Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Deuxième partie. Notices des villages étudiés

Brouilla

Roussillon

Texte intégral

1Brulianum, 944. Deux églises y sont citées au Moyen Age : Sainte-Marie et Saint-Jean, en 959. L'église Saint-Jean a disparu, l'église paroissiale est celle dédiée à Sainte-Marie.

Regroupement villageois et cellera :

2C'est autour de l'église Saint-Jean que l'on relève très tôt les signes annonciateurs de la naissance d'une sacraria.

  • 1 ADPO, FdF 12 J 25, n°89.

3En 9761, une femme et son fils donnent à Sainte-Eulalie d'Elne un alleu à Brouilla consistant en maisons (casas), cours, jardins, « et cum ipsos sacrarios qui sunt prope Sancto Johanne », ils donnent aussi de nombreux autres biens dans d'autres lieux du Roussillon.

  • 2 On ne trouve le mot sacrarium pour désigner ces constructions que dans les plus anciens documents (...)

4C'est une des plus anciennes mentions que nous ayons de constructions adjacentes à l'église, protégées par le caractère sacré de l'espace sur lequel elles sont bâties. C'est ce qu'indique le terme de sacrarios, fréquent au sud des Pyrénées, mais exceptionnel chez nous2. Leur usage est certainement celui de dépôts de récoltes, ce qui explique qu'on ne les nomme plus que « celliers » dans les siècles suivants. Dans ce cas au moins, dès l'origine du phénomène de regroupement, les possesseurs des « celliers » semblent être d'assez riches alleutiers, qui donnent d'ailleurs plusieurs sacrarios, en relation avec plusieurs maisons et plusieurs exploitations rurales.

Seigneurs et fortification :

  • 3 LFM, II, n° 269.

5En 1171,1e seing de Bernard de Bruliano, militis, vient confirmer une donation faite par le seigneur d'Ortaffa3. La relation étroite entre Brouilla et les seigneurs d'Ortaffa, que l'on retrouve plus tard, semble donc déjà exister au xiie siècle.

  • 4 B. Alart, C.M., t. IV, p. 311-312, papiers de la famille Delpas.
  • 5 ADPO, 12 J 25, n° 286. Voir corpus des inscriptions médiévales du midi de la France, vol. des P.-O

6En 1269, Pons Hugues comte d'Ampurias vend à l'abbé du monastère de Saint-Génis-des-Fontaines tout son castrum et villam de Brullano, avec tous les hommes et femmes, droits, justices, acaptes, foriscapia, etc., pour la somme de dix mille sous melgoriens4. Seuls sont exclus de la vente deux moulins qui se trouvent au casai des moulins de Brouilla, appelés « les moulins du château de Laroque ». En 1271, quand meurt Sapte de Pollestres, l'abbé de Saint-Génis, sa pierre tombale rappelle qu'il avait acquis le castrum de Broliano5

  • 6 « empara loci de Brulano per aposicionem cujusdam pannonis in quadam arundine in antitudine turris (...)

7En 1423, lorsque Pierre d'Oms devient seigneur de Brouilla, il fait dresser un fanion sur un mât (arundine : en roseau ?) en haut de la tour du castrum de Brouilla6. Parmi les témoins figurent le bayle et le curé du lieu.

  • 7 « esser de reculleta del dit lloch », ADPO, H 210.

8En 1434, s'élève un différend entre les hommes de Brouilla et le seigneur d'Ortaffa. Celui-ci, Jean de Peyrepertuse, prétexte que les hommes de Brouilla, devant se réfugier dans le castell d'Ortaffa en cas de danger7, sont tenus de contribuer à sa réparation. Le commandeur des comtés de Roussillon et de Cerdagne, Raymond de Perillos, constatant que les hommes de Brouilla ont un lieu tout à fait adéquat à la construction d'une força à Brouilla même, et qu'ils avaient d'ailleurs commencé, en lo temps passat, à construire une partie du mur qui s'y voit encore, leur ordonne de terminer cette força dans le délai de six années.

Structure du village et activités :

  • 8 B. Alart, C.M., t. E, p. 448-449, ADPO, 1 B 153, procuration royale, fol. 101 r°.

9Les moulins de Brouilla, tenus par Berenger du Vivier, donzell du lieu de Palau, doivent être remis par celui-ci à Berenger d'Ortaffa, à qui le roi les a vendus, en 13918.

Plan et vestiges architecturaux :

  • 9 Une opération de fouille sur le périmètre immédiat de l'église a été menée, au printemps de 1997, (...)

10L'observation du plan cadastral du xixe siècle ne permet pas d'observer la trace bien nette d'une cellera autour de l'église paroissiale, qui n'est pas celle concernée par l'acte de 9769.

Synthèse :

11C'est auprès de l'église Saint-Jean, qui a disparu, que se trouvaient les celliers-sacrarios, cités au xe siècle. On ne trouve plus d'autre mention de ce regroupement autour de Saint-Jean dans les siècles suivants. On peut supposer que ce noyau originel a été rapidement réduit à un rang secondaire, avant de disparaître, car il était entré en concurrence avec un autre habitat né autour de l'église Sainte-Marie et qui a donné naissance au castrum, le village fortifié, auquel se rapportent les documents postérieurs cités ci-dessus.

Notes

1 ADPO, FdF 12 J 25, n°89.

2 On ne trouve le mot sacrarium pour désigner ces constructions que dans les plus anciens documents roussillonnais, par exemple à Vallventosa, commune de Corbère.

3 LFM, II, n° 269.

4 B. Alart, C.M., t. IV, p. 311-312, papiers de la famille Delpas.

5 ADPO, 12 J 25, n° 286. Voir corpus des inscriptions médiévales du midi de la France, vol. des P.-O.

6 « empara loci de Brulano per aposicionem cujusdam pannonis in quadam arundine in antitudine turris castri de Brulano », B. Alart, C.M., t. J, p. 359, manuel de la chambre apostolique, 1423-1425.

7 « esser de reculleta del dit lloch », ADPO, H 210.

8 B. Alart, C.M., t. E, p. 448-449, ADPO, 1 B 153, procuration royale, fol. 101 r°.

9 Une opération de fouille sur le périmètre immédiat de l'église a été menée, au printemps de 1997, par Melle Odile Maufras de l'AFAN-Nîmes. L'intéressant document de synthèse dans lequel elle livre ses conclusions est utilement complété par une interprétation du plan cadastral où elle fait apparaître la trace d'un noyau ecclésial.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540