturaux :

5Sur place, un groupe de maisons entoure sur un côté l'église à une distance comprise entre trente et quarante pas.

Communauté villageoise :

  • 5 B. Alart, C.M., t. C, p. 289 et suiv., inventaire des titres de l'abbaye de Lagrasse dressé en 149 (...)

6En 1281 intervient une transaction entre les habitants de Canoys et l'abbé de Lagrasse au sujet des nouveaux droits exigés par le prévôt de Lagrasse (installé à Pézilla) sur les poissons et les anguilles pêchés dans l'étang de Canohès5.

Synthèse :

  • 6 A Prades ou à Pôzilla-de4a-Rivière par exemple.

7Il est fort probable que le village de Canohès se soit développé autour d'une cellera originelle. On peut supposer, comme cela est sous-entendu dans le document de 1036, que l'abbaye de Lagrasse était restée, comme ailleurs6, le seigneur principal de cette cellera, sur laquelle les documents font défaut.

Plan cadastral de Canohès

Plan cadastral de Canohès

Notes

1 HL, t.V, col. 420-422 et ADPO, FdF, 12J25, n°218. Le texte porte : « ... ipsam ecclesiam, que vocant sancti Quirici ...in villa quae vocant Kanouas cum decimis et primiciis et oblationibus, cum terris, cum vineis, cum cimiteriis, cum cellariis et cum omnibus appendiciis suis et cum omnibus adjacentiis suis ad eam pertinentibus... ».

2 B. Alart, C.M., p. 359, actes de Lagrasse, fol. 11.

3 « mostratum quod villa de Canoys est et fuit ab antiquo sine fortalicio et clausura ex quo frequenter accidit quod tempore guerarum homines dicti loci villam jamdictam deserebant et alio se transferebant », ibid.

4 B. Alart, C.M., t. J, p. 281, manuel de Gabriel Respland, 1422, not. 1023.

5 B. Alart, C.M., t. C, p. 289 et suiv., inventaire des titres de l'abbaye de Lagrasse dressé en 1494.

6 A Prades ou à Pôzilla-de4a-Rivière par exemple.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de Canohès
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/1839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540